silvange - GEISPOLSHEIM

Geispo
assure
son maintien
 

GEISPOLSHEIM - VINCENNES

 
 

MONETEAU - GEISPOLSHEIM

Et de trois !
 
 

 

geispolsheim - SIG ii

 

 

NANCY TOMBLAINE - geispolsheim

 

geispolsheim - VALENTIGNEY

 
Sur le fil
 
Après avoir perdu de peu à l’aller (57-52), “Geispo” voulait prendre sa revanche face à Valentigney. Mais à nouveau le match à échappé aux Alsaciennes dans le money-time.
Dès l’entame, les deux équipes sont aux coudes à coudes, Valentigney ouvre la marque mais ne prend pas les devants grâce aux réponses de Christ et Vincent. L’intensité est présente dans les deux camps. Vernerey, pour les visiteuses, joue de sa taille, prend les rebonds offensifs et parvient à trouver le cercle malgré la défense agressive de Friedrich (19-17, 10e ’).
 
Dans le deuxième acte, l’efficace zone-presse de Valentigney pousse les Geispolsheimoises à jouer vite et à précipiter leurs tirs. Les pertes de balles s’enchaînent du côté du CJS, la réussite n’est pas au rendez-vous, ce qui profite aux visiteuses qui passent devant. Un temps-mort est nécessaire aux Alsaciennes pour repartir sur de bons rails. Christ gère le tempo, Vincent continue à attaquer le cercle et provoque les fautes. (29-28 à la mi-temps).
 
À la reprise, tout reste à faire pour remporter ce combat. La fatigue se fait sentir, et le jeu est plus posé chez les deux équipes. La balle doit beaucoup plus circuler avant de trouver le panier, les défenses très hautes et agressives gênent les attaques. Hildenbrand et Noeppel alimentent la marque alsacienne à l’extérieure de la raquette, tandis que Vernerey, inarrêtable sous le cercle, continue à garder son équipe dans la course. La jeune Herzog, une des cadettes présentes pour compléter l’effectif réduit du CJS, joue de sa vitesse et participe à l’offensive bas-rhinoise “Geispo” prend les devants en cette fin de quart-temps.
 
La belle offensive continue avec les percées de Christ, décisive, et la dureté de Vincent. Défensivement Noeppel et Friedrich donnent tout pour capter les précieux rebonds, malgré la taille des Visiteuses. Geispolsheim est en tête avec six unités d’avance. Mais c’était compter sans la réussite à trois points des adversaires dans les trois dernières minutes, et les erreurs alsaciennes, fatales en cette fin de match.
À -2 à 4 secondes du buzzer final, une ultime interception d’Herzog redonne de l’espoir aux Alsaciens. Mais le shoot à 3 points de Christ entre dans le cercle après le sifflet final. Cela s’est joué à rien.
 
GEISPOLSHEIM II 54
VALENTIGNEY 56
 
Arbitres: MM. Funfrock et Le Quilliec.
GEISPOLSHEIM : Christ 13, Herzog 6, Hildenbrand 8, Vincent 13, Noeppel 5, Weber, Lambry 2, Friedrich 6, Gall 1, Sommer.
VALENTIGNEY: Meuret 5, Nikolova 6, Chauvin 10, Lalouani 2, Trancheveux, Bernardot 8, Vernerey 19, Mensouri, Rerat 4, Huck 2.
 

BERRWILLER - geispolsheim

 
 
 

Geispo enfonce le clou

 
 
Si le score est moins sévère qu’au match aller (69-54), une fois de plus, c’est Geispolsheim II qui est parvenu à s’imposer dans ce derby entre Haut-Rhin et Bas-Rhin.
 
«Geispolsheim nous a toujours posé problème, souligne le coach de Berrwiller, Jérémy Mercier. Que ce soit avec son équipe II en Prénationale ou avec la réserve en Nationale 3. » Et ce match retour n’a pas fait exception. Mais là où la défaite est plus difficile encore à digérer, c’est que les joueuses du coach Mercier prennent les devants dès l’entame de la partie.
«Nous avions jusqu’à neuf points d’avance, glisse-t-il. Et à chaque fois, elles sont repassées devant. Mais à la mi-temps, nous n’accusions qu’un point de retard (27-28). »
 
Spirale négative
 
Le scénario se répète ainsi dans le troisième quart. Et puis tout s’écroule dans l’ultime période. «Les consignes sont moins respectées, les filles se relâchent et manquent de dureté dans les duels», fait remarquer le coach maison. De l’autre côté, les joueuses de Geispolsheim ont pour elles l’adresse, et aux shoots, et aux lancers francs. Une adresse qui a pesé dans cette victoire bas-rhinoise.
Berrwiller cherchera à se relancer du côté de Vincennes le week-end prochain, tandis que Geispolsheim tentera de confirmer son succès dominical face à Valentigney.
 
BERRWILLER 57
GEISPOLSHEIM II 68
 
Quart-temps : 19-11, 8-17 (mi-temps : 27-28), 17-13 (44-41), 17-27 (57-68).
Arbitres : MM. Metzger et Montagne.
BERRWILLER : Kost 13, Megan Mercier 15, Bertrand 6, Mélanie Mercier 5, Weislinger 3, Meyer El-Hamzaoui 7, Higelin 8.
GEISPOLSHEIM II : Christ 11, Lesniak 2, Hildenbrand 1, Vincent 10, Noeppel 6, De Sousa 11, Lambry 16, Friedrich 5, Gall 2, Sommer 4.
 

geispolsheim - WITTENHEIM

Longtemps en tête les filles de Geispolsheim se sont finalement inclinées dans ce derby (photo DNA Marc Rollmann)
 
 

Pas récompensées

 
 
Le derby alsacien qui se déroulait au cercle Saint Jean-Sébastien, dimanche, a tenu toutes ses promesses. Intensité et combativité étaient les mots d’ordre chez les deux équipes.
Wittenheim ouvre la marque par Tschamber, avant que Christ ne réponde à trois points pour Geispolsheim. Les premières minutes laissent augurer un match défensif, le score évolue lentement. Vincent, dans la raquette, joue de sa puissance pour alimenter la marque bas-rhinoise, tout comme Schlutter du côté haut-rhinois. En difficulté au rebond défensif, “Geispo” offre des secondes chances à Wittenheim, qui en profite et termine devant à l’issue du premier quart (11-12).
 
Le passage en défense individuelle permet au CJS de repartir sur de meilleures bases. Présentes et solidaires dans l’effort, les filles de Geispolsheim font déjouer leurs adversaires dans ce deuxième quart-temps. Sous l’impulsion de Lambry, qui provoque et convertit ses lancers-francs, le club local prend l’avantage. Friedrich et Vincent assurent au rebond, tandis que Lesniak et Hildenbrand concluent avec réussite à l’extérieur. Les visiteuses se voient infliger un 17-7 (mi-temps : 28-19).
 
À la reprise, le rythme augmente, favorisé par la fougue des joueuses de Wittenheim, qui réduisent l’écart par Diestch et Schlutter. Les Bas-Rhinoises parviennent tout de même à faire évoluer le score grâce au duo De Sousa-Lambry en contre-attaque et à la réussite de Christ à trois points. Mais rapidement dans la pénalité, “Geispo” envoie Wittenheim, efficace dans cet exercice, sur la ligne des lancers. L’avance n’est plus que de quatre unités à l’entame du dernier acte (42-38, 30e ’).
 
Le CJS perd la tête
 
Déstabilisé par la remontée de son adversaire, le CJS perd son basket, et enchaîne pertes de balles et oublis défensifs. Les visiteuses, imposant leur défense de zone, bloquent totalement le jeu offensif bas-rhinois.
À deux minutes du terme, la formation locale perd la tête du match et ne reviendra plus. La victoire revient à Wittenheim qui, après avoir couru derrière tout le match durant, a réussi à dépasser les jeunes Geispolsheimoises dans le money time.

GEISPOLSHEIM II 45
WITTENHEIM 48
 
Quart-temps: 11-12, 17-7, 14-19, 3-10. Arbitres: MM. Klein et Franck.
GEISPOLSHEIM II: Christ 8, Lesniak 2, Hildenbrand 4, Vincent 8, Noeppel, De Sousa 6, Lambry 13, Friedrich 2, Gall 2, Sommer.
WITTENHEIM: Dietsch 8, Porter 8, Schlutter 12, Merlino 5, Lekcir, Oses, Tschamber 8, Maier, Parmentier, Minnig 7.

 

geispolsheim - ORLY

 

Geispo poursuit sa remontée

 
Geispolsheim se devait de remporter le match qui l’opposait à Orly pour continuer sa remontée au classement, c’est chose faite.
 
Avec un rythme élevé et une détermination présente chez les deux équipes, les locales par Vincent et Hildenbrand prennent l’avantage. Très vite Orly répond par une agressivité vers le panier et profite d’une défense alsacienne trop permissive. Geispo déroule en attaque avec un beau jeu collectif, Noeppel et Christ conclue les actions avec de la réussite 3 points. Mais défensivement, les locales ne sont pas en places, et encaissent trop de paniers (25-22, 10e ’)
Le deuxième acte continue de réussir offensivement aux Geispolsheimoises. La balle circule, Gall provoque et sert bien ses coéquipières qui n’ont plus qu’à trouver la mire près du panier. Vincent toujours très présente et à nouveau décivise sur ce match, se régale sous le panier, et Lambry trouve de la réussite à 0° degré. Orly est distancé (42-27, 20e ’)
 
En seconde période, une baisse de régime et d’investissement des Bas-Rhinoises permet aux Parisiennes de revenir sous la barre des 10 points. Repassant en défense individuelle, “Geispo” redonne un coup d’accélérateur grâce à Vincent au scoring et Noeppel qui trouve avec justesse ses partenaires.
Dans le dernier quart, Orly en effectif réduit souffre. Christ et Hildenbrand gèrent le tempo pour faire s’écouler les minutes. Lux trouve le cercle à 3 points et Vincent termine son festival. La victoire est assurée dans les 5 dernières minutes et Geispolsheim passe devant son adversaire du jour au classement.

GEISPOLSHEIM II 67
ORLY 49
 
Quart-temps: 25-22,17-5, 14-15, 11-7.
GEISPOLSHEIM II: Christ 8, Lesniak, Hildenbrand 7, Vincent 20, Noeppel 5, Lux 11, Lambry 12, Friedrich 2, Gall 2, Sommer.
ORLY: Hebert 11, Depersin 9, Da silvia 4, Bouzerda 15, Eudeline 2, Carre 2, Lessalle 6.

 

geispolsheim - SILVANGE

 

Succès important pour Geispo

 
Les jeunes pousses du CJS ont signé un succès ô combien important, hier, en disposant de Silvange (69-58).
 
L’entame est placée sous le signe de l’adresse extérieure, Noeppel et Hildenbrand sont à l’affût au-delà de la ligne des trois points, tout comme les joueuses de Silvange qui allument à longue distance. Dominante sous le panier, Vincent convertit les actions collectives des Geispolsheimoises, avec une belle réussite, et place son équipe en tête. Mais les visiteuses, avec six paniers à trois points dans le premier acte, parviennent à rester au contact.
Christ, qui répond par un shoot lointain dès le début du deuxième quart, continue à imprimer un bon tempo offensif. Défensivement, les locales sont mieux en place, gagnent des balles et exploitent le jeu rapide avec Gall et Friedrich à la finition. “Geispo” est en tête à l’issue de cette première période.
 
La deuxième mi-temps est contrôlée par les Alsaciennes. Malgré quelques pertes de balles, le CJS n’est pas en danger. Hildenbrand et Vincent continuent d’alimenter la marque, avec le concours de Lesniak et Gall à l’extérieur. Silvange est relégué à plus de 13 longueurs et ne parvient à trouver la mire que sur des shoots extérieurs.
Dans les dix dernières minutes, la bonne agressivité offensive offre des lancers-francs, bien convertis par Sommer et Lambry. Silvange ne lâche rien, mais ne parvient pas à remonter l’écart. Toutes les joueuses du CJS ont apporté leur contribution à cette victoire, vitale pour le maintien et la remontée au classement.

GEISPOLSHEIM II 69
SILVANGE 58
 
Arbitres : MM. Miotto et Iltiss.
GEISPOLSHEIM II : Christ 3, Lesniak 4, Hildenbrand 11, Vincent 22, Noeppel 6, Lambry 5, Friedrich 4, Gall 8, Sommer 6.
SILVANGE : Aici 6, Boglioni 4, Molinari 12, Mirguet 1, Heitz 13, Klein 8, Faso 6, Libralon 4, Caron 4.

 

CTC PARIS - geispolsheim

 

Geispo n'a pas démérité

 
Le déplacement en Île-de-France n’a pas été concluant pour les doublures du CJS, qui ont tout de même accroché durant tout le match le leader parisien. L’entame est en demi-teinte, avec une adresse faisant défaut qui oblige les visiteuses à jouer dans la raquette. En face, la taille domine et joue de son physique, mais “Geispo” reste dans le match. Dans le deuxième quart, les Parisiennes trouvent la mire à l’extérieur et distancent leur hôte. Lux et Vincent sont les seules à trouver le chemin du panier (22-28, 20e ’).
 
À la reprise, les Alsaciennes encaissent un 9-0 dès les trois premières minutes. Un temps mort leur permet de retrouver leurs principes défensifs. Lux et Hildenbrand “allument” à 3 points, la relation intérieure-intérieure avec Lambry et Vincent s’effectue d’une belle manière, et l’implication de Sommer et Lesniak paye en défense. C’est donc sur une belle remontée que se conclut le troisième acte.
Mais “Geispo” est contraint de tout donner pour continuer à faire douter le n°1 de la poule. Jusqu’à deux minutes du terme, les deux équipes sont au coude à coude.
Le match bascule dans le money-time où les Parisiennes, profitant des cinq fautes d’équipe de leurs adversaires, prennent les devants au score par des lancer-francs convertis. Précipitation et désillusion s’ajoutent à la détresse alsacienne dans les cinquante secondes restantes. Dommage...

CTC PARIS 61
GEISPOLSHEIM II 52
 
CTC PARIS : Rimbaud Cloppet 9, Soulhac 2, Freslon 18, Reol, De Ruffray 7, Liparo 6, Athuyt 2, Diallo 6, Amilien 6, Trolliet 5.
GEISPOLSHEIM II : Christ, Lesniak, Hildenbrand 8, Vincent 18, Lux 22, Lambry 2, Sommer 2.

 

VINCENNES - geispolsheim


Si prêt du but ...

 
En déplacement dans la capitale, “Geispo” a souffert, confronté à une équipe désireuse de s’imposer pour débloquer son compteur.
Après une entame correcte et l’ouverture du score par Vincent, l’agressivité des Parisiennes vient perturber la montée de balle alsacienne. Pas assez solidaires en défense, les visiteuses peinent face à l’attaque adverse, qui profite des oublis défensifs et multiplie les tirs à trois points (17-13).

Dans le deuxième quart, Christ et Sommer sont à l’affût en défense, et le jeu, en contre-attaque, alimenté par la bonne relation Noeppel-Lambry-Vincent remet le CJS dans le sens de la marche. Mais la précipitation et les pertes de balle pénalisent à nouveau les Bas-Rhinoises qui encaissent un 10-2 en trois minutes (34-26, mi-temps).

À la sortie des vestiaires, les Parisiennes conservent leur avance, en repoussant leurs hôtes derrière la ligne de démarcation et en étant présentes sur toutes les balles. Mais c’est sans compter sur l’adresse de Vincent dans la raquette qui provoque bien et empêche son équipe de se retrouver la tête sous l’eau (39-40).

Les premières minutes du dernier acte sont très disputées. Les Villageoises retrouvent leurs principes défensifs, gagnent des balles et concluent par Lambry et Friedrich. Hildenbrand redonne de l’air à “Geispo” par trois paniers bonifiés et permet l’égalisation. (49-49).
Las, le money time tourne peu à peu à l’avantage des locales. Les Alsaciennes sont pénalisées par les fautes et les Franciliennes sont adroites sur la ligne des lancers-francs. Les Bas-Rhinoises se retrouvent contraintes de tenter le tout pour le tout à trois points mais sans réussite et voient le match leur échapper.
 
VINCENNES 54
GEISPOLSHEIM II 50
 
Quart-temps: 17-13, 17-13,5-14, 15-10.
Arbitres: MM. Mazarin et Menasri.
VINCENNES: Verissimo 11, Sylvestre 4, Coulibaly 2, Zaghdoud, De Matauco 15, Fereirra 14, Carre-Hamidouche 6, Lavaitte 2, Nicolson, Beraud.
GEISPOLSHEIM II: Christ, Lesniak, Hildenbrand 11, Vincent 25, Noeppel, Lambry 11, Friedrich 3, Gall, Sommer.
 

geispolsheim - MONETEAU


"Geispo" confirme

 
Après la victoire empochée la semaine dernière à l’extérieur, il était nécessaire pour les filles de Petra Sosova de confirmer ce dimanche à domicile.
Une bonne entrée dans la partie permet aux Alsaciennes de prendre l’avantage au score avec Hildenbrand et Lambry à la finition.
Le match semble à la portée des Geispolsheimoises, agressives en attaque et concentrées en défense. Moneteau a du mal à s’adapter à la combinaison défensive des locales et perd des balles, ce qui profite aux contre-attaques adverses bien converties par Lux et Vincent (19-12).
 
Le début du deuxième quart suit la même logique, la balle circule bien et toutes les joueuses du CJS apportent leur contribution à l’effort. La fougue de Gale et la bonne adresse de Noeppel à longue distance obligent le coach adverse à prendre des temps-mort pour relancer son équipe. Décision judicieuse, qui permet aux visiteuses d’augmenter leur rythme en défense, et qui vient ainsi perturber le jeu offensif des locales. Trop altruiste, “Geispo” en oublie d’attaquer le cercle, et perd rapidement des balles dans les trois dernières minutes du deuxième acte.
 
Vincent et Lux alimentent la marque
 
Au retour des vestiaires, Moneteau s’engage davantage dans la partie, et profite d’une réussite à longue distance. Mais les Villageoises tiennent bon grâce à Vincent et Lux, seules à alimenter la marque en cette seconde période. Le jeu rapide est bien exploité (46-32).
 
Dans le dernier quart, la tension monte d’un cran sur le terrain avec l’intensité physique de la partie et les visiteuses sont sanctionnées d’une faute technique. Adroites aux lancer-francs et ne déjouant pas, les Geispolsheimoises se dirigent vers une nouvelle victoire.
Les cinq dernières minutes sont gérées sans accommodements, et garantissent ainsi le gain du match (64-45). Remontant pas à pas vers le haut du tableau, l’équipe réserve du CJS va devoir poursuivre ce bel élan victorieux la semaine prochaine à Paris.
 
GEISPOLSHEIM II 64
MONETEAU 45
 
Quart-temps : 19-12, 15-6 (mi-temps : 34-18), 12-14, 18-13.
Arbitres : MM. Scheer et Montagne.
GEISPOLSHEIM II : Christ 2, Lesniak 2, Hildenbrand 5, Vincent 17, Noeppel 5, Lux 23, Lambry 7, Friedrich, Gall 3, Sommer
MONETEAU : Dupas 7, Gillet 18, Boudard 4, De Battista 6, Papin, Pommier 5, Tissier 5, Dassy, Benighil.
 

SIG II - geispolsheim

Malgré leur application en défense les illkirchoises n'ont pas réussi à repousser les attaques des filles de Geispolsheim II bien emmenées par Valentine Christ (photo DNA Jean-Francois Badias)
 
 
 
 

"Geispo" gagne le derby !


 
Les matches à domicile se suivent et se ressemblent en ce début de saison pour les espoirs de la SIG qui, une nouvelle fois, ont été dominées sur leur parquet.
 
Geispolsheim entre bien dans la rencontre et passe rapidement en tête de ce premier quart. L’intensité et la réussite sont au rendez-vous des adversaires des Illkirchoises. Wintz et Paget permettent à la SIG de ne pas sombrer, mais les joueuses de la réserve de Geispolsheim contrôlent parfaitement cette entame (10-15).
 
Le deuxième acte est tout aussi peu à l’avantage des Sigwomen, qui butent sur la défense des Villageoises. Les filles de la SIG manquent cruellement d’intensité et laissent leurs adversaires du jour s’installer confortablement dans ce derby. Vincent et ses coéquipières prennent peu à peu l’avantage et distancent de 14 points les joueuses de Jean-Lou Vuillaume à la mi-temps (18-32). Coup dur pour la SIG, Paget, blessée, est contrainte de sortir.
 
Au retour des vestiaires, un sursaut des espoirs illkirchoises laisse penser que la partie n’est pas encore finie, mais Geispolsheim provoque des fautes et convertit ses lancers-francs.
 
La SIG hausse enfin le ton !
 
Comme trop souvent cette saison, Wintz et ses partenaires attendent d’être menées pour réagir. Et c’est lorsqu’elles se retrouvent distancées de 19 points, à l’entrée du 4e quart, que les filles de la SIG haussent enfin leur intensité défensive et leur agressivité offensive.
Elles grignotent petit à petit leur retard sans toutefois parvenir à passer en-dessous des sept points d’écarts à trois minutes de la fin. Une nouvelle fois, les espoirs de la SIG laissent filer un match à domicile.
Les Geispolsheimoises peuvent laisser éclater leur joie, elles s’adjugent le derby et empochent, par la même occasion, leur deuxième succès.
 
SIG II  50
GEISPOLSHEIM II  58
 
Quart-temps: 10-15, 8-17, 12-17, 20-9.
Arbitres: MM. Meyer et Klein.
SIG II: 19 paniers, dont 8 à 3 points, 4 LF, 19 fautes.
Guedon, Dupuy 10, Paget-Sentagne 8, Wintz 13, Boesch, Beyer 5, Toplitsch 3, Bouderra 8, Meyer 3, Diagne.
GEISPOLSHEIM II: 23 paniers, dont 2 à 3 points, 10 LF, 14 fautes.
Christ 1, Vincent 12, Noeppel 5, De Sousa 4, Lambry 7, Lesniak, Hildenbrand 4, Friedrich 10, Lux 10, Gall 5.
 
 

geispolsheim - NANCY TOMBLAINE

prises dans la nasse nanceienne les geispolsheimoises n'ont pas réussi à s'imposer sur leur parquet - photo DNA Cédric Joubert.

 

 

Dur !


Match difficile pour les Geispolsheimoises, qui n’ont jamais su rentrer véritablement dans la partie et se sont inclinées devant Nancy/Tomblaine.
 
Dès les premières minutes, l’adresse fait défaut du côté de “Geispo”, alors que les Nancéiennes convertissent leurs actions. Verrouillant la raquette, les visiteuses font reculer les Alsaciennes derrière la ligne à trois points et perturbent leur jeu intérieur.
 
Trouvant quelques solutions par Lux, De Sousa et Vincent, “Geispo” n’est pas encore décroché dans le premier quart-temps, mais pour passer devant, les Alsaciennes vont devoir resserrer les rangs en défense.
 
“Geispo” perd pied dans le 3e quart
 
Plus solidaires, les filles de l’équipe II parviennent à mieux stopper l’offensive adverse. Cependant, de l’autre côté du terrain, les paniers ne rentrent pas et la balle peine à arriver dans les mains.
Les pertes de ballon se font trop nombreuses et handicapent fortement les Bas-Rhinoises, qui rejoignent le vestiaire avec six points de retard.
 
Il n’y aura pas de sursaut d’orgueil des locales en deuxième mi-temps. Au contraire, à la reprise, c’est Nancy qui mène la danse et impose son jeu. Dépassées en défense, et ne trouvant guère plus de solutions en attaque, les Geispolsheimoises encaissent, dans ce troisième quart, dix points qui leur seront fatals.
 
Le dernier acte est dans la continuité du troisième, les erreurs offensives empêchent les locales de revenir sous la barre des dix points. Les Lorraines gèrent leurs attaques, font tourner le “chrono” et s’imposent au terme d’un match à sens unique.
Nouvelle défaite difficile pour le CJS, qui va devoir reprendre confiance pour renouer avec la victoire.
 
GEISPOLSHEIM II 35
NANCY 47
 
Arbitres: MM. Deininger et Virot.
GEISPOLSHEIM II : Lesniak, Hildenbrand 2, Vincent 8, Noeppel 3, De Sousa 8, Lambry 4, Friedrich, Lux 10, Sommer.
ASPTT NANCY / TOMBLAINE: Aulon 5, Mourot 6, Maubrun 6, Bar 9, Colombain 2, Riondet 2, Rambaut, Mendes 7, Ziegler 10.

 
 

VALENTIGNEY - geispolsheim

 

Le coeur n'a pas suffi

 
En déplacement à Valentigney, les filles de Geispolsheim se sont inclinées au terme d’un combat intense.

Dès l’entame du match, les locales emmenées par Vernerey infligent un 12-2 à leurs adversaires. Pas assez investies en défense et ne trouvant que trop peu de solutions en attaque, les Geispolsheimoises sont réprimandées au premier temps-mort. L’entrée de Boehrer et les lancers-francs de Vincent permettent aux visiteuses de réduire l’écart. Trouvant de l’adresse derrière la ligne à 3 points, De Sousa permet à “Geispo” de recoller au score : 16-16 à la fin du premier quart.

Ce bel effort collectif n’est hélas pas réitéré dans le deuxième acte. Valentigney reprend l’avantage en profitant des erreurs défensives des Villageoises, et retourne au vestiaire avec 10 points d’avance (32-22).

À la reprise, sous l’impulsion d’une Boehrer à qui tout réussit en attaque, grâce aussi à la bonne défense de Friedrich sur Vernerey, le CJS revient à égalité. Enchaînant les contre-attaques avec De Sousa, Christ et Lambry à la finition, la relance alsacienne est assurée.

Le dernier quart-temps est un combat de tous les instants. La pression monte et les deux équipes se rendent coup pour coup. Rapidement dans la pénalité, Valentigney est en difficulté face à la fougue de son hôte. Mais la situation s’inverse dans les trois dernières minutes au détriment des Bas-Rhinoises qui écopent d’une faute technique. Les dernières possessions alsaciennes ne sont pas concrétisées, contrairement à celles des locales. Les jeunes pousses de Geispolsheim n’ont pas démérité, mais la victoire leur a échappé de peu.
 
VALENTIGNEY 57
GEISPOLSHEIM II 52
 
Quart-temps : 16-16, 16-6, 8-17, 17-13. Arbitres: K. Bouiss et B. Lanris.
AS VALENTIGNEY : Meuret 11, Abenan, Chauvint 6, Lalouani 2, Trancheveux, Bernardot 4, Huck 4, Vernerey 24, Nikolova 6, Rerat.
GEISPOLSHEIM II : Christ 6, Lesniak, Hildenbrand, Vincent 11, Noeppel 2, De Sousa 4, Lambry 4, Friedrich, Boehrer 25, Sommer.

 
 

geispolsheim - berrwiller staffelfelden

 

Une première victoire

 
Les visiteuses ouvrent la marque, et tentent d’imposer leur rythme, mais très vite les locales rentrent dans leur match et font jeu égal avec leurs adversaires, sous l’impulsion de De Sousa.
 
Serré et intense
 
« Geispo » provoque les fautes et est concentré dans ce premier quart temps. Lux trouve la mire à longue distance, tout comme Mercier pour Berrwiller. Ce qui promet un match serré et intensif : 17-17 à la fin du premier quart.
Retrouvant plus de cohésion en défense les Geispolsheimoises font vaciller l’attaque adverse et concrétisent leurs actions avec la bonne adresse à trois points de Christ et Noeppel.
La réserve du CJS passe devant au score, et termine cette première mi-temps avec 7 points d’avance (35-28).
À la reprise, la bonne circulation de balle des locales permet à Lux et De Sousa de conclure toujours à longue distance. Les filles de Berrwiller sont en difficulté face à la défense collective adverse et trouvent peu de solutions. Elles sont reléguées à 15 unités à la fin du troisième quart.
 
Un temps mort judicieux
 
Mais « Geispo » doit tout de même faire face à la relance de Berrwiller dans le début du dernier acte. Les visiteuses reviennent sous la barre des 10 points. Après un temps mort judicieux, les filles de Petra Sosova parviennent à stopper la remontée des Haut-Rhinoises.
Dans le money-time, les villageoises gèrent leurs attaques et convertissent leurs lancer-francs. La victoire est assurée pour la jeune équipe de Geispolsheim au terme d’un engagement collectif qui a payé.
 
Geispolsheim II 69
Berrwiller 54
 
Mi-temps : 35-28. Arbitres : MM. Schultz et Haller.
GEISPOLSHEIM II :
Lux 16, Christ 10, Gall, Hildenbrand 7, Vincent 4, Noeppel 8, De Sousa 15, Lambry 9, Friedrich, Sommer.
BERWILLER :
Kost 13, Huebber, Meg. Mercier 11, Maire 2, Mel. Mercier 6, Benoughidene, Bouhouche 13, Meyer-El Hamzaoui, Higelin 6, Gerber 3.
 
 
« Cette saison va me montrer où je vais. » PHOTO DNA – Ch.A.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Affaire de défi
 
Petra Soosova arrive sur le banc de touche de la réserve de Geispolsheim. Avec l’envie de partager sa riche expérience.
 
 
« Ici en France, en Alsace, quand on est dans le basket, on est vraiment dans le basket, c’est-à-dire qu’on est un peu partout. »
Petra Soosova, née il y a 38 ans à Bojnice en Tchécoslovaquie (devenue Slovaquie), s’est construit une jolie place, certes loin de chez elle, mais toujours proche d’une si familière balle orange.
Médaillée et titrée avec l’équipe nationale juniors, elle avait décidé, à 19 ans, de tenter une première grande aventure, direction le championnat NCAA et Washington DC.
« À l’époque, la Tchécoslovaquie était communiste. La vie était vraiment dure. Partir aux États-Unis était une libération, cela m’a permis de voir autre chose, de casser cette ambiance pourrie. Je n’ai pas hésité une seconde. Pour moi, le basket est une grande passion. Une fois mes études de business international terminées, je voulais continuer à jouer, j’étais pro deux ans à Waregem en Belgique. J’ai adoré ce pays. »
Un joli hasard de la vie va l’obliger à retrouver la Slovaquie pour donner naissance à Samuel en 2003, puis à Simona un an plus tard. « À 28 ans, je trouvais que j’étais encore jeune, j’avais envie de rejouer. » Ce sera à Furdenheim.

« Je suis très curieuse de ce qui va se passer »
 
Et si elle a commencé à coacher ici et là, c’est la première fois qu’elle va accompagner une équipe de ce niveau.
« C’est un énorme défi pour moi. J’ai beaucoup d’expérience et j’aimerais la transmettre à mes joueuses. Je suis très curieuse de ce qui va se passer. Mon rôle sera d’amener cette connaissance tactique sur le terrain, par exemple en leur apprenant la gestion du temps, des choses pas évidentes à cet âge-là. »
Son groupe sera « très jeune », mais elle le ressent déjà « très motivé avec de très bonnes bases », l’occasion pour elle aussi de passer un cap. « Chaque catégorie a ses spécificités. Chez les jeunes, il faut apprendre les gestes corrects, comment gérer son corps, ses mains, travailler sur la coordination et la dextérité. Chez les seniors, on se situe plus dans la cohésion de l’équipe et le travail mental. Chez les jeunes, c’est du jeu, chez les grandes, c’est plus de la tactique. »
Sa fille rejoignant en même temps les minimes France du CJS, Petra Soosova, animatrice périscolaire à Ittenheim, a choisi de se lancer au moment où elle avait failli renoncer. « Cela aurait été difficile de s’engager ailleurs avec les trajets à assurer. C’est alors que Laurence Lemarchand (la responsable technique jeunes, ndlr) est venue vers moi. Cette saison va me montrer où je vais, on verra si ça passe ou ça casse. »
Petra Soosova et ses jeunes joueuses sont en train de se découvrir, en mode apprentissage mutuel pour que tout le monde s’approprie ce joli challenge.

LES SF2 EN PANNE

Pour ce dernier match de la saison à domicile, les locales sont d’entrée pénalisées par les fautes et le manque de réussite. Clauss est contrainte de rejoindre le banc après avoir écopé de trois fautes en trois minutes dont une technique discutable. Les Dijonnaises agressent le cercle et parviennent à conclure leurs actions.
Le deuxième quart-temps est plus équilibré, les filles de Geispo reviennent avec Lux, Anielak et Boehrer à la finition. Égalité parfaite à la mi-temps : 33-33.
 
« Geispo II » prend l’eau
 
À la reprise, les visiteuses prennent le large sans que les Geispolsheimoises ne réussissent à freiner l’enthousiasme adverse.
En panne d’adresse, l’équipe locale prend l’eau dans ce troisième quart.
Malgré un léger sursaut d’orgueil à l’entame du dernier acte, les Villageoises ne parviennent pas à remonter le retard accumulé.
Une défaite cependant sans conséquence, le maintien étant assuré depuis deux rencontres.

GEISPOLSHEIM 2 : 52
DIJON : 66
Quart-temps : 15-14, 18-19, 5-25, 14-8.
Geispolsheim : Klein 2, Christ 6, Vincent 6, Noeppel 5, Lux 7, Lambry 2, Clauss 4, Boehrer 9, Anielak 11.
Dijon : Jacob 14, Quemper 2, Colas 10, Jourdan 2, Jillis 1, Abroskian 28, Bai, Tomaselli 1, Smutekova 8.
 

LES SF2 ASSURENT

Si le début de la rencontre est à l’avantage des Nancéennes, la réserve de Geispo se met petit à petit au diapason par Lux et Clauss. Les égalités sont nombreuses et les équipes se rendent coup pour coup. À la fin du premier quart, le score est de 17-16 pour les recevantes.
Au cours du deuxième quart, la bataille fait rage, les efforts des protagonistes pour prendre l’ascendant bénéficient peu à peu aux Villageoises. Elles mènent finalement 35-32 à la pause.
Au cours du troisième quart, les filles du président Oswald contrôlent la rencontre (46-41).
Les représentantes du 54 ne baissent pas pour autant les bras et lancent leurs dernières forces dans la bataille pour égaliser à la 35e’ (50-50).
Finalement, Lux empile trois paniers bonifiés qui arrivent à point nommé et scellent le sort du match : 67-59.
À noter les débuts à ce niveau des cadettes Stenger et Delvart.
 
ASPTT NANCY : 59
GEISPOLSHEIM 2 : 67
Quart-temps : 17-16, 18-16 (mi-temps 35-32), 11-9, 21-18.
Nancy : Aulon 11, Gies 13, Mourot 4, Maubrun 3, Riondet-Gatoux 2, Rambaut, Vatrinet 6, Ziegler 11, Henrion 9.
Geispolsheim : Klein 3, Anielak 18, Stenger 2, Noppel 1, Lux 21, Lambry 2, Clauss 11, Boehrer 9, Delvart.
 

UN DERBY A SENS UNIQUE

Ce sont les Libellules qui s’offrent le meilleur départ par Capitaine Riegel, mais, très vite, les Villageoises prennent les choses en main par Lux et Vincent pour prendre l’avantage et ne plus jamais être inquiétées. Boehrer et Vincent scorent régulièrement dans un premier quart-temps très rythmé pour les locales (27-12, 10e ’).
Les “Lib”, par Barth et Lemire, marquent quelques paniers de bonne facture, en profitant aussi de quelques largesses des recevantes, mais doivent reconnaître la supériorité des banlieusardes. Boehrer, bien secondée par Lambry et Vincent, se joue régulièrement de la défense strasbourgeoise et la mi-temps est atteinte sur le score de 54 à 29.
 
Le 100e point pour Vincent
 
Dans le second acte, les Libellules se battent avec leurs armes : combativité et solidarité. Cayrel et Lemire mettent à l’épreuve la défense du CJS, mais sans beaucoup de réussite. De l’autre côté du terrain, Vincent et ses coéquipières se régalent. À la fin du troisième quart, la marque est de 78 à 36.
Dans le quatrième quart, les protégées du président Weber essayent bien de ralentir le jeu pour ne pas encaisser la centaine de points. Mais rien n’y fait, la machine locale est en marche et c’est Vincent qui marquera le centième point. Pour les filles de la banlieue sud, le maintien est assuré. Pour leur adversaire du jour, la route est longue et pénible malgré un courage à toute épreuve et une sportivité exemplaire.

GEISPOLSHEIM 2 : 103
LIBELLULES STRASBOURG : 53
Quart-temps : 27-12, 27-17 (mi-temps: 54-29), 24-7, 25-17.
Geispolsheim : 22 LF sur 24. Christ 5, Klein 4, Anielak 9, Vincent 24, Lux 18, Lambry 7, Friedrich 12, Boehrer 25.
Libellules : 13 LF sur 22. Bady 2, Riegel 6, Miloudi 3, Cayrel 12, Barth 5, Lemire 13, Belo 6, Ugi 6.
 

UNE PREMIERE MI-TEMPS DE FOLIE !

 
Pour cette rencontre si importante pour le maintien en Nationale 3, le suspense n’aura duré que quelques minutes.
Si Gries mène rapidement 0-4, les filles de “Geispo” ne tardent pas à prendre les choses en main par Lux (14 points en ce premier quart), pour mener 28-17 à l’issue des dix minutes initiales.
Le deuxième quart-temps du CJS est de toute beauté. Avec Klein ou Christ à la baguette, et à la faveur d’une adresse quasi insolente – en attestent les six tirs primés inscrits dans ce deuxième round par Christ, Noeppel et Lux encore –, les réservistes de Geispolsheim étouffent littéralement leurs adversaires du jour.
 
Surréaliste
 
Les Griesoises ne répondent que sporadiquement par Bruder et Trinkaus. À la mi-temps, atteinte sur le score surréaliste de 65-28, le match est joué.
 
En seconde période les Vertes se rebiffent et font jeu égal avec les filles du Cercle Jean Sébastien. Cette deuxième phase n’est plus du tout du même calibre. Les maladresses et les pertes de balles se succèdent dans les deux camps et l’écart se stabilise.
La défense de zone des filles de Gries grippe la machine des villageoises et Lix marque régulièrement, bien secondée par Bruder (82-39, 30e ’).
Le dernier acte, remporté par les locales 10-9, est anecdotique, l’essentiel pour elles, à savoir la victoire face à un concurrent direct pour le maintien, étant acquise depuis longtemps. Si mathématiquement rien n’est fait, le CJS a fait un grand pas dans cette direction ce dimanche.
 
GEISPOLSHEIM 2 : 92
GRIES OBERHOFFEN : 48
Geispolsheim : 20 LF sur 23. Christ 9, Klein 7, Anielak 8, Vincent 14, Noeppel 5, Lux 26, Lambry 3, Friedrich, Clauss 10, Boehrer 10.
Gries Oberhoffen : 12 LF sur 20. Bruder 12, Dolt, Lix 14, Ott-Lutz, Gross, Trinkaus 9, Paul, Blanck 7, Gutting 6.
 

a sens unique

Les dimanches se suivent et, heureusement, se ressemblent pour Geispolsheim. Dans cette rencontre importante pour le maintien, Irion et Anielak font le nombre pour pallier les absences de Clauss et Boehrer.
Si le tout début du match est à l’avantage des Bisontines grâce à l’ancienne joueuse de « Geispo », Fatouma Tandian, les Villageoises prennent l’avantage dès la 5e ’ pour ne plus être rattrapées. Lux, par deux tirs bonifiés, bien épaulée par Noeppel et Vincent, fait grimper le score (7-18, 10e ’).
Dans le deuxième quart, les Alsaciennes déroulent tranquillement leur basket et score régulièrement par Lux, toujours, et Anielak (20-41, 20e ’).
Le troisième quart est un long cavalier seul des filles du “67”, toutes les joueuses participent à l’évolution du score avec une mention spéciale à Irion. Geispolsheim remporte le quart 8-32.
Dans le quatrième acte, Besançon se rebiffe et reprend quelques couleurs par Dias et Wolff. Les Doubistes remportent ce quart 22-14. Geispolsheim jouera une grande partie de son maintien dimanche prochain dans le derby face à Gries.
 
BESANÇON : 50
GEISPOLSHEIM 2 : 87
Besançon : 1 LF sur 8. Meuret, Alouane 4, Ali Messaoud 6, Dias 11, Wolf 12, Tropnas-André 6, Vonthron 3, Tandian 6, Rezgui 2.
Geispolsheim : 9 LF sur 9. Christ 6, Klein 2, Irion 3, Vincent 12, Noeppel 8, Lux 30, Lambry 8, Friedrich 4, Anielak 14.

 

Les sf2 REMPORTENT UN PRECIEUX SUCCES

Cette rencontre s’annonçait très équilibrée entre deux équipes qui luttent encore pour le maintien en Nationale 3.
Seurre prend le meilleur départ pour mener rapidement 7-0. Après un temps-mort bienvenu, la réaction des Villageoises est fulgurante. Par Lux, Vincent et Klein, les Alsaciennes reviennent au score pour mener 25-12 à la fin du premier quart.
Dans le deuxième acte, les Seurroises ripostent et reprennent l’avantage après seulement quatre minutes de jeu, 27-25. C’était sans compter sur l’efficacité de Clauss et de Vincent, qui remettent Geispolsheim sur la bonne voie. Les Bas-Rhinoises mènent 32-30 (20e ’).
 
Les filles du 67 ont encore des ressources
 
La deuxième mi-temps n’est qu’un chassé-croisé entre les deux équipes. Si Geispolsheim prend un petit avantage à la 25e ’, 43-35, les Doubistes reviennent à la marque grâce à une presse efficace, 46-45 à la fin du troisième quart.
Mais les filles du 67 ont encore des ressources et passent devant au score dès le tout début du quatrième quart pour ne plus se laisser déborder. Lux, Vincent, Clauss restent efficaces, bien aidées par Noeppel.
Et c’est finalement, Clauss et ses coéquipières qui gardent l’ascendant pour empocher un précieux succès, 65-57 dans la lutte pour le maintien.
 
SEURRE : 57
GEISPOLSHEIM 2 : 65
Quart-temps: 25-12, 7-18, 14-15, 11-20.
Seurre : Giannini 9, Deschamps 9, Anatis 15, Cellier 2, Manchon 6, Sylla-Penda 5, Leveque 11, Andral, Nafrechoux.
Geispolsheim : Christ, Klein 3, Stenger, Vincent 24, Noeppel 3, Lux 18, Lambry, Friedrich, Clauss 17.
 

La deferlante des sf2


Les filles de la réserve de Geispolsheim disputaient, hier, un match à enjeu en vue du maintien en Nationale 3. En effet, à l’aller, les Messines l’avaient emporté d’un petit point. Et c’est de la plus belle des manières que les Villageoises ont remis les pendules à l’heure.
 
L’entame de la rencontre est tout à l’avantage des filles du président Ostwald (9-2), mais les représentantes du “57” se rebiffent, reviennent au score et prennent même l’avantage, 16-18 à la 8e’. "Geispo" mène toutefois les débats à la fin de ce premier quart-temps : 20-18.
 
Un rythme infernal
 
Dans le deuxième acte, les locales, petit à petit, emballent la rencontre et maîtrisent leur sujet sur la base d’une défense de moins en moins permissive et de rapides contre-attaques, souvent conclues par Clauss et Vincent. Le score à la pause est de 42 à 31 pour les Bas-Rhinoises.
 
La rencontre repart sur un bon rythme. Et à ce jeu-là, c’est “Geispo” le plus fort. Les Lorraines perdent pied peu à peu et n’arrivent plus à suivre le rythme imprimé par Boehrer et ses partenaires. 17 à 8 dans ce troisième épisode.
 
La rencontre bascule définitivement dans le dernier acte. Les joueuses du coach Bouallegue sont débordées par l’enthousiasme des Alsaciennes, qui remportent ce quart-temps sur le score sans appel de 39 à 12. Une véritable déferlante. À noter, les neuf points, dont deux paniers bonifiés, de la cadette Hildenbrand.

GEISPOLSHEIM 2 : 98
METZ : 51
Geispolsheim : 21 LF sur 27. Klein 6, Vincent 11, Noeppel 4, Lux 21, Lambry 6, Friedrich 4, Clauss 16, Boehrer 21, Hildenbrand 9.
Metz : 10 LF sur 15. El Khalki 10, Bocandé 10, Secco 7, Lucky, Steller 8, Leid 10, Falcone 2, Finda 4.
 

Le derby pour la sig non sans frayeur


Le derby entre les réservistes de la SIG et de Geispolsheim a tenu toutes ses promesses en matière d’engagement et de suspense.
Dès le début de la rencontre, les espoirs de la SIG prennent les rênes du match grâce à une bonne réussite aux tirs, notamment de Bouderra (six paniers à trois points sur le match). Au bout de cinq minutes, elles mènent 12 à 4, ce qui force Geispolsheim à prendre un temps mort. Mais l’agressivité et l’intensité sont bien du côté des Illkirchoises qui remportent le quart-temps 20 à 10.
 
Les Sigwomen continuent sur leur lancée lors du deuxième acte et continuent à scorer de loin, par Wintz et Bouderra, et dans la raquette par Paget. Le score à la mi-temps est de 41 à 21.
 
Dans le troisième quart, la tendance s’inverse et ce sont les joueuses de Geispolsheim qui se montrent plus intenses sous la houlette du duo Clauss (17 points) et Lux (16 points) qui frappe fort dans la raquette et de loin. Les visiteuses grignotent petit à petit l’écart et remportent ce troisième round 24 à 10.
Le match est relancé et le doute s’installe du côté de la SIG. Dans le dernier acte, les deux jeunes formations se rendent coup pour coup. La SIG resserre sa défense, trop permissive dans le troisième quart. L’adresse fait défaut des deux côtés et les équipes font jeu égal dans ce dernier quart-temps (12-12). C’est finalement la SIG qui l’emporte, mais en se faisant très peur dans cette deuxième mi-temps.

SIG 2 : 63
GEISPOLSHEIM 2 : 57
Hall de la SIG. Quart-temps: 20-10, 21-11, 10-24, 12-12.
SIG : 23 paniers, dont 8 à 3 points, 9 LF, 14 fautes.
Beyer 4, Bouderra 18, Boesch 4, Paget-Sentagne 8, Wintz 7, puis Diagne 4, Guedon 7, Philippot, Pfister 11.
Geispolsheim : 22 paniers, dont 2 à 3 points, 11 LF, 14 fautes.
Klein 9, S. Vincent 5, Noeppel 2, Lux 16, Friedrich 2, puis Christ 2, Lambry, Clauss 17, Boehrer 4.
 
 

LES SF2 S'INCLINENT AUX VOSGES DU NORD

 
Les “Pinks” se sont remises dans le sens de la marche en disposant de la réserve de Geispolsheim, au terme d’une rencontre plaisante et intense.
 
Dès l’entame, on sent les Roses impliquées et volontaires, preuve que les démons aperçus la semaine dernière à Nancy n’étaient qu’accidentels. Comme à leur habitude, les renforts Boehrer, Clauss et Lux guident Geispolsheim, si bien que le score reste ultra-serré jusque dans les dernières minutes du premier quart-temps. Il faut une action pleine de rage de Caudron pour forcer le verrou (16-9, 10e ’).
 
Le deuxième acte est tout aussi intense, même si des maladresses des deux côtés empêchent le score de décoller. Captain’ Diemer donne de la voix et les “Pinks” appuient sur l’accélérateur avant la pause, pour se détacher au moment opportun (+11 à la mi-temps).
 
Evidemment, les visiteuses reviennent avec d’autres intentions et grignotent petit à petit. La bagarre fait rage, mais chaque joueuse locale est exemplaire dans l’engagement. A ce jeu, les sœurs De La Hogue ne sont pas en reste, en étant présentes des deux côtés du terrain. La défense des “Pinks” plie, mais ne rompt pas, alors que Geispolsheim est toujours en course (45-41, 30e ’).
 
Dans le dernier acte, l’adresse extérieure retrouvée de Geiger, Thal et Specq permet aux “Pinks” de prendre leurs distances, bien que Clauss, au four et au moulin, mobilise encore et toujours ses coéquipières. Les jeux sont faits à l’entame des dernières minutes, où le public local donne de la voix pour fêter comme il se doit ce premier succès de l’année 2016. Et les “Pinks” peuvent dédier leur succès à la petite Louise Bruder-Rosio, fille de leur coéquipière et joueuse emblématique du BCVN Florence Rosio, née sous une étoile… rose jeudi dernier.

VOSGES DU NORD : 66
GEISPOLSHEIM 2 : 48
Quart-temps : 16-9, 14-10 (mi-temps: 30-19), 15-22, 21-7. Arbitres : MM. Matos et De Col.
Vosges du Nord : 7 paniers à 3 points, 15 LF sur 18. Caudron 15, Diemer, E. De La Hogue 4, Thal 16, Muller 3, Specq 13, Geiger 10, Ackermann, C. De La Hogue 5.
Geispolsheim : : 3 paniers à 3 points, 11 LF sur 16. Christ, Klein, Vincent 6, Noeppel 8, Lux 10, Lambry, Friedrich 2, Clauss 12, Boehrer 10.
 
 

LES SF2 EN PANNE D'ADRESSE

 
Dès l’entame, les locales imposent un rythme soutenu mais les visiteuses font jeu égal grâce à l’adresse de Lux.
 
Le deuxième quart est marqué par de nombreuses pertes de balles à cause de l’agressivité des Dijonnaises. Les Geispolsheimoises sont reléguées à dix longueurs à la mi-temps (30-20).
 
Au retour des vestiaires, « Geispo » se révolte et prend le meilleur sur son adversaire, grâce à une défense plus solide et une solidarité retrouvée. Clauss, Lux et Vincent alimentent la marque et l’écart se réduit peu à peu (44-40).
 
Dans le dernier acte, pénalisées par les fautes, les visiteuses s’accrochent mais n’arrivent pas à passer devant. L’adresse leur fait défaut et les attaques adverses se concrétisent. La victoire revient à Dijon mais les Villageoises ont une semaine pour se remobiliser avant d’affronter Chenôve.

DIJON : 61
GEISPOLSHEIM 2 : 52
Quart-temps: 14-11, 16-9, 14-20, 17-12. Arbitres: M. Douillet et Mme Quin.
Dijon : Suanic, Jacob 11, Quember, Lolas 4, Jourdan 9, Abroskino 19, Bai 1, Tornasselli 2, Smutekova 15.
Geispolsheim : Christ 1, Klein 4, Vincent 11, Noeppel 5, Lux 19, Lambry 2, Friedrich 2, Clauss 8.

 
 
 
 

LES SF2 "puissance cinq"

Pour équilibrer leur ratio défaites-victoires et s’éloigner de la zone de relégation, il fallait aux filles de “Geispo” signer une cinquième victoire de rang. C’est chose faite.
 
Les Bisontines, très incisives, jouent crânement leur chance en début de rencontre. Le CJS rend toutefois coup pour coup pour mener 20-13 à la fin du premier quart-temps, grâce aux paniers de Friedrich et Clauss. Le deuxième quart est disputé et les Villageoises assurent l’essentiel par Boehrer et Christ pour rester en tête à mi-parcours : 45-29.
 
Au retour des citrons, Besançon croit en ses chances et score facilement, aidé par les maladresses locales, pour revenir à sept longueurs : 50-43. “Geispo” ne marque plus que sur lancers francs, par Lambry.
 
Dans le dernier round, les locales remettent les pendules à l’heure et ne laissent plus guère de chance à leur adversaire du jour. L’omniprésence de Boehrer permet aux filles de “Geispo” de passer les fêtes au chaud. À noter, les bons débuts, à ce niveau, de la cadette Hildenbrand, qui a signé un joli deux sur deux au-delà de la ligne des 6,75 m.

GEISPOLSHEIM 2 : 83
BESANCON BC : 64
Geispolsheim : 24 LF sur 30, Christ 3, Klein 4, Deschamps 3, Noeppel 6, Lux 15, Lambry 6, Friedrich 6, Clauss 11, Boehrer 23, Hildenbrand 6.
Besançon : 14 LF sur 22, Baba Said 23, Wilkins 14, Yamjeu 6, Ali Messaoudi 4, Dias, Wolf 6, Tropnas-André 4, Vonthron, Tandian Fatoumata 7.


 

LES SF2 enchainent

Après une série de trois victoires il fallait aux filles de “Geispo” un quatrième résultat positif pour sortir de la zone dangereuse.
Le premier quart-temps est tout à l’avantage des Villageoises qui ne laissent aux Nancéiennes que des miettes (14-7), grâce notamment à l’omniprésence de Friedrich aussi bien au scoring qu’à la passe décisive et dans les tâches défensives.
Le deuxième acte est plus disputé. Malgré les nombreuses maladresses des deux équipes, la réserve du CJS arrive à neutraliser le jeu lorrain et ce sont Clauss et Boehrer qui alimentent régulièrement la marque (30 17, 20e ’).
 
Une défense intransigeante
 
Les Villageoises font toujours la course en tête au retour des vestiaires et les visiteuses sont à la peine, la faute à une défense locale intransigeante. Deschamps et Noeppel scorent dans ce quart-temps pour un décompte de 42 à 25 à la demi-heure.
Le quatrième quart-temps n’est plus qu’une formalité et, sans atteindre des sommets, en raison des nombreuses maladresses des joueuses des deux camps, la partie se termine par la victoire des locales 55 à 32. À noter l’altruisme de Lambry en cette deuxième période qui a permis à l’équipe de s’adjuger cette quatrième victoire en autant de matches.
 
GEISPOLSHEIM 2 : 55
NANCY : 32
Geispolsheim : Deschamps 5, Vincent 8, Noeppel 3, Lux 3, Lambry 5, Friedrich 7, Clauss 14, Boehrer 10, Christ, Klein.
Nancy : Pierre, Mourot 4, Riondet-Gatoux, Rambaut 3, Kadila 1, Vatrinet 3, Mendes 11, Ziegler 6, Henrion 4.
 

LES SF2 TROP JUSTES

La premier quart-temps est très disputé et la marque est régulièrement alimentée par Christ et Boehrer pour Geispolsheim et par Wintz pour la SIG II (11-14, 10e ’).
La deuxième période est de même facture et les deux équipes ne se font pas de cadeaux. Boehrer pour les locales et Diagne pour les visiteuses scorent et les deux équipes se tiennent à la pause (27-25).
La seconde mi-temps ne ressemble en rien à la première. Les Villageoises se font surprendre par la défense tout terrain de la SIG II, revenue avec d’autres intentions. Elles perdent de nombreux ballons et s’inclinent lourdement dans ce quart (8-30). Wintz à l’intérieur, Bouderra et Pfister à l’extérieur s’en donnent à cœur joie. Seule Boehrer arrive à déjouer la défense illkirchoise.
Le quatrième quart n’est plus qu’une formalité pour les Illkirchoises. Geispolsheim n’est pas arrivé à composer sans Lux et Lambry, et devra rapidement se refaire une santé avant son déplacement à Metz, le week-end de la Toussaint.
 
GEISPOLSHEIM 2 : 43
SIG 2 : 70
Quart-temps : 11-14, 16-11, 8-30, 10-15.
GEISPOLSHEIM : Christ 5, Klein 3, Deschamps 6, Vincent 10, Noeppel 2, Friedrich 6, Boehrer 11, Schlatter.
SIG : Beyer 3, Diagne 6, Morel 10, Bouderra 9, Paget-Sentagne 9, Manca 2, Pfister 10, Wintz 21, Meyer.
 

un derby tres dispute

Pour ce derby très attendu, qui opposait les filles de Geispolsheim à l’équipe de Vosges du Nord, les spectateurs étaient au rendez-vous.
 
Dès l’entame du match, les locales prennent l’ascendant sur leur adversaire avec un beau jeu collectif. En face, les visiteuses peinent à trouver de l’adresse dans les cinq premières minutes mais, sous l’impulsion de C. De La Hogue, reviennent au score (15-11).
Le deuxième quart se poursuit sur le même rythme, les Villageoises continuent sur leur lancée avec Lux et Christ à la conclusion. Vosges du Nord s’accroche mais c’est avec une avance de neuf points que le CJS conclut la première mi-temps (38-29).
 
Au retour des vestiaires, l’intensité monte d’un ton des deux côtés. Specq et Thal trouvent le chemin du panier mais c’est toujours avec la même envie que « Geispo » fait la course en tête avec le plus gros écart du match, +12. Le dernier acte va s’avérer difficile pour l’équipe locale.
 
Petit à petit, les visiteuses remontent au score. Même si jusqu’à trois minutes du terme, grâce à l’adresse de Boehrer et Lux, les Villageoises sont toujours devant mais dans le money-time les Geispolsheimoises ont du mal à concrétiser leur attaque. Vosges du Nord arrive à prendre l’ascendant sur son adversaire pour remporter ce derby de trois points. Ce fut un match très disputé, à la portée des jeunes pousses de Geispolsheim cependant, la victoire leur a échappé à nouveau sur le fil.
 
GEISPOLSHEIM 2 : 67
VOSGES DU NORD : 70
Quart-temps: 15-11, 23-18, 14-17, 15-24. Environ 200 spectateurs.
GEISPOLSHEIM 2 : Christ 10, Klein 2, Deschamps 4, Vincent 12, Noeppel, Lux 16, Lambry 2, Friedrich 6, Boehrer 15.
VOSGES DU NORD : Caudron 2, Diemer 4, E. De La Hogue 8, Chal 15, Muller, Specq 16, Geiger 2, Ackermann, Rajécka 10, C. De La Hogue 15.
 

saison 2014/2015

 

GEISPOLSHEIM 2 – SPORT OUVRIERS ARMENTIEROIS


Pour son dernier match à domicile, la réserve de Geispolsheim entendait bien jouer les troubles fêtes dans cette dernière ligne droite des play-offs. Le contrat semblait bien rempli jusqu’à  2.30 minutes de la fin du match : les blanches lâchent le match et offrent la victoire aux nordistes sur un plateau.

Le début de la rencontre démarre sur les chapeaux de roue et l’adresse est au rendez-vous dès les premières minutes, Lux et Jacob marquent les huit premiers points sans la moindre opposition. Armentières semble moins en jambes que le week-end dernier et c’est à nouveau Lalart qui sonne la mobilisation avec deux missiles derrière ligne de bonification des 3 points. (14 à 13 à la 7ème). Deschamps met le  doute dans la défense et conclut sous le cercle. (20 à 18 à la fin du premier quart –temps)

L’intensité défensive croit et les locales fournissent un travail de titan pour gober des balles et empêcher le tir facile : Marchal et Klein sont créditées d’une bonne séquence et creusent l’écart (26 à 18 à la 14ème ) , Vincent chauffe la raquette et défie Lienard qui en fera de même  de l’autre côté pour remettre le SOA dans la course.


Après la pause,  les deux équipes proposeront un quart chaotique : peu d’adresse, de nombreuses pertes de balle du coté villageois, le score évoluant de façon sporadique sans pour autant que les visiteuses n’en profitent pour prendre les devants. 
Le CJS a toujours la main mise sur le match. (44 à 41).

Le dernier quart temps sera cauchemardesque : le compteur se bloque du côté des blanches (6 points seulement dans ce quart-temps), les nordistes ne développeront pas un basket transcendant mais commettrons moins d’erreurs.

A 2 minutes 30 de la fin du match, elles prendront l’ascendant d’un point, « Geipo » aura à deux reprises l’occasion de revenir mais maladresse et mauvais choix vont hypothéquer les chances de victoire. Le SOA finira la partie par 4 lancers-francs et s’octroie le gain du match synonyme de montée en NF 2 pour le club nordiste.

Il restera le match de la semaine prochaine à Trith pour finir la série des play-offs et clôturer la saison 2014.15. 

CJSG-SOA: 50-55, (20-18),(14-10),(10-13),(6-14)
Arbitres : SENGSOULI et BOUNAJRA

Pour le CJS: Denu 7, Klein 2, Jacob 5, Schultz 8, Vincent 6, Lux 9, Marchal 2, Deschamps 7, Friedrich, Lambry 4

Pour le SOA : 
Bertagna 6, Merlot 15, Boucher, Lalart 8, Catrix 7, Rooyackers 2, Devynck 5, Lienard 15   
 

Première victoire en Playoffs

Un public local venu nombreux et un bus de supporters nordistes ne se sont pas trompés en venant assister à ce premier match de playoff et encourager respectivement leurs deux équipes : ils ont assisté à un match disputé et plaisant avec un engagement physique musclé des deux côtés.

C’est Vincent (9 points dans ce quart temps) qui donne le ton et prend la température d’entrée : la bagarre sera rude au rebond et les nordistes ne lâcheront rien. Jacob mène la barque et imprime le rythme en distillant des balles pour Denu qui conclue en contre-attaque alors que du côté adverse, seule Monsergent permet à son équipe de recoller au score. Le premier acte reste à l’avantage des locales qui proposent une défense solide et un jeu rapide en attaque.

Les changements nombreux du coach adverse ne semblent pas perturber les « blanches » qui repartent par deux tirs primés et une séquence de lancers-francs. Mais Vetu et Doyen ne l’entendent pas de cette manière : elles vont marquer 13 des 20 points de leur équipe et garder le contact : la partie demeure incertaine et le CJS termine ce quart-temps en tombant dans les travers de trop nombreuses pertes de balle.

Les « blanches » avec un mental gonflé à bloc  reviennent sur le parquet : Vincent omniprésente impose son jeu intérieur et reste impériale au rebond. Un collectif plaisant et une belle réussite aux tirs va permettre de creuser l’écart (43 à 35 à la 23ème) pour aboutir au plus grand écart du match à la pause (57-45).

Le dernier quart-temps sera très disputé : de nombreuses fautes vont amener les deux équipes aux lancers. Dujardin, jusqu’à présent très discrète, va sortir de sa boite et permettra aux nordistes de revenir au score. A 70-60 quelques maladresses et mauvais choix offensifs des locales laisse à Loisse l’opportunité de marquer 4 points.
Les « blanches » vont gérer la fin de match et s’octroient une belle victoire même si l’écart aurait pu être plus important.

Il reste deux semaines pour préparer le déplacement à Armentières et continuer d’écrire la belle page d’histoire des playoffs 2015.
       
CJS - CO Trith : 71-66 (16-13),(22-20),(19-12),(14-21) 
Arbitres: Staudt et Schuler 

Pour le CJS:
Denu 15, Klein 3, Jacob 11, Schultz, Vincent 19, Lux 12, Marchal, Deschamps 8, Friedrich, Lambry 3

Pour le CO Trith: 
Loisse 5, Thomaze 5, Monsergent 9, Vetu 14, Doyen 15, Dujardin 10, Boulogne, Duee 2, Montagne 1, Dubreucq 5 
 

Fin de saison pour les SF2 (53-36) : encore une qualification pour les play-offs

Ce dernier match de la saison régulière, la réserve du CJSG se devait de le remporter pour assurer sa place en play-offs.

Après un début de match très incertain au niveau de la réussite aux tirs, les deux équipes font jeu égal avec une légère domination visiteuse. « Geispo » a du mal à trouver la solution sur la zone adverse pas très mobile et déçoit au niveau de l’adresse. Une défense plus agressive permet aux « blanches » de recoller au score (14-7, 8e’ ). Les deux dernières minutes vont permettre de glaner quelques balles et surtout d’en perdre moins. Du coup, le score évolue rapidement (17-11, 10e’ )

Les locales vont ensuite retomber dans leur travers : pertes de balles et maladresses. Elles concèdent ce quart-temps malgré une belle débauche d’énergie de Chemineau et Denu alors que Secco n’a pas dit son dernier mot et plante derrière l’arc pour la seconde fois.

Après la pose et le discours musclé du coach, les « blanches » se mobilisent et s’ouvrent le chemin du panier. Elles infligent un 12-4 aux visiteuses avec une Deschamps omniprésente. Metz n’aura plus les moyens de réagir et s’incline (53-42).

Ce championnat se termine sur une prestation très moyenne. Il va falloir considérer la suite de la compétition et assurer la préparation des play-offs dès le début de la semaine prochaine, avec un effectif complet, pour assurer des déplacements dans le Nord qui annoncent des rencontres très disputées.

L’équipe réserve du CJSG signe toutefois sa quatrième qualification successive aux play-offs : un parcours remarquable et une belle page dans l’histoire du club.

CJS - Metz BC : 53-36 (17-11, 10-13, 12-4, 14-8). Arbitres : MM. Drissi et Madembo.

Pour le CJS :
Denu 15, Klein 1, Jacob 2, Chemineau 8, Schultz 7, Lux 3, Vincent 4, Deschamps 12, Marchal 1, Friedrich.
 
Pour Metz :
Huet 6, El Khalki 7, Bocande, Secco 8, Lucky 5, Steller 8, Fontaine 2.

 

Les SF2 tombent le leader (76-67)

Geispolsheim était the place to be hier après-midi. Et ce sont environ 300 spectateurs qui ont assisté au derby bas-rhinois opposant les deux meilleures équipes de la poule. Le CJS n’a pas raté ce rendez-vous et s’est offert le leader, en réalisant une prestation collective de qualité tant offensivement que défensivement.

En grande réussite, les Blanches démarrent le match tambour battant et alourdissent la marque des la 3e ’ (7-2) avant que les « Pinks » ne trouvent le chemin du panier. Après de nombreuses pertes de balles, les deux équipes se retrouvent à égalité (10-10) avant que Barth, sur deux balles interceptées, ne donne l’avantage aux visiteuses. « Geispo » reste au contact et répond au jeu rigoureux en pénétrant dans la raquette à la recherche de la faute. Celles-ci pleuvent et les lancers-francs sont transformés (19-18, 10e ’).

La partie s’annonce disputée. Schultz et Vincent sont au four et au moulin, s’acharnent au rebond et trouvent la mire. Les Blanches maintiennent le cap avant que Rajecka ne se fasse violence sous les paniers et remette les deux équipes à 24-24 (14e ’). La réussite aux tirs n’est pas glorieuse, mais les contre-attaques propulsent Vosges du Nord en tête, Geispolsheim oubliant de conclure sous les paniers et bredouillant sa défense. Specq et De la Hogue alimentent la marque (26-36, 20e ’).

La machine se met en route

Au retour des vestiaires, la machine locale se met en route, pour ne plus s’arrêter. Chemineau inscrit les huit premiers points de son équipe, la défense de fer ne laisse plus de paniers faciles et les balles gagnées sont transformées par Denu et Deschamps, qui survolent ce quart-temps (50-40, 27e ’).


Dans le dernier acte, les visiteuses ont un sursaut d’orgueil et par deux missiles à trois points obligent « Geispo » à resserrer la défense (69-63). Les attaques suivantes menées à terme sans faillir, avec Jacob à la mène, redonneront de l’air aux locales qui s’imposent 76-67. Vosges du Nord semblait invincible? Geispolsheim ne l’entendait visiblement pas de cette oreille.

CJS - BC Vosges du Nord : 76-67 (19-18, 7-18, 30-10, 20-21). Arbitres : MM. Funfrock et Franck.
 
Pour le CJS :
Denu 18, Klein, Jacob 4, Chemineau 11, Schultz 12, Lux 5, Vincent 17, Deschamps 2, Marchal 7, Friedrich.
 
Pour Vosges du Nord :
Caudron 4, Diemer 2, Thal 11, Barth 7, Rempp 7, Rosio, Rajecka 6, Coblard, De La Hogue 20, Specq 10.

 

Les SF2 sans être inquiètées (69-52)

Jacob donne le ton en transperçant la défense bourguignonne dès l’entame du match : le CJS démarre sur les chapeaux de roue en scorant par un sans-faute (10 à 4) dans les 3 premières minutes et démontre son efficacité offensive contre une équipe visiteuse débordée, et sans ressources pour contrer les premiers assauts. Un léger passage à vide permet à Charnay de revenir au score mais Vincent va se charger d’alourdir le score sur l’aboutissement des contre-attaques menées de manière collective par le travail de Schultz au rebond défensif et des passes millimétrées. Le score est de 20 à 11 au terme de ce premier acte.

Le début du second quart-temps semble moins prometteur : les attaques sont balbutiantes et la conclusion sous les panneaux fait défaut. Denu et Lux vont cependant sortir de leur coquille et alimenter le score. Les grands gabarits et le jeu musclé des intérieurs de Charnay ne suffiront pas à inquiéter les Blanches qui finalement étouffent l‘adversaire par quelques accélérations pour le reléguer à 14 longueurs à la pause (38-24). 

La deuxième mi-temps verra « Geispo » faire la course en tête et la possibilité pour le coach de faire tourner son effectif de 9 joueuses. Charnay ne trouvera pas la solution pour revenir dans le match.

La victoire revient au CJS sur le plus grand écart du match. Finalement, cette rencontre a été un bon match de préparation dans la rudesse du jeu pour préparer le derby bas-rhinois de la semaine prochaine contre l’équipe des Vosges du Nord.

CJS - Charnay BC 2 : 69-52 (20-11, 18-13, 18-13, 13-15). Arbitres : MM. Schmitt et Khirouni
 
Pour le CJS :
Denu 16, Klein 2, Jacob 3, Chemineau 11, Schultz 5, Lux 16, Vincent 10, Deschamps 4, Friedrich 2.
 
Pour Charnay :
Perro 12, Burtin 2, Decertaines 2, Fayard 5, Nicolas 3, Bouilloux 9, Laurent 8, Normand 3, Rouag 8.
 

les SF2 démonstration contre Nancy (104-50)

La réserve du CJSG s’est offert un beau cadeau de Noël avant l’heure. Devant un public un peu clairsemé, les filles, totalement décontractées, ont réalisé un match frisant la démonstration, et ont complètement atomisé dans la seconde mi-temps une équipe de Nancy impuissante.

Se reposant quasi uniquement sur le jeu intérieur par Finda et Anastas, les « noires » ne trouvent que très peu de solutions. Dans le premier quart-temps, Henrion, adroite, donne le ton, avant que Lux ne lui réponde. Malgré une domination au rebond offensif et une deuxième chance sur chaque tir, de nombreuses maladresses ne permettent pas aux locales de prendre les devants. Les Lorraines tiennent le duel et c’est seulement à la 5e que Schultz, après un travail remarquable au rebond, inscrit les deux points décisifs (13-11). À partir de là, les « blanches » vont prendre les rênes du match et ne les lâcheront plus.

Une belle circulation de balle et des actions offensives rondement menées par Jacob mettent tour à tour Vincent et Chemineau en ligne de mire. Lux va se déchaîner et marquer de partout avec une facilité déconcertante (39 points dans ce match et 5 sur 10 à trois points). Denu, en grande confiance et dans le timing sur toutes les contre-attaques n’est pas en reste. Chemineau se bagarre au rebond et conclut cette première mi-temps (42-25).

Au retour des vestiaires, les réservistes du CJSG proposent une défense tout-terrain et c’est un 13 à 0 qui les propulse à 57-27. Le tandem Lux-Denu est survolté et tout semble réussir à des « blanches » qui font le spectacle. Dépitées, les Nancéennes se battront jusqu’à la fin mais les Villageoises empochent le gain de la rencontre et consolident leur seconde place au classement avant la trêve.


CJS - Haut de Lièvre Nancy : 104-50 (21-14, 21-11, 33-11, 29-14) 

Pour le CJS :
Denu 25, Klein 2, Jacob 2, Tandian 2, Schultz 10, Lux 39, Vincent 4, Deschamps, Chemineau 20.

Pour Nancy :
El Marbouh, Motassim, Ocak 3, Henrion 6, Mamber, Anasastas 14, Finda 22, Dzoungou 5.

 

Victoire pour les SF2 (66-52)

Devant un public clairsemé, les blanches ont du mal à rentrer dans la partie : peu adroites et surtout démobilisées en défense, elles concèdent ce premier quart-temps par un écart de 9 points et surtout en encaissant 27 points dont 20 par Bouvet et Kubusova opportunistes et en grande réussite aux tirs. Du côté des locales, on déroule un basket brouillon avec de nombreuses pertes de  balle, et il n’a guère que Vincent qui trouve le chemin du panier, Jacob et Denu ( 4  sur 4  ) réussissent leurs lancers, permettant aux villageoises de ne pas sombrer devant l’assaut des lédoniennes.

Un grand chamboulement de défense et surtout davantage d’adresse vont inverser la vapeur : Lux contre et marque, Denu score lancée en contre-attaque par des passes au  millimètre de Jacob, Lambry se fraye un chemin  dans la raquette et au final le second quart-temps se conclue sur un  19 à 5.

On sent que l’issue du match est encore  fébrile dans l’entame de la seconde mi-temps : les deux équipes ne sont pas en grande  réussite offensive (9 points à  8  dans le troisième quart-temps).
De solides constructions offensives collectives vont permettre aux blanches de se détacher, l’adresse de Jacob derrière l’arc scelle la fin du match même si Bouvet n’a pas dit son dernier mot.

Affichant davantage de détermination, « Geispo » hausse l’intensité de la rencontre et empoche les points de la victoire assurant sa deuxième place au classement avant le dernier match-aller de la semaine prochaine.  

CJS - Lons-le-Saunier : 66-52 (18-27, 19-5, 9-8, 20-12) 

Pour le CJS :
Denu 10, Klein 7, Deschamps 2, Lux 16, Vincent 11, Lambry 6, Marchal, Jacob 14, Tandian.

 

SF2 : vaincre sans convaincre ... 69-60

Devant un public moins nombreux qu’à l’habitude, la réserve du CJSG peine à rentrer dans le match et on assiste à un premier quart-temps poussif. N’imposant pas un réel rythme à la partie, les deux équipes végètent et jouent au ralenti (17-12, 10e ’). La deuxième période voit les Rémoises de plus en plus adroites essentiellement par Poret qui inscrit dix points consécutifs. Les locales, peu transcendantes, oublient de défendre, Lambry donne l’impulsion offensive en scorant à deux reprises, mais ce sera de courte durée. Seule Vincent réussit à gober des balles au rebond et les transforme de manière convaincante. Les Champenoises y croient et restent accrocheuses (20-20 dans ce quart, 37-32, 20e ’).

« Il est nécessaire de se remettre en question individuellement »

De retour des vestiaires et après un discours moralisateur du coach Kaerlé, les Blanches se rebiffent et infligent un 10-O aux Champenoises. Jacob et Deschamps sont à l’affaire en défense récupérant les balles et permettent à Lux de conclure en contre-attaque. Vincent retrouve son adresse dans le jeu intérieur et creuse l’écart. (55- 40, 28e’). Les Villageoises sont à créditer d’une bonne période sans pourtant emballer le match et dérouler un jeu rapide et efficace (58-42). Dans le dernier quart-temps, Reims connait une belle période, revient et recolle au score mais sans inquiéter les Alsacienne, qui empochent le gain de cette rencontre.« Il est nécessaire de se remettre en question individuellement et surtout au travail pour retrouver le collectif », scande le coach dans le briefing de la fin de match, les deux prochains matches se jouant à l’extérieur et contre les équipes en tête de classement.


CJS 2 – Reims 2 : 69-60 (17-12 / 20-20 / 21-10 / 11-18).
Arbitres: MM. C. Funfrock et D. Matos.
 
CJS 2 : Denu 8, Klein, Jacob 7, Tandian, Durst 2, Lux 20, Vincent 18, Lambry 4, Deschamps 6, Friedrich 4.
 
Reims 2 : Camara 7, Poret 18, Cotereau 10, Linguy 6, Bijitime 3, Rousseax, Messan 10, Petris 6.

 

Première défaite pour les SF2 : 60-67


Geispolsheim II concède sa première défaite au terme d’un match plaisant mais dans lequel les locales n’arrivent pas à prendre le dessus par manque de cohésion et de combativité.
 
Le premier quart-temps démarre par un chassé-croisé entre les deux équipes, Deschamps répond aux assauts de Delacauchy et ouvre la marque, le score évolue de façon sporadique car l’adresse n’est pas au rendez-vous. Le deuxième quart est à l’image du premier pour les Blanches : le jeu intérieur est muselé par une défense en zone très resserrée. Szabo et Alnatas (16 points à elles deux dans ce quart) permettent à Chalon de prendre l’avantage (28-33, 20e ’).
 
De retour sur le parquet, les Chalonnaises sentent qu’il y a une brèche dans le jeu local : sous l’impulsion de Szabo et de nombreuses rotations entre Alnatas et Albicy, les visiteuses prennent confiance. Malgré la débauche d’énergie de Jacob, le CJS voit sa maigre avance fondre. La balance oscille entre +1 et -1 jusqu’à la 37e ’. Un passage à vide, des maladresses, des pertes de balles du côté alsacien offrent à Chalon les deux points de la victoire (60-67). «Geispo» perd à domicile…dérogeant à la règle de son invincibilité sur son parquet.

 
CJS 2 – Chalon sur Saône : 60-67 (16-13 / 12-20 / 18-12 / 14-22).
Arbitres: MM. J. Guironnet et J. Madembo.
 
CJS 2 : Denu 8, Klein 2, Deschamps 4, Schultz 6, Durst, Lux 18, Vincent 7, Lambry 2, Friedrich 2, Jacob 11.
 
Chalon sur Saône : Alantas 10, Rostaig 6, Albicy 10, Jourdan, Szabo 24, Dutartre 2, Meina Horth 5, Delacauchy 10.

 

Un autre derby pour les SF2 : 60-66


Les Libellules n’y sont pas du tout en début de rencontre et les paniers se succèdent pour la réserve de Geispolsheim (1-14 à la 6e ’). Les Strasbourgeoises ne se trouvent pas dans le jeu d’attaque et déjouent souvent par précipitation. L’écart atteint son pic maximal à la fin du premier quart-temps (4-20).
Le deuxième quart-temps voit les Lib revenir progressivement dans la partie par des réussites de Beyer, Belo et Athuyt (17-24, 15e ’). Geispolsheim réplique par Lux et Lambry. Les Libellules, hélas, perdent Miloudi (fracture du nez à la 12e ’), qui rejoint Haag et Cayral à l’infirmerie.
Les Lib retrouvent un peu de leur réussite pendant cette période, Lux et Deschamps répliquent pour Geispolsheim. Le quart-temps se termine par deux paniers de Beyer et Athuyt : 21-14 et 25-34 à la mi-temps.
La reprise voit l’envol des Lib se prolonger. La confiance a changé de camp. Jovanovic et Lemire se mettent au diapason des intérieures et apportent leurs points. Les locales passent devant pour la première fois au score : 39-36. Capitaine Riegel score (41-40), Geispolsheim répond par Vincent. Le dernier panier sera pour Jovanovic : 18-11 et 43-45 à la fin du troisième quart-temps.

Une véritable avalanche

Tout reste possible. Le suspense, toutefois, ne dure guère. Geispolsheim, par une série impressionnante de Denu, inscrit quatre paniers à trois points et deux paniers à suivre, pour un total de 16 points de rang. Une véritable avalanche !
Les protégées de Tania Gallova ne lâchent rien, mais l’écart est fait : 51-61 à la 35e ’. Geispolsheim gère la fin du match, les Lib jettent leurs dernières forces dans la bataille. Athuyt et Lemire permettent un dernier rapproché à 58-63 (38e ’).
Mais la victoire revient à Geispolsheim, leader invaincu de cette poule.

 

Les SF2 sans pitié : 90-46


Le derby de Nationale 3 – et grand classique – entre Geispolsheim et Duttlenheim s’est soldé par une impressionnante démonstration de force des locales qui, dès le premier quart-temps, ont écarté tout suspense.

Le danger vient de partout

D’une adresse époustouflante (48 % sur l’ensemble de la rencontre), les blanches donnent le tournis à leurs homologues. Une pression défensive tout terrain empêche les coéquipières de la capitaine Geistel d’accéder à la cible.
D’une facilité déconcertante, les blanches interceptent, « drivent », tirent et ne laissent que de piètres munitions à l’adversaire. Le score au terme du premier quart-temps en atteste (30-10).
Le danger vient de partout, et la partie s’annonce unilatérale car aucune réaction ne se dessine du côté visiteur. Totalement démobilisées, les rouges subissent la loi du CJS qui s’offre même la possibilité de changer son équipe complète sans que la machine ne s’enraye.
La sanction est lourde, La Concorde craque et le collectif de la réserve geispolsheimoise enthousiasme un public venu nombreux.
Le derby revient à Geispolsheim et le chapelet de la victoire se remplit puisque le CJSG totalise désormais quatre victoires en autant de matches joués.


CJS 2- Duttlenheim : 90-46 (30-10 / 21-13 / 23-10 / 16-13) 
Arbitres : MM. H. Khirouni et G. Huck    

CJS 2 : Denu 9, Klein 8, Deschamps 9, Schultz 4, Lux 23, Vincent 14, Lambry 6, Macabre 6, Marchal 2, Jacob 9

Duttlenheim : Christ 5, Bady 2, Moutier 11, Torriero 6, Lazarus 4, Siegal 2, Geistel 2, Frauli 14.
 

Les SF2 déroulent : 36-67


Geispolsheim se défait rapidement de la zone presse de Chenôve et prend très vite les commandes (3-12, 5e ’). Ce premier quart-temps se résume en un jeu rapide et efficace, empreint de quelques maladresses aux tirs, mais les cinq joueuses sur le terrain se relaient pour marquer (8-20, 10e’).

Chenôve sort péniblement de son marasme et le CJS connaît un passage à vide au début du deuxième quart-temps. En périphérie, Lux et Denu vont toutefois trouver la mire, tandis que Schultz et Vincent font la loi dans la raquette (16-32 à la mi-temps).

Dès la reprise Geispolsheim passe en mode rouleau compresseur dans toutes les phases de jeu. Chenôve subit, sans pouvoir apporter une opposition quelconque au rythme et à l’expérience de la réserve du CJS qui, par un 7-23, scelle ce troisième quart-temps.

Place au derby

Le dernier acte sera une formalité pour les Villageoises qui signent leur troisième succès. Le CJS crucifie Chenôve II et prend les devants au classement de cette poule G avant le derby du week-end prochain contre les voisines de Duttlenheim.
 

Une deuxième victoire


Un grand classique dans ce championnat : ce derby de l’équipe seconde du CJSG et leur homonyme forestier de Gries a tenu toutes ses promesses.

L’équipe visiteuse rentre dans la partie tambour battant par l’ex-joueuse locale Virginie Irion qui se met en évidence en marquant les 7 premiers points de son équipe. Les locales par leur jeu rapide parviennent à prendre une légère avance pour atteindre la mi-temps avec un pactole de 6 points (41 à 35).

Dès la reprise, le rythme et l’intensité du match augmentent : les vertes lancent une bataille féroce pour ne pas se laisser décrocher par le CJSG, qui par de nombreuses approximations ne parvient pas à tuer le match. Le suspense est à son comble lors du dernier quart temps où les visiteuses par Trinkaus et Bargetzi se rapprochent à 3 points (58- 55 à la 37ème). 

C’est par l’intermédiaire de Jacob et Denu, décisives sur les dernières actions menées par le CJSG que l’équipe locale parvient à se détacher. Macabre va sceller la victoire par un ultime panier en fin de match. 

Une nouvelle victoire pour  les protégées de Fabien Kaerlé en autant de matches joués. Un bien bonne nouvelle avant un déplacement périlleux à Chenove la semaine prochaine.    

CJS 2- Gries : 69-62 (23-19 / 18-16 / 13-11 / 15-16) 
Arbitres : MM. Guironnet et Deck    

CJS 2 : Denu 14, Klein 4, Jacob 14, Schultz 11, Rome, Lux 10, Vincent 6, Lambry 4, Deschamps 4, Macabre 2 

Gries: Schaeffer, Ehrhardt 12, Ott Lutz, Irion 9, Trinkaus 11, Hautenschild, Bohler 11, Paul 2, Bargetzi 15, Budnak 2