Presentation geispolsheim - Le havre

FINIR EN BEAUTE !

Les SF1 terminent leur saison 2017/2018 ce soir à domicile face au Havre. L'enjeu n'y est plus, les playoffs se sont envolés défintivement après la défaite à La Rochelle, la troisième place est validée, mais le jeu reste présent. 

Le jeu, parlons-en. Vanté pour développer le plus beau jeu de la poule B, les filles vont tenter de faire vibrer une dernière fois le complexe ce soir. Alors même si l'enjeu n'est plus aussi fort que celui recherché par la troupe depuis le début de saison, nul doute qu'elles feront tout pour finir cette magnifique saison en beauté. 

L'adversaire :

En face elles seront opposées au Havre. Classé 9ème actuellement, l'équipe est bien loin de ses ambitions de début de saison. Annoncée comme une équipe du trio de tête, la mayonnaise n'aura jamais prise du côté des Docks. Elles viendront en Alsace pour mettre un point final à leur saison qui ne restera pas dans les mémoires. Mais attention, en face une joueuse particulière va attirer votre attention. Leur meneuse, ELoise Chapays,  bien connue du côté de Geispo tentera de jouer les troubles fêtes et briller à domicile face à son ancien club, histoire de se rappeler des belles soirées basket au complexe. Vigilance donc !

Nos chèvres : 

Du côté de nos chèvres, les défaites face à Aulnoye (pour un point cruel) et La Rochelle pèsent lourds dans les coeurs. Elles ont en effet définitivement éloignés nos bleues et blanches des playoffs, objectif tant convoité. Mais ne comptez pas sur elle pour finir en roue libre ! Elles tenteront de ponctuer cette saison avec un beau point d'exclamation, mais attention un point ne leur suffira pas, seul les deux points de la victoire les intéresse. La victoire, un point c'est tout !

Le mot des SF1 :
"A nos supporters, nos bénévoles, ce match c'est aussi un moyen pour nous de vous remercier pour cette saison. Merci pour votre soutien, merci pour vos encouragements. La réussite d'une équipe passe par l'investissement de tout un club, d'un environnement. Merci de nous avoir pousser et encourager durant cette saison, à la maison surtout et à l'extérieur parfois. Ce soir on compte sur vous pour donner de la voix et montrer que ICI ICI C'EST GEISPO ! Après chaque victoire nous avons l'habitude de chanter "les bleus et blancs allez allez les bleus et blancs allez allez les bleus et blancs allez allez allez allez les bleus et blancs" alors on compte sur vous pour apprendre cette petite chansonnette et la chanter avec nous ce soir ! On espère vous faire plaisir ce soir, comptez sur nous pour tout donner une dernière fois, et partager nos valeurs d'entraide, d'esprit d'équipe et de partage parce que ICI ICI C'EST GEISPO ! MERCI A VOUS et rendez vous ce soir " ! 

Supporters, le code couleur : TOUS EN BLEU ET BLANC CE SOIR !!!!

#GOGEISPO 
 

presentation geispolsheim - aulnoye

COMME UNE FINALE !

Le choc tant attendu entre le leader Aulnoye et Geispolsheim (2e ) aura des allures de finale, ce soir, pour Leia Bouderra et les Villageoises. La montée en Ligue 2 passe quasiment obligatoirement par une victoire.
Il est des matches qui peuvent marquer l’histoire d’un club. Celui de ce soir, du côté de Geispolsheim, en fait très certainement partie.
Certes, que les Villageoises perdent ou gagnent tout à l’heure, rien ne sera fait alors qu’il restera encore deux matches de saison régulière à jouer. Mais en cas de défaite, les Villageoises hypothéqueraient quasiment leurs chances de monter en Ligue 2.

Un choc très attendu !

Battues pour la deuxième fois par Aulnoye (après la lourde défaite concédée 82-59 à l’aller) , les locales partiraient alors avec un zéro pointé en play-offs dans le mini-championnat qui opposera les deux meilleures équipes de chaque poule, les résultats de la première phase étant conservés.

« Avant de penser à la montée, on doit aussi tout simplement gagner rien que pour aller en play-offs. Le troisième, La Glacerie, est à point derrière et a le panier-average sur nous. Si on perd et que La Glacerie gagne ce soir, on passe donc troisième et on est obligé d’espérer qu’ils perdent pour repasser en deuxième position », recadre la meneuse Leia Bouderra.
C’est forcément pour jouer des matches comme celui-ci que la joueuse de 22 ans s’est engagée à Geispolsheim.

Passée par Mulhouse et la SIG, où elle aura joué quatre saisons en Ligue 2 sans convaincre assez pour décrocher un rôle majeur dans l’équipe, Leia Bouderra voulait prendre un nouveau départ.
« J’avais besoin de voir autre chose et de descendre d’un niveau pour reprendre du plaisir et de la confiance. Là, j’ai une vraie place et Marc (Westermann, le coach) est satisfait de mon jeu même s’il pense que je peux faire plus notamment en termes d’intensité défensive et de leadership. Mon élongation au mollet en décembre m’a un peu coupé mais ça va mieux », commente celle qui, son BTS de tourisme en poche, suit actuellement des cours d’allemand.

Ce soir, contre Aulnoye, c’est donc quasiment l’heure de vérité. « A l’aller, on a été dominé par leur agressivité défensive et on a fini sans deux joueuses, Lindsay Gonzalez et Cécile Dambach. Là, on n’a pas le choix. On a toutes envie de gagner ce match qu’on attend depuis un petit moment », prévient Leia Bouderra.

Coup d’envoi 20h, Centre sportif, rue de la Porte Basse à Geispolsheim.

#GOGEISPO
 

presentation de bettina

RETOUR EN ALTITUDE 

Après avoir connu une grosse période de doute, Bettina Kadila est remontée au sommet de la N1 avec “Geispo”. Samedi, contre Aulnoye, c’est un match capital pour les play-offs qui l’attend avec ses coéquipières.
 
Si, il y a deux ans , on avait annoncé à Bettina Kadila qu’elle jouerait un match pouvant lui donner accès aux play-offs de Nationale 1, elle ne l’aurait certainement pas cru.
Après sept saisons passées en Ligue 2 avec la SIG, l’intérieure, utile en défense mais qui n’a jamais vraiment trouvé sa place à ce niveau, était en effet en plein doute après une saison terminée à 2,5 points.
 
« Quand tu es blessée, tu deviens beaucoup moins intéressante »
 
« Tu réussis moins, du coup tu as moins de temps de jeu, tu te mets encore plus de pression et tu réussis encore moins. Je fais ce sport par passion, alors j’ai préféré arrêter avant d’être totalement dégoûtée », raconte la joueuse de 27 ans (1,87 m).
Les choses avaient pourtant bien commencé pour la joueuse passée par le Pôle Espoirs de Lorraine avant de rejoindre le centre de formation de Valenciennes, où elle jouera avec les cadettes France et les Espoirs en Nationale 2.
« À l’époque, il y avait Valenciennes et Bourges, c’était les deux gros clubs et la “une” jouait l’Euroligue. J’ai eu la chance de pouvoir m’entraîner avec des filles comme Sandrine Gruda. Ça faisait rêver, mais c’est aussi là que j’ai compris à quel point il fallait travailler pour y arriver. »
 
Championne de France cadettes, sélectionnée en équipe de France U18, elle vise alors un avenir professionnel dans le basket, mais une rupture des ligaments croisés vient contrarier ses plans. « J’ai pris conscience qu’il valait mieux avoir un diplôme à côté car, quand tu es blessée, tu deviens d’un coup beaucoup moins intéressante », lâche-t-elle.
Exit donc les rêves d’élite, la saison suivante, ce sera la SIG en Ligue 2, où évolue son amie Darline Nsoki. Sans faire d’étincelles, mais sans regrets non plus. « La SIG est un club familial où je me suis sentie à l’aise. J’ai pu y faire de belles rencontres et mener mes études de STAPS en parallèle », confie celle qui travaille aujourd’hui au sein de l’association “Unis vers le sport”.
 
Partie du club illkirchois avec l’intention d’arrêter le basket, la passion va pourtant la rattraper. Quelques semaines plus tard, elle s’engage deux échelons plus bas, en N2, avec Vosges du Nord. Une vraie renaissance. « J’ai retrouvé de la confiance et l’adresse est revenue », sourit Bettina Kadila.
 
À nouveau en confiance
 
Pas de quoi sauver l’équipe de la relégation, mais suffisant pour permettre à l’intérieure de rebondir en N1 à Geispolsheim. « Bien sûr, tu te poses des questions parce que tu remontes d’un niveau et tu te demandes si tu vas réussir, mais j’avais envie d’un nouveau défi. Et puis, là-bas, j’ai retrouvé beaucoup de mes copines. » Et elle a eu raison !
Tournant en moyenne à une dizaine de points par match, dont une pointe à 28 contre Sannois en novembre, la poste 5 a tenu son rang pour permettre au CJS de se hisser à la deuxième place du classement, synonyme de play-offs.
 
Avec le troisième à un point derrière à trois rencontres du terme, c’est donc un match quasiment décisif que vont jouer les Villageoises, samedi, contre le leader Aulnoye.
Car outre cette deuxième place à conserver, en play-offs d’accession en Ligue 2, c’est un mini-championnat à quatre qui se joue – entre les deux premiers des deux poules de N1 – et les résultats de la saison régulière sont conservés. Déjà battu à l’aller (82-59), Geispolsheim partirait donc avec zéro victoire au compteur en cas de nouvelle défaite.
 
« C’est un match capital. À l’aller, on était devant à la mi-temps (33-36) , puis on a été submergé par leur énorme dimension athlétique et on a dû faire sans deux joueuses, Lindsay Gonzalez et Cécile Dambach, en fin de match. Nous avons une revanche à prendre. On veut montrer qu’on n’est pas deuxième pour rien », prévient Bettina Kadila.
Un beau challenge pour celle qui pourrait ainsi poursuivre son rebond et qui sait, peut-être retrouver l’altitude de la Ligue 2, avec Geispolsheim cette fois, dès la saison prochaine.
 
Geispolsheim – Aulnoye, samedi (20h), centre sportif.
 
#GOGEISPO
 

presentation geispolsheim - calais

La dernière ligne droite !

Avant un choc qui peut être décisif pour l’accès aux play-offs, la semaine prochaine contre le leader Aulnoye, Cécile Dambach et Geispolsheim (2e) ne doivent surtout pas trébucher, ce soir, face à Calais (10e).
Pour sa troisième saison à Geispolsheim, l’arrière Cécile Dambach continue ses belles prestations. Avec encore 23 points marqués à Sannois, la joueuse de 22 ans formée à la SIG est, avec la capitaine Amélie Voynet, le relais offensif majeur de l’équipe. En N1, elle semble comme un poisson dans l’eau.
« A l’époque, Patrick (Lazare, ancien coach de l’équipe, ndlr) m’a fait confiance et m’a donné des responsabilités. J’ai beaucoup appris avec lui. J’ai pu prouver, à moi-même et aux autres, de quoi j’étais capable. Avec l’arrivée de Marco (Westermann) , j’ai pu rester dans ce registre offensif même si pour moi c’est du bonus. La priorité, c’est d’abord de faire le boulot en défense », explique Cécile Dambach.

« On souhaite toutes jouer les play-offs »

Un changement de coach dans la continuité et des Villageoises qui se sont hissées aux avant-postes au terme d’une très belle phase aller. Même si cette 2e partie de saison est plus compliquée avec trois défaites en sept matches dont la semaine dernière à Sannois (81-73).
« Au départ, personne ne nous attendait. Maintenant, les équipes nous analysent beaucoup plus. Contre Sannois, comme contre Dunkerque, on est très mal entré dans le match et on s’est retrouvé à -20 à la mi-temps. C’est un écart que l’on avait pu combler face à Dunkerque mais là, contre unr équipe plus complète, c’était beaucoup plus compliqué », reconnaît la joueuse.

Toujours deuxième et en lice pour les play-offs, Geispolsheim n’a plus vraiment le droit à l’erreur avant de recevoir le leader, Aulnoye, la semaine prochaine, et alors que le troisième, La Glacerie, est un petit point derrière. Face à Calais, battu 59-86 à l’aller mais qui vient de faire chuter Aulnoye, il faudra imposer sa loi ce soir.

« Pour moi, Calais n’est pas vraiment à sa place en dixième position. Elles ont de bonnes joueuses notamment extérieures comme Aïcha Mara, contre laquelle je jouais déjà quand j’étais en sélection du Bas-Rhin. Quant à nous, on souhaite toutes jouer les play-offs mais on doit prendre un match après l’autre et ne pas trop se projeter. Celui de ce soir sera très important », conclut Cécile Dambach, qui a passé cette semaine son concours pour devenir professeur d’éducation physique et sportive en collège-lycée.
A l’aube de deux réceptions capitales, les Villageoises devraient également pouvoir compter sur leurs supporters pour les pousser dès ce soir.

Coup d’envoi 20h, Centre sportif,

#GOGEISPO
 

presentation le poinconnet

MEFIANCE !

Sur la route vers les play-offs, Marie-Ange Vincent et ses coéquipières (2es ) restent méfiantes au moment d’accueillir Le Poinçonnet (9e ), ce soir. Un promu capable de coups d’éclats.
Une saison est rarement linéaire, que ce soit au niveau des blessures ou des états de forme. Le tout étant de savoir bien gérer les temps faibles. Avec huit joueuses qui portent l’équipe, les Villageoises ont ainsi connu une petite baisse de régime en ce début d’année.
 
 « Le groupe actuel vit très bien »
 
Une défaite d’un rien contre Sceaux (64-67), une claque prise à La Glacerie (81-43), elles ont même frôlé la sortie de route vers les play-offs, menées 22-44 à la pause contre Dunkerque à domicile… avant de s’imposer 68-65, affichant une vraie force de caractère !
« On s’est pris une bonne “gueulante” du coach à la mi-temps et on a aussi beaucoup parlé entre nous. Quand on est revenu sur le terrain, on s’est vraiment donné à fond, on a été solidaire et on s’est prouvé que, même menées de vingt-deux points, on pouvait gagner », témoigne Marie-Ange Vincent.
 
À 27 ans, la poste 4-5, qui évolue depuis l’âge de dix ans à Geispolsheim, a bien vécu les changements intervenus cette saison après le départ du coach Patrick Lazare et de son amie, la capitaine Pauline Jehl.
« C’est une page qui s’est tournée et le groupe actuel vit très bien. Je m’y sens bien. Avec l’arrivée de Bettina Kadila, je peux aussi plus me décaler à l’intérieur et ne pas me coltiner les gros gabarits sous le panier, ça m’arrange », plaisante l’ailière à la silhouette élancée.
 
Un promu coriace
 
Bref, à “Geispo”, celle qui est aide éducatrice dans une crèche en dehors des parquets en a vu, mais jamais au point de pouvoir prétendre aux play-offs de N1. Alors forcément, ça la démange un peu. « On prend un match après l’autre et on va tout faire pour y arriver sans se mettre trop de pression non plus », indique-t-elle.
 
Et avec La Glacerie seulement un point derrière, mieux vaut éviter tout faux pas pour ne pas se faire souffler la deuxième place. Cela tombe bien, les Villageoises semblent avoir repris leur rythme de croisière, victorieuses de la lanterne rouge, Nantes Rézé (55-92) il y a quinze jours. Ce soir, contre le Poinçonnet (9e ), la méfiance sera tout de même de mise. Le promu n’avait en effet cédé que de trois points à l’aller (70-73) et vient de se qualifier pour les quarts de finale du Trophée Coupe de France en battant… La Glacerie.
 
« Pour moi c’est une équipe qui n’est pas vraiment à sa place en bas de tableau. On sait que ça va être très physique contre elles et il faudra que l’on soit concentré », prévient Marie-Ange Vincent.
 
#GOGEISPO
 
Coup d’envoi 20h, centre sportif.
 

invitation match le poinconnet

UN MATCH CAPITAL !

Le grand froid est présent cette semaine ... alors quoi de mieux que de venir se réchauffer au complexe samedi 3 mars ? Les SF1 affrontent Le Poinconnet pour le comtpe de la 17ème journée du championnat NF1.
 
Le promu qui n'en a pas l'air....
 
Le Poinconnet affiche un très beau visage cette saison avec leur deux locomotives offensive Kostova et Gray. Le match s'annonce très disputé notamment après l'exploit en 1/8ème de finale à La Glacerie où Le Poinconnet est allé s'imposer (rien que ça !!!). 
Le match aller c'était soldé par une victoire de nos filles dans un véritable chaudron, dans un match âpre et très disputé, on compte sur vous pour venir encourager nos filles et réchauffer le complexe pour ce gros match ! 
 
Pour avoir ton invitation au match cliquez sur l'image et imprimez la. Il suffira de présenter l'invitation à l'entrée du gymnase ! 
 
#GOGEISPO 

 

preview dunkerque

RALLUMER LES MOTEURS
Un temps leader, Geispolsheim (2e ) vient de concéder deux défaites de rang. Face à Dunkerque (10e ), ce soir, il est donc temps de rallumer les moteurs.
La première moitié de saison de Geispolsheim a été tonitruante, le club se hissant sur la première marche du podium mi-janvier. Les Villageoises ont-elles été victimes de l’ivresse des sommets ? En tout cas, après une défaite étriquée contre Sceaux (64-67) à domicile, elles sont allées prendre une claque, chez le troisième, La Glacerie (81-43).

Un trou d’air somme toute logique pour le coach Marc Westermann. « Il n’y a pas le feu. Personne ne nous attendait à ce niveau, on est resté humble quand on gagnait et on ne s’est pas pris la tête. On ne va pas le faire maintenant non plus. Je dispose d’un groupe de huit joueuses vraiment au niveau de la division. À force de tirer sur les mêmes, il y a des bobos et plusieurs d’entre elles jouent en serrant les dents. Du coup, c’est vrai que, depuis janvier, on est moins bien dans notre mise en place. En temps que leader, on est aussi beaucoup scouté par nos adversaires qui s’adaptent à notre jeu », analyse-t-il. Et d’ajouter : « Contre La Glacerie, à la fin, on a aussi fait le choix de laisser filer le match. On aurait pu revenir, mais pas gagner alors il valait mieux faire tourner pour économiser nos forces pour la suite. »
 
« On souhaite jouer les play-offs »
 
Pas question donc de céder à la sinistrose d’autant que les Villageoises sont toujours deuxièmes et en route vers les play-offs. Il s’agit donc de ne pas gâcher, notamment ce soir face à une formation dunkerquoise (10e ) peu brillante. Reléguée de Ligue 2, l’équipe n’a conservé qu’une joueuse mais non des moindres, son intérieure Dace Pierre-Joseph. Les Nordistes ont également récupéré Sarah Planchenault, qui émargeait en Ligue 2 à Calais la saison dernière.
Un profil idéal pour permettre aux filles de “Geispo” de se relancer. « En face, il y a quatre ou cinq pros donc il ne faut pas les prendre à la légère. À force de vouloir s’adapter à l’adversaire, on s’oublie nous-même. Cette semaine, on s’est donc focalisé sur nous. Face à Dunkerque, on veut imposer notre jeu en retrouvant nos vertus en défense et plus de liant en attaque. Les filles comme moi on souhaite jouer les play-offs », souffle Marc Westermann.
Ce soir, il faudra donc assurer et se rassurer, pour mieux repartir de l’avant.
 
Coup d’envoi 20h, Centre sportif.
 
#GOGEISPO
 

PRESENTATION GEISPOLSHEIM SCEAUX

"ON TRAVAILLE DUR"
Pour sa septième saison avec Geispolsheim, la co-capitaine Johanna Ratzel est fière du parcours de son équipe, leader de sa poule de NF1. L’ailière du CJS sait aussi qu’il ne faut pas se relâcher. Surtout contre Sceaux (4e ), ce soir.
Le centre sportif de Geispolsheim n’a plus guère de secret pour elle. Depuis 2010, Johanna Ratzel y fait rebondir la balle orange en NF1, avec une parenthèse d’une saison à Chartres en 2015-2016, pour y effectuer son année en tant que professeur stagiaire d’éducation physique et sportive.
« À “Geispo”, j’ai connu les deux premières saisons où on se battait pour le maintien, puis toutes les autres où on jouait le haut de tableau. Cette saison, les pronostiqueurs ne nous mettaient pas dans les favoris, mais ce n’est pas grave, on est quand même leader », lâche Johanna Ratzel avec une certaine jubilation.

« On prend match après match »

Pourtant elle l’avoue elle-même, se retrouver avec une seule défaite et onze victoires à ce stade du championnat, elle ne l’aurait pas imaginé.
« Forcément, tu affrontes des équipes dont certaines ont des joueuses professionnelles qui s’entraînent sept fois par semaine quand nous, on travaille à côté et on fait quatre entraînements. Tu ne peux pas te dire que tu vas être devant toutes ces équipes-là. Notre force, c’est qu’on se connaît toutes très bien. On n’est pas une somme d’individualités, mais un vrai collectif. Et puis surtout, on travaille dur, sans chercher à se projeter, en prenant match après match et en faisant attention à ne surtout pas nous relâcher. On sait que le chemin est encore long », explique l’arrière-ailière de 27 ans.
En dépit de cette prudence, la défaite d’Aulnoye la semaine dernière, qui a permis aux Villageoises de prendre les commandes du championnat, a été saluée comme il se doit. « On a fêté ça dans les vestiaires après notre victoire à Ifs, mais, lundi, on était de retour à l’entraînement, focalisées sur le match à venir », assure “Jo”.
Et ce match, il est justement contre les tombeuses d’Aulnoye, les filles de Sceaux, quatrièmes, alors que, de leur côté, les Aulnésiennes (2es ) recevront La Glacerie (3e ). C’est donc un double choc au sommet, qui aura lieu ce soir.

La Ligue 2 ? « C’est un super challenge pour une joueuse »

« Sceaux est un promu en confiance, d’autant plus après avoir battu le leader. On avait gagné de quinze points à l’aller (74-89 ndlr) mais ça n’avait pas été simple. C’est une équipe accrocheuse et physique. On s’attend à un match difficile. »
Une douzième victoire à aller chercher pour continuer à tracer le chemin vers la Ligue 2, objectif affiché du club ? « Forcément, ça me tente bien. En m’entraînant avec les filles de Ligue 2 de Chartres, j’ai vu de belles choses. C’est un super challenge pour une joueuse. Mais une chose après l’autre… », conclut la sage Johanna Ratzel.

Coup d’envoi 20h, Centre sportif à Geispolsheim.

#GOGEISPO
 

Les retrouvailles

Chaque année en début de saison, les DNA présente notre effectif pour l'année à venir en choisissant une thématique particulière. Cette année, l'article est placé sous le signe des retrouvailles avec le quatuour Bettina, Cécile, Amélie et Léia qui se retrouvent après avoir évolué ensemble sous les couleurs de la SIG. L'article présente aussi notre nouvelle meneuse à savoir Lindsay qui nous arrive de Reims (Ligue 2). Le groupe a pu prendre ses marques après 5 semaines de préparation. Le championnat débute dans une semaine à domicile face à Ifs, équipe qui a réalisé l'an passé une très belle saison avec notamment une finale de coupe de France. Rendez vous le 16 septembre à 20h au complexe pour découvrir notre nouvelle équipe !
 

un week-end sportif !

Notre équipe 1 continue sa préparation en vue de la reprise du championnat.
 
Ce week-end, elles se sont retrouvées au gymnase pour s'entraîner davantage que d'habitude. Première étape, samedi 26 août, le rendez vous est fixé à 9h au gymnase. Les filles se retrouvent toute ensemble avec le coach et le président autour d'un bon petit déjeuner avant d'attaquer l'entraînement à 10h.
 
2h plus tard, une fois l'entraînement fini, l'équipe a pris la direction du Restaurant Da Giorgio pour prendre le repas de midi accompagné du vice- président, Yann, et de leur nouveau kiné de l'équipe Laurent Zaroli. 
 
L'entraînement ne reprendra qu'à 14h30, mais les filles (notamment les nouvelles venues) vont faire la découverte de la salle de musculation. 
 
La chaude après-midi sera consacrée à un entraînement de 2h. 
 
Le dimanche ne sera pas consacré au repos. A 9h, comme la veille, l'équipe se retrouve pour le petit déjeuner avec leurs homologues de l'équipe NF3. Le partage du petit déjeuner se fera dans la bonne humeur avant de débuter une longue matinée d'entraînement. L'équipe 1 et l'équipe 2 travailleront d'abord de leur côté. C'est seulement à 11h que les deux équipes se sont retrouvés pour une rencontre d'entraînement de 4x10 minutes. 
 
La matinée se terminera vers les 12h30. Les NF1 ont fini leur week-end, quant aux NF3, l'après-midi qui les attends sera loin d'être reposante ...
 

LES NF1 EN STAGE COHéSION !

Les NF1 ont réalisé ce week-end (19 et 20 août) un stage de cohésion au refuge du Soultzerkopf.
 
Au programme, match contre les SM2 de Weitbruch, escalade, parties de pétanque, aller au restaurant déguisées, retour vers le refuge à pied en lampe frontale (hé oui il faisait nuit), randonnée dans la forêt et vie en collectivité dans le refuge ! Un beau programme encadré par nos 2 coachs et Jean Michel un ami de Marc.  
 
Au refuge, les filles ont du se faire à manger, se partager les responsabilités pour un véritable week-end de vie en communauté. Le week-end s'est terminé autour d'un bon barbecue avant de retourner chacune dans son cocon pour se reposer et être prête pour une semaine d'entraînement très importante en vue de la reprise du championnat.
 

la saison 2017/2018 est lancée !

Les SF1 ont repris l'entraînement depuis ce lundi 7 août sous la houlette du nouveau coach Marc Westermann, assisté de Loïc Beyhurst coach des NF3.
L'équipe s'est retrouvée quasi au complet pour cette reprise, avec les recrues Lindsay Gonzalez, Bettina Kadila et Léïa Bouderra qui ont intégré l'effectif. Les jeunes de l'équipe réserve NF3 Clara Foehrenbacher, Charlène Stenger, Clara Mertz, ont intégré le groupe d'entrainement, auquel viendra s'ajouter Juliette Nold de retour en fin de semaine.
Le championnat débutera à domicile le 16 septembre prochain face à Ifs.
D'ici là, place à 6 semaines de préparation intense, avec quelques matchs amicaux dont notamment lors de la 2ème édition du Tournoi "Geispo Euro Basket Cup" qui aura lieu les 2-3 septembre prochain au complexe sportif.
 
Le programme des matchs amicaux :
- 16/08 : 19h30 à la SIG (LF2)
- 19/08 : 10h à Weitbruch SM2
- 23/08 : 20h Furdenheim (NF2)
- 02/09 : 20h Fribourg (Suisse) - Tournoi Geispo Euro Basket Cup à Geispolsheim
- 03/09 15h Freibourg (Allemagne) - Tournoi Geispo Euro Basket Cup à Geispolsheim
- 06/09 : 20h SIG (LF2)
- 08/09 : à Furdenheim (NF2) 
- 16/09 : 1ère journée de championnat NF1 face au Club Basket d'Ifs
 
 
 

championnes d'EUROPE !

Amélie Voynet et Auriane Lux remportent la médaille d'or au championnat d'Europe Universitaire qui s'est déroulé à Miskolsc en Hongrie du 16 au 23 juillet.
Avec leur équipe de l'université de Strasbourg, elles se sont imposées en finale face à l'équipe Serbe de Belgrade, après avoir écarté les hôtes Hongroises en demi-finale.
Elles se sont particulièrement distinguées en finale, avec respectivement 18 pts et 14 pts marqués.
Bravo à elles et à toute l'équipe pour cette belle performance ! Mention spéciale à Arthaud Lux également, membre de la délégation, ainsi qu'au coach Fabien Kaerlé et à Sophie Clauss, 2 anciennes figures du club. #GoGeispo