GEISPOLSHEIM - VILLEURBANNE

 

LE HAVRE - GEISPOLSHEIM

 

Geipo prolonge son bail !


Il n’était pas évident d’aller chercher le maintien dans l’antre d’un des favoris de cette poule, ô combien relevée. Mais force est de reconnaître que l’histoire du village alsacien en NF1 n’allait pas se terminer cette saison.
 
Dès l’entame le quintette visiteur, auquel s’était rajouté la précieuse Donivar, développe un jeu collectif de haut niveau. Chapays, dans un grand jour, envoie Voynet au panier. Jordan, l’excellente américaine du Havre lui répond et le chassé-croisé entre les deux protagonistes s’enchaine jusqu’à 11-11 à la 7ème. La défense des Bas-Rhinoises est remarquablement articulée autour de Vincent, Voynet, Donivar, Dambach et Chapays face à laquelle les Havraises ne trouvent pas de bonnes situations de tirs. Les visiteuses gagnent de bonnes balles au rebond par la tonique Vincent ou la solide Voynet. Dans la foulée, Donivar, sur de remarquables développements collectifs, dégaine par deux fois, vite imitée par Vincent et Chapays pour un premier décollage. 15-20 à la 10ème
 
La reprise du deuxième quart est tonitruante du côté des visiteuses qui, en respectant scrupuleusement le plan de jeu demandé par Patrick Lazare, vont infliger un 16-2 en 5’. 17- 36 à la 15ème. Le CJS vient d’assommer Aplemont. Si l’adresse de Ratzel aux tirs primés, l’efficacité de Chapays au petit périmètre et les réussites aux lancers francs d’Anielak y sont pour beaucoup, c’est surtout l’extraordinaire défense collective bas-rhinoise qui fait déjouer les locales. Le temps mort local recadre un peu les Normandes qui, par la puissante M’Baye et l’excellente américaine Jordan, réduisent à 30-41 à la mi-temps.
 
La troisième période est acharnée. Le Havre veut revenir coute que coute tandis que Geispo veut son maintien et gagner ce dernier match à l’extérieur. 30-43 à la 21ème. Ce troisième quart temps, d’une énorme intensité, est un chassé croisé haletant où les visiteuses vont développer un collectif réglé comme du papier à musique. Donivar et Chapays se chargent d’alimenter la marque, parfois au buzzer malgré les coups de boutoirs de la stratosphérique Jordan. 47-55 à la 30ème.
 
Le quatrième acte est de la même veine. Unies comme les cinq doigts de la main, les Villageoises répondent du tac au tac aux Havraises qui jettent toutes leurs forces dans la bataille pour revenir au score. Mukoko réduit par un primé à 50-55. Dans la foulée, Dambach plante son tir encore au buzzer. 50-57. L’issue du match est en train de se jouer au mental et au combat. Vincent est montée sur ressorts, Chapays, en véritable renard de la raquette, vole trois importants rebonds offensifs au nez et à la barbe des grandes du Havre. Donivar est dans l’excellence tandis que Dambach remue la marmite aux quatre coins du terrain, et Voynet, qui a fort à faire avec Jordan, n’oublie pas de scorer à 50-59 à la 35ème.
 
Laurent Chamu prend son deuxième temps mort. Immédiatement Jordan rectifie à 52-59. Geispo est tout en maîtrise malgré la pression adverse. A l’étouffée, Chapays obtient deux précieux lancers francs et les convertit. 52-61. Dans la foulée Mukoko rapproche à 55-61 à la 37ème. Mais Geispo peut s’appuyer sur l’expérimentée Anielak qui prend un important rebond offensif et qui ne tremble pas aux lancers francs. 55-63 à la 38ème. Redevenues expertes dans la gestion du money time, les joueuses de l’Est gagnent avec autorité ce match chez l’un des favoris de la poule. Patrick Lazare peut partir l’esprit tranquille. Le CJS Geispolsheim fera une huitième saison en NF1 en 2017-2018.
 
LE HAVRE 60
GEISPOLSHEIM 66
 
Quart-temps : 15-20, 15-21, 17-14, 13-11.
Arbitres : MM Henry et Martinez. 200 spectateurs environ.
ALA LE HAVRE : 19 paniers sur 53 tirs dont 5 à 3 pts sur 16, 17 lancers francs sur 22, 32 rebonds, 18 balles perdues, 19 fautes.
Masic 3, Mukoko 15, M’Foula 1, Héro, M’Baye 8, Sorel 3, Jordan 30.
CJS GEISPOLSHEIM : 24 paniers sur 59 tirs dont 2 paniers à 3 pts sur 6, 16 lancers francs sur 24, 40 rebonds, 19 balles perdues, 20 fautes.
Chapays 18, Donivar 14, Dambach 2, Voynet 10, Ratzel 6, Lux, Hildenbrand, Nold, Anielak 7, Vincent 9.
 
 

GEISPOLSHEIM - LE GLACERIE

IFS - GEISPOLSHEIM

La tête haute 
 

GEISPOLSHEIM - SAINTE SAVINE

Au bout du suspense 
 

GEISPOLSHEIM - CENTRE FEDERAL II

Sérieuses et appliquées 
 

ARMENTIERES - GEISPOLSHEIM

Un Geispo
d'attaque
 

GEISPOLSHEIM - LA TRONCHE MEYLAN

Geispo enchaîne !
 
 

PAYS VOIRONNAIS - GEISPOLSHEIM

 

Geispo est en marche !

 
Match à nouveau tendu, dans une salle surchauffée par les 500 spectateurs présents, entre deux équipes à la croisée des chemins pour assurer le maintien. À ce jeu-là, “Geispo” a su développer une stratégie bien ficelée servie par un collectif de gala et l’investissement maximal de toutes les joueuses.

D’entrée, Canoine claque un premier panier. Immédiatement, suite à une superbe fixation collective, Ratzel enquille son premier primé. Le match est lancé et les deux équipes vont rester scotchées l’une à l’autre.
Déjà, Vincent est omniprésente au rebond. Du côté de Voiron, Diaby en impose dans la raquette malgré l’excellente défense alsacienne. Mercier, de son côté, est toujours aussi adroite. Pourtant, les visiteuses, par Dambach à nouveau au four et au moulin, ne se laissent pas décramponner. Et ce premier quart-temps, rythmé par un chassé-croisé haletant, se termine sur un score de parité (17-17).

Chapays organise merveilleusement le jeu tout en mouvement du CJS qui déséquilibre plusieurs fois l’organisation défensive adverse. Les Villageoises s’octroient une petite avance : 19-24 à la 24e ’. Le match est de qualité et l’intensité des deux côtés est énorme, avec l’adresse en plus. Blanchon et Mercier scorent à trois points. Ratzel et Lux leur répondent par les mêmes tirs bonifiés.
Et le match s’équilibre à nouveau (29-29, 18e ’). Les deux équipes développent de magnifiques phases de jeu, tant défensives qu’offensives. Face à la solide et grande Diaby, Voynet abat un chantier monstrueux, bien aidée par Vincent ou Anielak à nouveau très précieuse dans ce match. C’est le moment aussi où la cadette Nold fait sa première entrée en Nationale 1 pour faire souffler Dambach. Appliquée et concentrée sur le plan de jeu, Chapays n’oublie pas de scorer opportunément pour rester dans le sillage de Voiron et du duo Mercier-Diaby (34-33, 20e ’).
 
Vincent règne dans les airs
 
Le troisième acte s’apparente souvent à un tournant dans le match. Et Voiron a bien cru parvenir à ses fins en creusant un petit écart par l’adresse des lutines Mercier et Blanchon (43-37, 24e ’). Suite au temps mort de Patrick Lazare, les Alsaciennes retrouvent leur fil conducteur et leur détermination. Anielak aligne quatre points de rang tandis que Vincent « vole » au-dessus de la raquette en contrant à tout va et en gobant des rebonds. Ratzel enquille deux flèches à trois points et Voynet… fait du Voynet. Le résultat ne se fait pas attendre. “Geispo” fond sur Voiron pour prendre définitivement les devants sur un spectaculaire panier “and one” de Ratzel (51-55, 30e ’).

Plus rien n’arrête désormais l’escouade alsacienne. La zone bleue est devenue hermétique. Voynet et Vincent jugulent Diaby au cœur de la raquette, Dambach est sur toutes le balles et verrouille les entrées avec Chapays, tandis que Lux assomme par son deuxième tir bonus. Voiron est au bord du K.O.: 57-67 à la 35e ’. Ratzel a trouvé son second souffle tandis que Chapays gère de main de maître la manœuvre. Voynet, de son côté, s’amuse dans la raquette voironnaise et mystifie Anchling ou Diaby. Vincent en est déjà à son quatrième contre et s’adjuge tout ce qui passe au rebond. La cadette Stenger connaît, à son tour, son baptême de la Nationale 1 : les joueuses du CJS peuvent célébrer cette première et importante victoire à l’extérieur (66-78).

PAYS VOIRONNAIS 66
GEISPOLSHEIM 78
 
Quart-temps : 17-17, 17-16, 17-22, 15-23.
Arbitres: MM. Breysse et Echtioui. 500 spectateurs.
PAYS VOIRONNAIS BC : 27 paniers, dont 5 à 3 points, 7 LF sur 12, 19 fautes.
Mercier 21, Canoine 5, Baudy 4, Blanchon 18, Sarlin 4, Diaby 14, Machal, Souberand, Deborde.
CJS GEISPOLSHEIM : 28 paniers dont 6 à 3 points, 16 LF sur 19, 14 fautes.
Chapays 11, Dambach 11, Voynet 17, Ratzel 15, Lux 6, Hildenbrand, Nold, Anielak 6, Vincent 12, Stenger.
 

 

GEISPOLSHEIM - FRANCONVILLE

Eloise Chapays ici face au Havre et Geispo ont signé une victoire ô combien importante face à un adversaire direct pour le maintien (photo DNA - Jean-Francois Badias)
 
 

Geispo avec les tripes

 
 
Les joueuses du CJSG sont allées au bout d’elles-mêmes pour chercher cette importante victoire. Dans le sillage d’une Dambach survitaminée, les filles de Patrick Lazare ont mené un combat collectif haletant, face à une équipe francilienne expérimentée, accrocheuse et adroite derrière l’arc.
 
La nervosité est palpable des deux côtés dès l’entre-deux à l’image des inhabituelles pertes de balles alsaciennes. Les défenses sont dures et les ouvertures rares. Vincent est tout de suite dans le bon tempo, contrant et prenant d’importants rebonds. Le trio Chapays-Dambach-Voynet porte le fer dans la raquette adverse après le primé de Ratzel. Pourtant, Franconville reste dans la partie grâce à l’adresse à trois points de Dufour et Jomby (13-13, 8e ’). Anielak fait une bonne entrée en défense et conclut cette première période (17-15, 10e ’).
 
Le deuxième quart est tout aussi acharné. Les deux équipes défendent dur et le score avance lentement. Chapays et Dambach impriment le bon rythme et “Geispo” se donne un peu d’air par Donivar et Chapays (24-19) avant que les Franciliennes ne réajustent par Dufour, Jomby et Trottin. 32-31 à la pause méridienne, malgré un bon passage de la jeune Hildenbrand à la mène.
 
“Geispo” fait le break
 
Dès la reprise, les Bas-Rhinoises développent de bonnes combinaisons pour Voynet ou Chapays (38-32, 23e ’). Le break semble fait. Malheureusement, grâce à Souffrant et Dufour sur lancers francs, Franconville recolle (41-39, 25e ’). Lux, très présente en défense, récupère de bonnes balles que Voynet et Chapays exploitent bien (48-42, 28e ’) avant que Dambach ne charparde quelques balles et permette enfin un décrochage plus sécurisant (50-42 puis 53-45, 30e ’).
 
Franconville trouve des solutions
 
Le match n’est pas fini. Chapays organise bien les attaques pour le métronome Voynet, toujours aussi solide au poste, qui score sur de remarquables mouvements (57-45, 32e ’). Loin d’abdiquer, Franconville trouve des solutions par Gérard qui par, deux fois, score par-dessus la défense (57-50, 34e ’). Dambach relance à 60-50 par un tir bonus bienvenu. Dans la foulée, Dufour en replace un. Côté CJSG Donivar plante une flèche autoritaire à zéro degré et Dambach, chipe encore une balle (64-53, 37e ’).
Le chassé-croisé pour sauver le panier average est haletant. Anielak, très précieuse dans ce money time , apporte son écot en scorant cinq points de rang, mais Dufour et Gérard sont adroites derrière l’arc et limitent la casse avec leurs trois primés successifs.
Victoire importante du CJS dans l’optique du maintien (71-64). Il faudra gagner en seizième de Coupe de France pour assurer le ranking (panier average d’office en cas de qualification en huitième) par rapport à Franconville.

GEISPOLSHEIM 71
FRANCONVILLE 64
 
Quart-temps: 17-15, 15-16, 21-14, 18-19.
Arbitres: MM. Franck et Huck. 250 spectateurs environ.
CJS GEISPOLSHEIM: 27 paniers, dont 2 à 3 points, 15 LF sur 20, 17 fautes.
Chapays 16, Donivar 4, Dambach 15, Voynet 19, Ratzel 3, Lux 3, Hildenbrand, Anielak 7, Vincent 4.
BC FRANCONVILLE: 20 paniers, dont 8 à 3 points, 12 LF sur 16, 20 fautes.
Trottin 4, Drozd, Jomby 12, Dufour 20, Souffrant 6, Gerard 12, Crail 2, Necaskova 8.
 

 

CHARNAY - GEISPOLSHEIM

 

Geispo tombe sur plus fort


 
Les déplacements du CJS se font en petit comité depuis que Pauline Distel a dû mettre entre parenthèses sa saison. Mais l’état d’esprit est irréprochable et le groupe se bat en attendant des jours meilleurs.
 
Dès l’entame, on sent Charnay revanchard de sa défaite au match aller (62-56). Par Cortinovis et Diakité dans la raquette, les locales prennent les devants (4-1).
Chapays, malgré l’éreintante pression défensive de Joret, réussit tant bien que mal à organiser le jeu offensif. Sous l’impulsion de Dambach et Vincent, “Geispo” égalise (5-5) avant que Belleville et Michel ne permettent aux siennes de prendre les devants en dégainant derrière l’arc. Vincent est impeccable, mais Dambach est déjà lestée de deux fautes et les villageoises doivent laisser filer les locales suite à quelques inutiles pertes de balles (18-9, 10e’ ).
 
Les Alsaciennes se rebiffent
 
Au deuxième quart, la petite troupe alsacienne se rebiffe à la faveur d’un jeu bien organisé qui trouve Lux à la conclusion. Belleville répond à trois points (21-14, et même 23-17, 15e ’). Face aux gabarits intérieurs adverses, Alienak et Voynet gagnent de bonnes balles au rebond qui permettent un rapproché à 33-30 à cinq secondes de la fin de la première mi-temps par Anielak. Hélas, Joret réussit sa tentative au buzzer depuis sa zone arrière (36-30, mi-temps).
Dès la reprise, dans cette salle glaciale au chauffage en panne, le CJS prend la foudre par Diakité d’abord, déchaînée dans la raquette, et par l’adresse extérieure de Michel. Pendant ce temps, Dambach écope de sa quatrième faute et Ratzel ouvre son compteur (60-39, 30e ’).
 
"Geispo” sans meneuses
 
Très vite, Dambach est également éliminée pour cinq fautes (34e ’). Sans meneuses pour les six dernières minutes, mais avec un trident d’intérieures et deux shooteuses, le CJS se réorganise et développe une partition homérique, à l’image de Vincent, Anielak et Voynet. L’adresse retrouvée de Ratzel et les contre attaques de Lux portent la marque à 67-54 (36e ’) après deux primés de la première.
Malheureusement, Michel est dans un grand jour et veille au grain en dégainant par trois fois derrière l’arc : 70-54, 70-56, 73-56, 76-61 (38e ’) et finalement 80-67 sur une série de Ghariani pour Charnay et du duo Lux-Anielak du côté de “Geispo”.
 
CHARNAY 80
GEISPOLSHEIM 67
 
Quart-temps: 18-9, 18-21, 24-9, 20-28.
Arbitres: MM. Tuison et Dusidour. 250 spectateurs environ.
CHARNAY BASKET BOURGOGNE SUD: 28 paniers, dont 13 à 3 points, 8 LF sur 14, 20 fautes.
Cortinovis 17, Perro, Belleville 15, Joret 9, Michel 18, Brenot, Diakité 9, Radovic, Ghariani 12.
CJS GEISPOLSHEIM: 25 paniers, dont 3 à 3 points, 14 LF sur 20, 14 fautes (Chapays, 33e ’, et Dambach 34e ’, éliminées).
Chapays, Lux 17, Dambach 6, Voynet 11, Ratzel 13, Anielak 12, Vincent 8.

 

GEISPOLSHEIM - LE HAVRE

Amélie Voynet s'est imposée dansla raquette havraise, les filles de Geispo finissent l'année en beauté à domicile (photo DNA Jean-Francois Badias)

 

 

Un Geispolsheim de gala


 

Les deux équipes ont offert une superbe prestation au bout d’un match aux mi-temps contrastées, puisque la première a été celle de l’adresse et la deuxième celle de l’âpreté défensive. Au final, c’est le CJS qui est sorti vainqueur de cette opposition serrée.

 
 
M’Baye et Masic donnent le ton d’entrée, pour les Havraises (0-4). “Geispo” combine à merveille et égalise par Anielak et Distel.
S’en suit un chassé-croisé où Mukoko est d’une incroyable adresse extérieure, alors que les locales marquent sur des combinaisons offensives dans le petit périmètre, principalement par Voynet (22-19, 10e ).
Le deuxième quart débute bien pour les villageoises qui gardent les devants par Donivar. Mais l’efficacité de Mukoko et l’agressivité offensive de M’Foula permettent aux visiteuses de revenir. Heureusement, Ratzel plante son premier primé (29-24, 13e ’).
Le Havre se rebiffe et revient petit à petit. Du côté local, l’efficacité d’une Anielak retrouvée fait du bien avant que Ratzel place sa deuxième flèche primée pour répondre à celle d’Hero (40-40, 19e ’). Dans un dernier rush, Vincent et Voynet s’imposent dans la peinture (44-40, 20e ’).
 
Les défenses deviennent féroces
 
La physionomie de la deuxième mi-temps est à l’opposé de la première. Les deux équipes ont érigé leur ligne Maginot. Personne ne s’économise.
Jordan, l’Américaine du Havre, malgré sa contracture au mollet, fait son entrée et installe sa vitesse et sa puissance dans le jeu intérieur des visiteuses. Surprises, les Alsaciennes perdent la main, malgré leur bonne assise défensive. (52-55, 30e ).
Le dernier quart est joué avec une énorme intensité défensive. Les deux équipes veulent ce match et les blocs défensifs ne lâchent rien. À ce jeu, la vivacité alsacienne fait petit à petit vaciller les solides Normandes. Jordan étant verrouillée par la défense locale, ses coéquipières ne trouvent plus d’espaces extérieurs et “Geispo” récupère de précieux rebonds qui sont bien exploités par Dambach et Chapays (63-60, 34e’ ).
 
Au bout du suspense
 
Le suspense est total. Chaque attaque est le fruit d’une gestion extrême à l’image du miraculeux tir primé de Voynet, au buzzer (66-60, 36e ’). M’Baye réduit à 66-63 avant que Distel (toujours handicapée par son tendon) libère ses coéquipières sur un autoritaire tir bonus en tête de raquette (69-63, 38e ’). Chapays pose le couvercle sur le match, à travers deux lancers francs.
Cette dernière victoire de l’année à domicile récompense l’investissement des filles du CJS, qui ont offert un spectacle haletant à leur public.
 
GEISPOLSHEIM 71
LA HAVRE 63
 
Quart-temps : 22-19, 22-21, 8-15, 19-8.
Arbitres : MM. Deininger et Touzani. 200 spectateurs environ
CJS GEISPOLSHEIM : 26 paniers dont 4 à trois points, 13 lancers francs sur 15, 10 fautes.
Chapays 11, Donivar 6, Dambach 5, Voynet 23, Distel 5, Ratzel 6, Lux, Hildenbrand, Anielak 13, Vincent 2
ALA LE HAVRE : 25 paniers dont 5 à 3 points, 6 lancers francs sur 8, 16 fautes.
Masic 4, Broguy, Mukoko 14, Hautot, M’Foula 13, Héro 9, M’Baye 15, Sorel, Jordan 8.

 

LA GLACERIE - GEISPOLSHEIM

 

Geispolsheim refroidi ...

 

Bien dans le match tactiquement, le CJS n’a pas assez bien géré ses possessions en attaque, ni exploité sa domination aux rebonds pour contrer l’adresse extérieure des joueuses de La Glacerie samedi.
Dès l’entame, les deux équipes déploient leurs intentions stratégiques. Les locales s’appuient sur la puissance intérieure de Long et l’aisance de l’ex-Racingwoman, M’Paka, pour faire un premier petit écart (12-6, 5e ’).
Chapays à la mène, Dambach, pleine de peps, et Distel, précieuse en défense, jouent à l’unisson pour orienter le jeu vers Voynet et Anielak et les visiteuses reviennent à 20-20 à la 10e ’.
“Geispo” ferme l’accès à la raquette malgré le défi physique imposé par l’Américaine Long et La Glacerie s’en remet à l’adresse extérieure de Chieneka (trois tirs bonus de suite). Un instant distancées (31-25, 14e ’), les Alsaciennes, après avoir gâché quelques balles, reviennent en trombe sur les ailes d’une Anielak enfin de retour aux affaires, et recollent à 35-33 à la mi temps.
À la reprise, les Normandes prennent le large et pensent avoir fait l’essentiel (42-35, 22e ’). “Geispo” a les moyens de revenir, mais vendange trop de balles dans ce troisième acte. Les joueuses de La Glacerie exploitent de la meilleure des façons la précipitation bas-rhinoise qui lui offre de bonnes cartouches. En dépit d’une belle activité défensive collective, les Alsaciennes pointent à huit longueurs (53-45) à la 30e ’.
Les protégées de Patrick Lazare ne sont pas décidées à lâcher ce match important dans l’optique du maintien. “Geispo” gagne à nouveau des balles au rebond ou en défense.
 
Manque de lucidité
 
Remplaçant Chapays, criblée de fautes, Dambach dynamise le jeu offensif du CJS qui revient au score en portant le fer à l’intérieur (58-57, 35e ’). Las. La puissance de Long permet à La Glacerie de s’échapper à 68-62.
À l’unisson, le cinq Dambach-Distel-Ratzel-Voynet-Anielak se bat en défense et se redonne de l’espoir sur un tir longue portée de Ratzel, pour un rapproché à 68-65 à la 37e ’.
Mais un manque de lucidité dans le money time envoie M’Paka et Long sur la ligne des lancers et le tandem ne se fait pas prier pour assurer la victoire des Normandes : 75-66.
 
LA GLACERIE 75
GEISPOLSHEIM 66
 
Quart-temps : 20-20, 15-13, 18-12, 22-21.
Arbitres: MM. Hortet et Puullelaouin. 150 spectateurs environ.
US LA GLACERIE : 25 paniers, dont 7 à trois points, 18 LF sur 22, 18 fautes.
M’Paka 15, Chieneka 11, Galand 7, Nee 8, Chuinard 5, Sipos 10, Long 19, Bouzeuna.
CJS GEISPOLSHEIM : 24 paniers, dont 1 à trois points, 17 LF sur 21, 18 fautes (Chapays, 39e ’, éliminée).
Chapays 2, Dambach 11, Voynet 22, Distel 2, Ratzel 5, Lux 3, Anielak 16, Vincent 5.

 

GEISPOLSHEIM - IFS

Marie-Ange Vincent a été très précieuse dans la peinture (photo DNA Jean-Christophe Dorn)




Retour gagnant

 

 
 
Le CJS a gagné un match stratégique face à l’un des ténors de la poule, Ifs. Bien en place en défense et avec le retour de Donivar, les Alsaciennes ont su faire déjouer une fringante équipe d’Ifs dans un match alerte et de belle qualité.
 
Dès l’entre-deux, les deux formations développent leur fond de jeu, mais sans conclure. Le match est rythmé. C’est l’ancienne joueuse de Ligue, Legoupil, qui ouvre le compteur pour les visiteuses, rapidement imitée par Voynet du côté local.
Le score évolue lentement. Les deux équipes défendent le plomb à l’image de Dambach et Distel, toujours handicapée par son tendon, ou du trio Bétis, Legoupil, Pelissou, côté Ifs.
Le moindre espace est exploité par les Caennaises où Legoupil trouve malgré tout, une lucarne pour un tir bonus et prendre l’avantage à la fin du premier quart (9-11).
 
“Geispo” impose son jeu rapide
 
L’entrée en jeu de Donivar donne plus de sens au jeu alsacien. Scorant d’entrée, la n°5 impulse une nouvelle dynamique qui va booster ses coéquipières. “Geispo” prend rapidement ses distances par son jeu rapide avec, à la conclusion, Lux ou Ratzel sur de bons services de Chapays.
La balle circule mieux, ce qui donne de bonnes cartouches aux intérieures locales. Ifs n’inscrit qu’un seul panier par Beyres et survit grâce aux lancers francs (30-20).
 
À la reprise, le match est toujours aussi animé. Aucune équipe ne craque. Les stratégies défensives fonctionnent bien. Anielak retrouve quelques sensations et les deux équipes avancent aux lancers francs. À ce jeu, Ifs est plus adroit et se rapproche un peu, surtout par une Pelissou sur vitaminée. Heureusement, Vincent retrouve sa verve aux rebonds tout en aidant bien Voynet au scoring (45-37, 30e ’).
 
Dans ce dernier quart, les deux adversaires sont à nouveau en mode forteresse. La mobilité collective défensive des deux côtés est magnifique. Aucune équipe ne lâche avant que Pelissou ne trouve un trou de souris pour planter un primé (45-42, 32e ’). Voynet y va de sa botte secrète (47-42) avant que Lauvergne ne sème le doute (47-44, 33e ’).
Le suspense est total. Un temps-mort et Patrick Lazare recadre son équipe. La défense locale récupère de bonnes balles et le jeu offensif est à nouveau mieux huilé. Dambach dans un rush redonne de l’air avant que Donivar à mi-distance et Distel, en bolide de course, ne scellent le score de cette belle victoire (57-48).
 
GEISPOLSHEIM 57
IFS 48
 
Quart-temps: 9-11, 21-9 (mi-temps: 30-20), 15-17, 12-11.
250 spectateurs environ. Arbitres: MM Drissi et Davidas.
CJS GEISPOLSHEIM: 22 paniers, dont 0 à trois points, 13 LF sur 18, 17 fautes.
Chapays 5, Donivar 8, Dambach 6, Voynet 13, Distel 4, Ratzel 6, Lux 5, Anielak 4, Vincent 6.
CLUB BASKET D’IFS: 15 paniers, dont 3 à trois points, 15 LF sur 18, 19 fautes.
Bétis 3, Aulnette, Legoupil 10, Pelissou 16, Djekoundade 4, Plouhinec 4, Lauvergne 6, Beyres 2.


 

GEISPOLSHEIM - FURDENHEIM (TROPHEE COUPE DE FRANCE)

Eloise Chapais a donné le ton et Geispolsheim s'est envolé au score (photo DNA Laurent Réa)


"Geispo" sans forcer

 

Face à une équipe de Furdenheim (N2) souvent hors sujet, Geispolsheim (N1) n’a pas eu à forcer son talent pour s’imposer dans les grandes largeurs (88-52), mercredi, lors du deuxième tour du Trophée Coupe de France.

 
Entre l’équipe de Geispolsheim, neuvième de N1, et celle de Furdenheim coleader de N2, on pouvait s’attendre à une rencontre serrée. Il n’en a finalement rien été et l’on ne retiendra, au terme d’un match bien insipide, que le score est à la hauteur de la gifle reçue mercredi soir par les “Abeilles”.
 
La partie démarre sur un petit rythme. Du côté de Geispolsheim, seule Chapays semble avoir les idées claires. Elle inscrit les six premiers points de son équipe. Chez les filles de Furdenehim, il y a plus d’envie, une bonne défense et de l’adresse sur la ligne des lancers francs, mais pas moins de déchet offensif. Dans ces conditions, les sept points d’avance au coup d’envoi ne mettent pas bien longtemps à fondre.
Un primé de Ratzel et “Geispo” passe devant (18-16, 8e ), mais Fuchs égalise aux lancers. Les locales auraient pu émarger en tête dès la fin du premier quart, mais une faute inutile de Lux permet à nouveau à Fuchs de ramener les siennes (20-20, 10e ).
 
C’est le moment que choisissent Lux et Ratzel pour décocher leurs flèches à trois points et les Villageoises laissent les Abeilles sur place (34-26, 16e ). Mais après un contre éclair conclu par Denu, deux balles perdues et un air ball de “Geispo”, voilà les visiteuses déjà revenues à hauteur (34-34, 18e ). Ratzel fait à nouveau mouche à trois points alors que Fuchs vendange plusieurs lay-up qui permettent aux locales de rester en tête (39-34, 20e ).
 
“Fufu” coule en seconde période
 
À la reprise, Furdenheim a laissé ses systèmes défensifs au vestiaire et Geispolsheim a retrouvé de sa fluidité collective. Maudites aux tirs, notamment extérieurs, dépassées physiquement et dans l’intention dans la raquette locale, en panne en défense, les Abeilles encaissent un 26-8 dans ce quart-temps.
Et à voir les têtes basses au moment du retour sur le banc, on comprend qu’il n’y aura pas de révolte dans le dernier acte. En effet, De Amorim aura beau alimenter la marque, en face, le CJS Geispolsheim déroule et s’impose dans les grandes largeurs (88-52).
 
« On s’est embarqué dans un faux rythme au début et on jouait trop resserré. Dès le troisième quart-temps, on s’est écarté, reconcentré et on a pu dérouler », analyse sobrement Patrick Lazare, le coach villageois.
« On n’attendait pas grand-chose de ce Trophée Coupe de France et de ce match, mais là, perdre de trente-six points, c’est lourd ! On va faire une pause jusqu’à lundi avant de basculer sur la fin d’année en restant concentré sur le championnat », indique quant à lui Guillaume Vidot, le technicien de “Fufu”.
 
GEISPOLSHEIM 88
FURDENHEIM (+7) 52
 
Quart-temps : 20-20, 19-14 (mi-temps : 39-34), 26-8 (65-42), 23-10 (88-52).
Arbitres : MM. Deck et Madembo.
GEISPOLSHEIM : 35 paniers dont 6 à trois points, 12 LF sur 17, 16 fautes.
Chapays 23, Dambach, Distel 4, Voynet 14, Vincent 6, puis Hildenbrand, Ratzel 22, Lux 13, Anielak 6.
FURDENHEIM : 16 paniers dont 1 à trois points, 12 LF sur 14, 18 fautes.
Specq, De Amorim 15, Denu 4, Clauss 8, Amrhein 8, puis Muller, Fuchs 4, Soller 2, Duskova 4

 

SAINTE SAVINE - GEISPOLSHEIM

Auriane Lux et ses coéquipières de Geispolsheim ont été sérieusement malmenées sur le parquet de Sainte Savine (photo archives DNA Michel Frison)

 

Frustrées !

 
 
Les joueuses de Geispolsheim ont réalisé leur meilleure prestation à l’extérieur de cette saison. À Sainte-Savine, les filles de Patrick Lazare ont dominé une phalange locale aux abois, en première mi-temps, mais elles n’ont pas su répondre à l’agressivité – souvent limite – des recevantes avec des arbitres devenus très… partisans au cours de la deuxième période.
 
Dès l’entre-deux initial, les Alsaciennes prennent immédiatement la direction des opérations. Voynet, Dambach et Distel sont au diapason et mènent grand train sous l’impulsion de Chapays bien inspirée: 11-23 sur un super primé de Ratzel (10e ’).
 
Les Bas-Rhinoises sont en tête à la mi-temps
 
Le deuxième quart est plus équilibré. Sainte-Savine retrouve un peu de verve dans son jeu par la jeune et étonnante Désir, qui plante huit points au cours de cette période. Du côté des visiteuses, la balle circule bien, mais quelques bévues les empêchent de creuser l’écart. Mais grâce, notamment, à l’adresse de Voynet, les Bas-Rhinoises basculent en tête à la pause (29-39).
 
La deuxième mi-temps est malheureusement d’une autre facture. Visiblement, les arbitres ont décidé de changer le logiciel de jeu en ne sifflant qu’avec parcimonie les contacts présents à chaque démarquage et chaque action vers le panier des locales (qui écopent pourtant de 25 fautes !).
Malgré tout, les protégées de Patrick Lazare tiennent bon face aux impunités des actions défensives adverses qui les empêchent de jouer et affaiblissent petit à petit leur mental. Mais en dépit de leur combativité, les Villageoises voient revenir des Saviniennes de plus en plus alertes et portées par Cuomo et Traoré (40-45, 25e ’).
 
“Geispo” reste digne
 
Voynet a beau se frayer le chemin vers le panier, plus aucune faute n’est sifflée sur elle. Rien n’y fait. Excédées, les Bas-Rhinoises en perdent leur concentration. Chapays, bien que lestée des bras de son adversaire, trouve pourtant les ressources pour garder un soupçon d’avance à la 30e ’ (49-52).
Tout est encore possible. Mais l’excessive agressivité des locales lamine progressivement les joueuses du CJS, qui refusent de rentrer dans ce type de jeu de destruction. Sainte-Savine passe alors en tête (59-57). La fin de match est rocambolesque et incompréhensible pour les visiteuses qui garderont leur calme et un comportement digne jusqu’au bout.
Grâce à ce succès, les Auboises peuvent à nouveau nourrir des ambitions dans ce championnat décidément très indécis.

SAINTE-SAVINE 64
GEISPOLSHEIM 59

Quart-temps: 11-23, 18-16, 20-13, 15-7. Arbitres: MM. Clavoe et Joseph. 250 spectateurs.
SAINTE-SAVINE: 23 paniers, dont 6 à trois points, 10 LF sur 13, 25 fautes.
Roulet 2, Traoré 9, Cloarec 7, Cuomo 6, Sidibé 8, Désir 17, Chabadova 7, Lesoudard 4
CJS GEISPOLSHEIM : 20 paniers dont 4 à trois points, 14 LF sur 27, 15 fautes.
Chapays 14, Dambach 4, Voynet 18, Distel 6, Ratzel 7, Lux 4, Anielak, Vincent 6.

 

CENTRE FEDERAL 2 - GEISPOLSHEIM


En manque de confiance

 

Le CJS Geispolsheim n’a pas livré un mauvais match à l’INSEP face aux jeunes espoirs nationaux, mais visiblement la confiance dans ses capacités est sérieusement entamée au point de faire des bévues de… cadettes.

 
Dès l’entame, les jeunes du Centre fédéral jouent crânement avec culot et physique à l’image du panier primé de Fauthoux et de la vitesse d’Ewodo.
Du côté des Alsaciennes, Dambach semble avoir pris le match par le bon bout, bien soutenue par la paire Chapays – Distel. (5-6 à la 3ème ). Adroites à trois points sur des tirs de dernières chances, les locales prennent un peu d’avance par Wadoux, malgré la secousse de Voynet et l’adresse de Ratzel (17-16 à la 10ème ).
 
Dès le deuxième quart-temps, par les primés de Lux et de Ratzel, le CJS Geispolsheim revient et prend les commandes (24-27 à la 12ème ). Mais l’embellie est de courte durée. Trop fébriles et pas assez entreprenantes, les « Villageoises » cafouillent quelques belles occasions pour s’échapper. Ce qui favorise le retour des jeunes pousses par Devaux et Fauthoux (34-35 à la mi temps).
 
Le match est acharné et aucune des équipes ne veut lâcher la victoire. On note 15 égalités et 16 alternances de score dans cette rencontre.
Il faut dire que «Geispo» se rend la partie indécise par ses nombreux manques de lucidité au moment d’attaquer le cercle ou dans ses replacements défensifs. Et comme les joueuses de l’INSEP y croient, ces dernières restent à gué à la 30ème par les duos Niang – Chery dans la raquette et Wadoux – Domenger dans le jeu extérieur et ce malgré l’abattage de Voynet et Chapays (51-52).
Le match reste serré dans ce dernier quart-temps. Les deux équipes varient leurs stratégies mais aucune ne s’impose vraiment. Pourtant, petit à petit le harcèlement intérieur au rebond offensif des Parisiennes, bien plus grandes et lourdes que les intérieures alsaciennes, pèse de plus en plus.
 
Les visiteuses lâchent quelques deuxièmes chances qui permettent à l’équipe de l’INSEP de faire la course en tête dans ce 4ème quart-temps (56-54 à la 32ème puis 58-57) suite à trois lancers francs de Voynet.
Ratzel redonne de l’espoir, (58-59) avant que Fauthoux ne calme les ardeurs des Bas-rhinoises par un tir bonus. (61-59). Voynet égalise sur deux lancers francs avant que Fauthoux ne transforme les siens à la 39ème , 64-61. Chapays rectifie à 64-63.
Il reste 39 secondes à jouer. Malgré le gain de la balle, «Geispo» n’arrive pas à marquer. Devaux bénéficie de deux lancers Francs à cinq secondes du terme pour établir le score final à 65-63.

CENTRE FEDERAL 65
GEISPOLSHEIM 63

Quart-temps : 17-16, 17-19, 17-17, 14-11. Arbitres M Bricout et Melle Boudjellou.
CENTRE FEDERAL BB2 : 22 paniers sur 59 tirs dont 9 sur 21 à 3 points, 12 lancers francs sur 21, 41 rebonds, 25 balles perdues, 23 fautes.
Fauthoux 18, Devaux 10, Ewodo 6, Niang 4, Salaun 2, Domenger 9, Wadoux 9, Chery 7.
CJS GEISPOLSHEIM : 18 paniers sur 54 tirs dont 6 sur 19 à 3 points, 21 lancers francs sur 29, 37 rebonds, 19 balles perdues, 16 fautes.
Chapays 18, Dambach 6, Voynet 21, Distel 1, Ratzel 11, Lux 3, Anielak 3, Vincent.
 
 

GEISPOLSHEIM - ARMENTIERES

Pauline Distel (balle en main) a été l'une des rares à tirer son épingle du jeu samedi et à évoluer à son véritable niveau (photo archives DNA)

 

 

 

"Geispo" pris au piège

 
 
Méconnaissable, “Geispo” n’a pas su apprivoiser ce match face à une vaillante équipe d’Armentières. Les visiteuses ont su exploiter les énormes bourdes offensives des locales pour réussir l’exploit de la soirée.

L’entame du match résume bien le scénario à venir. Un très bon mouvement offensif des Villageoises s’achève par un panier… raté, sur un tir ouvert sans opposition. S’y ajoute une inhabituelle maladresse aux lancers francs qui ne rassure pas non plus.
Geispolsheim fait illusion par l’adresse aux trois points de Ratzel. Mais la fébrilité intérieure est prégnante et Armentières, par Zwolinski et Lalart, en profite pour revenir de 12-7 (3e ’) à 12 -12 (6e ’). Dilapidant leurs lancers francs et leurs tirs de près, les Alsaciennes se font même doubler à la 10e ’: 16-19.
 
Le deuxième quart-temps est de la même veine. Le CJSG développe un jeu cohérent, mais ne concrétise pas malgré l’abattage d’une impeccable Distel, trop peu soutenue par ses partenaires bien transparentes. Du côté des visiteuses, l’efficacité dans le jeu direct est de mise face aux négligences défensives bas-rhinoises. Girard et Zwolinski maintiennent leur avance : 31-36 au mitan.
 
Réagissant enfin un peu, par Voynet et Vincent, un sursaut suivi de deux primés de Distel et Ratzel, “Geispo” refait son retard et fait même la course en tête (52-43, 26e ’).
On croit un court instant que la machine est lancée. Mais les démons de l’approximation resurgissent. Mauvaises passes, tirs de près ratés, oublis défensifs et Armentières se refait rapidement une santé, par Merlot et surtout Zwolinski, qui libre de tout marquage, marque son troisième primé de la soirée (52-49, 30e ’).
 
Rien ne fonctionne comme d’habitude
 
Compte tenu des habituels standards de l’équipe, cette avance devrait suffire dans le quatrième quart-temps. Malheureusement, rien ne fonctionne comme d’habitude.
Ratzel doit sortir pour sa cinquième faute. Et les pertes de balles directes s’enchaînent du côté local. Armentières en profite pour revenir sur de promptes contre-attaques. Zwolinski, d’un tir extérieur, puis Marsac, aux lancers francs, renversent la vapeur pour permettre aux visiteuses de reprendre la main (56-58, 35e ’, puis 56-60, 36e ’).
Le temps-mort alsacien semble produire son effet. “Geispo” revient par Distel et Vincent avant que Chapays ne redonne l’espoir à cinq secondes de la fin sur un “2+1” : 66-65. Mais Marsac réussit l’improbable panier à une seconde du buzzer. 66-67, score final.

GEISPOLSHEIM 66
ARMENTIERES 67
 
Quart-temps : 16-19, 15-17, 21-13, 14-18.
Arbitres: MM. Boucekkine et Guironnet. 258 spectateurs.
CJS GEISPOLSHEIM : 25 paniers, dont 6 à trois points (Ratzel 5), 10 LF sur 19, 17 fautes.
Chapays 5, Dambach, Voynet 13, Distel 16, Ratzel 15, Lux 5, Hildenbrand, Anielak 5, Vincent 5, Boehrer.
SO ARMENTIÈRES : 25 paniers, dont 4 à trois points, 13 LF sur 15, 20 fautes.
Zwolinski 15, Merlot 6, Marsac 19, Lalart 3, Akmouche 4, Girard 12, Philippon 4, Faurez, Messi Fouda 2.
 
 

la tronche meylan - GEISPOLSHEIM


Du retard à l'allumage


Après une entame de match tronquée, le CJS Geispolsheim a failli réussir le hold-up dans l’Isère. Mais le malaise de Pauline Distel et le tampon de Charline Freminet-Servage, qui blesse Cécile Dambach au niveau de l’épaule, ont peut-être été de trop dans le money time pour l’équipe alsacienne pourtant revenue en trombe.
 
La Tronche prend immédiatement les devants par Freminet-Servage et Pottiez, avant que Distel et Vincent ne ramènent leur équipe à 7-7 (3e ’). Timides et peu entreprenantes dans leurs interventions défensives, les Villageoises laissent des brèches dans leur défense que les locales exploitent subtilement. Timeka et ses coéquipières font un premier break malgré les réussites de Distel et Voynet (23-15, 10e ’).
 
Dans le 3e quart, “Geispo” montre un meilleur visage
 
Étonnamment peu à l’aise dans leur jeu collectif avec peu de circulation de balle, les visiteuses semblent tétanisées et perdent trop de balles par manque de lucidité. La Tronche en profite pour accentuer son avance par la puissante Mendy qui, non seulement fait le ménage dans la raquette, mais plante également son primé dans ce quart-temps, un quart-temps au cours duquel Boehrer fait un bon passage (41-29, mi-temps).
 
Décidées à ne pas laisser ce match, “Geispo” montre un meilleur visage à la reprise du troisième quart. Ratzel, Voynet et Distel redonnent de l’espoir à leurs coéquipières un court moment (44-36). Mais Freminet-Servage se charge de calmer l’ardeur des visiteuses en plantant cinq points de rang, bien aidée par les réussites de Mendy et Tomczak (56-40, 30e ’).
 
Et soudain, c’est le drame...
 
Dès le début du quatrième quart, les joueuses de Patrick Lazare se réveillent enfin et sont plus percutantes. Lux, Chapays et Distel alimentent la marque. Voynet et Vincent bouclent la zone réservée et l’écart se réduit (58-49, 33e ’). Tomczak arrête l’hémorragie par deux paniers (62-51).
 
Distel, victime d’un malaise, doit sortir à la 35e ’. Dambach la remplace et plante un primé qui ramène “Geispo” à 64-56 (36e ’). Mieux, Voynet rapproche à 64-59 dans la foulée. C’est le moment où le vilain geste de Freminet -Servage élimine Dambach du jeu. Un seul lancer-franc est marqué sur la logique antisportive qui aurait pu (dû?) être une “disqualifiante” (64-60, 38e ’).
 
Tout redevient possible. Les temps morts se succèdent. Les équipes scorent à tour de rôle. Les visiteuses tentent le tout pour le tout pour empocher la victoire. Finalement, Roche met un point final au suspense en figeant le score à 70-64 au buzzer.
 
MEYLAN 70
GEISPOLSHEIM 64
 
Quart-temps: 23-15, 18-14, 15-11, 14-24.
Arbitres: MM. Bertheloot et Groussin. Une centaine de spectateurs.
BC LA TRONCHE MEYLAN : 29 paniers, dont 5 à 3 points, 7 LF sur 12, 19 fautes.
Yomi 2, Limousin, Timeka 6, Choron, Freminet-Servage 21, Lambert 3, Pottiez 10, Mendy 12, Tomczak 11, Roche 6.
CJS GEISPOLSHEIM : 25 paniers, dont 1 à 3 points, 13 LF sur 19.
Chapays 12, Ratzel 2, Dambach 3, Voynet 14, Distel 11, Boehrer 2, Lux 10, Anielak 4, Vincent 6.
 
 

GEISPOLSHEIM - PAYS VOIRONNAIS


De toute beauté !


Le deuxième match contre un des prétendants aux play-offs s’est soldé par une nette victoire des locales au terme d’une rencontre spectaculaire et de toute beauté.
 
Le CJS entre de suite dans le bon rythme par la tonique Dambach et les omniprésentes Chapays, Distel et Voynet (8-4, 3e ’). En face, Voiron s’appuie sur la surpuissante Diaby dans la raquette pour limiter les dégâts.
La défense des Alsaciennes fait merveille en stoppant les adroites Blanchon et Mercier et en jugulant Diaby. “Geispo” est bien inspiré en attaque et défend proprement, avec énergie et efficacité. Les balles gagnées au rebond sont bien exploitées par Voynet, qui trouve des lucarnes ou Distel qui plante même un primé de sept mètres avant de conclure sur une accélération dont elle a le secret. 21-10 bonifié à 21-13, après un tir primé de Blanchon (7e ’). Moment où Ratzel entre en jeu et assomme des Voironnaises en recherche d’équilibre, par une rafale de trois tirs à trois points en trois attaques de rang lors des trois dernières minutes de ce quart (30-16, 10e ’).
 
Retrouvant leurs esprits, les Voironnaises défendent mieux lors du deuxième quart et réussissent à glisser quelques grains de sable dans la belle mécanique offensive alsacienne. Mercier et Machal réduisent un peu l’écart (30-21), avant que Vincent ne marque sous le cercle sur une superbe claquette (36-21, 14e ’). L’adresse générale baisse un peu et les débats s’équilibrent. Sentant le danger, Ratzel dégaine à nouveau derrière l’arc, bien soutenue par Voynet qui exploite la mise au repos de Diaby (44-29, 20e ’).
 
La reprise du troisième quart est à l’avantage d’une courageuse équipe de Voiron qui ne lâche pas le match et porte le danger par l’indispensable Diaby dans la peinture et par la lutine Mercier.
 
Voiron veut enrayer la machine alsacienne
 
Opiniâtres, les visiteuses reviennent même à six points (48-42). Voiron est tout près de réduire encore plus l’écart sur contre-attaque, mais Vincent revient dare dare pour réussir un contre spectaculaire sur le tir en course de Blanchon. Dominant le rebond, “Geispo” est à la relance, servi par une Chapays des grands soirs et un duo Distel-Voynet au four et au moulin. Les Villageoises repartent de l’avant et maintiennent leurs adversaires à 16 points (58-42, 30e ’).
 
Voiron veut revenir et cherche à enrayer le beau et efficace jeu en mouvement des Alsaciennes en variant ses défenses. Rien n’y fait. Ratzel, au bras retrouvé, inscrit son cinquième primé, Chapays l’imite et l’écart enfle (66-46, 33e ’). Mais les Voironnaises n’abdiquent pas. Le moindre relâchement défensif est exploité par les adroites Baudy ou Kuzeli (70-56, 36e ’). “Geispo” veut cette victoire. Chapays organise merveilleusement le jeu offensif bas-rhinois pour servir Voynet ou Vincent sur un plateau et contenir les Iséroises à distance avant qu’Hildenbrand ne fasse sa première entrée en N1 au terme d’un match très fair play mais intense (78-60).
 
GEISPOLSHEIM 78
VOIRON 60
 
Quart-temps: 30-16, 14-13, 14-13, 20-18. Arbitres : MM. Funfrock et Deck. 250 spectateurs environ.
CJS GEISPOLSHEIM : 28 paniers, dont 7 à 3 points (Ratzel 5), 15 LF sur 20, 12 fautes.
Chapays 11, Dambach 3, Voynet 22, Distel 15, Ratzel 15, Lux, Hildenbrand, Anielak, Vincent 9, Boehrer 2.
VOIRON: 24 paniers, dont 3 à 3 points, 9 LF sur 10, 16 fautes.
Machal 7, Souberand, Mercier 6, Kurzeli 7, Baudy 8, Deborde 3, Blanchon 7, Sarlin 4, Diaby 12.

 

FRANCONVILLE - GEISPOLSHEIM


Une histoire d’adresse


Après une semaine d’entraînement perturbée par les absences de Voynet, pour des raisons de santé, et Dambach, en stage de plein air, le CJS se présente dans l’arène de Franconville sur un mode mineur.

D’entrée de match, après un premier tir réussi de Distel, Gérard et Jomby impulsent le jeu parisien (5-4 à la 3e ’). Dufour continue sur la lancée et, petit à petit, Franconville prend le dessus face à une équipe alsacienne bien approximative malgré l’omniprésence de Vincent en attaque et au rebond, bien aidée par la vivacité de Dambach (21-12, 10e ’).
 
La reprise du deuxième quart est de la même veine. Franconville défend fort sur les joueuses de Geispolsheim. Les visiteuses oublient leur collectif malgré la combativité de la meneuse Chapays. Les Bas-Rhinoises précipitent leurs tirs. Et comme souvent dans ce cas, les actions offensives sont infructueuses.
Dominateur au rebond, Franconville, de son côté, envoie cinq rafales bonifiées de suite (par Gérard, Jomby et Drozd) qui assomment «Geispo» (41-21, 16e ’). Distel, Boehrer et Voynet se rebiffent et scorent, enfin, pour arrêter l’hémorragie, bien soutenue par l’abattage de Chapays (47-28 à la mi-temps).
 
Dans le troisième quart, Franconville continue sur le même rythme, avec la même agressivité défensive et bénéficie, surtout, d’une adresse hors du commun. Rugueuses, les Parisiennes contiennent les velléités des visiteuses.
 
Les Alsaciennes ne renoncent pas
 
Mais les Alsaciennes ne laissent pas filer le match et retrouvent une partie de leur basket malgré une maladresse chronique tant dans la peinture que derrière l’arc. Boehrer éclaire enfin le jeu par de bonnes séquences offensives. L’expérimentée Gérard du côté franconvillois continue son festival, mais aux lancers-francs cette fois, tandis que la combative Distel et la précieuse Voynet permettent aux visiteuses d’opérer un premier rapprochement (55-42, 26e ’).
Avec une Vincent à nouveau dominatrice au rebond et aux contres (quatre dans ce match), le CJSG semble mieux et se maintient à quelques encablures à la fin du troisième quart grâce à un panier bonus de Lux et une réussite d’Anielak (63-41, 30e ’).
 
Sentant le danger, la Parisienne Gérard, intenable, enquille à nouveau deux primés d’entrée de quart, qui calment un peu les ardeurs des visiteuses du Grand Est : 69-53, et même 73-55 à la 35e ’ après deux réussites de Dufour. Tout est à refaire.
Et comme toujours, les Alsaciennes ne renoncent pas. Sous l’impulsion de Chapays, Distel, Boehrer et Vincent, «Geispo» réduit de façon spectaculaire l’écart pour finir à 77-67 au terme d’un match bien maîtrisé par Franconville face à une équipe alsacienne globalement maladroite aux tirs.
 
Franconville 77
Geispolsheim 67
 
Quart-temps : 21-12, 26-16, 16-23, 14-16. Arbitres: M. Bricout et Mlle Pasquière. 75 spectateurs environ.
FRANCONVILLE : 28 paniers, dont 10 à 3 points, 11 LF sur 13, 22 fautes.
Trottin 8, Drozd 6, Jomby 9, Dufour 13, Gérard 27, Crail 4, Necaskova 10, Delfour, Souffrant.
CJS GEISPOLSHEIM : 26 paniers, dont 1 à 3 points, 14 LF sur 21, 14 fautes.
Chapays 13, Ratzel, Dambach 4, Voynet 13, Distel 8, Boehrer 8, Lux 5, Anielak 4, Vincent 12.
 

geispolsheim - charnay

Mais oui, Johanna Ratzel : “Geispo” a bien surpris l’un des favoris de cette Nationale 1 samedi. Photo archives DNA – Michel Frison
 
 

Le gros coup de “Geispo”


Premier match et premiers grands frissons ce samedi à Geispolsheim. Face au relégué de Ligue 2 qui espère remonter très vite et venait en Alsace pour « faire un coup », les Villageoises savaient qu’elles auraient fort à faire.
 
Mais le gros coup, c’est bien elles qui l’ont frappé au terme d’un match épique où elles ont très longtemps couru après le score.
 
La rencontre démarre sur un gros rythme et les deux équipes sont bien en place défensivement. Chapays provoque deux fautes et Voynet porte l’écart à cinq points. Il faut plus de deux minutes à Charnay pour trouver le cercle par Cortinovis avant deux primés de Joret et Belleville (7-10, 4e ’).
Pris à la gorge en attaque par une féroce défense charnaysienne, en panne d’adresse, “Geispo” s’embourbe dans la raquette adverse, se précipite et perd des ballons (20-29, 12e ’).
 
Après un bon relais, Charnay commence à baisser en intensité et voit disparaître sa réussite extérieure si précieuse jusque-là. Voynet, par deux fois, permet aux siennes de recoller avant que Lux n’inscrive le premier primé bleu de la partie au buzzer (33-33, 20e ’).
 
Beaucoup de cœur… et Amélie Voynet
 
“Geispo” a effacé l’ardoise, mais les trois ballons perdus dès la reprise ne sont pas pour rassurer. Heureusement, Charnay n’est pas plus inspiré. Il faudra tout de même attendre cinq minutes pour voir Dambach augmenter le compteur local (35-38, 25e ’).
À 35-42, c’est à nouveau Voynet qui sort de sa boîte pour inscrire six points de rang. Et c’est encore elle qui est au rebond pour lancer Ratzel et Dambach, à la conclusion sur un contre éclair (44-46, 29e ’).
 
“Geispo” semble un cran en dessous techniquement, mais les locales ont un cœur gros comme ça et surtout du sang-froid et du collectif. Alors qu’elles sont à nouveau décrochées de huit points, Voynet fait le job et Distel (ex-Jehl depuis son mariage) met ses deux lancers (52-54). En contre, Chapays transfère à Lux qui ne tremble pas pour inscrire son deuxième primé, et le deuxième des Villageoises qui passent en tête (55-54, 38e ’).
 
La salle s’enflamme et Charnay se précipite, se montrant incapable de trouver le cercle et commettant, comme tout au long de la partie, beaucoup de fautes. D’un calme olympien, Distel et Chapays se relaient sur la ligne des lancers et permettent à “Geispo” de frapper très fort d’entrée en faisant tomber, dès la première journée, l’un des favoris de la poule.
 
« Charnay a beaucoup joué hors limite, avec énormément de contacts et d’intimidations, mais on ne s’est pas laissé faire. Chez nous, j’ai vu un vrai collectif et de la solidarité, plus que chez elles. On ne va pas s’enflammer, mais je suis très content », lâche Patrick Lazare, le coach villageois encore dans la tension du match.
Sans surprise, il faudra bien compter avec Geispolsheim cette saison.

Geispolsheim 62
Charnay 56
 
Quart-temps : 18-24, 15-9 (mi-temps: 33-33), 11-13 (44-46), 18-10 (62-56).
Arbitres : MM. Scheer et Jacquot. 320 spectateurs.
GEISPOLSHEIM : 21 paniers, dont 2 à 3 points, 18 LF sur 27, 8 fautes. Chapays 11, Dambach 3, Distel 14, Voynet 18, Vincent 5, puis Boehrer, Lux 6, Ratzel 3 et Anielak 2.
CHARNAY : 22 paniers, dont 4 à 3 points, 8 LF sur 11, 22 fautes. Joret 10, Belleville 10, Michel 4, Cortinovis 12, Diakité 7 puis Pellerin 5, Perro 4, Radovic 4.
 

Trophée Crédit Mutuel et “Geispo Euro Basket Cup”

Eloïse Chapays et Geispolsheim devront faire preuve de plus de rigueur.  Photo DNA – Michel Frison
 
La SIG et Geispolsheim sur de bons rails
 
Deuxième et quatrième de leur tournoi respectif, la SIG (LF2) et Geispolsheim (NF1) ont montré de belles choses ce week-end. De bon augure pour la reprise du championnat, même s’il conviendra encore de régler un certain nombre de détails.
 
Face à trois futurs adversaires de Ligue 2, la SIG a eu droit à un match relevé dès samedi, face à Reims. Longtemps au coude-à-coude, les SIGwomen parviennent à arracher la prolongation dans les toutes dernières secondes grâce à Darline Nsoki (14 points, 27 d’évaluation) avant de s’imposer (70-67).
 
 
Un bilan positif pour la SIG
 
En finale, hier, elles étaient opposées à un adversaire qu’elles retrouveront au hall de la SIG dès ce week-end – pour la première journée de championnat – Dunkerque.
En manque d’adresse, inconstantes face à des Dunkerquoises bien en place, les locales s’inclinent 53-67 alors que, dans la petite finale, Reims s’impose 50-68 face à Aulnoye.
« Le bilan est positif, assure le coach illkirchois, Philippe Breitenbucher. Contre Reims, on a vu de belles choses avec une grande solidarité et la volonté de se passer la balle. Contre Dunkerque, les filles ont été moins rigoureuses, je pense aussi que certaines n’avaient pas “les cannes” pour enchaîner deux matches d’affilée, mais c’est très bien. C’est une petite alerte qui nous permet de ne pas nous voir trop beau. »
Du côté des nouvelles recrues, la meneuse de poche de la SIG, Kathleen Bourdin, de retour après une saison blanche pour cause de maternité, semble plus affûtée que jamais. Avec 15 points marqués pour 19 d’évaluation en un peu plus de 33 minutes, elle a livré un sacré numéro contre Reims, samedi soir. Quant à l’intérieure américaine Mollie Williams, elle a encore besoin de prendre ses marques.
 
Geispolsheim, valeureux dernier
 
Du côté de Geispolsheim (NF1), les Villageoises avaient fort à faire face à des adversaires qui évoluent en première ligue belge, allemande et suisse. Si les locales prennent la dernière place du tournoi, elles n’ont pas pour autant sombré.
À 47-47 dans le troisième quart-temps face aux Belges de Namur, Eloïse Chapays et ses coéquipières ont ensuite cédé physiquement pour s’incliner 61-73, samedi soir. Avant de concéder une nouvelle défaite (68-72), hier, face aux Allemandes de Freiburg, lors de la petite finale. En finale, c’est Fribourg qui s’est imposé face à Namur (76-57).
« On a montré que l’on peut exister dans l’adversité, c’est un bon signal. Contre Freiburg, on a même été décroché à -11 ou -12 et on a réussi à revenir. Par rapport à l’année dernière, on est en avance. Maintenant il va falloir que l’on soit plus rigoureux dans la gestion des moments clés et que l’on efface les doutes que l’on peut avoir par moment », synthétise Patrick Lazare, le coach villageois, qui espère pérenniser un tournoi dont c’était la première édition.
C’est désormais un match amical contre Furdenheim (N2), vendredi, qui attend les filles de ‘’Geispo’’ avant de passer en mode championnat contre le relégué de Ligue 2, Charnay, le 24 septembre, au centre sportif.
 
 

Coupe du Crédit Mutuel - Finales régionales

L’équipe de Geispolsheim, ici avec le président de la FFBB, Jean-Pierre Siutat (à gauche), a fait respecter la hiérarchie pour remporter sa première finale régionale, hier. PHOTO DNA - FRANCK KOBI
 
Première !
Au terme d’un match souvent sous tension, les filles de Geispolsheim (NF1) ont battu les tenantes du titre 2014 et 2015, Berrwiller/Staffelfelden (NF3), hier à Gries.  Une première régionale pour les Villageoises.
 
Avec un match à 10h et un autre à 18h, les finales régionales de la coupe du Crédit Mutuel n’ont pas attiré la foule, hier. C’est le moins que l’on puisse dire.
Le public s’est surtout déplacé pour le Final Four de N2 de l’après-midi.
 
« Ces finales régionales ont été attribuées à Gries il y a près de trois mois. Le Final Four devait se jouer à Toulouse une semaine plus tôt mais, en raison d’un problème d’engagement, il a été décalé et ne pouvait plus se faire dans cette ville. La Fédération a alors lancé un appel aux équipes qualifiées pour l’accueillir. Gries le pouvait, on a donc mis au point cette solution en privilégiant la salle avec parquet pour le Final Four et le Crédit Mutuel et celle sans parquet pour les autres finales régionales (voir ci-contre) », explique le président de la Ligue d’Alsace, René Kirsch.
“Geispo” en mode diesel
Débuté à 10h donc, le match entre Geispolsheim (NF1) et Berrwiller/Staffelfelden (NF3) est d’abord très poussif.
En un peu plus de trois minutes, seules les Haut-Rhinoises parviennent à trouver une fois le cercle avant que Mégan Mercier n’inscrive cinq points de rang dont un primé. Berrwiller surprend des Villageoises pas encore réveillées par son agressivité défensive. Trop timorées dans leur raquette et prises en sandwich dans celle des “Rouges”, les Geispolsheimoises vont alors passer la seconde avec des attaques plus rugueuses et obtenir des lancers-francs. Elles gonflent un peu leur score sur sept lancers dont cinq convertis par Vincent (11-24, 10e’ ).
Au début du deuxième acte, Berrwiller apprend ce que c’est que de jouer physique. Les deux divisions d’écart se font sentir et, au moindre contact, c’est une Haut-Rhinoise qui s’en va cirer le parquet. Mais “Geispo” n’est pas pour autant en forme : une balle perdue de Lux, deux de Voynet et les Berrwilleroises creusent l’écart. Lux tente d’arrêter l’hémorragie d’un tir longue distance (14-31, 14e’ ) mais Mégan Mercier lui répond immédiatement sur le même mode.
La tension monte et les contacts sont rudes. Mécontent, le coach bas-rhinois, Patrick Lazare, écope d’une faute technique.
C’est ensuite au tour de Dambach de prendre une faute, de demander à être remplacée puis, passablement énervée, de shooter dans sa bouteille sur le banc. Mais l’arbitre Sengsouli n’est pas connu pour faire les choses à moitié, et de nouveaux lancers-francs viennent couronner cet emportement passager.
Pas de quoi faire les affaires des Villageoises, désormais largement décrochées sur un nouveau primé de Mégan Mercier, qui a décidément les mains chaudes en ce dimanche matin (19-43, 18e’ ).
Berrwiller n’a plus les armes
Au retour des vestiaires, Berrwiller, qui a dû énormément piocher physiquement, commence à tirer la langue et encaisse un 15-2 d’entrée (39-48, 25e’ ).
La mise en route a été délicate mais les Bas-Rhinoises ont désormais retrouvé leur jeu de passe, leur défense et leur adresse et reviennent comme un boulet de canon pour égaliser sur un primé de Lux (52-52, 29e’ ) et prendre pour la première fois la tête par Zaroli juste avant le buzzer (56-54). Le TGV bleu est lancé et il ne s’arrêtera plus au stop des “Rouges”. Les Villageoises l’emportent 81-64.
« On n’a pas grand-chose à regretter. On voulait montrer que l’on est une équipe combative qui ne lâche rien et je crois qu’on a réussi », peut se féliciter le coach berrwillerois Jéremy Mercier.
« Ça fait vraiment plaisir. L’équipe a perdu pas mal de finales ces dernières années et là, je voulais absolument gagner pour finir sur une bonne note cette belle saison et mon dernier match », confie quant à elle, non sans un brin d’émotion, Céline Zaroli, figure historique du club – elle y joue depuis l’âge de cinq ans – qui, à 27 ans, souhaite désormais « faire un break, pour voir autre chose ».
 
Geispolsheim 81 :
Berrwiller (+14) 64 :
 
Quart-temps : 11-24, 13-22 (mi-temps 24-46), 32-8 (56-54), 25-10 (81-64)
GEISPOLSHEIM : Zaroli, Voynet, Lux, Dambach, Boehrer, Clauss, Vincent.
BERRWILLER/STAFFELFELDEN : Kost, Hueber, Még. Mercier, Lehr, Gerber, Mél. Mercier, Weislinger, Bouhouche, Higelin.
 

LA FIN D'UNE BELLE SAISON

Un match digne d’une finale avec l’intensité et le suspense attendus qui n’aura pas souri aux alsaciennes qui auront réussi malgré les vents contraires, à jouer pour la victoire à De Barros. Mais Villeurbanne aura su convertir plus de tirs à trois points que Geispolsheim.

Villeurbanne fait d’entrée la course en tête par Geisser, dominante dans la peinture et Blaterie à trois points. Du côté des visiteuses, Voynet et Jehl mises sur orbite par une parfaite Chapays ou la tonique Zaroli, ramènent prestement les leurs malgré une Tchangoué très présente. 19-16 à la 10ème.

Le deuxième quart temps est tout aussi disputé. Chapays, toujours aussi efficace dans tous les domaines du jeu, est à la manœuvre tandis que Voynet et Vincent résistent aux poussées du duo Geisser et Roussignol. Pour rester dans le match Geispo développe son beau jeu de passes tout en mobilité pour surpasser l’agressivité adverse. Et les alsaciennes recollent au score par Clauss qui fait un bon passage bien soutenue par Vincent, très présente aux rebonds et aux contres (4 dans le match) et Jehl, toujours aussi percutante. Les joueuses du Grand Est se rapprochent et égalisent à 32-32 à la mi temps.

Villeurbanne repart du bon pied par deux tirs bonifiés de Roussignol et Blaterie. Jehl répond par un « scud » de sept mètres. 38-37 à la 23ème. Quelques bonnes séquences défensives villeurbannaises, la faillite aux tirs à trois points côté visiteuses, des interventions physiques non sanctionnées sur les tirs en courses alsaciens, profitent un peu à l’ASVBF bien plus réaliste. Et les locales prennent quelques aises à la 30ème par Thos principalement 49-45.

Les alsaciennes ne veulent pas perdre et se battent sur toutes les balles, brouillent le jeu des villeurbannaises qui commencent à douter. Voynet répond aux incartades de Roussignol et Blaterie. 57-55 à la 34ème. Anielak score opportunément pour rester au contact. Jehl provoque encore des lancers francs et les marque. L’intensité est maximale et personne ne veut lâcher la mise.  Mais Thos en rajoute pour porter le score à 67-61 à la 36ème. Le tir bonus de Voynet permet aux visiteuses un rapproché à 67-64. Mais le jeu des fautes donne encore trois points aux locales malgré le rush final de Chapays. 70-67.

Le CJSG aura, malgré le rajeunissement de son équipe et les nombreux pépins physiques, réussi une saison au delà de ses espérances initiales et peut, d'ores et déjà envisager l'avenir sous les meilleurs auspices ... 

AS Villeurbanne BF – CJS Geispolsheim : 70-67 (19-16), (13-16), (17-13), (21-22).
Arbitres MM Chatelard et Hammana.
150 spectateurs.

ASVBF : 26 paniers dont 5 à trois points, 13 lancers francs sur 15, 21 fautes.
Lafaurie, Roussignol 15, Thos 13, M. Geissser 2, Blaterie 13, Tchangoué 15, AL Geisser 8, Fernandez 4.

CJSG : 23 paniers dont 2 à trois points, 19 lancers francs sur 29, 16 fautes.
Chapays 16, Dambach, Voynet 17, Jehl 12, Boehrer, Zaroli 2, Lux, Clauss 8, Anielak 7, Vincent 5.

une derniere ratee a domicile

L’équipe de Geispolsheim a raté l’occasion de prendre seule la deuxième place du classement ce samedi soir. L’issue du match, certes cruelle, semble logique tant les visiteuses du Pays Voironnais ont mieux maitrisé leur jeu malgré le faible écart final.

Le début du match est très crispé des deux côtés et il faut attendra la 3ème minute pour voir Chapays ouvrir la marque sur un lancer franc imitée par Jehl. Les maladresses s’enchaînent des deux côtés et le score évolue peu. 5-0 à la 5ème pour les locales sur un panier de Vincent.  Niksic débloque enfin le compteur par un primé suivi de l’égalisation par Diaby. 5-5 à la 6ème. Le score évolue un peu à l’avantage surtout de Voiron dont la défense gêne beaucoup le jeu de Geispo où manifestement les rouages semblent grippés. Lux rapproche son équipe à 14-16 par un tir à trois points bienvenu.

Le chassé croise continue au deuxième quart. Les alsaciennes sont plus entreprenantes mais font en même temps d’énormes bévues qui laissent Voiron dans le sillage immédiat 24-20 à la 14ème suite aux réussites de Lux et Clauss. Mais à chaque fois, des pertes de balles surprenantes remettent les visiteuses en jeu. 24-26 à la 16ème par Blanchon qui se joue de la défense alsacienne. A l’énergie, Geispo revient par l’infatigable Jehl. 30-30 à la mi temps.

La reprise du 3ème quart est à l’avantage des voironnaises qui font la course en tête. Blanchon plante un dard à trois points, Jehl réplique à chaque fois par des lancers francs. 37-38 à la 23ème. Puis 39-40 et 39-42 à la 24ème. Zaroli essaie bien de donner une nouvelle impulsion mais le jeu offensif des alsaciennes est pour une fois peu réactif et peu mobile. Niksic en profite pour transpercer la défense locale.39-44 puis 39-46 à la 26ème. Aux forceps et par Dambach, le CJS revient malgré tout. 46-46 à la 28ème. L’espoir d’une inversion du scénario, si souvent réussi, renait. Mais Blanchon se charge de couper court en plantant deux stops tirs imparables 46-52 à la 3ème.

Comme on en a l’habitude, Geispo ne veut pas lâcher et se rapproche par Voynet qui sort de sa coquille. 51-54, avant que Niksic ne prenne les choses en main en plantant un tir bonus qui fait mal. 51-57 à la 32ème. Jehl par six points consécutif rapproche encore 57-57 à la 35ème. Mieux même Lux adroite aux primés remet enfin son équipe en tête. 60-59 à la 37ème. 62-61 sur deux lancers francs de Vincent à la 38ème. Le match est intense et le suspense est présent. 62-62 à l’entame de la 39ème minute. Voiron oriente sur l’immense Diaby qui ne se fait pas prier pour marquer ses lancers francs malgré un dernier panier de Chapays. 65-67.

CJS Geispolsheim – Pays Voironnais : 65-67 (14-16), (16-14), (16-22), (19-14).
Arbitres: MM. Mansar et Deck.
350 spectateurs environ.

CJSG : 22 paniers sur 69 tirs (31%) dont 6 sur 17 à trois points, 15 lancers francs sur 18, 27 rebonds, 22 fautes.
Chapays 3, Dambach 5, Voynet 9, Jehl 20, Boehrer, Zaroli 4, Lux 15, Clauss 2, Anielak 2, Vincent 5.

Pays Voironnais : 26 paniers sur 59 tirs (44%), dont 2 sur 10 à trois points, 12 lancers francs sur 22, 28 rebonds, 20 fautes.
Niksic 23, Esnard 2, Mercier 6, Franciscod 2, Blanchon 16, Sarlin 5, Diaby 12.
 

GEISPO TOUJOURS PLUS HAUT !

Pour éviter tout dérapage, Geispolsheim a pris le  match, chez le dernier de la poule, très au sérieux, histoire d’éviter toute déconvenue. (A noter que Sophie Clauss, malade pendant le déplacement, restera sur le banc).
Et les villageoises ont bien fait puisqu’avec les défaites de La Tronche Meylan et Le Creusot, les voilà en position d’accéder aux play off. Qui l’aurait cru en septembre ?

D’entrée, sous l’impulsion d’une Dambach bien inspirée en attaque et d'une Jehl très agressive en défense, le CJSG prend rapidement les devants. 6-11 à la 4ème. Voynet et Anielak enfoncent le clou malgré l’adresse de Girard. Les alsaciennes poussent fort durant ce premier quart. Anielak très adroite et Voynet à nouveau omniprésente, accablent un peu plus des locales aux abois. 11-22 à la 9ème avant le primé de Lux juste avant la fin du quart. 11-26 à la 10ème.

Wasquehal se rebiffe et trouve des solutions par Girard encore et Bellanger ou Akmouche. En face malgré quelques pertes de balles inutiles, Lux et Dambach maintiennent l’écart. 16-32 à la 14ème. Un brin déconcentré, Geispo joue petit bras et les Wasquehaliennes en profitent pour résister grâce à l’activité de Girard et l’adresse de Bellanger. Chapays remet un peu d’ordre avant d’être obligée de sortir sur sa deuxième faute. Zaroli a de bonnes jambes et redonne du rythme à un CJSG sûr de son affaire. Dambach est intenable et score à tout va, bien aidée par Vincent. Et le CJS vire en tête à la mi temps 35-49.

La reprise de la deuxième mi temps est à l’avantage d’une équipe de Wasquehal survoltée. Tadeuszak et Girard marquent de loin et le Fémina se rapproche dangereusement. 40-50 à la 22ème. Geispo fait le dos rond et résiste. Chahutées, les alsaciennes se reconcentrent sur leur défense. Chaque attaque est délicate et les allers et retours sont très disputés. 47-59 sur un panier de Voynet suite à une magnifique combinaison à trois entre Zaroli, Jehl, Voynet. D’ailleurs sentant le danger, les  joueuses de Patrick Lazare , sous l’impulsion de Zaroli, accélèrent le jeu. La balle circule mieux et Voynet se charge de creuser l’écart. 49-64 à la 30ème.

Le quatrième quart est une formalité pour des Bas Rhinoises à nouveau sur leur trente et un avec leur jeu tout en mobilité, fait de passes et de superbes relations. Tour à tour, Zaroli, Vincent, Voynet, Boehrer, scorent. Et l’écart grandit. 53-75 à la 35ème. Wasquehal de son côté, se réfugie derrière des tirs désespérés que les visiteuses récupérèrent prestement pour terminer en roue libre face à un adversaire résigné. 55-90.

Wasquehal Fémina – CJS Geispolsheim : 55-90 (11-26), (24-23), (14-15), (6-26).
Arbitres : M. Knylle et M. Herbaut.
50 spectateurs.

Wasquehal Fémina : 22 paniers dont 5 à trois points, 6 lancers francs sur 13, 24 fautes.
François 3, Bellanger 7, Marsac 4, Girard 22, Akmouche 9, Roulaud 1, Tadeuszak 4, Mialoundama 5.

CJS Geispolsheim : 34 paniers dont 3 à trois points, 19 lancers francs sur 25, 18 fautes.
Chapays 6, Dambach 20, Voynet 20, Jehl 8, Boehrer 4, Zaroli 6, Lux 9, Anielak 10, Vincent 7.
 

Un GEISPO QUI DEVIENT IRRESISTIBLE !

Le CJSG, au sortir de cinq matches victorieux d’excellentes qualités, dont les trois premiers de la poule A de NF1et en coupe du Crédit Mutuel face à Vosges du Nord, se rendait ce samedi à Franconville qui était sur une série de six victoires.
Match difficile puisque menées 40-25 à la mi temps, les alsaciennes ont su retourner la situation en leur faveur à l’issue d’une deuxième mi temps stratégiquement bien ficelée.

Dès l’entame, l’agressivité des franciliennes perturbe la belle organisation des Geispolsheimoises qui gênées aux entournures, s’empêtrent dans un jeu approximatif et dénudé de mobilité. Dufour et Gérard s’en donnent à cœur joie et Franconville atomise Geispo. 15-07 dans cette première période.

La courte pause du quart temps ne suffit pas pour remobiliser des bas rhinoises au bord de la rupture. Les paniers primés (11) du côté de Franconville pleuvent et Geispolsheim lâche trop de lest en défense malgré les nombreuses rotations de joueuses. Après Dufour, c’est au tour de Drozd de planter ses paniers bonus. Et l’écart enfle sans que les visiteuses puissent y contrevenir. 40-25 à la mi temps.

Le temps des vestiaires a apparemment été profitable. Les joueuses de Geispolsheim changent de stratégie défensive. Franconville ne trouve plus d’ouverture en attaque. Les balles sont gagnées aux rebonds par Voynet et Vincent ou interceptées par Dambach ou Jehl. Les attaques alsaciennes sont à nouveau plus limpides et lucides. Voynet, Vincent et une Jehl à nouveau « énergyzer », se jouent de la défense adverse sur de bons services de Chapays ou Zaroli. La nouvelle stratégie du CJSG déboussole des locales qui ne trouvent plus de solutions. Jehl s’occupant de la grande Dufour et Dambach de l’adroite Gérard. Chapays, Voynet et Vincent régulant la raquette. Franconville ne trouve plus la mire ni son jeu. Et Geispo se rapproche. 53-49 à la 30ème.

La jonction se fait assez rapidement par Dambach à la 33ème minute, 56-55. Quelques rallyes serrés installent un peu de suspense et de tensions dans les débats mais les visiteuses trouvent les ressources physiques et tactiques pour prendre l’avantage par une Zaroli sur vitaminée qui méduse le repli parisien en enquillant six points d’affilés et donner l’avantage décisif à trente secondes de la fin du match. 66-68 avant que Chapays ne conclue sur un lancer franc à quatre secondes du buzzer. 66-69.

Victoire, dédiée au petit Camille, fils de Madi Donivar et Paul Lacombe, né ce samedi 12 mars.

BC Franconville – CJS Geispolsheim 66-69 (15-07), (25-18), (13-24), (13-20).
Arbitres MM Legay et Triffaut

BC Franconville : 23 paniers dont 11 paniers à trois points, 9 lancers francs sur 14, 24 fautes et une faute technique à Gérard.
Trottin 7, Drozd 10, Dufour 18, Souffrant 4, Gérard 12, Bamba 4, Crail 2.

CJS Geispolsheim : 26 paniers, 16 lancers francs sur 25, 12 fautes.
Chapays 9, Dambach 3, Voynet 18, Jehl 15, Boehrer, Zaroli 9, Lux, Clauss 2, Anielak, Vincent 14.
 

Un match de toute beauté

Les joueuses du CJS Geispolsheim ont fourni une énorme prestation pour venir à bout de la très forte équipe de La Tronche Meylan à l‘issue d’un match à suspense de toute beauté.

Magnifique première mi temps de Geispolsheim.
Le début de match est rapidement à l’avantage des locales qui par Dambach et Jehl prennent résolument la tête au score. Face à la puissance de Mendy et les cachous de Roche, les bas Rhinoises développent un basket tout en mobilité où les phases de jeu sont les unes plus belles que les autres. Mais aux forceps La Tronche reste à portée grâce à Matanga , Mendy et Roche. 16-15 à la 8ème. Anielak fait une première entrée remarquée. 22-20 à la 10ème.

Le mano mano reprend lors du deuxième quart. Voynet en métronome de l’équipe est efficace des deux côtés du terrain. L’américaine Moss étonne par un primé alors que Zaroli a des jambes de feu et fait admirer sa vitesse et sa capacité à slalomer dans la défense adverse. 30-25 à la 14ème. Roche du côté des Iséroises, est très présente dans la raquette et permet aux siennes de rester au contact. Zaroli encore, Chapays d’une redoutable clairvoyance, réussissent l’écart maximum avec l’aide de Lux et de Clauss à nouveau précieuse.  Le jeu de passes et de mouvements des locales est efficace. 42-36 à la 20ème.

Le troisième quart est celui des Meylano Tronchoises qui imposent un match dur et physique, très limite parfois. Les iséroises enfoncent la raquette par Mendy pour revenir au score mais les fautes pleuvent. Servage, toujours aussi adroite, trouve enfin l’une ou l’autre lucarne et les visiteuses égalisent à 49-49. Servage encore, marque un primé tandis que Vincent et Clauss, limitent la casse. 55-60 à la 30ème.

Le retour d’Anielak et une Voynet de gala
Le quatrième quart va encore être joué sur le fil du rasoir. Mendy et Roche font le ménage dans la raquette mais Anielak et Voynet résistent. Anielak apporte son écot en attaque au cœur de la zone adverse. Chapays gère toujours aussi efficacement et lance Jehl pour repasser devant. 69-68 à la 35ème. Maladroit aux tirs extérieurs, Geispo s’appuie sur son remarquable collectif et joue astucieusement sur Voynet ou Anielak pour revenir au contact malgré la zone adverse. 75-75. Puis 75-77 sur un dernier panier de Moss. La Tronche a les cartes en main pour assurer sa victoire mais Moss perd la balle et Geispo a dix huit secondes pour égaliser. Sur l’attaque suivante, Voynet obtient, suite à un monstrueux rebond offensif deux lancers francs qu’elle convertit sans trembler. 77-77.
Prolongations.

La Tronche marque immédiatement par un primé de Pottiez. Vincent rapproche à 79-80. Les visiteuses semblent prendre le dessus quand Matanga marque par deux fois. 79-84 à la 42ème. La Tronche tient le bon bout. C’est mal connaître nos opiniâtres alsaciennes qui ne lâchent rien. Lux qui vient de rentrer, intercepte opportunément pour ramener le score à 81-84. Vincent est énorme au rebond. Et Geispo recolle sur un bon rebond offensif de Voynet. 83-84. Le suspense est à son paroxysme. La défense des villageoises regagne la balle et sur l’attaque suivante, Lux, plein de culot, marque l’unique primé alsacien de la soirée à 16 secondes de la fin de la prolongation. 86-84. Temps mort de La Tronche. Matenga égalise à douze secondes de la fin ce qui laisse le temps à Geispo de bien préparer sa dernière attque. La balle est amenée sur Voynet qui libère son équipe au buzzer. 88-86.

CJS Geispolsheim – La Tronche Meylan 88-86 a.p. (22-20), (20-16), (13-24), (22-17).
Arbitres MM Franck et Kaced. 200 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 32 paniers dont 1 à 3 pts, 20 lancers francs sur 33, 17 fautes.
Chapays 10, Dambach 7, Voynet 21, Jehl 4, Zaroli 6, Lux 7, Clauss 5, Anielak 19, Vincent 9.

La Tronche Meylan : 31 paniers dont 7 à 3 points, 15 lancers francs sur 22, 24 fautes.
Limousin 7, Matanga 11, Moss 11, Servage 24, Pottiez 7, Mendy 12, Roche 14.
 

geispolsheim tombe le leader

Depuis quatre saisons, Il ne fait pas bon d’être leader et de venir jouer dans l’antre du centre sportif du CJS Geispolsheim. Et le Roanne Basket Féminin l’a appris à ses dépends, au terme d’un match haletant et d’une incroyable intensité.

Dès l’entre deux initial, les locales sont appliquées en défense et dans le bon rythme offensif. En face, les visiteuses peinent à trouver leurs marques. Jehl, de retour aux affaires, ouvre le score, rapidement imitée par le doublé de Dambach. Roanne se rebiffe par la puissante Dimithé et les tirs bonifiés de Duchez et Poinas. Tour à tour Chapays et la bondissante Vincent alimentent la marque pour finir ce premier quart à 18-12.

Zaroli prend la relève de Chapays à la mène et s’occupe de la véloce et adroite Duchez. Dambach reste collée à Reolid qui ne trouve aucune faille tandis que Voynet et Vincent défendent fort dans la raquette. Clauss, en relais de Jehl, aligne six points d’affilés pour porter la marque à 24-13. Petit à petit, Roanne se rebiffe et Geispo craque un peu. Reolid score enfin à trois points, Duchez en fait de même et Roanne est à nouveau dans la course. 29 à 30 à la mi temps en ayant réussi à ne se faire siffler aucune faute personnelle au cours de ce deuxième quart temps !

La deuxième mi temps va être d’une intensité défensive terrible des deux côtés. Dambach qui est au four et au moulin, égalise à 30-30. Voynet, véritable métronome intérieur, abat un travail défensif monstrueux face à Dimithé bien plus puissante qu’elle. Pourtant Roanne semble avoir pris le dessus. Par Babicka à trois points, Buchet aux lancers francs et Reolid au primé, les visiteuses prennent la tête. 34-39 à la 24ème. Chapays à nouveau excellente, est omniprésente au rebond offensif et à la marque. Le CJS laisse passer l’orage. 36-41 à la 35ème. La stratégie défensive des alsaciennes est payante. Roanne recherche Beynnon dans la raquette. La bataille fait rage dans la peinture. Voynet au four et au moulin surgit au bon moment pour gober un important rebond offensif et marquer juste avant le buzzer. 47-44 à la 30ème.

Rien n’est fait et le quatrième quart temps s’annonce palpitant. Roanne repasse en tête par Attiogbe avant que Voynet ne serve royalement Lux pour un 49-48 autoritaire. Le suspense est haletant. Chaque action compte. Jehl montre qu’elle n’a pas perdu son sens du panier. Et aucune équipe ne veut lâcher le gain du match. Vincent prend d’importants rebonds. La mobilité des alsaciennes fait merveille à l’exemple de la superbe combinaison entre Chapays et Vincent qui marque au bon moment. Les villageoises sont généreuses dans l’effort. Jehl et Chapays contiennent Duchez et Attiogbe tandis que Dambach est la sang-sue dont Reolid n’arrive pas à se débarrasser.  Malgré tout, Duchez trouve une lucarne qui fait trembler les spectateurs. 57-55 à la 38ème. Voynet prend un important rebond offensif et marque avec lancer franc en prime. 60-55 à la 39ème. Réolid réduit à 60-57 à trente secondes de la fin. Mais Geispo tient à cette importante victoire à l’image du spectaculaire plongeon de Dambach pour sauver une dernière balle chaude face aux Roannaises médusées. Score final 62-57.

CJS Geispolsheim – Roanne Basket Féminin : 62 -57 (18-12), (11-18), (18-14), (15-13). Arbitres MM Drissi et Boucekkine.
250 spectateurs environ.  

CJSG : 25 paniers sur 56 tirs dont 1 sur 4 à trois points, 11 lancers francs sur 19, 20 fautes (Voynet et Jehl éliminées pour 5 fautes).
Chapays : 10, Dambach 9, Voynet 9, Jehl 8, Zaroli 2, Lux 2, Clauss 6, Anielak 2, Vincent 14.

Roanne BF : 16 paniers sur 42 tirs dont 7 sur 15 à trois points, 18 lancers francs sur 22, 22 fautes (Beynnon, Duchez et Dimithé éliminées pour 5 fautes).
Poinas 5, Buchet 8, Babicka 10, Reolid 10, Beynnon 9, Duchez 6, Attiogbe 3, Dimithé 6.
 

En bleu de chauffe !

Le CJSG est allé chercher cette précieuse victoire en terre bugiste à l’issue d’un match acharné, stratégiquement bien mené qui était aussi celui de la dernière chance pour les locales.
 
Dès l’entame, la meneuse de poche Coutaz donne le tournis aux alsaciennes en plantant deux primés qui donnent une belle avance aux locales. 8-2. Michel en remet une couche bien secondée par Chaboud. 15-9 à la 5ème.
 
Chapays, bien qu’handicapée par des maux de ventre, s’accroche, et avec la ténacité de Zaroli et la vivacité de Dambach, oriente bien le jeu vers Vincent très en jambes, qui aligne neufs points de suite pour limiter la casse du premier quart. 21-13.
 
Les deux minutes de pause font du bien. Les alsaciennes retrouvent leur esprit et du coup, leur feuille de route. Dambach, éteint l’adroite Desmolliens qui ne marquera quasiment plus aucun point. Boeher et Lux, en panne d’adresse s’appliquent en défense et Geispo revient petit à petit en dominant son rebond et en s’appuyant sur Voynet très réaliste dans le petit périmètre. Anielak soulage un peu Vincent au pivot. 30-27 à la 17ème et Geispo passe devant sur un panier plein de réalisme avec lancer franc en prime, de Clauss au buzzer de la mi temps. 33-34.
 
La reprise est haletante car Culoz s’accroche ; le maintien en dépend. Tomczak et Chaboud résistent fort et marquent dans des positions difficiles. 39-37 à la 23ème. Heureusement, Vincent est omniprésente dans la raquette tant en défense qu’en attaque. Zaroli au relais de Chapays donne le ton et Dambach est un véritable mur pour le sniper Desmolliens qui ne trouve aucune position. Geispo joue bien mais n’arrive pas à dépasser l’équipe de Culoz, faute à une extraordinaire maladresse extérieure des artilleuses alsaciennes. 47-43 à la 30ème.
 
Voulant coute que coute cette victoire, Geispo s’en remet à sa défense et à son collectif patient et agressif pour trouver des failles dans la raquette adverse. Cette agressivité lui permet d’obtenir de bons lancers francs. Clauss a pris le relais de Dambach dans le rôle de chien de garde de la dangereuse Demolliens, toujours muette. Chapays mène avec lucidité le jeu en servant quelques passes caviars dont elle a le secret. Zaroli fixe remarquablement pour déséquilibrer la zone bugiste. Le duo bien synchro, Voynet et Vincent, se régale sous le cercle. 49-52 à la 34ème. Mais les locales résistent par la solide et technique Tomczak. Le feu follet Coutaz lâche encore une banderille avant que Clauss sur deux paniers consécutifs, contribue enfin à consolider un petit matelas pour les Bas Rhinoises. 55-61 à la 39ème. La fin de match est bien gérée par les coéquipières de Jehl, toujours présente sur le banc et c’est tranquillement que Zaroli et Chapays se chargent de conclure ce match bien construit. 58-64.
 
Arbitres: Mme Dubois et M Lesueur.
120 spectateurs.
 
BC CULOZ - CJS GEISPOLSHEIM, 58-64 (21-13), (12-21), (14-9), (11-21).
 
BC Culoz : 25 paniers dont 6 à 3 points, 2 lancers francs sur 4, 22 fautes.
Coutaz 14, Chinal, Traoré 3, Demolliens 5, Michel 6, Tomczak 20, Chaboud 10.
CJS Geispolsheim : 22 paniers, 20 lancers francs sur 26, 14 fautes.
Chapays 9, Dambach 6, Voynet 18, Jehl, Boehrer, Zaroli 2, Lux, Clauss 7, Anielak 4, Vincent 18.
 

NET ET SANS BAVURES

Les joueuses du CJS ont réalisé ce samedi, un match de haute volée et de toute beauté face à l’un des favoris de la poule, Le Creusot Elan Chalon, toujours privé de Radunovic, qui sort d’une belle série de 3 matches victorieux et est toujours en lice pour les play off.

Dès l’entre deux, Geispo est dans le bon tempo par Dambach omniprésente et Chapays bien remise de son entorse. Même si en face, Le Bruchec et Baudy alignent trois paniers primés de suite. 6-9 à la 5ème minute. Les deux équipes sont prudentes et le score progresse peu. Lux égalise à la 6ème. L’entrée d’Anielak soulage Vincent temporairement fâchée avec le cercle. Du côté du Creusot, Baudy enquille comme à la parade. 13-11 à la 7ème. Mais Dambach a la bougeotte et chipe deux balles de suite pour envoyer Lux et Zaroli vers le panier. 18-15 à la 10ème.

Le deuxième quart est de la même veine. Le match, très correct par ailleurs, reste serré. Les villageoises défendent bien tandis que les bourguignonnes défendent fort sur les intérieures du cru. Pourtant Voynet trouve quelques espaces pour planter quelques dards bienvenus. Dambach éteint Jeter qui ne marquera que 2 pts dans cette mi temps. 24-21 à la 13ème. Les alternances à la marque sont nombreuses. Tour à tour, Clauss, Dambach et Boeher alimentent le tableau d’affichage du côté local alors que Baudy, Barba et les surprenantes Ruga et Pelopdlas, dans une période de grande adresse (65%) permettent aux visiteuses de passer en tête à la mi temps. 37-39.

La deuxième mi temps est d’un autre calibre. Tenant tous les duels, Geispo tisse une véritable toile défensive qui empêche toutes positions avantageuses de tirs adverses. Très solidaires en défense, les alsaciennes sont sur toutes les balles et toutes les lignes de passes. Voynet et Vincent, bien aidées par Chapays, verrouillent tout dans la raquette. Lux s’occupe de l’adroite Le Bruchec tandis que Boeher est efficace dans le jeu. Très rapidement les bas rhinoises prennent la poudre d’escampette par Lux et « trampoline » Vincent. 48-39 à la 23ème. Le Creusot peine à développer son collectif malgré le forcing de l’excellente Jeter. 56-46 à la 30ème.

En confiance, Geispo est survolté. Les jambes sont vives et moulinent fort en défense. Dambach continue son chantier avec Jeter, Voynet et Vincent gobent les rebonds (17 prises à elles 2) que Chapays, puis Zaroli distillent superbement vers Lux qui fait exploser une première fois le compteur. 65-48 à la 32ème. Le Creusot tente de se rapprocher par Le Bruchec et y arrive même partiellement à la 35ème par Barba. 70-58. C’est le moment choisi par le joker Clauss pour sortir un geste venu d’ailleurs pour un 72-58 rédhibitoire toujours à la 35ème. Cette fois, plus rien n’arrête la déferlante blanche et le compteur s’affole. Zaroli transperce, Lux est adroite, et Vincent s’envole… 84-60 au final.

Arbitres : MM Schmitt et Deininger, 250 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 35 paniers sur 72 tirs dont 3 sur 13 à 3 points, 11 lancers francs sur 13, 32 rebonds, 14 balles perdues, 15 fautes.
Chapays 6, Dambach 8, Voynet 10, Boehrer 7, Zaroli 4, Lux 27, Clauss 8, Anielak 4, Vincent 10.

Creusot Elan Chalon : 21 paniers sur 46 tirs dont 3 sur 9 à 3 points, 11 lancers francs sur 13, 19 rebonds, 10 balles perdues, 17 fautes.
Deconnick, Miguel 2, Barba 10, Le Bruchec 16, Baudy 13, La Reure 4, Pelopdlas 4, Ruga 4, Jeter 7.
 

c'etait complique

Privé de Jehl et Chapays, blessées, le CJS Geispolsheim rentre très frustré de son match à Lyon où le duo d’arbitres aura su influer sur l’issue du match.
Aux nombreuses fautes non sifflées sur la pauvre Voynet, se rajoutent, les erreurs d’appréciations, des pieds en touches notamment des lyonnaises, la longue discussion en cours de match entre le coach local et un des arbitres qui bizarrement ne sifflera plus que dans un sens. Sans compter le KO de Zaroli, obligée de sortir dans le money time, suite à un choc avec une trop énergique espoir le tout sans réaction des régisseurs du jeu.
 
Le match démarre tambour battant, où les deux équipes font jeu égal. 4-4 à la 3ème. Puis 10-5 pour Lyon sur une réussite primée de Muzet. Lux et Dambach alimentent la marque tandis que Zaroli impulse le rythme côté alsacien. Malgré l’activité de M’Baye, Geispo prend la tête sur un panier plein de culot de Dambach à la 9ème 14-16. Lyon passe devant à la fin du quart temps. 20-19 sur deux lancers francs de Franchelin.
 
Le deuxième quart est toujours aussi serré et intense. Les bas rhinoises reprennent les rênes. 22-20 par Voynet. Puis le chassé croisé continue sur tout le quart temps. Geispo garde ses nerfs malgré les incohérences arbitrales. Très actives aux quatre coins du terrain, Vincent prend de nombreux rebonds et alimente la marque, tout comme Voynet, Boehrer et Dambach. Mais Lyon par Riondet et M’Baye trouve les ressources pour repasser devant à la mi temps. 34-31.
 
Dès la reprise de la deuxième mi temps, Zaroli, très présente, ramène son équipe à 34-33. Dambach, auteur d’un grand match, vole dans la foulée une balle précieuse pour un 35-34 encourageant à la 22ème. Les alternances perdurent dans ce quart temps à nouveau âpre et intense. Le coach lyonnais ne cesse d’invectiver les officiels du jeu qui prennent beaucoup de temps à discuter avec lui !!!. Face aux injustices, les alsaciennes sont proches de l’implosion. Mais leur mental reprend le dessus. Dambach et Zaroli se multiplient pendant que Voynet et Vincent colmatent tout ce qu’elles peuvent dans la raquette. Lux plante son primé pour un 49-51 avant que Girardet lui réponde. 52-51 à la 30ème. (tir mordu sur la ligne et validé à trois points par l’arbitre…).
 
Dès la reprise, Voynet marque pour porter la marque à 52-53. La joute a repris et le match reste serré tout au long de cet ultime quart temps. 56-55 à la 33ème. 56-57 sur un panier de l’adroite Lux. A la 34ème. Geispo garde la tête jusqu’à la 37ème minute où Legrand réussit sur une invraisemblable situation de jeu à marquer sur une remise de M’Baye alors qu’elle avait les appuis hors du terrain sous les yeux de l’arbitre. Hallucinant ! 60-59. Sur la montée de balle, Zaroli est percutée par une joueuse locale et doit sortir sur KO. Déboussolée, les visiteuses se font rattraper à 63-63 à la 38ème. Face aux vents contraire, Geispo craque un peu et Lyon s’échappe. 68-63. Lux plante un primé. 68-66 à la 39ème. Puis 70-66 sur un panier de Legrand. Clauss ramenant le score à 70-69 sur la dernière attaque alsacienne.
 
FC Lyon – CJS Geispolsheim : 70-69 (20-19), (14-12), (18-20), (18-18).
Arbitres: MM Jacquier et Mouron.
100 spectateurs environ.
 
FC Lyon: 27 tirs sur 64, dont 6 sur 24 à trois points, 10 lancers francs sur 17, 34 rebonds, 21 fautes.
Franchelin 6, Lezin 10, Legrand 8, Muzet 20, M’Baye 10, Riondet 2, Girardet 14.
 
CJS Geispolsheim: 25 paniers sur 62 tirs, dont 4 sur 12 à trois points, 15 lancers francs 22, 33 rebonds, 15 fautes.
Dambach 16, Voynet 15, Boehrer 3, Zaroli 5, Lux 13, Clauss 5, Magda 2, Vincent 10.
 

"HOLD UP"

Le CJS Geispolsheim est tombé de haut samedi soir face à la redoutable équipe de Sainte Savine. Spécialiste du faux rythme, les troyennes ont réussi à faire déjouer les alsaciennes qui n’ont jamais trouvé la bonne cadence offensive et gagner le match dans les dernières secondes.

Dès l’entame, Geispo prend les commandes de cette rencontre. 4-1 par Chapays à la 2ème. Mais à chaque fois que les locales récupèrent la balle pour augmenter l’écart, elles trouvent le moyen de la reperdre, souvent par étourderie, ce qui favorise le retour des visiteuses. De 10-3 à 12-10, suite à la 4ème balle déjà perdue à 7ème minute. Sainte Savine s’appuie surtout sur Cloarec et Chabadova, très à l’aise dans ce premier quart pour scorer. 15-12 à la 10ème.
Le scénario se répète dans le deuxième quart. Les joueuses de Geispolsheim gardent les commandes mais peinent à creuser un écart, soit par pertes de balles, soit par maladresses aux tirs (32% de réussite dans le match). Peut être également provoqué par la défense de Sainte Savine et son faux rythme offensif. Empêtrées dans les approximations, les alsaciennes perdent leur fil conducteur, malgré la combattivité défensive de Dambach et l’omniprésence de Voynet. En face, Diakité nettoie les airs et Sidibé est d’une grande adresse extérieure. Geispo, accumule quand même 14 pertes de balles dans cette première partie de match qui vont coûter cher. 33-28 à la mi temps.

A la reprise, Chapays score immédiatement. Mais la maigre avance est réduite par une énième perte de balle. Sidibé n’hésite pas à rappliquer  avec un tir primé bienvenu pour les visiteuses. Pourtant les locales sous l’impulsion de Dambach, Chapays, Voynet et Vincent vont chercher à décrocher les hargneuses visiteuses 42-33 sur un panier acrobatique de Vincent à la 24ème. Sainte Savine s’accroche par Cloarec et Diakité. Mais Geispo semble avoir enfin fait un mini break à la fin du troisième quart temps. 48-40.

La défense de Sainte Savine bloque bien les attaques des locales qui ne bougent plus. Cloarec et Chabadova, de leur côté, scorent et réduisent la marque à 48-47 à la 33ème. Lux marque enfin un tir primé pour redonner un peu d’air à son équipe. 51-47. Sidibé répond immédiatement. 51-49. Le chassé croisé continuera jusqu’à la 38ème minute où toujours Sidibé égalise à 55 partout avant de donner un premier avantage à 57-59 à 15 secondes de la fin. La dernière attaque des villageoises se termine par deux lancers dont malheureusement, un seul est converti. Cruel. 58-59.

CJS Geispolsheim – Sainte Savine : 58-59 (15-12), (18-16), (15-12), (10-19).
Arbitres MM Lefin et Bouis.
250 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 21 paniers sur 65 tirs dont 1 sur 13 à trois points, 15 lancers francs su 21, 17 fautes. 33 rebonds 20 balles perdues.
Chapays 12, Dambach 2, Voynet 22, Boehrer, Zaroli, Lux 3, Clauss 4, Anielak 5, Vincent 10.

Sainte Savine : 23 paniers sur 49 tirs dont 2 sur 5 à trois points, 11 lancers francs sur 14, 20 fautes, 25 rebonds, 13 balles perdues.
Roulet, Cloarec 13, Cuomo, Sidibé 17, Condoris 2, Diakité 10, Chabadova 17
 

un quatrieme quart temps de feu

Geispolsheim avait à cœur de se racheter du match aller perdu sur le score de 64-59 et avait pour objectif de rester dans sa dynamique actuelle.
 
Dès l’entame du match on sent de la crispation et une volonté de bien faire du côté alsacien alors que Sannois tout en balbutiant son basket reste au contact par la rugueuse SY et la bonne agressivité défensive. 6-5 à la 3ème. Geispo s’applique mais manque un peu de réalisme alors que du côté de Sannois Labbé et Lecoultre provoquent une première embellie, 18-13 à la 10ème.
 
Les visiteuses se reprennent dès les premières minutes du deuxième quart par Vincent, omniprésente et l’apport de Clauss qui trouve petit à petit ses marques. 22-21 à la 15ème. L’adresse, de Kernevez et d’Aurensan, permet aux parisiennes de rester en tête à la mi temps. 32-29.
 
Le match est tendu et les deux équipes défendent fort tout en développant un jeu offensif performant. La percussion et l’adresse extérieure des locales provoquent de nombreuses fautes adverses. Sannois marque essentiellement sur lancers francs tandis que Geispo oppose un jeu fait de mouvements collectifs avec une Vincent jouant avec autorité dans la peinture et où Chapays, en grande forme, enfonce le clou face aux grands gabarits adverses. Les deux paniers bonifiés de Lux faisant énormément de bien en fin de quart temps. 55-50 à la 30ème.
 
Dans ce quatrième quart, les alsaciennes vont jouer en mode rouleau compresseur offensif. Chapays, excellente tout au long du match, dirige de main de maître son équipe qui va hausser son niveau de jeu offensif. D’abord par les banderilles décochées par Zaroli qui retrouve ses jambes de feu. Par Vincent intenable pour la défense sannoise et l’adresse de Lux aux quatre coins de la surface offensive. Très rapidement Geispo prend les commandes. 57-59 sur un magnifique mouvement de Voynet. Chapays, Vincent et Zaroli enchaînent pour porter l’avance à 6 points. 69-63 à la 34ème. Les défenses sont féroces des deux côtés et les joueuses font preuve d’une belle adresse. Les Sannoises aux lancers francs et les alsaciennes dans le jeu intérieur et périphérique. Geispolsheim se constitue un petit matelas de 6 à 8 points. 67-74 à la 36ème. Sannois force pour revenir mais à chaque panier des locales, Chapays ou Lux répondent avec autorité. Sy revient et martyrise la défense alsacienne mais lucides et déterminées, les visiteuses trouvent l’espace pour maintenir les velléités adverses à distance. 73-82 sur un dernier panier de l’adroite Lux à la 39ème. Acculées, les locales sont obligées de faire faute sur Zaroli qui convertit ses lancers francs avant que Jomby ne conclue ce match. Cerise sur le gâteau ; Geispo prend le panier average au passage. 75-85.
 
O Sannois Saint Gratien – CJS Geispolsheim : 75-85 (18-13), (14-16), (23-21), (20-35). Arbitres : MM Legay et Hounou-Rambert.
 
Sannois Saint Gratien : 26 paniers dont 6 à trois points, 17 lancers francs sur 28, 19 fautes.
Beaugendre 12, Assilamehou 6, Kernevez 11, Jomby 7, Labbé 11, Lecoultre 5, Aurensan 9, Sy 10.
 
CJS Geispolsheim : 35 paniers dont 4 à trois points, 11 lancers francs sur 14, 23 fautes.
Chapays 19, Dambach, Voynet 13, Jehl, Boehrer, Zaroli 5, Lux 24, Clauss 4, Anielak 2, Vincent 18.
 

De haute lutte

La réception du virtuel troisième du championnat de NF1, promettait d’être un match compliqué pour l’équipe de Geispolsheim avec Jehl, sa capitaine, amoindrie par sa douleur au tendon d’Achille et qui n’entrera finalement pas en jeu.

Le CJSG a bien préparé son match. Bien organisé en début de partie, la jeune phalange locale, prend les devants par l’adroite et féline Voynet, bien soutenue par Chapays, et avec  Zaroli et Dambach aux passes. 15-9 à la 7ème. Villeurbanne se rebiffe par Lafaurie et Blatrie pour revenir à 15 partout et même prendre les commandes à 17-19 à la 10ème.

Dès la reprise du deuxième quart, Geispo accélère par Vincent, déjà auteur de deux contres, et Boehrer. Plus présentes en défense, les locales vont prendre le large sous la direction d’une Chapays des grands jours. Solide dans ses montées de balles face à la pression défensive adverse, la meneuse fétiche du CJSG fait les bons choix et Geispo prend le large par l’excellente Voynet, par Boehrer, en gros progrès et la tonique Vincent. 36-22 à la 17ème. Le temps mort des visiteuses vient au bon moment et Villeurbanne redresse la barre par l’adroite Blatrie et la teigneuse Thos. 38-31 et 40-31 sur un beau mouvement de Clauss à la 20ème.

La reprise du 3ème quart est à l’avantage des Rhodaniennes. Sous l’impulsion de Lafaurie et Tchangoué, Villeurbanne se rapproche à 44-39. Le match devient haletant et de plus en plus indécis. Malgré les éléments contraires, les locales ne se désolidarisent pas et se battent à l’image de Dambach présente en défense et en attaque où elle transperce la nasse adverse pour marquer de près avant de planter un tir bonus bienvenu. 53-47 à la 28ème, malgré ses quatre fautes. Vileurbanne s’accroche par Tchangoué et revient à 53 partout pour prendre à nouveau les devants à la 30ème 55-56 par Blatrie.

Le suspense est à son comble au quatrième quart temps. Geispo ne veut pas lâcher ce match important pour la suite. Le trio, Chapays-Zaroli et Dambach est magnifique de combativité. Voynet et Vincent, s’appliquent à verrouiller le jeu intérieur. Pourtant les visiteuses ne veulent pas céder et se battent farouchement. 64-64 à la 35ème. Boeher remplace Dambach (5 fautes). Zaroli convertit son deuxième lancer franc 65-64. Le suspense est à son comble. Blatrie (ASVF) et Chapays marquent par deux fois chacune. 69-68 pour Geispo. Il reste moins d’une minute à jouer. Jeux de temps morts entre les deux coaches. Anielak et Voynet ne craquent pas aux lancers francs, au contraire de Tchangoué et Roussignol qui n’en convertissent qu’un. 72-69. Ouf.

CJS Geispolsheim – AS Villeurbanne F : 72-69 (17-19), (23-12), (15-25), (17-13).
Arbitres: MM Matos et Staudt.
300 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 29 paniers dont 1 à trois points, 13 lancers francs sur 21, 19 fautes.
Chapays 15, Dambach 12, Jehl, Voynet 20, Boehrer 6, Zaroli 3, Lux 1, Clauss 2, Anielak 7, Vincent 6.
AS Villeurbanne : 23 paniers dont 3 à trois points, 20 lancers francs sur 27, 19 fautes.
 

COUP DE POMPE

 
L’équipe de Geispolsheim pressentait que le match à La Tronche Meylan allait être délicat à gérer. La semaine avait en effet été perturbée par les absences, pour de gros rhumes (Anielak et Chapays) ou des blessures (Jehl, victime d’une petite entorse du genou à Voiron et d’une tendinite au tendon d’Achille).
 
Les Alsaciennes ont toutefois tenté de jouer leur chance face au favori de la poule. Las. Faisant jeu égal lors des trois premières minutes du match, elles subissent rapidement la force du rouleau compresseur local qui propose un très bon basket. Très vite, Patrick Lazare préfère préserver Jehl pour les échéances de 2016, sortir Anielak insuffisamment remise et donner du temps de jeu à Lux, Boehrer et Clauss. Le CJS subit une avalanche de paniers. Servage est diaboliquement adroite à trois points et Saponjic domine dans la raquette avec sa puissante comparse Mendy (26-12, 10e ’).
 
Sans les cadres
 
Chapays et Dambach se retroussent les manches et sonnent la charge, en s’appuyant sur Voynet et Vincent pour endiguer les assauts des Iséroises, où Mbaikoua fait un festival en jeu rapide, bien aidée par le sniper Servage (46-28, 20e ’).
 
Mettant aussi Chapays définitivement au repos, Geispolsheim, sans ses cadres (Zaroli manque également à l’appel), peine dans la construction de son jeu. Perdant de nombreuses balles, même sans grosse pression défensive des adversaires, “Geispo” montre logiquement ses limites, face à une équipe locale qui justifie son statut de favori et joue magnifiquement. Servage continue de bien cibler la mire, tandis que Mendy fait le ménage dans la peinture (66-42, 30e ’).
 
Si le quatrième quart-temps est équilibré, la rencontre se sera apparentée à une formalité pour La Tronche qui se rapproche de son objectif, les play-offs. Les Alsaciennes, quant à elles, sont bien installées au milieu du tableau, position idéale pour continuer à progresser et grappiller l’une ou l’autre place au classement à la reprise. La trêve fera du bien à tout le monde.

BC LA TRONCHE MEYLAN – CJS GEISPOLSHEIM : 79-57
Quart-temps: 27-12, 19-16, 20-14, 13-15.
Arbitres: MM Dagos et Lacchini. 150 spectateurs environ.
La Tronche Meylan : 29 paniers, dont 6 à 3 points, 15 LF sur 21, 18 fautes.
Matenga 5, Moss 3, Saponjic 14, Servage 21, Mbaikoua 17, Pottiez 13, Mendy 12, Roche 6.
Geispolsheim : 24 paniers dont 1 à 3 points, 7 LF sur 12, 17 fautes.
Chapays 7, Dambach 7, Voynet 18, Jehl 3, Boehrer 6, Lux, Clauss 6, Anielak 2, Vincent 4.
 

Le match référence

Dans le sillage d’une Pauline Jehl à nouveau impériale, l’équipe de Geispolsheim au jeu collectif admirable et une solidarité exemplaire, est allée chercher une importante victoire dans le chaudron Voironnais.
 
A l’entre deux, Anielak claque la balle vers Chapays qui la refile à Jehl qui marque. Dès cet instant Geispo va surprendre une équipe locale un peu timorée en début de partie. Bien en place en défense, les visiteuses, se jouent de la défense voironnaise et prennent dix points d’avance par Voynet et Anielak. 2-12 à la 4ème. Zaroli, plein de peps, est très active et apporte son écot au score. Dans un sursaut, l’adroite Mercier ramène son équipe à 13-18 à la 10ème.
 
Le deuxième quart temps est de la même veine. Le CJS déploie un magnifique jeu collectif qui méduse la défense locale qui n’y voit que du feu. Mobilité, enchaînements de passes, finition. Geispo déroule à l’image des deux primés de suite de la jeune Dambach qui portent le score à 13-27. Seule Deborde répond. Jehl se joue de la défense iséroise. Les rotations des joueuses sont parfaites. Chapays régule à merveille, Zaroli est incisive et décisive. Dambach éteint Mercier et les intérieures alsaciennes dominent la raquette. L’absence de l’immense Diaby (blessée) se fait sentir côté Voiron. Le score grimpe à 15-33 à la 15ème. Après leur temps mort, les locales intensifient leur agressivité défensive et reviennent au score par Sarlin et Blanchon. 33-39 à la 20ème.
 
La reprise de la deuxième mi temps est à l’avantage des locales dans une salle surchauffée où certains spectateurs deviennent carrément hostiles envers les alsaciennes et les arbitres. Geispo plie sous les assauts et la sur-agressivité des voironnaises qui prennent pour la première fois les devants. 48-44 à la 25ème. Temps mort et changement de défense côté villageois. Admirables de combativité, toutes les joueuses du CJS jouent la même partition. Voynet et Jehl se chargent de replacer leur équipe en tête. Geispo vient de remettre le verrou défensif et toutes les joueuses sont galvanisées par l’hostilité d’une petite partie du public alors que tout se passe sportivement bien avec fair play, entre les deux équipes sur le terrain. Face à la mobilité alsacienne, les iséroises débordées sont obligées d’aller à la faute. Les Bas rhinoises sont impeccables au jeu des lancers francs (32/36). Score à la 30ème : 53-60.
 
Rien n’est fait. Malheureusement Jehl se blesse au genou et doit quitter ses coéquipières pour le reste du match.
Lors du quatrième quart temps, Voiron ne veut pas perdre. Blanchon plante un tir bonus suivi d’un panier de Francisad. 58-60. Suspense garanti et bruit assourdissant dans la salle. Geispo a un mental d’enfer, Anielak trouve une lucarne et l’espiègle Dambach, plein de culot, intercepte et provoque la défense de Voiron pour scorer. Grosse défense alsacienne qui récupère la balle. Vincent, retrouvant ses ressorts, prend un monstrueux rebond offensif sur l’attaque suivante pour marquer un « and one ». 58-67 à la 33ème.  Le match est âpre mais correct. La salle pousse son équipe qui, par Blanchon et Niksic à trois points, se rapproche à nouveau. Mais Geispo ne craque pas. Zaroli a des jambes de feu. Vincent continue sa moisson au rebond. En maître à jouer, Chapays oriente le jeu sur Voynet qui martyrise la raquette adverse. Voiron est obligé de faire des fautes. La sereine intérieure alsacienne, convertit ses lancers francs. (8 de suite). Habile au jeu de la gestion de fin de match, le CJSG signe l’exploit dans une salle où il n’est jamais facile de gagner. 79 – 84
 
A noter que c’est la première fois en six saisons en NF1 pour le CJSG qu’un public a été aussi hostile, même longtemps après le match. Désolant !
 
PAYS VOIRONNAIS BC – CJS GEISPOLSHEIM : 79-84
Quart-temps : 13-18, 20-21, 20-21, 26-24.
Arbitres : M Parrini et Melle Didier, 300 spectateurs environ.
Voiron : 26 paniers dont 8 à trois points, 19 lancers francs sur 24, 27 fautes dont une technique coach.
Machal 2, Niksic 16, Esnard 8, mercier 16, Deborde 4, Canoine 7, Francisad 6, Gabaud 2, Blanchon 10, Sarlin 8
Geispolsheim : 25 paniers dont 2 à trois points, 32 lancers francs sur 36, 21 fautes.
Chapays 4, Dambach 13, Voynet 18, Jehl 19, Boehrer, Zaroli 6, Anielak 12, Vincent 12, Clauss, Lux.
 

L'AVENTURE CONTINUE EN COUPE DE FRANCE !

 

BB NF1 CJS Geispolsheim – Wasquehal Fémina Basket

Superbe première mi temps
A l’issue d’une première mi temps  bien enlevée, où les joueuses du CJSG ont atomisé des visiteuses complètement à la dérive. L’intensité et la concentration baisse du côté local lors du deuxième acte tandis que les joueuses de Wasquehal se reprennent et réduisent l’écart à des proportions plus raisonnables.

Le début du match démarre par un double triplé ch’ti de Tadeuszak qui réveille de suite la phalange locale. Exploitant au maximum les oublis défensifs des visiteuses dans la raquette, Geispo tout en réalisme rythmé, refait son retard et prend le large. 31-18 à la 10ème  par le duo Voynet-Anielak et les deux paniers primés de Lux.

Pendant que Jehl et Chapays sont ménagées,  Zaroli se charge d’impulser le rythme sur les possessions gagnées au rebond.  Les relations de jeu sont remarquables et les joueuses de Wasquehal n’y sont plus. Geispo est survolté. Malgré l’activité de Marsac et Girard du côté adverse, le score et l’écart grimpent de façon disproportionnée. Vincent en profite pour retrouver de bonnes sensations. 57-28 à la 20ème.

Changement de physionomie en deuxième mi temps
Comme souvent quand l’écart est trop important en première mi temps, l’équipe en tête baisse en concentration et l’équipe adverse en perdition, se rebiffe. Le scénario se vérifie lors de ce troisième quart. Wasquehal joue plus sereinement, décale bien ses extérieures qui exploitent avec une adresse retrouvée, les naïves erreurs défensives locales pour planter une volée de paniers bonifiés. (9 au total). Médusées, les locales déjouent et perdent de leur superbe. Wasquehal revient en boulet de canon. 72-56 à la 30ème.

Jehl  et Chapays sont rappelées de toute urgence, avec Anielak, Voynet et Zaroli. Le CJS remet de l’ordre dans sa défense et stoppe l’hémorragie. Plus concentrées sur les tirs extérieurs, dominant à nouveau au rebond avec Voynet toujours omniprésente, Geispo hausse le rythme. Jehl, bien servie par Chapays, enclenche le turbo. Zaroli régule le jeu tandis qu’Anielak et Voynet impactent le jeu intérieur. Le CJS reprend ses aises pour conclure à 90-69.

CJS Geispolsheim – Wasquehal Fémina Basket 90-69 (31-18), (26-10), (15-28), (18-13)
200 spectateurs environ arbitres :  MM Deininger et Miotto

CJS Geispolsheim : 33 paniers dont deux à trois points, 22 lancers francs sur 33, 9 balles perdues, 41 rebonds, 15 fautes
Chapays 9, Dambach, Voynet 26, Jehl 10, Boehrer, Zaroli 8, Lux 8, Clauss 4, Anielak 16, Vincent 9

Wasquehal FB : 25 paniers dont 9 à trois points, 10 lancers francs sur 11, 19 balles perdues, 28 rebonds, 26 fautes.
Roulaud 8, Bellanger 2, Marsac 12, Girard 6, Akmouche 25, Tadeuszk 14, Ely 2, Mialouniama.
 

Les affaires reprennent

Au complet, mais pas encore au top de sa forme, l’équipe du CJS Geispolsheim a produit un match intense, cohérent en défense et en progrès dans son organisation offensive pour battre une hargneuse et bonne équipe de Franconville.

Dés l’entame du match, Dambach donne le ton en chipant la balle au fer de lance adverse, Gérard, et envoie Voynet au panier. Franconville impose un jeu dur et agressif en défense qui déstabilise un peu les attaques des locales. Mais cette fois, les villageoises restent clairement dans leur plan de jeu défensif pour prendre petit à petit l’ascendant sur les franciliennes par Chapays, Voynet et Jehl. Du côté adverse, l’intérieure Dufour par son adresse à tous les postes, permet à son équipe de maintenir le contact jusqu’à 12-11 à la 6ème. L’entrée en jeu d’Anielak tonifie davantage la défense alsacienne et Geispo fait un mini break à la fin du 1er quart. 20-13.

Le match est engagé et physique aux quatre coins du terrain. Aucune phalange ne veut céder et le spectacle est total. Franconville donne tout pour revenir. Mais le cinq local est admirable d’abnégation défensive. Speed Jehl est partout et impulse un rythme supérieur qui déséquilibre les solides visiteuses. Maestro Chapays, omniprésente, y va d’un magnifique mouvement. Zaroli, bien que malade, soulage par petites bribes à la mène, tandis qu’Anielak en impose de plus en plus dans la raquette. Ne lâchant rien, Franconville reste dangereux par Gérard et Dufour. La jeune Boehrer, fait souffler Dambach tout en se montrant efficace alors que Voynet, revenue en forme, est de plus en plus à l’aise. 35-28 malgré le sursaut de Dufour, en fin de mi temps.

La deuxième mi temps est encore plus intense. Défenses musclées de part et d’autre. Les deux équipes ne trouvent pas souvent des ouvertures et perdent plusieurs fois les possessions sur 24 secondes. A ce jeu, Geispo a progressé et ne déjoue plus. Anielak et Voynet assurent l’essentiel. 46-37 à la 30ème.

Les bas Rhinoises veulent cette victoire pour préserver leur avenir. Dambach réussit son travail de sape sur Gérard tandis que Jehl et Anielak sonnent la charge. Vincent reprend confiance et les villageoises, dominatrices au rebond, font le break. L’écart grandit. Voynet porte la marque à 55-37 à la 34ème sur un bel enchaînement collectif. Malgré tout, Franconville opiniâtre, revient petit à petit. Le match est haletant par la faute de Geispo voulant trop bien faire et qui vendange quelques balles. 57-43 à la 36ème et même 57-45 sur deux lancers francs de Necaskova à la 37ème. Jehl est rappelée et Clauss fait sa première apparition depuis son retour de stage. Voulant refaire un écart en vue du match retour, Geispo essaie de s’appuyer sur l’adresse de Lux qui n’est malheureusement pas en réussite. Les alsaciennes se font un peu peur en fin de rencontre mais préservent l’essentiel à l’issue d’un match consistant et physique.

CJS Geispolsheim – BC Franconville : 63-55 (20-13), (15-15), (11-09), (17-18).
Arbitres : MM Franck et Kubler, 130 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 19 paniers, 25 lancers francs sur 33, 41 rebonds (Chapays 10),17 fautes (Dambach éliminée).
Chapays 12, Dambach 2, Voynet 17, Jehl 13, Boehrer 3, Zaroli, Lux 2, Clauss, Anielak 12, Vincent 2.

BC Franconville : 18 paniers dont 4 à 3 points, 15 lancers francs sur 18, 22 rebonds, 24 fautes (Trottin éliminée).
Trottin 2, Drozd 5, Dufour 16, Souffrant 3, Gérard 13, Bamba 2, Necaskova 14
 

TROP AMOINDRI A L’INTÉRIEUR

En se déplaçant à Roanne, l’équipe du CJSG espérait retrouver un peu de sérénité dans son jeu. Malheureusement durant la semaine, Marie Ange Vincent se donnait une grosse entorse. Les embûches dans le jeu intérieur s’accumulent et cela devient un vrai casse tête. Du coup, Patrick Lazare, le coach du CJSG, en profite pour donner du temps de jeu à Magda Anielak pour lui permettre de retrouver petit à petit ses repères et son rythme après son opération des croisés. 
 
Dès l’entre deux initial, les alsaciennes surprennent les agressives joueuses locales en marquant par Zaroli et Jehl. 2-8 à la 3ème. Roanne insiste dans la raquette par Beynnon et revient au score et prend même les rênes du match 12-8 dès la 6ème. Les joueuses de Geispo réagissent et recollent par Voynet et le primé de Lux. 20-18.
 
Dès la reprise du deuxième quart Roanne intensifie sa pression et fait plier leur adversaire par un jeu très dur. Geispo tangue mais ne chavire pas encore même si Babicka donne de l’air à son équipe. 29-22 à la 16ème. Malgré tout, Anielak retrouve quelques sensations au rebond, sort de bonnes balles pour Chapays qui dare dare, les transmet à Jehl pour revenir au score à la mi temps. 36-35
 
Les affaires se gâtent à la reprise. Toujours excessivement agressives, les roannaises s’approprient le jeu avec une belle circulation de balle et beaucoup de réalisme en attaque pour décramponner une équipe visiteuse hésitante et dont le collectif s’étiole au fil des minutes. Secouées à l’intérieur, ne pouvant que peu s’exprimer, les joueuses de Geispo ne peuvent pas s’exprimer.  Quelques erreurs défensives en sus dans les rotations bas rhinoises et Roanne prend le large. 50-38 à la 27ème puis 56-46 à la 30ème.
 
Euphorique à la reprise de ce 4ème quart temps, Dimithé s’en donne à cœur joie dans la raquette pour enfoncer définitivement une équipe alsacienne encore tendre face à un basket de contacts bien excessif, des locales. 61-46 à la 34ème, pour finir sur l’écart maximum 70-50.
 
Roanne BF – CJS Geispolsheim : 70-50 (20-18), (16-17), (19-10), (15-5)
Arbitres MM Dell’Osto et Ingrez.
250 spectateurs environ
 
Roanne BF : 28 paniers sur 63 dont 6 sur 20 à 3 points, 8 lancers francs sur 11, 39 rebonds, 12 balles perdues, 17 fautes.
Poinas 3, Babicka 18, Reolid 6, Attiogbe 2, Duchez 17, Beynnon 12, Dimithé 12
 
CJS Geispolsheim : 16 paniers sur 60 tirs dont 2 sur 10 à 3 points, 41 rebonds (Anielak 14), 19 balles perdues, 13 fautes.
Chapays 5, Deschamps, Dambach 4, Voynet 11, Jehl 16, Boehrer, Zaroli 4, Lux 3, Anielak 7.

 


 

Un deuxième quart cauchemardesque

Le CJSG s’est mis une épine dans le pied en concédant une deuxième défaite à domicile dans un championnat qui se révèle de plus en plus incertain et homogène.

Dès l’entre deux, on sent que l’énergie n’y est pas. La petite meneuse de poche, Coutaz pénètre par deux fois dans la raquette et inscrit les quatre premiers points de son équipe. Geispo tente bien de réagir par Chapays et Jehl mais Culoz gère bien et réussit à chaque fois à décaler ses attaques pour le plus grand bonheur de ses shooteuses. Michel, Demolliens ou Chaboud. Geispo survit surtout par Chapays et Jehl. 22-24 à la 10ème.

Dans une salle bien garnie, où le CJSG a eu les honneurs de la FFBB, en recevant le challenge de l’esprit sportif féminin des mains de Jacky Ravier et René Kirsch, tout le monde pensait que les locales allaient passer la surmultipliée. Que nenni, les joueuses de Patrick Lazare avaient disparu de la circulation. Jehl sanctionnée de deux fautes a rejoint le banc, les intérieures locales sont inexistantes, le jeu extérieur est atone. Rien ne va plus et Culoz s’envole sur trois primés réussis par Cabald, Michel et Chinal. Oubliant de s’appuyer sur leur collectif, les alsaciennes multiplient les erreurs défensives et finissent ce quart sur un hallucinant 3 à 16! Score, 25-40 à la 20ème.

Les affaires ne s’améliorent pas à la reprise. Demolliens en remet une couche derrière l’arc pour porter le score à 25-43. N’ayant pas de point d’appuis intérieur, les villageoises s’en remettent aux exploits extérieurs. Lux et Chapays marquent sporadiquement au forceps. Zaroli se démène et tente de booster ses coéquipières mais sans réelle efficacité. Culoz intensifie sa cadence offensive. 35-54 sur un nouveau primé de Chinal. Face à l’inefficacité intérieure, le coach du CJSG, décide de précipiter l’entrée d’Anielak qui marque de suite face à l’équipe contre laquelle elle s’était déchirée son ligament croisé en mars dernier. Petit à petit Geispo revient…Mais pas assez. 46-62 à la 30ème.

Lors de ce dernier quart, Geispo est enfin plus équilibrée en défense et trouve de nouvelles ressources malgré les nombreuses erreurs de placement. Lux par deux tirs bonus redonne de l’espoir au camp local. 55-63 à la 33ème. Culoz commence à paniquer et Geispo fond sur l’adversaire mais perd Jehl pour sa cinquième faute. Le match peut à nouveau se jouer quand sur son troisième primé, Lux ramène les siens à 68-70 à la 37ème. Moment où un énième oubli défensif laisse à Michel l’occasion de planter son dernier dard bonifié. 69-75.
 
CJS Geispolsheim – Culoz BC : 69-75 (22-24), (3-16), (21-22), (23-13)
250 spectateurs environ.
Arbitres MM Kaced et Metzger.
 
CJS Geispolsheim : 25 paniers dont 4 à 3 points, 15 lancers francs sur 25, 18 fautes (Jehl 5 fautes).
Chapays 18, Dambach, Voynet 4, Jehl 14, Boehrer, Zaroli 2, Lux 17, Anielak 3, Vincent 11.
 
Culoz BC : 29 paniers dont 9 à 3 points, 8 lancers francs sur 18, 22 fautes.
Coutaz 15, Chinal 6, Cabald 5, Demolliens 13, Michel 11, Bogoje 10, Tomczak 6, Chaboud 8.
 

Trophée coupe de france 1er tour

Coupure dans le championnat et un premier tout de Trophée coupe de France qui a changé de formule cette année. Une seule équipe de la ligue d’Alsace ne sera qualifiée à l’issue des 3 tours régionaux pour poursuivre l’aventure sur le plan national. La place sera chère d’ici fin décembre à qui veut poursuivre dans cette compétition.

Avec un bonus de 7 points, les mulhousiennes prennent de suite une avance de 10 points par la remarquable adresse longue distance de la petite Kovalova. Immédiatement, les locales accélèrent un peu pour revenir assez rapidement par ses cadres habituels bien soutenus par la jeune Boehrer. Dès la fin du 1er quart, le CJSG avait pris le dessus 25-21sur un FCM qui vit surtout par l’adresse de son arrière.

Lors de la 2ème période, Geispo, resserre un peu plus sa défense et prend définitivement le large. Voynet et Vincent maîtrisent le rebond et Chapays envoie Jehl et Dambach à la conclusion. 36-26 à la 16ème puis 43-29.

La deuxième mi-temps va être un peu plus rude. Les mulhousiennes durcissent énormément le jeu mais Geispo continue à maintenir l’écart par Voynet, Dambach et Jehl. 52-29 à la 23ème. Moment choisi par Kovalova pour planter trois paniers bonifiés à la file et ramener l’écart à 56 – 38 à la 27ème. Boehrer et Vincent retrouvent le chemin du panier tandis que la défense locale resserre un peu les boulons. 60-42 à la 30ème.

Lors du quatrième quart temps, les joueuses du CJSG jouent à leur rythme (c’est à dire, en courant). La défense de Geispo gagne de nombreuses balles. Zaroli toujours très active dans ce domaine, relance vers Jehl ou s’appuie sur l’adresse de Boehrer ou Voynet pour alimenter la marque malgré l’étonnante maladresse du jour aux lancers francs (18/27). A noter les 9 paniers à trois points réussis par les joueuses du FCM (6 pour Kovalova). Score final 79-55.

CJS Geispolsheim – FC Mulhouse (+7) : 79-55
Arbitres : M Franck et Sery – 100 spectateurs environ.

CJS Geispolsheim : 30 paniers dont 1 à 3 points, 18 lancers francs sur 27, 11 fautes.
Chapays 8, Deschamps, Dambach 11, Voynet 10, Jehl 24, Boehrer 15, Zaroli 2, Vincent 9, Friedrich.

FC Mulhouse Féminin : bonus +7, 18 paniers dont 9 à 3 points, 3 lancers francs sur 6, 24 fautes.
Maier 2, Kovalova 22, Battaglia 4, Bertrand 7, Yildiz 3, Nussbaumer 6, Laidlow 4
 

UNE PREMIERE MI-TEMPS A OUBLIER

Pour Geispolsheim ce match devait être un révélateur du réel niveau de son équipe. Et force est de reconnaître que la première mi temps a plutôt été délicate à gérer mais que la deuxième partie du match a montré qu’il y a un potentiel intéressant dans ce groupe.
 
Dès l’entre deux, Le Creusot se rue vers le panier alsacien et prend les devants par Le Bruchec et Jeter. Du côté des visiteuses, Voynet, Dambach et Zaroli résistent comme elles peuvent à la furia locale. Malheureusement Jehl déjà rapidement sanctionnées par deux fautes (4ème minute) doit rejoindre le banc de touche. Boehrer prend efficacement la suite. 13-6 à la 5ème. Active et très présente, Jeter en rajoute un  bout et le quart temps se termine à 25-15 malgré la belle prestation de Voynet.
 
Les locales maintiennent leur cadence mais on se rend bien compte que Geispo ne trouve pas ses ajustements défensifs habituels. Les locales exploitent les approximations et les errances défensives adverses pour prendre le large par l’immense Radunovic et la vivace américaine Jeter, bien aidées par l’adresse du duo Baudy - Le Bruchec. 48-31 à la 20ème.
Les alsaciennes vont enfin montrer leur véritable visage dès l’entame de la 2ème mi temps. Dambach sonne la charge, bien épaulée par Voynet, Jehl Lux, et Chapays. 52-37 à la 22ème. La défense de Geispo est enfin plus cohérente et donc efficace (28 pts encaissés dans cette mi temps). Mais en manque de confiance et peut être de lucidité, les visiteuses ont tendance à précipiter leurs actions et restent scotchées à moins 16 pendant une grande partie de ce quart, même si elles prennent l’ascendant sur les Creusotines. 62-46 à la 30ème.
 
Comme toujours Geispo a des ressources mentales. Dambach, encore elle, pousse ses partenaires au dépassement de soi. Tout le monde suit le rythme et la partie redevient poignante car finalement rien n’est acquis pour les locales. Et Geispo grignote. 63-53 à la 34ème. Dambach intercepte, score avec Lux et Zaroli et les alsaciennes pointent leur nez à 67-58. Puis 67-60 sur l’unique panier de Vincent!. Malheureusement, Lux après ses deux primés, se tord la cheville dans la foulée (grosse entorse) et doit sortir. Jehl rapproche encore à 68-63 à la 38ème. Mais en vain. Les fautes pleuvent côté visiteuses et la puissante Miguel transforme ses lancers francs pour stopper le retour des alsaciennes. 73-63 à la 39ème.  Puis 76-65 au coup de sifflet final.
 
Le Creusot – CJS Geispolsheim 76-65 (25-15), (23-16), (14-15), (14-19)
Arbitres: MM HADJRABAH et LOTH. 100 spectateurs environ.
 
Le Creusot : 30 paniers dont 2 à 3 pts, 14 lancers francs sur 18, 22 fautes.
Deconinck 2, Miguel 11, Barba 12, Le Bruchec 12, Baudy 11, Radunovic 12, Jetr 15.
 
CJS Geispolsheim : 23 paniers dont 3 à 3 points, 16 lancers francs sur 19, 24 fautes.
Chapays 6, Dambach 10, Voynet 30, Jehl 3, Boehrer 2, Zaroli 4, Lux 8, Vincent 2.
 
 

Compteur débloqué à domicile

C’est donc face aux Espoirs de Lyon que la jeune troupe de Patrick Lazare a réussi à débloquer son compteur à domicile pour s’assurer une belle deuxième victoire dans ce championnat de France de NF1 (91-66).

Le match démarre tambour battant, les deux équipes se rendant coups pour coups. A la toute jeune fougue et la virulence proposée par les lyonnaises,  Geispo répond par un jeu collectif bien huilé, mené par Chapays, qui permet à Vincent, Jehl, ou encore Voynet de conclure les attaques (9-7). Mais les espoirs s’accrochent, à l’image de Merminjard et Muzet qui trouvent la cible sur des tirs lointains (16-18).

L’entame du deuxième quart est d’une toute autre envergure. La défense alsacienne se durcit, Dambach fait son show, interceptions, contre-attaques lancers-francs tout y passe (26-18). Geispo est gonflé à bloc ! Chapays pénètre et trouve le cercle par deux fois. Voynet et Vincent sont omniprésentes au rebond. Les villageoises semblent prendre le dessus sur leur adversaire (35-20). Mais la jeune escouade lyonnaise ne lâche rien. Tandis que les changements de joueuses se multiplient côté local, les lyonnaises intensifient leur défense, interceptent et reviennent au score par Riondet et Girardet (45-38).

Au retour des vestiaires, Muzet fait parler d’elle en marquant 8 points consécutifs (59-51). Geispo change de défense, et le rouleau compresseur alsacien se met véritablement en marche ! Au rebond, Vincent s’empare des aires (12 rebonds). Aux commandes, Chapays distille des caviars à tout va. En accélérateurs, Dambach et Jehl transpercent la défense et concluent les attaques. En grande technicienne, Voynet trouve le cercle après un rééquilibrage spatio-temporel de toute grande classe. (67- 58)

Les chevaux sont lâchés, et le quatrième quart est lancé. Les lyonnaises sont dépassées et perdent leur joueuse Muzet qui sort sur blessure. Geispo garde son rythme. L’état d’esprit des villageoises est remarquable. Les joueuses se jettent sur toutes les balles. Zaroli est partout et pousse les lyonnaises à perdre des balles, Boehrer et Lux (7 interceptions) se démènent et intensifient la marque (85-63). Geispo déroule et conclut le match sur un panier de Friedrich (91-66).
 
CJS GEISPOLSHEIM – LYON ESPOIRS : 91-66 (18-16) (27-22) (22-20) (24-8)
Arbitres : M. Nuss – M. Khirouni  - 250 spectateurs environ.
 
GEISPOLSHEIM : 34 paniers sur 58 tirs dont 1 panier sur 3 à 3 points 22 lancers-francs sur 30,  30 rebonds (Vincent 12), 14 balles perdues, 13 fautes
Chapays 11, Deschamps, Dambach 11, Voynet 26, Jehl 22, Boehrer 5, Lux 7, Zaroli, Vincent 7, Friedrich 2
 
LYON : 22 paniers sur 55 tirs dont 8 paniers à 3 points sur 26, 9 lancers francs sur 13, 22 rebonds, 26 balles perdues, 25 fautes
Franchelin 3, Lezin 4, Legrand 5, Muzet 24, Henot 1, Riondet 10, Merminjard 7, Girardet 10, Drymon-Fontani, Forel 3
 

GEISPO NE LACHE RIEN ...

Belle victoire des joueuses du CJS Geispolsheim face à une adroite équipe de Sainte Savine (8 paniers à 3 points) qui a fait un très bon match mais qui n’aura pas tenu face au rythme et à la défense des alsaciennes.

Dès l’entre deux, Geispo montre son peps mais n’arrive pas forcément à conclure. Du côté local, Sidibé est adroite et permet aux siennes de prendre les commandes.8-4 à la 3ème. Jehl et Chapays réduisent à 10-8 mais Sidibé continue son festival offensif. 13-8, avant que Voynet ne se mette en évidence en inscrivant 7 points de suite. 16-14 à la 9ème. Chapays bien inspirée, déséquilibre la défense locale et renverse le jeu pour Boehrer qui ajuste et égalise à 16 partout à la 10ème.

Dés la reprise du 2ème quart, les Troyennes se détachent en s’appuyant sur l’adresse longue portée de Cuomo et Ruiz. 24-16 à la 14ème. Suite au temps mort, les eurométropolitaines rappliquent dare-dare par Jehl et Voynet. Chapays organise superbement le jeu tandis que Dambach ajuste à trois points. 30-28 à la 16ème. Mais Ruiz, dans un très grand jour, permet à son équipe de prendre ses distances à la pause. 36-28.

Chabadova score à son tour à trois points dès la reprise. 39-28. Pourtant on sent que Geispo est en train de prendre le dessus. Dambach en chapardeuse, vole des balles et relance la machine. Maestro Chapays donne le ton, Jehl, surveillée comme le lait sur le feu par la défense de Sainte Savine, en fait baver à ses cerbères. Tandis que Zaroli aux jambes de feu, et Voynet très alerte, se régalent. Quant à Vincent, elle joue la tour de contrôle défensive. Petit à petit, Geispo revient. 45-45 à la 25ème suite au primé de Jehl et au superbe mouvement de Zaroli sur un caviar de Chapays.
Sainte Savine se réfugie derrière son adresse pour, à nouveau, s’échapper juste avant la fin du quart sur un incroyable primé de huit mètres de Ruiz au buzzer. 55-50 à la 30ème.

Qu’importe, les villageoises ne lâchent rien. Leur collectif progresse de minutes en minutes. Tout le monde est sur la même longueur d’onde et on sent bien la complicité collective des joueuses de Geispo s’installer. Voynet rapproche son équipe sur de bons services de Jehl et Zaroli. 55-54 à la 31ème. Chapays est de plus en plus présente à la conclusion et Geispo joue la gagne. 63-65 à la 36ème. Cuomo réussit un tir bonus venu de nulle part.66-65. Chapays réitère son coup favori. 67-68. Ruiz répond du tac au tac à nouveau au buzzer de la possession à 0°, 68-67. Il reste moins d’une minute.  Personne ne craque du côté visiteur. Sur l’attaque suivante la discrète Vincent surgit et marque le panier qui assomme les locales. Gros stop défensif alsacien. Jehl et Voynet bloquent Chabadova, Vincent contre et Zaroli intercepte. Les alsaciennes gèrent bien les dernières secondes. 68-70.

Ste Savine – CJS Geispolsheim :68-70 (16-16), (20-12), (19-22), (13-20).
400 spectateurs,
arbitres: D’Almeida et Cordier.

Ste Savine : 26 paniers dont 8 à 3 points, 8 lancers francs sur 10, 19 fautes.
Cuomo 6, Sidibé 15, Condoris 9, Ruiz 24, Chabadova 12.

CJS Geispolsheim : 27 paniers dont 2 à 3 points, 14 lancers francs sur 21, 13 fautes.
Chapays 19, Dambach 4, Voynet 24, Jehl 12, Boehrer 2, Zaroli 4, Lux, Friedrich, Deschamps.
 

En panne d’adresse !

L’équipe féminine du CJS Geispolsheim au collectif déjà bien développé et avec un état d’esprit remarquable de battantes, a malheureusement souffert d’une maladresse chronique durant ce premier match à domicile face à une solide équipe de Sannois Saint Gratien. Car avec un 28% de réussite en attaque et ne perdre que de 5 points, laisse augurer d’une belle marge de progression.

Dès l’entre deux, Geispolsheim se rue vers le panier et prend les devants grâce à l’activité débordante de Jehl, Chapays, Voynet et Vincent.15-8 à la 5ème. Sannois est un peu aux abois mais ne craque pas vraiment. Dominant le rebond par Voynet et Vincent, le CJSG force la course en tête jusqu’à la 6ème (17-10) suite aux deux lancers francs convertis par Jehl. Sannois verrouille un peu mieux l’accès au panier et s’appuie en attaque sur la puissante Assilamehou et l’adroite Jomby. La jeune phalange alsacienne s’emmêle un peu les pédales et Labbé en profite pour réduire l’écart. Les visiteuses enchaînent et prennent les devants. 19-23 à la 10ème.

Le deuxième quart semble être celui de Sannois. Jomby enquille cinq points qui donnent de l’air à son équipe.19-28 à la 11ème. Les parisiennes pensent avoir fait le plus dur mais Geispo n’abdique pas, malgré sa maladresse. Les locales ont de grosses ressources mentales. Le niveau défensif monte d’un cran. Voynet s’arrache, Jehl montre l’exemple, Dambach se bat et les villageoises reviennent. 25-28 à la 14ème. S’ensuivent de superbes mouvements des deux côtés mais l’adresse est en panne, surtout côté Bas Rhinois. 27-33 à la mi temps. (8-10 dans ce quart)

Bien décidées à ne pas lâcher ce premier match, les joueuses du cru reprennent à fond mais ne réussissent pas à convertir leurs attaques. Dominatrices aux rebonds, les alsaciennes se construisent de bonnes opportunités offensives, mais la mire est apparemment mal réglée. 35-41 à la 25ème sur un panier opportuniste d’Aurensan de Sannois. Mais les locales sont magnifiques de combat à l’image de Jehl et Lux. Chapays manœuvre pour trouver des solutions, Voynet est omniprésente dans la raquette. A la force du jarret, Geispo revient. Lux plante un bonus bien venu et Voynet égalise à la 28ème 45-45. Dans la foulée, Jomby en remet une couche en plantant un tir en première intention derrière l’arc avant que Jehl ne réduise à 47-48 à la 30ème.

Le 4ème quart s’annonce chaud ! Le chassé croisé continue. Les deux équipes alternent en tête. 55-52 puis 55-55, 57-59 à la 37ème. Sans répit, Geispo donne tout et domine les airs en s’accaparant quasiment tous les rebonds grâce à un gros travail collectif (41 rebonds contre 21 à Sannois), mais un bouchon invisible doit être posé sur le cercle car rien ne rentre.  Sannois, à l’image de Jomby, Sy, Labbé, met ce qu’il faut pour garder la tête hors de l’eau. 59-64 à la 38ème. A noter que malgré leur agressivité offensive à tout va, les alsaciennes ne bénéficient d’aucun lancer franc durant ce dernier quart...

CJS Geispolsheim – Olympique Sannois Saint Gratien :
59-64 (19-23), (8-10), (20-15), (12-16).
Arbitres MM Scheer et Bouiss. 200 spectateurs environ

CJS Geispolsheim : 21 paniers sur 73 tirs, dont 3 sur 15 à trois points, 14 lancers francs sur 16, 41 rebonds (Chapays 10), 17 balles perdues, 13 fautes.
Chapays 7, Deschamps, Dambach 2, Voynet 10, Jehl 19, Boehrer, Zaroli, Lux 9, Vincent 10, Friedrich 2.

Sannois : 24 paniers sur 60 tirs, dont 8 sur 21 à trois points, 8 lancers francs sur 12, 21 rebonds, 6 balles perdues, 13 fautes.