VIVEZ BASKET ! VIBREZ CJS !

Nantes reze espoirs - geispolsheim 55-92

GEISPOLSHEIM TIENT SON RANG

L’équipe fanion du CJS Geispolsheim se rendait à Nantes afin de définitivement se rassurer dans ce championnat de Nationale 1. Après deux défaites et une victoire acquise avec “les tripes” à domicile, il était temps de présenter une prestation accomplie face à la lanterne rouge du championnat. Mission accomplie par les protégées de Marc Westermann qui n’ont laissé aucune chance aux jeunes pousses du centre de formation de Nantes Rézé.
Une fois n’est pas coutume, les Alsaciennes prennent la rencontre par le bon bout. Le travail effectué à l’entraînement cette semaine porte visiblement ses fruits. Dambach et Voynet mettent immédiatement leur équipe sur les bons rails en scorant rapidement : 10-3 en l’espace de trois minutes.
Le score évolue régulièrement et, malgré les changements nombreux du côté local, “Geispo” maintient la pression et développe son avantage. Kadila prend le relais de ses coéquipières et le quart-temps s’achève sur un premier avantage de neuf points pour les visiteuses.

En équipe…

La deuxième période s’équilibre quelque peu, coach Westermann fait tourner son équipe face aux jeunes Nantaises qui apprennent le métier. Toutes les joueuses du CJS ont déjà foulé le parquet sans pour autant réduire l’intensité. “Geispo” contrôle et la mi-temps est atteinte sur le score de 28-40.
Au retour des vestiaires, les visiteuses augmentent l’intensité défensive et le rythme pour se détacher irrésistiblement. L’adresse à longue distance est de la partie et les artilleuses sont de sortie (quatre paniers à trois points dans le quart). Un bon passage de Lux et de Bouderra permet de plier le quart-temps (11-30) et la rencontre par la même occasion.
Le dernier round ne sera qu’une formalité et permettra à Geispolsheim de faire tourner son effectif afin d’équilibrer les temps de jeu. La marque se répartit de façon uniforme et Marc Westermann peut sereinement laisser ses joueuses gérer la fin de match.
Place maintenant à une semaine de relâche en championnat pour se consacrer à la coupe du Bas-Rhin et, surtout, préparer sérieusement la venue du Poinconnet le 3 mars au complexe sportif.

#GOGEISPO
 

GEISPOLSHEIM - DUNKERQUE 68-65

GEISPO SOUFFLE LE FROID ET LE CHAUD !
Les joueuses de Marc Westermann ont fait trembler les spectateurs avant de décrocher une victoire importante au bout de 40 minutes d’une lutte intense face à Dunkerque.

Samedi soir , au complexe sportif de Geispolsheim, les féminines du CJS comptaient bien se refaire une santé après deux défaites consécutives en accueillant les joueuses de Dunkerque Malo, en bien mauvaise posture au classement.
La partie commence malheureusement comme trop souvent ces derniers temps. Les Villageoises sont dominées très rapidement par les visiteuses qui, elles, ont pris le match par le bon bout, avec De Colo et Coulibaly pour alimenter régulièrement la marque. Les Alsaciennes résistent tant bien que mal, notamment par Dambach, mais rien n’y fait (12-22, 10e ’).

Un retard de 22 points à la mi-temps ...

Marc Westermann cherche des solutions en ouvrant le banc pour essayer de dynamiser ses troupes, mais Geispolsheim continue de sombrer dans la deuxième période. Dunkerque ne s’attendait sûrement pas une telle situation et profite de la passivité défensive et de l’engagement douteux de son adversaire pour continuer de creuser l’écart. Les Bas-Rhinoises sont menées 22-44 à la mi-temps, un score qui laisse les spectateurs du complexe sportif sans voix.
La partie semblait bien difficile à renverser, mais le retour des vestiaires montre le contraire. Visiblement, Marc Westermann a su trouver les mots pour remotiver ses troupes. C’est une équipe soudée, solidaire en défense et capable de renverser des montagnes qui remonte sur le parquet.
Avec une défense totalement hermétique et un rythme retrouvé en attaque, Geispolsheim, sous l’impulsion de Dambach, Voynet et Ratzel, exemplaires, revient sur les talons de Dunkerque. À la fin du troisième quart gagné 26-9, le CJS n’a plus que cinq longueurs de retard (48-53).

Une équipe retrouvée !

Le dernier acte va tenir les spectateurs en haleine. Les locales ne relâchent pas leurs efforts. À force d’investissement défensif et de jeu rythmé en attaque, les Alsaciennes prennent les commandes de la rencontre à la 36e ’grâce à trois tirs primés consécutifs, l’un de Gonzalez, les autres de Dambach.
Nicolas Argoud, le coach de Dunkerque, ne peut que prendre un temps mort afin de stopper la dynamique locale. Mais cela ne suffit pas, le CJS est maintenant devant, prend cinq points d’avance et réussit à contenir les velléités de retour de son adversaire.
La rencontre se termine par une victoire incroyable des filles de Geispolsheim (68-65) qui avaient pourtant compté 22 points de retard à la mi-temps.
Le “Geispo” soudé, collectif, solidaire et sans peur de la première partie de championnat est de retour !
Direction Nantes Rezé Espoirs ce week-end pour confirmer ce regain de forme.

#GOGEISPO
 

LA GLACERIE - GEISPOLSHEIM 81 - 43

GEISPO REFROIDIT A LA GLACERIE

En se déplaçant du côté de Cherbourg, les filles du CJS savaient que la partie n’allait pas être de tout repos. La Glacerie, troisième du championnat, était bien décidée à prendre sa revanche sur le match aller perdu en Alsace.
Les joueuses du Cotentin voulaient conserver leurs chances d’atteindre les play-offs intactes, face à un concurrent direct. Misson accomplie puisqu’en l’espace de cinq minutes, les locales en ont fait voir de toutes les couleurs aux Alsaciennes. Des paniers à longue distance, du jeu rapide, du jeu intérieur : La Glacerie passe un 12-0 aux villageoises, une fois de plus victimes d’un retard à l’allumage.
Le quart-temps finit par s’équilibrer. Les filles de Marc Westermann peuvent enfin alimenter la marque pour revenir tant bien que mal à 17-12. Mais sur un panier au buzzer, Bouzenna porte l’avance des locales à 22-12.

Le deuxième quart reprend sur le même rythme, même si la rencontre semble s’équilibrer quelque peu. La Glacerie cherche à enfoncer le clou en profitant de son impact physique et d’une belle réussite mais Bettina Kadila et ses coéquipières résistent et profitent de quelques pertes de balles pour revenir dans le match.
“Geispo” gagne même ce quart-temps (15-17) et refait une mince partie de son retard accumulé en début de match.

Au retour des vestiaires, les Glacériennes passent en zone pour se protéger des nombreuses fautes et mieux gérer le rebond. Ce changement tactique sonne le glas des espoirs alsaciens. En panne d’adresse, elles essuient un nouveau 14-0. Le mal est désormais fait (51-31, 25e ).

Se refaire une santé contre Dunkerque

Geispolsheim ne s’en remettra pas. Manque de réussite, pertes de balles conjugués à une équipe de La Glacerie rendue euphorique par le peu de résistance proposée : il n’en faut pas plus pour sombrer dans la salle de La Saillanderie.
C’est un match qu’il va falloir rapidement oublier pour se relancer dans cette deuxième partie de la saison. La venue de Dunkerque devra permettre aux protégées de Marc Westermann de renouer avec la victoire.

#GOGEISPO
 

geispolsheim - sceaux 64-67

"GEISPO" TOMBE DANS LE PIEGE
 
La première rencontre de l’année à domicile pour Geispolsheim devait permettre à l’équipe de Marc Westermann de confirmer le succès décroché à Ifs la semaine dernière. Les joueuses de l’ASA Sceaux ont malheureusement contrecarré ces plans en renouvelant leur exploit de la semaine passée lorsqu’elles avaient battu Aulnoye, alors leader.
Samedi soir à Geispolsheim, les deux équipes ont proposé un basket engagé et fair-play. Las, des décisions arbitrales incompréhensibles ont pesé sur l’issue de la rencontre et créé une frustration légitime du côté local. Ce qui ne saurait en aucun cas ternir le mérite d’une équipe visiteuse ayant réalisé un très bon match.
 
Un faux rythme
 
La rencontre débute de la meilleure des manières pour l’équipe locale, qui est présente en défense et déroule son basket en attaque avec un jeu rapide et fluide. Les Alsaciennes prennent rapidement les devant, avec une Dambach incisive des deux côtés du terrain, et infligent un 13-2 en l’espace de quatre minutes à leur adversaire.
 
Chris Singleton arrête le jeu et recadre ses troupes dans l’espoir de freiner la marche en avant des locales. Temps mort salutaire pour les Scéennes qui prennent, à leur tour, la direction des événements et contrôlent les débats pour revenir dans la partie. Le premier quart-temps se termine sur un avantage d’un point pour Sceaux (18-19).
Le deuxième acte donne un bon aperçu de la tournure que va prendre la rencontre. Sceaux impose un faux rythme et réussit à ralentir le tempo pour jouer la carte du jeu intérieur. “Geispo” arrive néanmoins à creuser un mince écart, en étant présent défensivement et en s’en remettant à Bouderra très en vue à trois points et en pénétration. La mi-temps est atteinte avec un petit avantage de cinq points pour le CJS (42-37).
 
Dans le troisième quart, Sceaux resserre encore sa défense, en augmentant le défi physique pour déstabiliser les joueuses du CJS. La stratégie porte ses fruits et “Geispo” se heurte au mur dressé devant le panier visiteur. Même si les locales arrivent à limiter les velléités offensives de leurs adversaires, elles ne réussissent pas à concrétiser leurs gains de balles en attaque. Sceaux maîtrise le quart-temps (9-16) et renverse la tendance pour prendre l’avantage : 51- 53.
 
Le quatrième quart est donc décisif et les deux équipes se rendent coup pour coup. Sceaux s’octroie six points d’avance à trois minutes de la fin. La tension est à son maximum, “Geispo” revient de haute lutte à une longueur à 50 secondes du terme.
Après avoir déjà jugé quelques actions de façon singulière durant le quart-temps, le corps arbitral scelle définitivement le sort du match en oubliant deux “attentats” sur Voynet partie vers le panier. La rencontre se termine par deux lancer-francs de Meszaros sur le score de 64 à 67.
Sceaux aura livré une belle partie contre une équipe de Geispolsheim pas très inspirée.
 
#GOGEISPO
 

IFS - GEISPOLSHEIM 58-82

GEISPOLSHEIM SEUL LEADER
 
Geispolsheim se déplaçait dans le Calvados, avec la ferme intention de commencer l’année par une victoire. La mission ne s’annonçait toutefois pas si facile, contre une équipe d’Ifs pointant à la 5e place du classement.
Les Alsaciennes vont très vite le constater à leurs dépens. Le début de rencontre est complètement dominé par les joueuses locales : “Geispo” reste coincé dans les starting-blocks et Ifs déroule son basket. Avec deux paniers bonifiés de Betis et Deyres, en deux minutes, plus une Jeter incisive, Ifs prend l’avantage (14-4, 3e ’) et force Marc Westermann, le coach du CJS, à prendre son premier temps-mort.
La manœuvre fait son effet, les débats s’équilibrent durant le reste du quart. Mais les Geispolsheimoises accusent un déficit de neuf points à la fin de la première période (25-16).
Visiblement, la courte pause entre les deux quart-temps permet aux Villageoises de se relancer entièrement dans la partie. L’intensité défensive monte d’un cran et il devient très difficile pour les Ifoises de trouver le chemin du panier. Après le lancer-franc réussi dans la première minute par Plouhinec, le club local reste muet durant les sept suivantes sans pouvoir empêcher Voynet et ses coéquipières de scorer.
 
Dambach, Ratzel et Voynet maîtrisent leur sujet
 
Le collectif bien huilé de Geispolsheim, avec une Voynet des grands soirs, prend inexorablement l’avantage et parvient à complètement renverser la tendance pour atteindre la mi-temps avec 10 points d’avance (31-41).
Ifs résiste tant bien que mal, mais à la faveur d’un troisième quart encore parfaitement maîtrisé, Geispolsheim, sous l’impulsion de Dambach, Ratzel et Voynet, accentue son avance, tout en faisant tourner son effectif.
À la fin du troisième round, la partie est définitivement pliée avec une avance de 18 points pour les visiteuses (47-65). Ifs aura marqué moins de points dans les deuxième et troisième quarts cumulés que dans le premier : la défense villageoise a bel et bien verrouillé la rencontre.
Marc Westermann profite du dernier quart pour offrir du temps de jeu à toutes ses joueuses, l’intensité ne baissant pas pour autant. Geispolsheim contrôle la rencontre et remporte ce dernier quart. Si, avec ses 32 points, Voynet aura guidé ses coéquipières vers une belle victoire pour commencer ce cycle retour, c’est bien tout l’effectif qui a, une nouvelle fois, contribué à ramener les deux points de la victoire.
Place maintenant à la réception de l’ASA Sceaux qui a battu Aulnoye ce week-end et a offert la première place au classement aux Geispolsheimoises. Il s’agira de ne pas permettre aux Parisiennes de renouveler cet exploit.
 
#GOGEISPO 
 

GEISPOLSHEIM - PAYS ROCHELAIS : 95-67

“Geispo” repart de l’avant

Après le périlleux déplacement à Aulnoye, Geispolsheim accueillait, ce week-end, l’équipe de l’Atlantique Basket Pays Rochelais classée 5e avec un bilan de cinq victoires et quatre défaites. Après une bonne semaine d’entraînement pour se remettre de la première défaite de la saison, les Villageoises avaient à cœur de repartir de l’avant.

Les locales étaient diminuées pour cette rencontre en raison d’une blessure contractée par Bouderra durant la semaine. Coach Westermann a donc choisi de faire confiance à Nold et Stenger pour compléter l’effectif. Les deux jeunes pousses ont très bien tenu leur place, preuve de l’efficacité de la filière de formation du club.
Le match démarre sur de bonnes bases, avec un engagement physique important de la part des deux équipes. La rencontre est plaisante, le niveau de jeu et l’intensité ravissent le public. Les équipes scorent tour à tour, Dambach, Voynet et Kadila alimentent régulièrement la marque côté local, Lemaire et Guillon se chargent des points visiteurs. “Geispo” prend graduellement l’avantage sur la formation rochelaise en imposant, une fois encore, une défense bien ficelée. Le premier quart se termine avec un avantage de cinq points pour le CJS (23-18).

Un niveau intéressant

Le deuxième quart-temps est du même acabit, le niveau de jeu est toujours très intéressant. Kadila gouverne dans la raquette des deux côtés du terrain tandis que Gonzalez score et organise remarquablement le jeu. Toutes les joueuses locales ont déjà foulé le terrain et permettent à “Geispo” d’atteindre la mi-temps avec une avance confortable de 11 points (46-35).
Le troisième quart est de la même facture. Malgré quelques rapprochés des visiteuses, Geispolsheim reste maître de la partie et contrôle le rythme du match. Les Alsaciennes augmentent encore leur avance durant ce quart-temps pour boucler la période par un 28 à 16 qui scellera définitivement l’issue du match.
Avec 23 points d’avance, les rotations de joueuses sont nombreuses. Les jeunes Nold et Stenger en profitent pour engranger de l’expérience à ce niveau, et le public peut apprécier la qualité du jeu proposé par ses favorites.
Geispolsheim s’est donc très bien ressaisi après la défaite concédée à Aulnoye. Avec à nouveau 95 points marqués et uniquement 67 points encaissés, les Bas-Rhinoises se sont également rassurées sur leur collectif offensif et défensif. Un nouveau déplacement dans l’ouest de la France, au Havre, les attend maintenant pour clôturer le cycle aller de ce championnat avant de pouvoir profiter d’un repos bien mérité durant les fêtes.

#GOGEISPO
 

AULNOYE - GEISPOLSHEIM : 82 - 59

Un de chute pour “Geispo”

Le déplacement des Villageoises dans le nord ne s’annonçait pas de tout repos. Et effectivement, l’AS Aulnoye a réservé un accueil des grands jours à l’équipe alsacienne.Devant une salle très bien remplie, la pression était largement sur les épaules de l’équipe visiteuse, venue avec l’étiquette de leader invaincu de la poule B de Nationale 1 féminine.

Geispolsheim tient son rang en début de match et prend le meilleur départ. Efficaces en défense et déroulant un bon basket collectif, les visiteuses prennent rapidement le dessus sur une équipe aulnésienne surprise par l’intensité proposée par les Alsaciennes. Voynet, Ratzel et Dambach alimentent la marque et la défense collective fait merveille. Le quart-temps est clôturé sur un 9-18 en faveur de la troupe de coach Westermann.Les débats s’équilibrent dans le deuxième quart-temps, mais les Alsaciennes gardent la main sur une rencontre marquée par un gros engagement physique. La rencontre entre le premier et le 2e  du classement tient toutes ses promesses. Deux flèches lointaines assassines de Lux et Ratzel permettent à “Geispo” de compter 11 points d’avance à trois minutes de la fin du deuxième acte.
Après un temps-mort du coach local, les Alsaciennes manquent de lucidité et permettent à leur adversaire de revenir dans le match par un tir primé de Basque et deux paniers de Laroche. L’avantage durement acquis a fondu comme neige au soleil et la mi-temps est atteinte sur le score de 33-36.
Un autre match
Dans le troisième quart-temps, Cora Charles et ses coéquipières vont complètement asphyxier les Villageoises. Dès la reprise, elles imposent un rythme infernal, empêchant le CJS de marquer pendant presque quatre minutes, tout en sanctionnant immédiatement, par Duleba et Plust. Un nouveau panier permet à Aulnoye de prendre ses distances et la salle Mandela retrouve le sourire. De l’autre côté, il n’y a que les trois points de Bouderra pour laisser penser que rien n’est joué (55-45).
Hélas, le quatrième quart-temps sera un cavalier seul d’Aulnoye, “Geispo” semble avoir perdu son basket sous les coups de boutoir de son adversaire et s’incline lourdement, même si le score final est quelque peu sévère.
Cette rencontre laissera sûrement des traces côté villageois, mais doit aussi permettre de remettre certaines choses en perspective pour la suite de la saison.
Cette défaite chez le favori de la poule n’est de loin pas une contre-performance pour l’équipe alsacienne et ne saurait ternir le début de saison parfait. Il s’agit à présent de panser les plaies et petits bobos afin de préparer la venue de La Rochelle au Complexe sportif.
#GOGEISPO
 

CALAIS - GEISPOLSHEIM 59 - 86

GEISPOLSHEIM MAITRISE SON SUJET
 
Avec ce déplacement dans le Nord, Geispolsheim espérait bien continuer à faire tourner son compteur des victoires. C’est mission accomplie pour les Villageoises, qui empochent un huitième succès de rang à Calais.
 
Les locales avaient subi la loi d’Aulnoye, la semaine dernière, et avaient la ferme intention de montrer un autre visage devant leur public. Mais c’était compter sans la détermination de la troupe de Marc Westermann, rapidement opérationnelle. Gonzales envoie deux missiles longue distance pour mettre en route l’attaque alsacienne, Voynet prend le relais pour continuer de creuser l’écart dès ce premier quart. Le coach adverse est forcé de prendre son premier temps mort à la sixième minute (8-19). Geispolsheim poursuit sur sa lancée même si Calais parvient à revenir à sept longueurs (14-21, 10e ’).
 
Le deuxième quart est beaucoup plus équilibré et les deux équipes scorent tour à tour. Le jeu est plus haché avec de nombreuses fautes qui envoient les joueuses sur la ligne des lancers-francs. Voynet alimente principalement le compteur de Geispolsheim, bien soutenue par Kadila et Bouderra (30-39, mi-temps).
 
Geispolsheim termine en roue libre et reste invaincu
 
Le repos a visiblement donné l’opportunité à coach Westermann d’insister plus encore sur l’importance d’une pression défensive de tous les instants. “Geispo” revient sur le terrain en haussant son pressing défensif. Le score évolue rapidement en faveur des Alsaciennes, qui proposent un basket varié, mêlant jeu rapide et attaques placées. Ratzel, Voynet et Gonzales maîtrisent les débats et permettent au club alsacien de remporter largement ce quart 12-26 !
 
Le match est définitivement à sens unique. Les rotations se multiplient pour reposer les titulaires. Le banc de Geispolsheim montre qu’il n’est pas en reste. Les temps de jeu se répartissent équitablement et l’escouade alsacienne termine en roue libre portant l’écart final à 27 points (59-86). Les filles de Geispolsheim ont conservé leur invincibilité et sont même les seules invaincues en Nationale 1 ! La prochaine journée va être autrement plus périlleuse avec le déplacement à Aulnoye, qui pointe à la 2e  place au classement.
 
#GOGEISPO
 

GEISPOLSHEIM - SANNOIS SAINT GRATIEN 101 - 90

UN FESTIVAL OFFENSIF
 
La rencontre démarre sur les chapeaux de roue pour la formation visiteuse qui prend par surprise les protégées de Marc Westermann avec un haut pourcentage d’adresse à trois points.
Le score évolue rapidement et les visiteuses ont rapidement 10 points d’avance (6-16).
 
Sept journées, sept victoires
 
Après un premier temps mort local, la situation se rétablit progressivement en faveur de Geispo qui se montre plus concentré et restreint les espaces disponibles.
L’entrée en jeu de Kadila change la donne. L’intérieure règne dans la raquette des deux côtés du terrain pendant tout le reste du match face aux intérieures adverses (18 points en première mi-temps pour un total de 28 points sur le match). Le quart temps est finalement bouclé avec un avantage de six points pour la formation alsacienne (31-25).
Le deuxième quart continue sur les mêmes bases offensives. Les
locales continuentde pratiquer un basket solide et augmentent régulièrement leur avantage avec une Gonzales à la baguette, épaulée par Voynet et l’inévitable Kadila pour conclure les actions.
 
Geispo, seule équipe invaincue
 
Le banc a déjà largement été ouvert et toutes les joueuses se mettent au diapason dans ce match. Dambach, Ratzel, Lux, Bouderra et Nold tiennent le choc et participent à l’évolution du score. Les Franciliennes, elles, ne limitent les dégâts que par la belle partie que livrent Aurensan et Labbe. 59-à 45, à la mi-temps, Geispolsheim agrandi son avance.
 
Dans le troisième quart, avec ce matelas conséquent à la mi-temps, coach Westermann peut commencer à gérer les temps de jeu afin de répartir les efforts sur toutes les joueuses. Cette période équilibre les débats et les deux équipes se rendent maintenant coup pour coup. Le score évolue toujours rapidement dans cette partie décidément très offensive. Avec un quart clôturé sur un score de 27 à 25, la frange locale a résisté et peut entamer le dernier quart avec sérénité.
 
Le dernier quart reste engagé et les visiteuses vont tenter le tout pour le tout pour revenir. Aurensan, Labbe et Sy y parviennent avec un certain succès mais Geispo tient le choc. Dambach s’arrache en défense et conclut sur le jeu rapide pour limiter le retour des visiteuses. Elles ne se rapprocheront finalement jamais à moins de neuf points. La fin de match est gérée par Geispo. Sept victoires, donc, en sept rencontres pour Geispolsheim qui reste la seule équipe invaincue de la poule.
 
#GOGEISPO
 

GEISPOLSHEIM - SANNOIS ST GRATIEN

NE PAS SE RELACHER

Leader de sa poule, Geispolsheim marche sur l’eau en ce début de saison. Mais son ailière, Auriane Lux, sait trop bien que rien n’est encore fait et que l’adversaire du soir, Sannois/Saint-Gratien (4e ), s’annonce compliqué.

À 23 ans, Auriane Lux fait déjà partie des plus anciennes au club de Geispolsheim. Celle qui a débuté le basket à l’âge de six ans à Molsheim, a d’abord passé deux années à “Geispo”, en minimes France, avant de rejoindre le centre de formation de Bourges.
« C’était le meilleur centre de formation après l’Insep et, comme je n’avais pas été prise à l’Insep, j’ai décidé d’aller là-bas », explique l’ailière. Si elle caresse l’idée de devenir basketteuse professionnelle, elle va alors décider de prendre une autre voie.
« Il y a eu beaucoup de facteurs, mais c’est lors d’un match en cadettes France avec Bourges contre Geispolsheim que j’ai vu mes copines et que je me suis dit que je serai aussi bien comme elles en Alsace, avec ma famille », indique celle qui est aujourd’hui professeur des écoles stagiaire.
 
De retour à Geispolsheim, elle y joue actuellement sa sixième saison en N1. Et jette forcément un regard affûté sur la belle entame de championnat de son équipe avec six victoires en autant de matches.
« Il y a eu pas mal de départs, l’arrivée d’un nouveau coach avec Marc Westermann, de super recrues, tout cela a amené un vent de fraîcheur, de nouveauté et je pense que ça joue dans notre bon début de saison. On s’entend très bien entre les filles et Marc est très à l’écoute. Après, personne ne s’y attendait, même pas nous », raconte-t-elle.
Double championne d’Europe universitaires, en 2014 et 2017, avec l’Université de Strasbourg, championne de France de 3x3 cet été, Auriane Lux est forcément très attendue, cette saison, du côté du centre sportif.
 
 « On ne monte pas en Ligue 2 avec six victoires »
 
« Je la titille beaucoup. Je veux qu’elle devienne une joueuse majeure de l’équipe. Elle est très impliquée et fait de gros efforts. C’est une super joueuse offensive, capable de faire basculer un match, mais elle doit énormément progresser en défense », analyse Marc Westermann.
La joueuse d’un mètre 82 garde en tout cas les pieds sur terre. « Certains nous parlent déjà de Ligue 2, mais on ne monte pas avec six victoires. En début de semaine, Marc nous a dit qu’il était satisfait de notre match du week-end dernier au Poinçonnet (victoire 70-73, ndlr) , mais nous a tout de suite remis la pression pour le match contre Sannois/Saint-Gratien. On s’attend à une grosse opposition. »
 
Face au quatrième de la poule, « l’effectif le plus fourni contre lequel on ait eu à jouer cette saison » selon coach Westermann, il s’agira donc de tenir, ce soir.
 
#GOGEISPO
 

LE POINCONNET - GEISPOLSHEIM 70 - 73

TOUJOURS INVAINCUES
 
Samedi, de bon matin, les filles de Geispolsheim sont parties en direction du Poinçonnet, bourgade de la banlieue de Châteauroux. Un déplacement long et périlleux puisque désormais le CJS, seule équipe invaincue, est attendu partout.
Ce sont les Poinçonnoises qui prennent le meilleur départ (9-6, puis 15-12). Le retour de blessure d’Akon-Akech et Sall, permet à Yoann Cabioc’h, le coach du Poinçonnet, de s’appuyer sur un cinq de départ solide. Gray, annoncée diminuée, tient parfaitement son rang. En face, les Villageoises ont évidemment du répondant et Ratzel, Dambach et Voynet alimentent régulièrement la marque. “Geispo” vire en tête à la sirène du premier quart (25-27, 10e ’).
Les Alsaciennes continuent d’appuyer et de faire la course en tête (32-35, 15e ’). Les pénétrations de Dambach et l’adresse extérieure de Ratzel donnent le tournis aux Indriennes (32-39, 18e ’).
 
“Geispo” creuse enfin l’écart
 
Les oppositions dans la raquette sont intenses et Gray est contrainte de quitter le terrain en boîtant après un choc sous le cercle. Kostova porte son équipe et Geispolsheim a du mal à creuser l’écart (36-41, 20e ’).
Les joueuses de Marc Westermann varient les attaques et posent des problèmes à la défense du Poinçonnet. Les filles de Geispolsheim se relaient pour scorer. Dambach, Voynet et Lux parviennent enfin à faire grimper l’écart (43-53, puis 50-60, 29e ’).
Les Alsaciennes produisent du beau jeu et tiennent impeccablement leur défense. Et quand Ratzel sort à nouveau de sa boîte pour planter deux banderilles assassines à longue distance, la messe semble dite (52-66, 30e ’).
C’est alors que, dans une grosse ambiance, Le Poinçonnet jette ses dernières forces dans la bataille et grignote son retard point par point. Kostova a même les deux lancers-francs de l’égalisation dans la dernière minute.
 
Et de six !
 
Mais les Villageoises ont de la ressource et ne sont pas invaincues pour rien. Elles gèrent impeccablement la fin de la rencontre pour empocher une sixième victoire de rang (70-73).
 
RENDEZ SAMEDI 11 NOVEMBRE CONTRE SANNOIS ST GRATIEN 
 
#GOGEISPO
 

GEISPOLSHEIM - NANTES REZE ESPOIRS 83 - 41

Geispo maintient la cadence

 
 
Le match de ce week-end avait tout du piège pour l’équipe fanion de Geispolsheim. L’issue de la rencontre faisait a priori peu de doute, mais il s’agissait de passer sans encombre cette soirée sans s’exposer à d’éventuelles blessures et en faisant tourner au maximum l’effectif.
 
L’objectif de Marc Westermann était de se mettre à l’abri rapidement et de permettre à toute l’équipe de contribuer au résultat en utilisant les nombreuses rotations à tous les postes. “Geispo” a rempli son contrat en affichant une belle maîtrise contre une très jeune équipe de Nantes Rézé disposant de quelques jeunes joueuses bien prometteuses.
L’entame de match reste équilibrée durant les trois premières minutes, les visiteuses gardent l’avantage jusqu’à 8-9 avant que Dambach, Ratzel et Voynet ne sonnent la révolte et créent un premier break. Le coach adverse se voit obligé de prendre son premier temps mort après 4 minutes 30 pour remobiliser ses troupes.
 
Cette pause n’aura pas l’effet escompté puisque ce sont les Villageoises qui reviennent sur le parquet avec une intensité défensive démultipliée. L’accès au panier local est désormais verrouillé et les visiteuses ne scoreront plus durant tout le quart-temps (26-9, 10e ’).
 
Dès le début du deuxième quart-temps, le CJS garde le cap et maintient son emprise sur la rencontre. La stratégie décidée est mise en place et les changements sont nombreux. Coach Westermann fait tourner son effectif, la jeune Juliette Nold prend en main avec maîtrise les rênes de l’équipe et dirige la manœuvre en ajoutant également huit points à son compteur personnel.
 
L’écart continue de grandir et l’issue du match ne fait à présent plus aucun doute. Nantes Rézé est sous l’éteignoir et ne marque que six points dans cette période. La mi-temps est atteinte sur le score sans appel de 48-15 en faveur d’une équipe locale appliquée en défense et résolue à développer ses fondamentaux offensifs.
 
34 points du banc
 
Les troisième et quatrième quart-temps vont permettre aux locales de faire tourner l’effectif. L’écart maximal est atteint à la 33e ’, avec un différentiel de 44 points. Les cadres de l’équipes sont maintenant au repos et les rotations permettent à toutes les joueuses de participer au scoring. De bons passages de Kadila, Bouderra mais également de la jeune Charlène Stenger contribuent à maintenir l’écart et à proposer un jeu plaisant fait de défense, de jeu rapide et de jeu placé bien exécuté. La rencontre perd évidemment de son intensité dans le quatrième acte et s’achève sur le score sans appel de 83 à 41.
Toutes les joueuses locales ont au moins passé 10 minutes sur le parquet, avec des temps de jeu et une marque de nouveau très bien répartis, et une contribution de 34 points de la part des joueuses sorties du banc.
 
Les Villageoises ont maintenant deux semaines pour préparer le déplacement au Poinçonnet, le 4 novembre.
 
#GOGEISPO
 

GEISPOLSHEIM - NANTES REZE ESPOIRS

SIMPLE FORMALITE ?
Après quatre belles victoires, le leader, Geispolsheim, reçoit ce soir la lanterne rouge, les Espoirs de Nantes Rézé. Un match qui ne devrait être qu’une simple formalité. Avec un début de calendrier aussi peu favorable, qui aurait pu croire que Geispolsheim, équipe amateure, alignerait d’entrée quatre victoires d’affilée ? Pas grand monde à l’évidence ! Et pourtant, les Villageoises se sont déjà débarrassées de La Glacerie et de ses pros, qui affichent clairement leur ambition de montée, et elles viennent d’enfoncer encore un peu plus Dunkerque, relégué de Ligue 2 et qui voulait très vite retrouver ce niveau.
 
« Tout peut changer très vite »
 
De quoi viser très haut ? Le coach, Marc Westermann, reste prudent. « On est très content bien sûr, mais une chose à la fois. D’abord, je pense qu’il faudra attendre encore un mois pour y voir vraiment clair. Ensuite, tout peut changer très vite. Les jeunes que l’on prend pour compléter l’équipe donnent satisfaction, mais on a seulement huit filles de niveau NF1. Donc, en cas de blessure, les choses pourraient sérieusement se compliquer », indique-t-il.
 
Le club, qui cherche depuis des semaines, ambitionne donc toujours de recruter une joueuse supplémentaire. « On a des contacts et on a jusqu’au 30 novembre pour le faire. On ne va pas recruter pour recruter au risque de casser le bel équilibre qui existe dans l’équipe aujourd’hui. Il faut trouver une fille qui s’intègre bien dans le collectif. Pour l’instant, on n’a pas encore mis la main dessus », commente son président, Francis Oswald.
 
Une osmose qui met également en avant le coach. « On a un superbe collectif de joueuses qui tirent dans le même sens et qui sont accros au travail », assure-t-il.
La rencontre de ce soir, face aux gamines du centre de formation de Nantes-Rézé, toujours bredouilles, ne devrait donc être qu’une formalité. Mais, là encore, "Marco" reste méfiant.
« On se doit, d’abord et avant tout, de respecter l’adversaire. On a déjà donné en perdant un match suite à un relâchement, rappelle-t-il en évoquant le match de Trophée Coupe de France, perdu il y a trois semaines face à Nord Alsace, une équipe évoluant deux divisions plus bas. Ce soir, j’espère bien sur gagner mais surtout être en mesure de pouvoir faire tourner l’effectif, pour faire jouer les jeunes et reposer les cadres qui en auront bien besoin pour la suite. ». Une cinquième victoire permettrait aux Villageoises d’encore un peu plus, marquer les esprits.
 
#GOGEISPO
 

dunkerque - geispolsheim 65 - 72

 

geispolsheim - us la glacerie

PREMIER TEST PASSE AVEC SUCCES
 
Une fois encore devant des gradins bien remplis, l’équipe locale allait se frotter à un des favoris de la poule.
La rencontre démarre tambour battant pour les visiteuses qui infligent un 0-7 d’entrée aux locales qui semblent être restée dans leur starting-block. La dimension physique se fait immédiatement sentir et Geispo encaisse des deux coté du terrain.
 
Ratzel ouvre le compteur des villageoises avec un tir à 3 points après 3 minutes 30 de jeu. A partir de ce moment, les débats vont quelque peu s’équilibrer et l’équipe locale va revenir grâce à Gonzales et Dambach qui vont ramener leur équipe à 1 petit point à la fin du quart temps (15-16).
 
Le public pensait alors que le plus gros de l’orage était passé et que leurs favorites allaient continuer de rivaliser avec l’expérimentée équipe adverse. C’était sans compter avec l’intensité grandissante que La Glacerie allait mettre dans la rencontre.
Face aux anciennes joueuses de Ligue et Ligue 2, les locales essayent de résister du mieux qu’elles peuvent mais l’adresse et la supériorité physique des visiteuses font progressivement la différence. Sans un dernier tir à trois points de Gonzalez dans l’ultime minute du quart temps, le différentiel allait dépasser la dizaine mais finalement la mi-temps est atteinte sur un débours de 9 points pour Geispo (10-18 sur le quart-temps et 25-34 à la mi-temps).
 
Voynet avec classe
 
Cette pause a été visiblement salutaire pour les locales qui, après des mots savamment distillés de la part du coach Westermann, reviennent sur le terrain avec de toutes autres intentions.
Si on avait pu croire à une seconde mi-temps qui confirmerait la supériorité théorique de l’adversaire, c’était sans compter sur l’esprit de révolte et de solidarité qui caractérise l’escouade locale. En effet, ce quart-temps allait marquer la révolte des Alsaciennes symbolisée par les prestations de haut vol de Marie-Ange Vincent en attaque, en défense ainsi qu’au rebond et par Amélie Voynet qui éclabousse la seconde mi-temps de sa classe.
Voynet prend le match à son compte en attaque et ramène son équipe dans sur les talons de son adversaire tandis que Vincent défend le plomb et met les intérieures adverses sous l’éteignoir.
Contre toute attente, le quart-temps tourne résolument à l’avantage de Geispo et à la fin, les équipes sont à nouveau sur un score de parité (25-16).
 
Le quatrième quart temps démarre par un 4-0 de La Glacerie avant que Geispo ne réagissent de belle manière par l’inévitable Voynet sur lancer franc mais également par un tir primé de Ratzel et un tir à deux points plein de sang froid de Bouderra.
 
Le coach adverse doit prendre un temps mort afin de stopper la série villageoise. Les locales disposent donc d’un petit « matelas » de 3 points à l’entrée des 5 dernières minutes. Chaque possession est cruciale. La fin de rencontre comme souvent dans cette configuration se transforme en concours de lancers francs pendant lequel Voynet, Vincent, Dambach et Gonzalez ne tremblent pas. Les locales remportent ce dernier quart temps 18-12 pour passer brillamment le premier vrai test de ce championnat.
 
Geispolsheim a montré que sa force résidait dans une cohésion sans faille et dans une volonté extraordinaire d’atteindre un objectif ensemble. L’équipe, toujours invaincue, se retrouve seule aux commandes de la N1. Place maintenant à un nouveau déplacement pour aller défier Dunkerque, match piège chez un adversaire n’ayant pas encore gagné cette saison.

#GOGEISPO
 

GROSSE CONTRE PERFORMANCE

L'EXPLOIT DES PINKS
 
Le BCNA (Nationale 3 féminine) a signé une formidable performance en battant Geispolsheim, qui évolue pourtant deux divisions au-dessus, pour se hisser en finale régionale du Trophée Coupe de France.
 
Les locales démarrent la rencontre sur les chapeaux de roue, portées par une adresse diabolique. La capitaine De La Hogue est incandescente, de près et de loin, tandis que Tafo, tout en ayant démarré sa lutte contre les intérieures adverses, fait également avancer la marque. Geispolsheim score essentiellement sur des “2 +1”, Dambach étant à la conclusion. L’écart initial de 14 points est rapidement bonifié par les “Pinks”, qui s’installent en tête (29-10, 5e ’).
 
Le collectif rose se déploie progressivement, soudé et cohérent, avec notamment Bouzenna à la baguette. Les fixations de Bammez permettent aux Roses de trouver des positions de tirs intéressantes. Bodo signe son entrée par deux tirs longue distance. À la fin d’un premier quart-temps où le duo Letzelter/Reymann a déjà sollicité l’ensemble de son effectif valide (Smutekova était diminuée, Jung et Muller blessées), un écart intéressant est créé (37-17, 10e ’).
 
Le CJS impose alors une pression tout terrain, avec Gonzalez et Bouderra, mais les arrières du BCNA ne paniquent pas. Cabald apporte son expérience et sa sérénité. L’intensité est toujours présente, l’écart aussi, il est même porté à 27 points à la 14e ’. La réaction des Bleues ne se fait pas attendre et, avant la pause, Geispolsheim grignote. Le BCNA résiste, et maintient son adversaire à distance (51-32, 20e ’). À la reprise, la physionomie du match ne change guère. La défense rose gêne énormément les pensionnaires de Nationale 1. Côté local, Rajecka sort elle aussi de sa boîte et Vogt apporte sa fraîcheur. Les “Pinks” ne relâchent pas leur emprise sur le match, même si l’écart n’est plus que d’une dizaine de points à l’entame du dernier acte (66-54, 31e ’).

Sang-froid

“Geispo” presse haut, mais les locales sont sereines et résistent à la pression. Ratzel et Bouderra scorent de loin et rapprochent les leurs jusqu’à une dernière minute chaotique, ponctuée par une antisportive et un concours de lancer-francs des deux côtés. Le sang-froid et la maîtrise des “Pinks” leur permettent de créer l’exploit. Le collectif est apparu en grands progrès et chaque joueuse a apporté son écot au succès. Place à deux rencontres importantes, dimanche à domicile contre Chenôve puis à Wittenheim dans deux semaines.
 
DNA du 02/10/2017
 
Pour nos SF1, il s'agira de vite se ressaisir et travailler dur cette semaine pour préparer au mieux la réception de La Glacerie qui est annoncé comme l'une des équipes favorites de la poule B ! Un gros choc en perspective ! Rendez vous samedi dès 17h15 au complexe pour assister à la rencontre des SM1 face à CTC Basket Nord Sundgau et derrière encourager nos filles à 20h !
 
#GOGEISPO
 

asa sceaux - geispolsheim

GEISPOLSHEIM ENCHAÎNE

 
De retour de voyage au courant de la semaine, Marc Westermann a repris les rênes de l’équipe féminine du CJS pour un premier déplacement qui allait lui permettre de juger de la solidité de son effectif loin de ses bases.
 
Se rendre chez un promu peut toujours déboucher sur une surprise et le CJS se devait de prendre ce match très au sérieux dès les premières minutes. C’est le cas. “Geispo” démarre tambour battant en infligeant un 7-0 aux locales en deux minutes par Dambach et Voynet. Malgré la réaction de Mbengue, les visiteuses creusent l’écart par Ratzel, Gonzalez et l’inévitable Dambach très en jambes dans ce début de match (5-15, 5e ’). Chris Singleton prend son premier temps mort afin de remobiliser ses troupes.
 
Les débats s’équilibrent. Les Franciliennes durcissent considérablement le jeu intérieur grâce à leurs deux étrangères et reviennent progressivement dans le match. Les deux entraîneurs ouvrent déjà largement leur banc (23-23, 10e ’).
 
Le deuxième quart-temps est de bonne facture et les deux équipes se rendent coup pour coup, Jomby sort de sa réserve et permet aux locales de garder le contact. Le score progresse ainsi régulièrement des deux côtés. Gonzalez et Ratzel, par deux tirs à trois points, permettent à Geispolsheim de s’octroyer quatre points d’avance. Coach Westermann a déjà utilisé toutes ses joueuses et les rotations régulières permettent de conserver une intensité défensive efficace. La jeune Nold ponctue le quart-temps pour donner six points d’avance à son équipe au repos.
 
Le troisième quart-temps est un chassé-croisé constant entre les deux équipes. Les débats sont équilibrés. Kadila et Ratzel alimentent la marque régulièrement pour les Alsaciennes, Vincent et Voynet sont omniprésentes au rebond et les relais entre Gonzalez et Bouderra permettent de garder l’intensité dans la construction du jeu. Sceaux survit principalement grâce à Mbengue et Meszaros, laissant un avantage de cinq points aux visiteuses grâce à un tir bonifié de Lux au buzzer.
 
Le quatrième quart-temps promettait donc d’être intense pour les deux équipes, mais le show d’Auriane Lux combiné à une intensité défensive de tous les instants coupent court au suspense. Les locales perdent pied, l’écart se creuse et atteint les 19 unités. Les cadres de “Geispo” maîtrisent la rencontre pour infliger un 18-28 à Sceaux dans ce dernier acte.
 
Ce premier déplacement de la saison se solde donc par une belle victoire, avec à nouveau 34 points du banc. Geispolsheim a su tenir son rang face au promu de Nationale 2, renforcé à tous les postes, et maintient le cap avec une seconde victoire de rang. Place à la coupe de France le week-end prochain contre l’équipe de Nord Alsace avant d’accueillir La Glacerie, une des quatre autres équipes invaincues de Nationale 1, le 7 octobre prochain.
 
DNA du 25/09/2017
 

GEISPOLSHEIM - IFS

 
 

"speedy" gonzalez

 
 

Les retrouvailles