NORD SUNDGAU - GEISPOLSHEIM

 Geispolsheim pour l'honneur
 
 

GEISPOLSHEIM - GRIES OBERHOFFEN 2

Victor Clauss et le CJS sont relégués en Pré-Nationale après leur défaite lors du derby (photo DNA Jean-Francois Badias)
 

 
Gries condamne Geispolsheim
 
 
Geispolsheim, défait sur son parquet par une réserve du BCGO plus consistante en deuxième mi-temps, est mathématiquement condamné à la relégation.
 
« Ils ont fait preuve d’amour-propre en début de match. Dans l’engagement, c’était parfois à la limite, mais ça nous a posé des problèmes », remarque Julien Boudeville, dont l’équipe perd le premier quart (17-16).
 
Animés par l’énergie de la dernière chance, Schaller et Scheeck en drive , et Appel à longue distance, se démènent pour entretenir l’espoir côté “Geispo”, tandis que Gries, quatrième de la poule J, joue au ralenti. Le manque de relève chez les locaux permet au BCGO de virer en tête à la pause (32-34).
 
Maksimovic et Majstorovic reviennent sur le terrain avec l’intention de boucler l’affaire : aussitôt l’écart enfle et flirte avec les dix points d’avance en faveur des Griesois (48-56, 30e ’).
 
« Sur les rotules »
 
Schott prend le relais dans le dernier acte, enfilant trois paniers primés qui permettent à Gries d’engranger un treizième succès cette saison, crucifiant une équipe de Geispolsheim à bout de souffle. « En étant privé, d’Andlauer et d’Ivernizzi, il leur a manqué un point de fixation à l’intérieur. À force de jouer “petit”, ils ont fini sur les rotules », conclut Julien Boudeville.

GEISPOLSHEIM 58
BCGO II 74
 
Quart-temps : 17-16, 15-18, 16-22, 10-18.
GEISPOLSHEIM : Oswald, Appel 11, Scheeck 12, Schaller 12, Clauss 3, Zaroli, 8, Weinling, Georges 6, Grob 2, Ait Tabassir 4.
BCGO II : Hueber, Mohr 2, Huttel 10, De Amorim 7, Schott 21, Philibert 3, Maksimovic 18, Bousinière, Majstorovic 11, Meyer 2.

poligny - GEISPOLSHEIM

GEISPOLSHEIM - MIRECOURT


HOLTZHEIM - GEISPOLSHEIM

Holtzheim s'adjuge le derby
 

DIJON - GEISPOLSHEIM

GEISPOLSHEIM - SAINT APOLLINAIRE

ça se complique
 

DESSENHEIM - GEISPOLSHEIM

Rien ne sert de courir ...
 

GEISPOLSHEIM - RIXHEIM

Pris dans la nasse rixheimoise, Julien Invernizzi et Geispolsheim n’ont jamais eu voix au chapitre (photo DNA Jean-Francois Badias).
 
 
 
Rixheim justifie son rang
 
 
Dès le début de la rencontre, le ton est donné par les visiteurs de Rixheim, qui démarrent sur les chapeaux de roue par Szkucz (0-5), avant que “Geispo” ne trouve ses marques (5-5). L’ardeur défensive des Haut-Rhinois les pousse dans la pénalité dès la 5e ’. Les Villageois écopent eux aussi d’une cinquième faute d’équipe et les défenses prennent alors le pas sur les attaques (9-7, 7e ’).
 
Les positions de tirs sont difficiles à trouver pour les joueurs du CJS, qui ne se procurent que trois occasions dans la peinture, et sont contraints de shooter derrière l’arc. Las, sans succès.
La bataille fait rage des deux côtés du terrain et le score évolue lentement. Schaller conclut le quart par un tir miraculeux de son camp au buzzer (14-15, 10e ’).
 
Les Rixheimois développent un jeu plus direct qui met les intérieurs bas-rhinois sous une pression permanente. Geispolsheim a du mal à gérer ses possessions et flirte souvent avec les 24 secondes (23-20, 14e ’). Rixheim repasse devant sous l’impulsion d’un percutant Thierry (23-30).
 
Troisième quart fatal pour Geispolsheim
 
Les Bleus sont au bord de l’asphyxie avec une raquette complètement cadenassée, Ait Tabassir et Andlauer s’arrachent néanmoins pour ramener les locaux (28-30). Szkucz ne veut rien laisser passer (28-34).
Schaller ramenant ses coéquipiers à l’énergie (31-34) et à la pause les Geispolsheimois ne s’en sortent pas trop mal malgré le 4 sur 21 à trois points qui reflète leur impuissance à développer leur jeu vers le panier adverse.
 
À la reprise, Rixheim monte encore en intensité. Les locaux semblent avoir oublié leur basket dans les vestiaires et encaissent un 6-0 en une minute (31-40). Thierry dicte le tempo du côté visiteur et entraîne tous ses coéquipiers dans son sillage. “Geispo” est toujours dans les starting-blocks et laisse filer les Haut-Rhinois (31-45, 24e ’). Les hommes de Cédric Garnier poursuivent sur leur lancée et infligent finalement un 19-2 aux protégés de Jean-Marie Syda (33-53, 24e ’). La rencontre est pliée et Sutter et ses coéquipiers vont pouvoir finir la soirée en déroulant leur jeu (42-60, 30e ’).
 
La dernière période ressemble à une promenade de santé pour Rixheim qui continue de pratiquer un jeu cohérent. Les Geispolsheimois s’emploient pour stabiliser l’écart à une quinzaine de points (51-66, 35e ’).
Dans un dernier baroud d’honneur, Invernizzi et ses partenaires tentent une zone-press sans grand effet. Une dernière série de primés des arrières villageois n’y changera rien. Les visiteurs empochent une victoire incontestable (62-81).
Les deux équipes méritent leur place au classement, le match aura au moins servi à montrer cela.
Geispolsheim (9e ) devra se concentrer sur les confrontations directes pour le maintien afin de sauver sa place en Nationale 3.

GEISPOLSHEIM 62
RIXHEIM 81
 
Quart-temps: 14-15, 17-19, 11-26, 20-21.
Arbitres: MM. Jacquot et Kubler. 70 spectateurs.
GEISPOLSHEIM : 19 paniers, dont 8 à 3 points (Ait Tabassir 3), 16 LF sur 22, 19 fautes.
Scheeck 5, Schaller 19, Clauss 8, Andlauer 4, Zaroli 5, Dubois 2, Georges 2, Invernizzi 8, Grob, Ait Tabassir 9.
RIXHEIM : 31 paniers, dont 5 à 3 points (Sutter 2), 14 LF sur 22, 22 fautes.
Cadet 16, Thierry 15, Lobe-Lobas, Nette 3, Sutter 10, Szkucz 17, Boudaira 3, Drouet 7, Cisse 10.

 

WEITBRUCH - GEISPOLSHEIM

le chiffre : 57. Comme le nombre de points inscrits par le duo de Geispolsheim Jérémie Scheeck (30) et Julien Schaller (27) samedi soir à Weitbruch. Soit 70 % du total de leur équipe. 
 
 
Geispo souffle la victoire à Weitbruch
 
 
Après quatre défaites consécutives, la Gallia avait à cœur de renouer avec la victoire devant son public, à l’occasion de la réception de Geispolsheim.
Ait Tabassir ouvre les hostilités au lancer-franc. Plisson, très en vue en ce début de match, lui répond. Après quelques ajustements défensifs pour tenir le feu follet Scheeck, Weitbruch semble prendre son rythme après un panier bonifié de Lariane (9-5, 4e ’).
 
Schaller débute son festival
 
“Geispo” profite des trop nombreuses fautes des locaux pour scorer essentiellement sur lancer-franc et rester au contact (13-12, 7e ’). Schaller, excellent tout le match, pointe le bout de son nez et le score au quart-temps est de parité (18-18).
La rencontre reste serrée dans la deuxième période. On mesure l’importance de l’enjeu pour les deux équipes. Les joueurs sont crispés, le rythme du match très haché. Scheeck et Schaller, intenables, alimentent la marque pour les visiteurs, tandis que les locaux s’en remettent à Gasser et Hoernel.
Keller et Plisson sont déjà sanctionnés de trois fautes chacun. Les Verts perdent un peu leur sérénité, discutent les décisions arbitrales, mais atteignent tout de même la pause avec un petit point d’avance (35-34, 20e ’).
 
Le troisième quart-temps sera celui des occasions ratées par les joueurs de Joseph Hufschmitt. Revenus plus agressifs et déterminés, ils vont provoquer de nombreuses fautes et se procurer nombre de lancers-francs qu’hélas, ils ne convertissent pas (1 sur 10 sur la période !).
Les Bleus de Jean-Marie Syda en profitent, portés par un Schaller des grands jours auteur de onze points consécutifs. À lui seul, il terrasse les locaux portant la marque à 47-52 (30e ’).
 
Weitbruch n’abdique pas. Se reconcentrant défensivement, les coéquipiers de Turali reviennent point par point sans jamais réussir à passer devant malgré plusieurs occasions (55-56, puis 61-62, 38e ’).
À 1,5 seconde de la fin de la rencontre, Ait Tabassir a l’opportunité de sceller l’issue de la rencontre, mais il ne convertit qu’un seul lancer-franc. Geispolsheim mène alors de deux points (62-64). Après le temps-mort local, Hoernel arrache la prolongation d’un tir énorme au buzzer.
 
Bien que privés de Invernizzi, Andlauer et Grob sortis pour cinq fautes, Geispolsheim va trouver les ressources pour repousser les Villageois, pourtant dominants dans le secteur intérieur. Trop de choix précipités et un manque de rigueur chez les locaux permettent aux visiteurs de remporter ce derby et de revenir vers le milieu du classement.

WEITBRUCH 73
GEISPOLSHEIM 81 (AP)
 
Quart-temps: 18-18, 18-17, 11-17, 17-12; prolongation: 9-17.
WEITBRUCH : 28 paniers, dont 4 à 3 points, 13 LF sur 28, 37 fautes.
Keller 9, Turali, Plisson 5, Claudepierre 5, Gasser 15, Jund Guillaume, Tilandy 13, Lariane 12, Hoernel 14, Fuchs.
GEISPOLSHEIM : 22 paniers, dont 7 à 3 points, 30 LF sur 46, 30 fautes (Invernizzi, Andlauer, Grob éliminés).
Scheeck 30, Schaller 27, Clauss, Andlauer 2, Zaroli 3, Dubois, Georges 3, Grob 4, Ait Tabassir 9.

 

GEISPOLSHEIM - GRAND BESANçON

 


La bonne affaire de Geispo


 
Les joueurs du CJS Geispolsheim n’avaient plus le choix dans leur quête du maintien. Ils se devaient de gagner cette rencontre face à Grand Besançon, un concurrent direct et, si possible, de plus de neuf points, afin de récupérer le panier average. Au match aller, les Alsaciens s’étaient en effet inclinés 80-71.
 
Un peu tendus par l’enjeu, les Geispolsheimois bredouillent leur basket au démarrage, mais Invernizzi, tout en percussion, montre rapidement les bonnes intentions alsaciennes (6-5, 3e ’). Les Bisontins réagissent vite par des tirs extérieurs (13-12, 6e ’).
 
Besançon se régale à trois points
 
“Geispo” trouve ses marques au fur et à mesure que Besançon relâche sa défense. Scheeck imprime un rythme alerte en attaque et fait des choix judicieux derrière l’arc (22-14, 9e '). Besançon continue son bombardement en règle à trois points, profitant des tirs ouverts (26-17, 10e ’).
 
Les Bisontins reviennent au score au début du deuxième quart-temps (28-24, 13e ’) grâce à leur adresse, aux deux pertes de balle blanches et aux nombreux rebonds concédés par le CJS. Jean-Marie Syda fait alors souffler ses cadres et tourner son effectif, les joueurs du banc alimentent la marque alsacienne (37-28, 17e ’).
En toute fin de quart-temps, les Bas-Rhinois se font encore sanctionner pour avoir sous-estimé la menace extérieure bisontine (39-34, mi-temps).
 
Le début du troisième quart-temps est crucial pour les locaux et le cinq choisi par le coach parvient à serrer le jeu. Les drives de Scheeck, à nouveau dans un grand soir, sèment la panique dans la défense bleue (45-35, 23e ’).
Les Francs-Comtois s’organisent autour de Macouangou, dont la vivacité pose des problèmes aux intérieurs alsaciens. La défense bleue ralentit un temps le jeu d’attaque des Villageois, mais ceux-ci répondent par une défense haute. Ils récupèrent ainsi de précieuses balles et maintiennent l’écart autour de 10 points (de 52-43 à 59-48, 28e ’). Avant le dernier round, Besançon est revenu d’un point sous la barre du panier average particulier (63-55).
 
La victoire… avec le panier average !
 
Le début de la dernière période est marqué par un sursaut des Bisontins qui pointent dangereusement dans le rétro des Bas-Rhinois (65-60, 32e ’). Mais en prenant de gros risques défensifs, ils facilitent la tâche de leurs adversaires et accusent un incroyable différentiel au niveau des fautes (8 à 22). Cette débauche d’énergie et d’actions sanctionnables va définitivement sceller le sort du match et permettre à “Geispo” de récupérer le panier average particulier.
Alors que les Geispolsheimois se régalent aux lancers-francs, Besançon reste dans la course, toujours grâce à sa réussite aux tirs du champ (75-68, 35e ’).
Quand Invernizzi, qui avait pesé physiquement sur la défense visiteuse, sort du terrain pour cinq fautes, Andlauer et Grob prennent le relais pour mettre la pression dans la raquette bleue (79-71, 38e ’). Schaller illustre toute la détermination de “Geispo” pour un final en trombe. Les hommes de Jean-Marie Syda s’imposent (87-74) et surtout réalisent une très bonne affaire puisqu’ils sortent de la zone dangereuse.
Charge à eux de continuer sur cette voie dès la semaine prochaine à l’occasion du derby à Weitbruch. Un déplacement qui s’annonce difficile.
 
GEISPOLSHEIM 87
GRAND BESANçON 74
 
Quart-temps : 26-17, 13-17 (mi-temps: 39-34), 24-21, 24-19.
Arbitres: MM. Deininger et Deck. Une centaine de spectateurs.
GEISPOLSHEIM : 29 paniers, dont 7 à 3 points (Scheeck 3), 22 LF sur 27, 11 fautes.
Oswald 3, Dubois 7, Scheeck 26, Schaller 17, Clauss 2, Andlauer 12, Invernizzi 13, Georges, Grob 7, Ait Tabassir.
GRAND BESANÇON : 28 paniers, dont 11 à 3 points (Cornu 3), 7 LF sur 10, 25 fautes.
Edeline, Touré 17, Borel, Ignakpelila 6, Cornu 13, Traoré 8, Macouangou 20, Lec 7, Belghali 1, Semin 2.
 
 

GEISPOLSHEIM - nord sundgau

 
 

Geispo se fait peur


 
Geispo démarre fort par Schaller, intenable en attaque (12 points dans le quart), bien aidé par Ait Tabassir, qui met d’emblée la pression sur le leader haut-rhinois Moroni, en lui volant deux balles dans les mains (9-2 à la 3ème).
Mais ce dernier trouve ses marques … et son spot le long de la ligne de fond pour ramener son équipe à 11-5, puis à 17-9 (6ème).
 
Comme on oublie Kuntz, seul par trois fois, les Villageois décrochent difficilement leurs hôtes (27-17 à la 9ème), malgré un jeu bien huilé où Clauss se distingue avec deux primés de suite.
Mais la principale menace visiteuse, Moroni (déjà 14 points), ajuste à 31-24 à la fin du quart.
 
Le BNS fait le pari d’une défense haute agressive, mais les fautes pleuvent dans un premier temps. Geispo tient d’abord le choc, par Scheeck et Andlauer (38-31 à la 15ème), mais les Sundgoviens finissent par revenir à force de persévérance (38-35).
Zaroli relance à 47-37, mais la défense locale, qui surveille Moroni comme le lait sur le feu, se montre moins mobile sur ses coéquipiers, et Boeckler tire son épingle du jeu avec les 8 derniers points de son équipe, pour fixer le score à la pause : 47-41.
 
La deuxième mi-temps commence sur un faux rythme. L’écart se stabilise un moment, mais la défense des Verts, toujours très agressive, réussit à ralentir le jeu du CJS pour un progressif rapprochement (56-53 à la 25ème).
Un coup de collier d’Andlauer rétablit le score à 62-53, mais les protégés de Syda se laissent encore une fois remonter dans la dernière minute du quart : 64-59.
 
On comprend que le BNS ne lâchera rien, et une nouvelle poussée de Zaroli (68-61) ne fait que retarder l’échéance d’une égalisation qui plane. Quelques pertes de balles et de précieux rebonds du côté local donnent aux Hauts-Rhinois les munitions pour un énième retour, et le moment redouté finit par arriver : 77-77 à la 37ème.
Alors qu'on s’attend à une crispation du côté bleu, Invernizzi fait le job, et une avance minimale est assurée dans le money time (81-79, puis 84-81).
Les choix de gestion de balle vont s’avérer décisifs et Zaroli marque des paniers importants. Moroni et Kuntz n’abdiquent pas (86-84 à la 39ème) et donnent à leur équipe, après deux occasions bleues manquées de près, la balle pour arracher l’égalisation. Le BNS gâche l’ultime chance et Ait Tabassir assure aux siens une marge de deux possessions sur la ligne de réparation : 89-84. Mais que ce fut dur !
 
 
GEISPOLSHEIM 89
BASKET NORD SUNDGAU 84
 
Quarts-temps : 31-24, 16-17 (mi-temps 47-41), 17-18, 25-25.
Arbitres : MM. A. Davidas et C. Schultz.
GEISPOLSHEIM : 32 paniers dont 10 à 3 points, 15 LF sur 24, 22 fautes.
Oswald 3, Scheeck 10, Schaller 15, Clauss 9, Andlauer 17, Zaroli 12, Georges, Invernizzi 13, Grob 2, Ait Tabassir 8.
NORD SUNDGAU : 30 paniers dont 2 à 3 points, 22 LF sur 28, 23 fautes.
Boeckler 16, Gessier 6, Moroni 29, Schweitzer 8, Kunckler 2, Kuntz 19, Estebe, Reichlin 4, Fest.
 
 

GRIES OBERHOFFEN - GEISPOLSHEIM

Bosko Majstorovic et le BCGO n'ont fait qu'une bouchée de Geispolsheim (photo archives DNA Franck Kobi)
 
 
 

Gries submerge Geispolsheim


 
 
Le BCGO II a parfaitement conclu son année civile en remportant haut la main sur son parquet le derby contre Geispolsheim (75-44). Les Verts s’accrochent à leur cinquième place dans la poule J.
 
« On fait un excellent début de match. Ils ont été totalement dépassés », commente Julien Boudeville, dont l’équipe mène rapidement 6-0.
Faisant bien bouger la balle en attaque et hyper-appliqués en défense, les Griesois creusent l’écart et s’envolent dès la fin du premier quart-temps.
Sans doute vexé, Geispolsheim se montre plus rugueux et agressif dans le deuxième acte. « C’était vraiment à la limite parfois, et ça a surtout rendu le match plus haché », confie l’entraîneur griesois. Cela a pour conséquence de briser l’élan du BCGO II, qui reste malgré tout bien installé en tête à la mi-temps.
Après quelques minutes de statu quo, Gries remet un « coup de fouet » sous l’impulsion de ses deux Serbes Maksimovic et Majstorovic. La bonne alternance du jeu rapide et du jeu demi-terrain permet aux Griesois de se mettre définitivement à l’abri.
 
« +30, ça fait plaisir »
 
Les Verts sont en roue libre dans le dernier acte, Julien Boudeville fait participer l’ensemble des joueurs à la fête : « Les cadres ont fait le boulot, ça a permis de donner du temps de jeu aux jeunes. Ce qui est positif, c’est que l’écart s’est maintenu. Finir l’année sur une victoire de + 30, ça fait plaisir », fait-il remarquer. La réserve du BCGO passera les fêtes bien au chaud, dans la première partie du tableau.

GRIES OBERHOFFEN II 75
GEISPOLSHEIM 44

Quart-temps: 23-9, 9-9, 16-15, 27-13.
BCGO II: Mackowiak 4, Mohr, Huttel 10, De Amorim 16, Schott 10, Roeckel, Maksimovic 19, Majstorovic 7, Bousinière 3, Meyer 3.
GEISPOLSHEIM: Oswald, Scheek 10, Schaller 9, Kloss 3, Andlauer 4, Zaroli 9, Dubois, Hirtz 6, Invernizzi 3, Grob.

 

GEISPOLSHEIM - POLIGNY


 
 
 

Une victoire pleine de

promesses


 
 
Lors de cette rencontre de la quasi dernière chance, Geispolsheim a su se faire respecter sur son terrain en imposant sa défense et en retrouvant sa cohésion.
 
Avec un savant mélange d’anciens joueurs rodés à la Nationale 3 et de jeunes palliant aux absences des titulaires, “Geispo” prend résolument les devants sous l’impulsion d’un Schaller des grands soirs, et de Clauss, bien inspiré par sa présence dans le cinq de départ (8-2, 3e ’).
À défaut de scorer de l’extérieur, Poligny s’organise autour de Radojevic et Licouric, qui font valoir leur avantage physique. Scheeck, opportuniste, troue une défense jurassienne étonnamment perméable (15-8, 7e ’), et “Geispo” termine le quart tambour battant par deux primés dans la dernière minute (25-13).
 
Poligny, sonné, encaisse plusieurs paniers d’entrée (30-13), et bute contre une défense bleue particulièrement efficace. Invernizzi, à la passe (cinq dans le match) et à la finition, emmène vaillamment ses troupes, alors qu’en face Poligny avance en ordre dispersé (44-31, 16e ’).
L’abattage défensif d’Andlauer, Grob et Hirtz permet de verrouiller le jeu intérieur des adversaires. Seul Arbez émerge dans les rangs visiteurs, par une série de trois primés (49-31, 20e ’).
 
À l’entame du troisième quart-temps, les hommes de Jean-Marie Syda sont prévenus : ils ne doivent pas tomber dans la facilité.
Et pourtant le scénario redouté se répète encore une fois, les Villageois ne marquent que deux points en cinq minutes, abusant de tirs en première intention plutôt que de faire travailler une défense aux abois. Mais cette fois-ci, ils compensent ce passage à vide offensif par une belle activité de l’autre côté du terrain (51-37, 25e ’).
En voulant augmenter leur pression défensive de manière maladroite, les visiteurs s’exposent aux contres de Scheeck, qui relance la machine bleue. Le club alsacien reprend ses distances (64-44, 30e ’).
 
En quête de points pour croire au maintien, le CJS ne laissera pas passer sa chance. Toujours très concentrés en défense, les joueurs locaux neutralisent les grands gabarits adverses, nerveux, qui n’arrivent toujours pas à imposer leur taille. Poligny se désunit et laisse le champ libre à Andlauer, qui enfonce le clou (72-48, 35e ’).
Plus rien ne réussit aux visiteurs mis sous l’éteignoir par les Alsaciens qui terminent en roue libre (84-55). Une prestation collective qu’il faudra renouveler dès samedi prochain lors du derby contre Gries.


GEISPOLSHEIM 84
POLIGNY 55

Quart-temps: 25-13, 24-18, 15-13, 20-11.
Arbitres : MM. Franck et Bourouina, 50 spectateurs environ.
GEISPOLSHEIM: 34 paniers, dont 6 à 3 points (Clauss 3), 10 LF sur 15, 17 fautes.
Oswald 2, Scheeck 16, Schaller 14, Clauss 11, Andlauer 13, Dubois 6, Hirtz 5, Invernizzi 11, Grob 4, Weinling 2.
POLIGNY: 18 paniers,dont 6 à 3 points (Arbez 4), 13 LF sur 19, 18 fautes.
Licouri 11, Radojevic 11, Benon, Roy, Mehiaoui 5, Arbez 13, Mola 12, Favre 3.

 

MIRECOURT - GEISPOLSHEIM


 
 

La pluie et le beau temps


 
Après une déconvenue à domicile, Mirecourt voulait remettre les pendules à l’heure face à une équipe de Geispolsheim qui restait sur cinq défaites consécutives.
 
Dès l’entame, Mirecourt cueille ses hôtes à froid par deux tirs primés de Marinkovic. “Geispo” répond par Grob (10-6, 3e ’) mais n’arrive pas à contenir les assauts locaux. Marinkovic, avec 10 points à 100% de réussite, s’annonce déjà comme un casse-tête pour la défense villageoise.
 
De l’autre côté du terrain, les Vosgiens ne sont pas non plus intraitables et permettent aux coéquipiers de Zaroli de développer un jeu plutôt plaisant, mais qui ne se concrétise pas au score (18-10, 6e ’). Jacques et Martin-Kellie profitent de la naïveté défensive des Bleus pour marquer comme à la parade, et déjà, l’horizon s’assombrit sérieusement pour les Alsaciens (28-16, 10e ’).
 
Ait Tabassir sauve les apparences
 
Le deuxième quart commence de la même façon puisque Duvoid et Marcacci se promènent dans la raquette bleue et enfoncent un peu plus le clou (35-18).
“Geispo” est dépassé par la vitesse d’exécution de l’armada blanche et le score prend des proportions alarmantes (40-20, 15e ’). Ait Tabassir sauve les apparences et grignote une partie du retard (42-29), mais Mirecourt en remet immédiatement une couche pour reprendre sa vitesse de croisière.
À la mi-temps les maigres chances du CJS de faire bonne figure semblent définitivement hypothéquées (50-29).

Geispolsheim retrouve son esprit de combativité
 
La pause permet toutefois aux hommes de Jean-Marie Syda de se remettre la tête en place, et les Villageois reprennent du poil de la bête, et cela paie dans les Vosges !
Les Bleus resserrent les rangs pour s’accrocher en défense, et Invernizzi, ressuscité, montre la voie en attaque (55-46). Les visiteurs affichent un bien meilleur visage et limitent les artilleurs locaux à quelques miettes (sept points en ce début de 3e quart). On oublie hélas l’inévitable Duvoid, qui score par deux fois à trois points, mais les Alsaciens se consolent en remportant le quart de 10 unités (13-23) et ne sont plus qu’à onze longueurs (63-52, 30e ’).
 
Le club bas-rhinois retrouve l’esprit de combativité montré lors de sa dernière sortie à domicile. Tous les joueurs sont au diapason et Scheeck réduit encore l’écart : 64-56. Seul les pertes de balles font encore tâche au tableau pour les villageois (26 au total). Les débats restent équilibrés jusqu’à la 34e ’ (66-56). Malheureusement, quelques coups de sifflets mal venus et un rythme imposé par les Mirecurtiens poussent les visiteurs à quelques erreurs qui compromettent leur espoir de limiter l’écart (74-61, 38e ’).
La rencontre se termine dans une ambiance faussement chaude pour ajouter une dose d’adrénaline à un scénario, comme souvent pour Mirecourt cette saison, écrit d’avance. Le score final de 82-61 ne doit pas masquer que “Geispo” aura fait jeu égal sur une mi-temps avec les prétendants à l’accession.
Il faut maintenant concrétiser ces deux dernières sorties par une victoire primordiale, la semaine prochaine, face à Poligny.

MIRECOURT 82
GEISPOLSHEIM 61

Quart-temps: 28-16, 22-13 (mi-temps 50-29), 13-23, 19-9.
Arbitres : MM. Deininger et Johner. Environ 150 spectateurs.
MIRECOURT: 30 paniers, dont 8 à trois points (Duvoid 4), 14 LF sur 21, 22 fautes.
Aunis, Provenchere 4, Duvoid 14, Tornoczky 2, Martin-Kellie 17, M’Bodji , Tayayi 2, Marinkovic 21, Jacques 11, Marcacci 11.
GEISPOLSHEIM: 22 paniers, dont 7 à trois points (Invernizzi 3), 10 LF sur 18, 19 fautes.
Scheeck 10, Schaller 4, Clauss 7, Andlauer 6, Zaroli, Dubois, Hirtz, Invernizzi 16, Grob 7, Ait Tabassir 11.

 

GEISPOLSHEIM - HOLTZHEIM

le très bon retour de Lucas Hirtz n’a pas suffit mais Geispo a montré de bien meilleures choses (Photo Olivier KUHN)

 

Le leader chahuté

 
 
Avant le match, le public, venu nombreux en voisin, ne donnait pas cher des chances de Geispolsheim de menacer, Holtzheim, leader de la poule J.
La suite allait montrer, une fois de plus, que les derbies ont cette faculté particulière de transcender les protagonistes.
 
Dès l’entame, la défense locale se cherche et se laisse surprendre par la vitesse des attaquants de Holtzheim, où Touré fait admirer sa vitesse et son aisance aux tirs. Schaller répond sur le même ton et la rencontre s’équilibre (8-9, 5e ’). Les joueurs du CJS gèrent mieux que d’habitude leurs possessions, contiennent les assauts de leurs hôtes et prennent un premier avantage (15-9).
 
Touré (12 points dans ce quart) rectifie à 15-15, mais Ait Tabassir se montre adroit par deux fois derrière l’arc. Scheeck l’imite au buzzer et l’écart à la fin du quart est de bon augure pour la suite (26-18).
 
Les leaders passent à la vitesse supérieure
 
À 28-18, la cote d’alerte est atteinte du côté visiteur, et il est temps de remettre un peu d’ordre dans la maison bleue.
Les protégés d’Eric Zimmer resserrent les boulons en défense, et le résultat se fait immédiatement sentir (30-24, 14e ’). Mais “Geispo” fonctionne au moral et Zaroli relance la machine après quelques récupérations de balle (33-25).
Il faut encore monter la pression d’un cran pour ne pas donner aux Villageois cette confiance qui leur manquait ces derniers temps, et Hattemer s’en charge avec sang-froid (38-34, 19e ’). À la mi-temps, le club local préserve ce pécule (41-36).
 
Les Holtzheimois reviennent des vestiaires avec la ferme intention de justifier leur rang, et la petite avance des locaux fond rapidement comme neige au soleil (41-41).
Deux contres de Martial affirment l’autorité des leaders, qui passent à la vitesse supérieure. Les passes deviennent compliquées et les tirs difficiles pour les Blancs, qui ne marquent que deux points en six minutes (43-48, 17e ’).
 
Décomplexé, “Geispo” revient au score
 
Jean-Marie Syda, le coach local, doit faire souffler ses cadres et lance tous ses jeunes en même temps. Le pari est gagnant et la combinaison tient la route (47-50). Finalement, le match reste ouvert à la fin de la troisième période (51-55).
“Geispo”, décomplexé, revient à 55-55 et continue à y croire. Mais Krauth ne l’entend pas de cette oreille et répond à trois points.
À l’enthousiasme retrouvé des Geispolsheimois, Holtzheim oppose son expérience et sa maîtrise pour reprendre ses distances (55-62, 34e ’).
C’est sans compter sur Hirtz, qui réalise un bon passage et ramène son équipe à 60-62.
Le derby tient alors ses promesses au niveau du suspense et de l’intensité. L’ambiance est survoltée à l’entrée du money time (65-68, 38e ’) et Hirtz resserre encore une fois l’écart à 30 secondes du terme (68-70).
Klaric manque l’occasion de mettre les siens à l’abri aux lancers francs, mais “Geispo” ne récupérera pas la possession de la dernière chance, et Touré ne commet pas la même erreur que son coéquipier pour sceller le score (68-72).
 
Geispolsheim rate un bon coup face à un adversaire bon à prendre en l’absence de deux joueurs majeurs. Sa « défaite encourageante » aura mis en évidence un état d’esprit qui laisse bien des regrets par rapport aux deux dernières sorties à domicile.

GEISPOLSHEIM 68
HOLTZHEIM 72

Quart-temps: 26-18, 15-18, 10-19, 17-17. 100 spectateurs. Arbitres : MM. Schmitt et Audy,
GEISPOLSHEIM: 28 paniers, dont 5 à 3 points (Schaller et Ait Tabassir 2), 7 LF sur 11, 23 fautes.
Georges 2, Scheeck 5, Schaller 13, Clauss 6, Andlauer 7, Zaroli 9, Dubois, Hirtz 15, Grob 3, Ait Tabassir 8.
HOLTZHEIM: 24 paniers, dont 5 à 3 points (Krauth et Touré 2), 19 LF sur 25, 15 fautes.
Leprêtre 6, Klaric 8, Krauth 12, Virag, Hattemer 7, Klock 4, Touré 20, Martial 15.

 

GEISPOLSHEIM - dijon

Malgré la belle réussite aux tirs de Younes Ait Tabassir Geispolsheim s'incline (photo DNA - Jean-Francois Badias)


 

Soupe à la grimace

 
 
 
À la lutte en queue du classement, Geispolsheim, concentré sur l’enjeu, entre bien dans le match. Scheeck donne le ton en attaque (7-3), et la défense, bien en place, provoque des pertes de balles chez les visiteurs. Quelques erreurs d’inattention permettent à Dijon de revenir (11-11, 6e ’).
Ait Tabassir et Oswald redonnent de l’air aux Blancs, mais Naltet, omniprésent avec déjà 13 points, tient son équipe à bout de bras (22-18, 10e ’).
 
“Geispo” reprend avec conviction (25-18), son jeu est alerte mais trop d’occasions ne sont malheureusement pas concrétisées. Hirtz, hargneux, creuse enfin un écart substantiel (33-25), mais Monroc permet aux siens de rester au contact à la mi-temps (33-29).
 
Le DAD revient dès le retour des vestiaires (37-36) et, malgré une belle série de Schaller (7 points d’affilée), finit par égaliser à la 26e ’(40-40).
Une série d’actions confuses de “Geispo” marque le tournant du match. En bredouillant leur basket pendant de longues minutes, les Villageois donnent définitivement confiance à leurs adversaires qui n’en demandaient pas tant.
 
Schaller se démène aux quatre coins du terrain
 
Une défense haute judicieusement appliquée par ces derniers fait perdre leur lucidité aux hommes de Jean-Marie Syda, qui encaissent un 13-3 en quelques minutes (43-51, 30e ’).
Le coach local recherche vainement la combinaison qui va remettre son équipe en selle. Mais le jeu du CJS reste décousu et Dijon se détache inexorablement (43-55).
Les tentatives hasardeuses et les pertes de balles des Blancs offrent maintenant à leurs hôtes des occasions sur un plateau. Et c’est à l’énergie que les coéquipiers d’Ait Tabassir raccrochent un moment (50-57).
Schaller a beau se démener aux quatre coins du terrain, les efforts de “Geispo” sont trop désordonnés pour bousculer les Bourguignons. Dijon profite de ces approximations pour contrôler la fin de match face à des Alsaciens, bien décevants (57-66).
 
Les Geispolsheimois devront rapidement se remettre en question et faire preuve de solidarité afin d’affronter une suite de championnat des plus ardues avec la difficile réception de Holtzheim et un déplacement plus que périlleux à Mirecourt.
 
GEISPOLSHEIM 57
DIJON 66

Quart-temps : 22-18, 11-11 (mi-temps: 33-29), 10-22, 14-15. Arbitres: MM. Springer et Bourouina.
CJS GEISPOLSHEIM : 19 paniers, dont 6 à 3 pts (Ait Tabassir 3), 13 LF sur 21, 24 fautes.
Oswald 5, Appel, Scheeck 8, Schaller 16, Clauss, Dubois, Hirtz 7, Invernizzi 4, Grob 4, Ait Tabassir 13.
DA DIJON: 18 paniers, dont 8 à 3 pts (Naltet 3), 22 LF sur 28, 20 fautes.
Tessier 5, Naltet 18, Boyer 6, Gavignet 17, Iseux, Curie, Depernon 8, Munoz, Monroc 12.

 

SAINT APOLLINAIRE - GEISPOLSHEIM

 

Une mauvaise passe

 
Après un début de saison compliqué, le CJS se devait de reprendre sa marche en avant et réussir un coup à l’extérieur.
La rencontre débute tambour battant. Les deux équipes jouent leur basket et se rendent coup pour coup des deux côtés du terrain. Grâce à une belle adresse extérieure, les Epleumiens prennent les commandes au score (10-6 après cinq minutes). Du côté des Bleus, malgré quelques balles perdues et des touches mal négociées, les hommes de Jean-Marie Syda prennent un bon rythme en attaque, où Andlauer donne le tournis à N’Depe (10-10). Trois contre-attaques de Pingon relancent “Saint-Apo”, mais Appel signe son début de saison par un tir et une passe pour un retour à 18-15 à la fin du quart.
 
Le deuxième acte démarre avec quatre jeunes dans les rangs de “Geispo”, qui pallient crânement à l’absence de deux joueurs cadres et à l’état de santé d’un Invernizzi diminué. Le jeu tourne mieux que lors des dernières sorties alsaciennes, mais la réussite et la confiance ne sont pas au rendez-vous. La pression physique de Saint-Apollinaire commence à payer et une nervosité à poindre dans le camp visiteur (23-19, 14e ’). Heureusement qu’Andlauer se démultiplie sous le panier bourguignon. Intenable, il maintient son équipe au contact (30-26, 18e ’). Et Schaller l’imite pour percuter une défense locale surprise par ce retour fulgurant (32-30, mi-temps).
 
Geipolsheim prend un temps l’avantage
 
Sur leur lancée, les Bleus basculent enfin en tête (32-34) par Scheeck, mais Diancourt se réveille (37-37). Les Villageois n’arrivent pas à transformer des occasions pourtant bien menées et ratent l’opportunité de prendre un avantage dans cette rencontre. Les deux équipes, en surrégime, connaissent alors une longue période d’indigence offensive. Et encore une fois, l’engagement physique supérieur des Blancs semble faire la différence (42-39, 28e ’), mais Geispolsheim tient le choc (44-41, 30e ’).
 
Les Côte-d’Oriens démarrent la dernière période sur les chapeaux de roue. L’adresse extérieure de Diancourt et l’abattage d’Alhéritière créent un vrai décrochage à 53-45. Clauss et Zaroli font illusion derrière l’arc, mais trop de rebonds non contrôlés donnent autant de secondes chances à l’escouade bourguignonne. À deux minutes du terme (58-55), le coach alsacien rappelle à ses hommes qu’il faut jouer juste, mais ceux-ci craquent une fois de plus dans la dernière ligne droite. Quatre pertes de balles sonnent le glas des espoirs alsaciens : 61-55.
 
Il faut vite remonter la pente du côté des Villageois et se remettre en confiance pour ne pas compromettre leur chance de maintien dans cette troisième saison de rang en Nationale 3.
 
SAINT APOLLINAIRE 61
GEISPOLSHEIM 55

Quart-temps : 18-15, 14-15 (mi-temps:32-30), 12-11, 17-14.
100 spectateurs. Arbitres: MM. Ba et Ingrez.
SAINT-APOLLINAIRE: 23 paniers, dont 7 à 3 points (Diancourt 3), 6 LF sur 12, 16 fautes.
Diancourt 14, Sermantin, Bobillot 8, Ndepe 2, Leger 7, Puthod, Pingon 10, Gauchet 6, Evert 3, Alheritiere 11.
GEISPOLSHEIM: 22 paniers, dont 5 à 3 points (Zaroli 3), 6 LF sur 9, 18 fautes.
Oswald 2, Appel 5, Scheeck 4, Schaller 12, Clauss 7, Dubois, Zaroli 9, Andlauer 12, Georges 2, Invernizzi 2.

 

GEISPOLSHEIM - DESSENHEIM

 

La victoire au promu

 
Dans cette nouvelle rencontre entre Alsaciens, les visiteurs de Dessenheim, fraîchement promus, prennent le meilleur départ. Un scénario qui devient malheureusement habituel pour l’équipe locale qui semble avoir oublié son basket et laissé sa combativité au vestiaire.
 
Les visiteurs exploitent parfaitement leur belle adresse à trois points (3/3 en cinq minutes) pour creuser un premier écart (6-14, 5e ’). Les largesses défensives, ainsi que les pertes de balles en attaque permettent aux visiteurs de compter déjà 14 points d’avance à la fin du quart-temps (10-24).
 
Au début du deuxième acte, Bensaada enfonce le clou avec un nouveau tir primé, auquel répond Zaroli. Geispolsheim tente bien de se remettre dans le coup, mais maladroitement, en usant trop d’actions individuelles.
La défense de zone proposée par coach Minnig fait merveille pour les visiteurs qui accentuent progressivement leur avantage jusqu’à la mi-temps. À 21-39 à la pause, les affaires semblent pliées.
 
Le troisième quart-temps va être d’un tout autre acabit pour le CJS. Les locaux reviennent sur le terrain en proposant une défense plus agressive et une attaque plus dynamique. Scheeck, puis Schaller lancent la machine à trois points et Clauss montre l’exemple en défense sur Bateko.
Dessenheim parvient à limiter le retour des Villageois par Bensaada et Fest, à trois points encore, mais Clauss, avec deux tirs primés de suite, permet aux siens de repasser sous la barre des dix points et encore trois minutes à jouer dans ce quart. Une défense retrouvée permet finalement à “Geispo” de revenir.
 
Dans le round décisif, malgré une défense plus efficace, les locaux gâchent de nombreux ballons en attaque et Dessenheim s’octroie à nouveau dix points d’avance. Un écart qui ne bougera pas jusqu’à deux minutes de la fin. Dessenheim est lucide et bien organisé (61-71, 39e ’).
“Geispo” tente alors le tout pour le tout. Une interception de Scheek, qui conclut tout seul sous le cercle, une contre-attaque d’Invernizzi qui obtient le “2+1”, enfin trois lancers-francs transformés de Scheeck ramènent à nouveau les locaux à deux points de Dessenheim à 25 secondes du terme.
Après un temps-mort, Dessenheim se ressaisit et exploite les fautes commises par son hôte. Les Haut-Rhinois transforment leur lancers-francs et contrôlent les dernières tentatives désespérées des recevants (69-74, score final).

GEISPOLSHEIM 69
DESSENHEIM 74

Quart-temps : 10-24, 11-15 (mi-temps: 21-39), 30-19, 18-16.
Arbitres : MM. Drissi et Guironnet. 70 spectateurs.
GEISPOLSHEIM : 25 paniers, dont 7 à 3 points, 12 LF sur 16, 21 fautes.
Dubois 2, Scheeck 15, Schaller 9, Clauss 6, Andlauer 10, Zaroli 5, Ait-Tabassir 2, Grob 4, Invernizzi 16.
DESSENHEIM : 26 paniers, dont 8 à 3 points, 14 LF sur 23, 19 fautes.
Francisco 19, Yatera 7, M. Diss 2, Libanet 5, Bitsadze 19, Wipf, S. Diss, Fest 6, Moller 2, Bensaada 14.

 

RIXHEIM - GEISPOLSHEIM

 

Retard à l'allumage

 
Comme souvent, “Geispo” démarre en mode diesel, alors que Rixheim affiche d’entrée sa motivation pour accrocher sa première victoire.
 
La défense haut-rhinoise est efficace, avec des prises à deux systématiques et une contestation permanente du jeu des visiteurs, qui semblent avoir laissé leur énergie au vestiaire. Le résultat est immédiat au tableau d’affichage : 8-0.
Les Bleus, qui se croient toujours dans un round d’observation, laissent filer leurs hôtes sans réagir. Ceux-ci enchaînent trop facilement de beaux mouvements devant une défense amorphe : 15-4 (7e ’).
À la fin du quart-temps, le CJS n’est toujours pas entré dans le match : 17-7.
 
Le deuxième acte voit le calvaire des Bas-Rhinois se prolonger. Les hommes de Jean-Marie Syda n’arrivent pas à relever le défi physique des locaux, dans un contexte d’arbitrage étonnamment tolérant.
Sans rythme en attaque et comme paralysés en défense, ils permettent aux intérieurs blancs de se régaler (28-11, 15e ’).
Avec 14 pertes de balles, Geispo a touché le fond et laissé sans opposition ses adversaires dérouler leur jeu bien léché : 39-15 à la mi-temps.
 
Le scénario du hold-up semble envisageable
 
Au retour des vestiaires, les Villageois semblent un instant montrer de meilleures intentions. Mais ce n’est qu’un feu de paille, et Rixheim repart de plus belle par Drouet, auteur d’une superbe série de trois primés, assortis d’un “deux points”. L’écart enfle jusqu’à 54-19 (23e ’) et c’est à se demander si cela va s’arrêter.
Mais le déclic opère enfin du côté des Bleus, qui semblent subitement avoir compris comment déstabiliser la machine haut-rhinoise. En appliquant la même défense accrocheuse que leurs adversaires, les coéquipiers d’Invernizzi prennent les arbitres à leur propre jeu, et le résultat se traduit par un 13 à 0, qui redonne un intérêt à la rencontre.
Scheeck a donné l’impulsion, libéré les siens et montré la voie à Andlauer et Schaller. Thierry et Sako stoppent cet élan pour figer le score à la fin du quart : 59-40.
 
“Geispo” a relevé la tête, la course poursuite peut commencer (61-48, 33e ’). Et quand Invernizzi ramène son équipe à dix points à la 35e ’(61-51), le scénario du hold-up semble envisageable.
Mais c’est mal connaître les protégés de Garnier, qui resserrent leur jeu au bon moment, et c’est encore Sako qui s’en charge (68-53).
Quand Ait Tabassir signe le deuxième retour à 2’30” du terme (70-60), le camp visiteur reprend à nouveau espoir. Mais le rapproché à huit points, par deux fois, de Scheeck sera le chant du cygne.
Rixheim est solide et Geispolsheim s’était rendu la tâche trop compliquée : 78-66.
 
RIXHEIM 78
GEISPOLSHEIM 66

Quart-temps : 17-7, 22-8, 20-25, 19-26. Arbitres : MM. Kubler et Khirouni. Environ 150 spectateurs.
RIXHEIM : 3 tirs à 3 points réussis, 13 LF, 29 fautes.
Sako 18, Cadet 2, Thierry 13, Lobe-Lobas 10, Nette 6, Sutter 2, Szkuzc 4, Boudaira 1, Willman 2, Drouet 20.
Entraîneur : C. Garnier.
GEISPOLSHEIM : 6 tirs à 3 points réussis, 26 LF, 28 fautes (Invernizzi sorti à la 39e ).
Scheeck 15, Schaller 12, Clauss 1, Dubois 6, Zaroli, Andlauer 13, Hirtz 0, Ait Tabassir 3, Grob, Invernizzi 16.
Entraîneur : J.-M. Syda.

 

GEISPOLSHEIM - WEITBRUCH

Lucas Hoernel (à gauche) et les Weitbruchois auront tout tenté pour stopper Julien Invernizzi. En vain. L’intérieur de “Geispo” a été intenable samedi soir. photo DNA – Michel Frison

 

 
 

Première à domicile,

première victoire !

 
 
 
 
 
Geispolsheim rentre de plain pied dans le match avec une défense appliquée ne laissant que peu d’espace aux visiteurs. Avec un Invernizzi efficace, les locaux scorent sur attaque rapide et se détachent en proposant une belle variété de jeu collectif (13-6, 5e ’). Les rotations proposées par les locaux permettent de contenir les visiteurs à distance (23-14, 10e ’).
 
Geispolsheim continue d’imprimer son rythme et maintient une défense agressive (31-20, 14e ’), le coach ayant déjà largement fait tourner son effectif en utilisant tous les joueurs du banc. Weitbruch ne réplique que par intermittence, et la première mi-temps se termine sur un écart maximal de 17 points (44-27, avec un Invernizzi a 6 sur 7 aux tirs).
 
Le troisième quart est d’une tout autre facture puisque les visiteurs montent d’un cran leur pression défensive contribuant à enrayer le collectif local. Les Bleus avaient jusque-là montré leur meilleur basket, mais les reprises sont toujours aussi difficiles pour les protégés de James Syda. La pression tout terrain adverse se solde par des pertes de balles plus nombreuses des Geispolsheimois. Des pertes de balle qui offrent des paniers faciles aux visiteurs.
 
Weitbruch revient dans le match
 
Les défenses prennent visiblement le pas sur les attaques et le jeu devient plus brouillon. Quatre pertes de balles en trois minutes donnent autant d’occasions de retour à Weitbruch qui ne se fait pas prier (46-34, 23e ’),
 
Les Verts durcissent leur défense et les shooteurs locaux ne trouvent plus de positions de tir (quatre tentatives en cinq minutes). Les Bleus abusent des tirs extérieurs qui démontrent leur impuissance à faire circuler la balle. Trois joueurs sortis du banc donnent un nouvel influx à leur équipe (54-40), mais Hoernel et Keller rectifient. Weitbruch gagne cette période et recolle à huit longueurs à la fin du quart (54-46).
 
Définitivement revenu dans le match, Weitbruch continue sur sa lancée devant un CJS emprunté, qui temporise le jeu à mauvais escient. Les locaux ont du mal à trouver le chemin du panier, Weitbruch prend l’ascendant défensif. L’attaque stérile de « Geispo » donne des balles de contre-attaques faciles à l’adversaire, et sa défense soudainement passive laisse le champ libre aux shooteurs visiteurs (58-54, 33e ’). Andlauer stoppe le rapproché adverse avec six points consécutifs et maintient les locaux en tête.
 
À trois minutes de la fin du match, le coach Syda décide d’un changement de défense salutaire en zone press puis en zone. Cette option marque le tournant du dernier quart.
 
Invernizzi redonne de l’air à Geispolsheim
 
Ait Tabassir et ses coéquipiers coupent enfin l’élan des Verts, qui manquent le coche de l’égalisation. Cinq points consécutifs et un contre d’Invernizzi remettent les visiteurs à distance.
À l’entame du money-time , le CJS a le vent en poupe. Zaroli, Scheek et Schaller transforment les lancers francs donnés par les visiteurs et l’équipe s’arrache en défense pour repousser les dernières velléités de la Gallia et empocher une première victoire à domicile (70-61).
 
GEISPOLSHEIM 70
WEITBRUCH 61

Quart-temps : 23-14, 21-13 (mi-temps: 44-27), 10-19, 16-15. Arbitres: MM. Boucekkine et Metzger. 70 spectateurs.
GEISPOLSHEIM: 24 paniers, dont 5 à 3 points (Clauss 2), 17 LF sur 24, 16 fautes.
Scheeck 8, Schaller 11, Clauss 7, Dubois 4, Zaroli 3, Andlauer 6, Hirtz 4, Ait Tabassir 7, Grob 2, Invernizzi 18,
WEITBRUCH: 26 paniers, dont 3 à 3 points (Keller 3), 6 LF sur 10, 23 fautes.
Keller 11, Turali, Plisson, Claudepierre 9, Gasser, Jund 6, Tilandy 13, Lariane 7, Hoernel 15, Fuchs.
 
 

AVANT LE PREMIER DERBY CONTRE WEITBRUCH

 

Confirmer pour durer

 
C’est parti pour la deuxième année de coaching des SM1 pour James.
 
La saison 2015-2016 ponctuée d’embûches s’est soldée par une belle 5ème place. Celle-ci est représentative de la volonté et de l’assiduité de toute une équipe, qui a permis d’atteindre l’objectif initial : la première moitié du classement.
Pour cette nouvelle saison, le départ de Thibault Schaller (raison familiale heureuse !) et Lionel Saban (nouvelles aventures) a engendré des besoins de recrutements.
 
Désireux de mettre en place un groupe de douze joueurs pour garantir des entrainements sérieux et complets, l’arrivée de quatre recrues alliant jeunesse et expérience vient compléter l’effectif : Romain Appel (N1 BCS, 36 ans), Geoffroy Dubois (N3 BCGO, 23 ans), Victor Clauss (Prénationale Erstein, 19 ans), Jean-Baptiste Oswald (CJSG 2, 19 ans).
 
Le retour des joueurs au compte-goutte, l’accumulation de blessures, une fausse arrivée (…) ont perturbé les étapes de la préparation, et se sont avérés préjudiciables à une bonne entame du championnat.
 
Cette année, nous évoluerons en Poule J, beaucoup plus homogène que celle de la saison passée, où il n’y a pas vraiment d’équipe faible. Cette poule est d’une forte connotation régionale (7 « alsaciens » sur 12) et va donc générer de nombreux derbies intéressants, avec des enjeux et des matchs très disputés où tous auront à cœur de se montrer les meilleurs !
Le grand favori, Mirecourt, ne fera pas dans la dentelle, mais la lutte sera intense pour les 11 places restantes…
 
Le début de championnat est très important, il était donc primordial pour nous de bien l’entamer… Mais nous avons « trébuché » face à Grand Besançon. L’absence de Romain, Laurent et Lucas, ainsi que le retour prématuré de blessure de Younes, ont fortement compliqué la tâche. Les joueurs ont pris la mesure de leurs rôles et ne manqueront pas de rebondir rapidement.
 
L’objectif de cette année est de s’installer durablement dans le haut de tableau… De faire aussi bien que l’année dernière, voire mieux ! Mais pour concrétiser cette ambition, des résultats dans les matchs à enjeu décisif devront nous permettre d’assurer rapidement le maintien, pour nous concentrer ensuite sur nos objectifs !
Egalement engagés dans différentes « coupes », nous ne souhaitons pas y faire de la figuration (première victoire en Coupe de France face à Weitbruch 2 (+21pts) : 80-93).
 
Ce soir, pour notre première à domicile, nous recevons Weitbruch 1, une équipe agressive que nous avons rencontrée dans un match de préparation qui a nécessité deux prolongations pour définir le vainqueur.
Autant dire que le match s’annoncera engagé et très serré… A nous d’être au rendez-vous !
 
Je tiens aussi à remercier les joueurs de l’équipe 2 (Antoine, Bryan, Kevin…) qui savent se rendre disponibles et montrer leur motivation à chaque sollicitation !
 
Je ne vous cache pas que le soutien des supporters est primordial et que vos encouragements peuvent porter l’équipe comme un sixième homme… Alors venez nombreux, on compte sur vous !

 

BESANçON - GEISPOLSHEIm

 

Un début à l’envers

 
Si sa préparation a été plus que compliquée – il manquait d’ailleurs trois joueurs (déplacement professionnel et blessure) pour ce match à Besançon –, Geispolsheim espérait tout de même reprendre sa marche en avant sur le modèle de sa fin de saison dernière plus qu’aboutie.
Les Bleus démarrent la rencontre timidement, avec des maladresses des deux côtés du terrain. Les visiteurs restent muets pendant les quatre premières minutes et se retrouvent déjà menés 8-0. Grob ouvre le compteur du CJS et ses coéquipiers trouvent alors le rythme pour lancer leur match. Plus présents en défense et trouvant leurs intérieurs en attaque, les Villageois reviennent au score et parviennent même à empocher ce quart-temps sur le petit score de 12-13.
 
“Geispo” poursuit sur sa lancée dans le deuxième quart-temps. Les joueurs expérimentés ont donné le ton en contrôlant les rebonds et en développement les schémas de jeu offensifs. C’est le moment choisi par le coach, Jean-Marie Syda, pour lancer sa jeune garde, laquelle prend parfaitement le relais : Oswald met le jeu en place avec maîtrise, Dubois intercepte des ballons et s’offre des paniers faciles quand le jeune Clauss artille derrière l’arc (trois paniers à trois points dans ce quart). “Geispo” déroule et compte jusqu’à douze points d’avance dans ce quart.
 
La toute nouvelle entente de Besançon n’y arrive plus et il ne manque pas grand-chose pour que le match bascule complètement. Mais le CJS manque de lucidité en fin de quart et gâche sa bonne partition avec des pertes de balles et une défense trop laxiste. Les Bisontins reviennent à 35-39 à la mi-temps.
 
Au retour des vestiaires, les Alsaciens essaient tant bien que mal de retrouver le rythme, mais Besançon revient le couteau entre les dents en accentuant encore son agressivité défensive. Touré en Macouangou s’illustrent dans la raquette et concluent sous le cercle. Les Bisontins passent devant au score alors que les Villageois bafouillent leur basket des deux côtés du terrain. L’expérimenté Bole enfile deux tirs longue distance de suite pour donner sept points d’avance à sa troupe à la fin du troisième quart (58-51).
Sous l’impulsion d’Invernizzi, “Geispo” revient dans le match en grappillant point par point. Le CJS pointe même à trois longueurs après deux primés consécutifs. Les Bleus y croient encore, mais probablement moins que leurs adversaires du soir qui réussissent à marquer sur chacune de leurs attaques.
Les visiteurs enchaînent alors les mauvais choix et sont à nouveau décramponnés. La fin de match ne sera plus qu’une formalité pour les locaux : 80-71.
 
Les Villageois vont devoir se mettre sur les bons rails dès le week-end prochain avec la réception de Weitbruch pour un derby qui s’annonce déjà chaud.
 
Besançon 80
Geispolsheim 71
 
Quart-temps : 12-13, 23-26 (mi-temps: 35-39), 23-12, 22-20.
Arbitres : MM. Franck et Touzani. Environ 50 spectateurs.
CTC GRAND BESANÇON 25 : 31 paniers, dont 6 à 3 pts, 12 LF sur 18, 23 fautes. Ignakpelila, Touré 19, Gelisse 5, Bole 11, Cornu 11, Traore 8, Macouangou 14, Lec 7, Dumont 5.
CJS GEISPOLSHEIM : 25 paniers, dont 8 à 3 points, 13 LF sur 25, 19 fautes. Oswald 4, Ait Tabassir 3, Scheeck 7, J. Schaller 12, Clauss 11, Andlauer 4, Dubois 7, Grob 5, Invernizzi 18.
 
 
Les épisodes précédents ...

 

UNE 5ème PLACE DE HAUTE LUTTE

Il aura fallu deux prolongations pour départager les deux équipes qui semblaient chacune ne pas vouloir que la saison se termine, pour la clore sur la meilleure note possible - la 5e place, après l’avoir indéniablement réussie.
Les débuts de Geispolsheim sont hésitants, alors que Rixheim est plus rapidement dans le coup (6-9). On sent les deux équipes tendues, les passes sont mal ajustées et le score serré (de 8-9 à 15-14). Invernizzi répond à Sako qui, très mobile dans la peinture, se joue d’une défense bleue trop lâche (18-21, 10e ’).
Les Haut-Rhinois s’appuient sur une défense bien huilée, qui pose bien des problèmes aux joueurs du CJS, dont le jeu trop statique ne leur donne que peu d’ouvertures. Et Rixheim se détache progressivement par une série de contre-attaques (20-27, 14e ’). A défaut de trouver son rythme, « Geispo » s’installe alors dans une guerre de tranchées, trouve Hirtz qui connait une bonne séquence aux deux bouts du terrain, et passe en tête à 30-29 (18e ’). Un coup d’accélérateur dans la foulée, coïncidant avec une soudaine maladresse des visiteurs, lui permet de pousser à 35-29, mais Szkucz ramène les siens à 38-36 à la mi-temps.

Le retour des vestiaires confirme le jeu toujours aussi haché des deux côtés, les défenses prennent clairement le pas sur les attaques, qui manquent de fluidité. On s’achemine vers un piteux 11-13 et il faut deux tirs primés dans les dernières secondes de Drouet et Zaroli, d’un buzzer beater depuis son propre camp, pour éclairer le quart (52-52).
Rixheim prend immédiatement un avantage par deux primés (52-58) et la situation semble se compliquer pour les protégés de J.M. Syda. Les Rixheimois se montrent plus solides dans la gestion de la balle et profitent de quelques rebonds offensifs pour maîtriser le jeu. Mais les Villageois courent enfin, et Ait Tabassir égalise encore une fois à 62-62 à deux minutes de la fin programmée du match.
 
Zaroli arrache la première prolongation
 
Après une succession de lancers francs, Nette marque de derrière l’arc le panier que tous croient décisif (63-66). Sauf Zaroli, encore lui, qui joue le sauveur pour ouvrir la porte des prolongations à son équipe (66-66).
Le match est relancé et, comme le spectacle n’est pas au rendez-vous, le public prend maintenant goût à ce qui ressemble à un combat de gladiateurs. La fatigue commence à se faire sentir et le score évolue au compte-goutte. Les balles perdues se payent cash, Szkuzc égalise à 73-73, mais Rixheim ne réussit pas à exploiter la dernière possession de cette première prolongation.
Les défenses se musclent encore d’un cran et ne laissent que peu d’espace aux attaquants. Les joueurs se jettent sur toutes les balles et Rixheim prend une option sur la victoire par Nette à 75-78 (49e ’).
Dans ce contexte tendu, Grob, Invernizzi, et J. Schaller répondent présent, le premier ramène son équipe à un point, le deuxième transforme la balle de match à 20 secondes du terme (79-78) et le dernier assure le score final sur la ligne de réparation : 82-78.
 
CJS GEISPOLSHEIM : 82
CSSL RIXHEIM : 78

Quart-temps : 18-21, 20-15 (mi-temps 38-36), 14-16, 14-14 (après temps réglementaire 66-66), 7-7, 9-5.
Arbitres : MM. F. Deininger et A. Davidas. Environ 100 spectateurs.
Geispolsheim : 31 paniers dont 8 à 3 points (Zaroli 4), 12 LF sur 22, 22 fautes.
T. Schaller 8, Ait Tabassir 8, Scheeck 1, J. Schaller 14, Zaroli 12, Andlauer 8, Hirtz 6, Grob 5, Saban 4, Invernizzi 16.
Rixheim : 28 paniers dont 6 à 3 points (Szkucz 3), 16 LF sur 31, 25 fautes.
Sako 15, Cadet 11, Lobe-Lobas 8, Nette 9, Sutter 2, Szkucz 21, Surelle, Slaski, Willman, Drouet 12.
 

TROP D'OBSTACLES POUR LES SM1

Mirecourt avait mis les petits plats dans les grands à l’occasion de ce dernier match à domicile, également en l’honneur de la visite de Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB, et comptait bien terminer la saison en beauté. Ceci peut expliquer à postériori la tournure que pris la seconde moitié de la rencontre.
Geispolsheim prend un départ idéal et met immédiatement les Vosgiens en difficulté. A la vista de leurs hôtes ceux-ci opposent une défense agressive, trop souvent débordée, et justement sanctionnée, se retrouvant ainsi dans la pénalité au bout de tois minutes (2-8). Mirecourt bredouille son jeu (5 pertes de balles et 5 points marqués en 7 minutes) et « Geispo » en profite pour rester en tête en fin de quart (12-15), avec le seul bémol d’un 3 sur 9 aux lancers-francs.
La suite confirme les bonnes dispositions des Villageois qui proposent un jeu alerte pour asseoir leur avantage (14-22 à la 13ème). Scheeck donne le tournis à la défense blanche, provoque des fautes qui chauffent le public ainsi que les Mirecurtiens, vexés et proches de basculer de la contestation dans l’anti-sportivité. Il leur faut deux primés « longue distance » successifs de Duvoid, pour revenir à 20-25. Mirecourt doit miser sur les tirs extérieurs face à une défense alsacienne solidaire et bien en place, la bonne adresse des Bleus (7 sur 8 dans la peinture), bien en rythme, leur permet de mener logiquement à la mi-temps (33-39).

La seconde période marque une inversion radicale de la gestion arbitrale, difficilement explicable par le comportement des deux équipes, qui restent dans la continuité de leur jeu. Soudainement épargnés par l’arbitrage, les joueurs de l’Effort Basket retrouvent leur assurance et coupent l’élan de leurs adversaires, pour égaliser à 41-41 à la 24ème minute. Ces derniers perdent peu à peu leur basket et ne savent plus comment attaquer le panier. Mirecourt profite de leur flottement pour se détacher à 51-43 (27ème). A la recherche de son second souffle, « Geispo » limite les dégâts malgré un différentiel de 15 points sur le quart (56-47).
Le club alsacien retrouve quelques couleurs par intermittence, mais Mirecourt contrôle le jeu et par sa tonicité provoque encore des fautes dans le camp des joueurs de Syda, qui se retrouvent à nouveau dans la pénalité au bout de quatre minutes. Duvoid, encore lui, assène alors deux coups fatals de derrière l’arc, pour faire passer son équipe à 69-56. Bridé en défense, Geispolsheim résiste tant bien que mal et revient à 7 points dans les 3 dernières minutes, mais Jacques met fin aux espoirs visiteurs : l’exploit, dans ce contexte de « deux poids - deux mesures », était devenu impossible (76-63).
 
EB MIRECOURT : 76
CJS GEISPOLSHEIM : 63
Quart-temps : 12-15, 21-24 (mi-temps 33-39), 23-8, 20-16.
Arbitres : MM. H. Khirouni et L. Johner. Environ 150 spectateurs.
Mirecourt : 27 paniers dont 10 à 3 points (Duvoid 5), 12 LF sur 18, 17 fautes. 
Dollinger 7, Bourgeois 5, Duvoid 15, Babic 13, Martin-Kellie 6, M’Bodji 6, Tayayi 4, Bakala 9, Jacques 10, Malanda 1.
Geispolsheim : 26 paniers dont 5 à 3 points (Scheeck 3), 6 LF sur 15, 21 fautes.
T. Schaller, Ait Tabassir 5, Scheeck 14, J. Schaller 12, Zaroli 5, Andlauer 5, Hirtz 10, Grob 2, Invernizzi 10.
 

LEs sm1 SUR LEUR LANCEE

Geispolsheim entre dans le match tambour battant (9-0) par le duo Scheek-Invernizzi, mais ne consolide pas son avantage initial, la faute à quelques mauvais choix. Le jeu est haché et les défenses prennent étonnamment le pas sur les attaques. Poligny prend confiance et revient à 13-12 à la fin du quart, ce qui sera le plus petit écart du match.
 
“Geispo” reprend l’initiative du jeu, rehausse son niveau et la réussite est logiquement au rendez-vous : 29-16 après cinq minutes, avec un 7 sur 9 du plus bel effet. Radojevic, du haut de ses 206 cm, met alors la pression sur les centres bleus et deux d’entre-eux se retrouvent rapidement à trois fautes. Quelques rebonds offensifs permettent aux Jurassiens de revenir à 29-22. Les visiteurs vivent de leurs lancers-francs (huit de marqués sur les quatorze points du quart). En face, Ait Tabassir se met en marche et marque par deux fois derrière l’arc. Invernizzi (neuf points dans ce quart) relance lui aussi la machine villageoise pour un 38-26 à la mi-temps.
 
L’impact physique d’Invernizzi
 
Au retour des vestiaires, Poligny essaye tant bien que mal de revenir rapidement au score. Touré, seul contre le reste du monde, s’enflamme par deux paniers primés en une minute. Geispolsheim réagit vite par Scheeck et J. Schaller (55-36), mais ne persévère pas, par excès de confiance sans doute. Ainsi, quelques pertes de balles relancent les Jurassiens, qui reviennent de nulle part et infligent un cinglant 15-3 aux joueurs de Jean-Marie Syda (58-51). Malgré de bonnes séquences offensives, les Villageois ne parviennent pas à bloquer leur panier et encaisseront 29 points dans ce quart. Les Bleus stoppent enfin l’hémorragie pour terminer cette période à 65-55.
 
Touré, bien secondé par Méhiaoui, fait encore un instant valoir son statut de meilleur marqueur de la poule (67-61) pour démarrer l’ultime acte, mais le collectif jurassien reste de façon surprenante réduit à l’apport d’un seul joueur. En face, c’est un Invernizzi des grands soirs qui écrase par son impact physique la défense des Rouges. Andlauer, à son tour, y trouve des brèches béantes, pour mettre définitivement son équipe à l’abri (77-61, 36e ’). En fin de match, “Geispo” trouve son rythme de croisière pour terminer en roue libre une rencontre où il n’aura jamais été vraiment inquiété.

CJS GEISPOLSHEIM : 88
POLIGNY JBC : 67
Quart-temps: 13-12, 25-14 (mi-temps 38-26), 27-29, 23-12. Arbitres : MM. Huck et Bouiss. Environ 50 spectateurs.
Geispolsheim : 36 paniers, dont 10 à 3 points (Scheeck 3, Ait Tabassir 3), 6 LF sur 15, 20 fautes.
T. Schaller 2, Ait Tabassir 9, Scheeck 15, J. Schaller 16, Andlauer 16, Grob 4, Saban 6, Invernizzi 20.
Poligny : 25 paniers, dont 4 à 3 points (Touré 4), 13 LF sur 16, 16 fautes.
NDzambela, MBaye, Roy, Méhiaoui 10, Noroozi Kia 2, Benon 2, Radojevic 10, Touré 43.
 

LEs sm1 avec panache

Avec un match aller arraché par les Villageois (76-85), les Bourguignons ne sont pas venus en Alsace pour faire de la figuration. La rencontre démarre tambour battant par un tir primé de chaque côté, avec un Ait Tabassir déjà bien réglé. Le début de match est sérieux et appliqué, même si les attaques prennent largement le pas sur les défenses.
Invernizzi tire son épingle du jeu avec 10 points dans ce quart. Son jeu très agressif et son omniprésence aux rebonds laissent les visiteurs sur place. “Geispo” s’octroie un petit avantage en fin de quart (25-20).
Le deuxième acte prend une autre tournure pour les Bleus et Saint Apollinaire passe en tête en accentuant son agressivité défensive. Les visiteurs en profitent, avec un repli alsacien bien trop lent, pour conclure des paniers faciles. Un chassé-croisé démarre alors entre les deux équipes. Et malgré un T. Schaller de gala, qui maintient son équipe à flot (8 points dans ce quart), la machine alsacienne est enrayée et les secondes chances sont laissées aux visiteurs (40-43).
Après la mi-temps, “Geispo” revient sur le terrain, déterminé à ne pas laisser filer cette rencontre. Les Alsaciens suivent les consignes du coach Syda et impriment une agressivité défensive sur leurs adversaires qui, pris à la gorge, en perdent leur basket. Les Verts n’inscriront que huit points dans ce quart. En attaque aussi, les Alsaciens sont très agressifs, emmenés par les frères Schaller qui marqueront onze points (dont sept lancers-francs) sur les 21 de cette période. Le CJS prend jusqu’à douze longueurs d’avance et propose un jeu collectif maîtrisé et efficace (61-51, 30e ’).
L’ultime période semble alors n’être qu’une formalité pour les bleus d’autant plus que T. Schaller est au four et au moulin. Il musèle Diancourt en défense et alterne contre-attaque, tir extérieur et percussion en attaque. Mais les visiteurs ne lâchent rien, grappillent leur retard sur les Villageois qui se reposent sur leur adresse extérieure (trois primés dans ce quart) et concluent leurs attaques à la limite du buzzer. Les coéquipiers de Diancourt reviennent pas à pas au score grâce à une pression tout-terrain et aux pertes de balles des locaux.
À 74-74, tout est à refaire pour le club alsacien, qui va se reposer sur un virevoltant Ait Tabassir qui, d’un « and one » et de deux lancers-francs, redonne de l’air à ses coéquipiers (79-74). Un primé avec la planche de Latif redonne de l’espoir aux Epleumiens dans les dernières secondes (79-77). La fin de match se termine sur une série de lancers-francs, Geispolsheim ne tremble pas (81-78).
Même si ce match n’avait pas d’incidence au classement pour les deux équipes (le maintien étant déjà assuré), cela reste une victoire importante acquise avec panache pour le CJS.

CJS GEISPOLSHEIM : 81
ASC SAINT APOLLINAIRE : 78
Quart-temps : 25-20, 15-23 (mi-temps 40-43), 21-8, 20-27.
Arbitres : MM. Schmitt et Deck. Environ 50 spectateurs.
Geispolsheim : 26 paniers dont 10 à 3 points (T. Schaller 4, Zaroli 3, Ait Tabassir 2), 19 LF sur 24, 24 fautes.
T. Schaller 20, Scheeck 6, J. Schaller 7, Zaroli 11, Andlauer, Hirtz, Grob 4, Ait Tabassir 13, Saban 7, Invernizzi 13.
Saint Apollinaire : 30 paniers dont 6 à 3 pts (Puthod 2, Latif 2), 12 LF sur 16, 30 fautes.
Bobillot 5, Diancourt 15, Evert 7, Sermantin 2, Alheritiere 12, Puthod 6, Latif 10, Varlot 4, Leger 7, Ndepe 10.
 

LE CôTé BRILLANT ET LE CÔTé OBSCUR

Après ses dernières prestations peu convaincantes, Geispolsheim avait à cœur de se rassurer face à Guebwiller avant les venues successives de deux concurrents proches au classement.
Le départ de “Geispo” est poussif, les Haut-Rhinois maintiennent leurs adversaires à bonne distance du panier par une zone agressive. Andlauer, très en jambes en ce début de match, montre la voie et le jeu offensif des visiteurs se débloque soudainement (5-15, 7e ’). Guebwiller profite d’un flottement lors des rotations des Bleus pour ralentir leur progression et stabilise l’écart à 8-19 à la fin du premier quart.
La défense haute de Geispolsheim donne lieu à un festival d’interceptions qui débouche sur un jeu de transition rapide et fructueux (14-28, 13e ’). Scheeck et Invernizzi donnent encore un coup d’accélérateur et le score grimpe à 16-38 (15e ’). Guebwiller n’arrive pas à se défaire de l’emprise défensive des visiteurs. T. Schaller sort de sa boîte pour ouvrir un feu d’artifice derrière l’arc (six tirs primés pour quatre joueurs dans ce quart) et la partie prend des airs de déroute pour les Blancs (22-47 à la mi-temps).
Le retour des vestiaires laisse augurer d’une tournure différente pour la rencontre. En voulant tuer le match trop vite, le CJS pèche par excès de précipitation et les Haut-Rhinois récupèrent facilement quelques balles de contre-attaque qui les remettent dans le bon chemin. Germany sonne le réveil à trois points (32-50 à la 27e ’) et la défense guebwilleroise est maintenant la plus pressante. Les attaquants visiteurs sont repoussés à l’extérieur où l’adresse s’est évaporée, mais “Geispo” semble capable de gérer la suite des événements (38-57 à la 30e ’).
C’est sans compter sur les ressources mentales des joueurs de Guebwiller, qui passent en mode « combattant ». Ils poussent à la faute des Villageois, qui se retrouvent dans la pénalité après deux minutes, et grignotent inexorablement leur retard (50-62 à la 35e ’). En face, les protégés de Jean-Marie Syda essaient de retrouver une sérénité en attaque, mais voient ressurgir leurs vieux démons. Les tirs mal sélectionnés et les fautes sur le repli défensif donnent à leurs adversaires autant de chances encore inespérées peu de temps auparavant.
L’équipe locale se met au diapason de Garnier (14 points sur la mi-temps) et, quand l’écart passe sous les dix points, on comprend que rien n’est joué. Les Haut-Rhinois ont le vent en poupe et “Geispo” est indéniablement dans le dur à l’entrée du money-time (60-65 à 1’30” du terme). Mais les Bleus se reprennent au bon moment et Scheeck assure sur la ligne de réparation une victoire au goût mitigé (61-71).

ASSL GUEBWILLER : 61
CJS GEISPOLSHEIM : 71
Quart-temps : 9-18, 13-29 (mi-temps : 22-47), 16-10, 23-14.
Arbitres : MM. Drissi et Jacquot. Environ 100 spectateurs.
Guebwiller : 19 paniers, dont 5 à 3 points, 18 LF sur 32, 25 fautes.
Wetzel, Fattizzo, Garnier 16, Diringer 2, Germany 7, Amara 2, J.-F. Martin 9, Muller 7, N. Martin 8, Cissé 9.
Geispolsheim : 23 paniers dont 8 à 3 points, 17 LF sur 30, 27 fautes.
T. Schaller 12, Scheeck 14, J. Schaller 11, Zaroli 3, Andlauer 12, Hirtz 6, Grob, Ait Tabassir 6, Saban, Invernizzi 7.
 

Addition salée pour LES SM1

Après avoir abandonné tout espoir de monter, Holtzheim accueille son voisin Geispolsheim pour un derby bas-rhinois sans réel enjeu.
La rencontre commence très très fort. Après cinq minutes de jeu, le score est déjà de 22-16 ! Du jamais vu dans la salle de la Bruche. À l’adresse insolente (cinq paniers primés) des locaux répond une très bonne entame de Geispolsheim, qui imprime un rythme soutenu en attaque, avec de très belles actions collectives. Julien Schaller, omniprésent, se régale avec sept points inscrits en percussion. La Vogesia, drivée par un excellent Lazarus continue d’impressionner et finit le quart-temps tambour battant avec une avance confortable (31-22) et déjà six scoreurs différents. Coach Zimmer n’est visiblement pas content de l’implication défensive de ses protégés et ne manque pas de leur faire savoir.
 
C’est donc avec un tout autre visage que l’équipe d’Holtzheim aborde ce deuxième quart. Une défense plus stricte réduit Geispolsheim à cinq paniers inscrits, seul Thibaut Schaller, excellent samedi soir, limite la casse avec sa redoutable adresse. Les locaux impressionnent par leur collectif, Klaric est intenable, récite ses fondamentaux et indique le chemin à suivre à ses coéquipiers, avec ses 10 points dans ce deuxième quart. La Vogesia inflige un logique 26-11 à son adversaire.
 
À la mi-temps, le staff de Geispolsheim n’est guère satisfait du comportement de sa troupe. Son équipe revient sur le terrain avec un esprit plus combatif et une envie d’agresser le cercle. Malheureusement, une adresse catastrophique aux lancer-francs et seulement trois paniers inscrits empêchent le CJS de remporter ce troisième quart. Holtzheim reste sérieux et remporte la mise (19-14).
 
Le dernier acte est nettement moins rythmé, Spitz, véritable fer de lance de son équipe, enfile les paniers primés comme des perles avec 11 points consécutifs pour lui. L’écart culmine à 39 points (37e ’). Le banc de Geispolsheim en profite pour se montrer à l’image de Grob, qui tire son épingle du jeu dans cette fin de match et réduit légèrement l’écart final au tableau d’affichage.
L’addition est salée pour Geispolsheim, mais difficile de faire beaucoup mieux quand l’adversaire inscrit 13 tirs primés.

VOGESIA HOLTZHEIM : 97
CJS GEISPOLSHEIM : 65
Quart-temps: 31-22, 26-11, 19-14, 21-18.
Arbitres: MM. Kaced et Miotto. 100 spectateurs environ.
Holtzheim : Virag 1, Camara 5, Lazarus 10, Casagrande 5, Spitz 23, Klock 13, Ben Oudhifa 5, Klaric 20, Kancel 15.
Geispolsheim : T. Schaller 16, Scheeck 10, J. Schaller 7, Zaroli 8, Andlauer 3, Hirtz 2, Grob 7, Ait Tabassir 1, Saban 7, Invernizzi 4.
 

LES SM1 SOUFFLENT LE CHAUD ET LE FROID

Geispolsheim présente d’entrée un jeu très appliqué, qui se concrétise par un écart initial intéressant, avec un adroit Zaroli, auteur des huit premiers points de son équipe (8-2). Les Villageois ambitionnent de poursuivre leur série de victoires, mais quelques erreurs lancent Saint Dié qui revient à 14-12 (8e ’). Pourtant la défense vosgienne, étonnement passive, propose de nombreuses occasions aux Bleus qui n’en profitent pas suffisamment (18-12).
 
Le deuxième quart-temps confirme que l’équipe de Saint-Dié est vraiment bonne à prendre. “Geispo” conclut enfin ses occasions par Andlauer et Scheeck et effectue un premier break à la 13e ’(27-15). La maîtrise semble être du côté des Bleus qui gèrent leur jeu d’attaque et de défense. Toutefois, les Déodatiens survivent par leurs grands, Days et Tagheu, qui grappillent quelques miettes au rebond offensif. Le jeu d’attaque mobile des Villageois n’est pas assez récompensé face à des Vosgiens toujours aussi apathiques, et leur défense trop fougueuse les emmène rapidement dans la pénalité. Les locaux manquent clairement de réussite (35-24).
 
Geispolsheim ne sait pas se mettre à l’abri, et ce qui devait arriver arriva en l’espace de cinq minutes. Piégés par un faux rythme, les Bleus relâchent leur pression et remettent logiquement leurs adversaires en selle. Hofbauer emmène les siens à deux points de l’égalisation (42-40, 25e ’). Alors que Geispolsheim avait le match en main, les Villageois doivent maintenant se faire violence pour terminer le quart à 49-43 après une série de situations confuses.
 
Le début du dernier acte voit d’abord l’équipe locale prendre encore une fois un avantage substantiel par Invernizzi (59-45, 34e ’). Alors que le money time se présente bien pour les joueurs du CJS, ceux-ci manquent inexplicablement toutes leurs tentatives près du cercle (huit dans ce quart).
Saint-Dié retrouve subitement des couleurs et monte son niveau d’un cran. Sous l’impulsion d’un Hofbauer transcendé, à la passe et à la finition (10 points dans ce quart), les visiteurs reviennent en boulet de canon et égalisent à deux minutes du terme. Une erreur défensive bleue, une de plus, leur donne même un premier avantage (61-63).
Les dernières minutes sont interminables, J. Schaller égalise avant que Zaroli replace les siens en tête à l’entame de la dernière minute.
Saint-Dié égalise encore et dispose, à la consternation générale, de deux lancers-francs à 14” de la fin. Et les dieux choisissent leur camp : Hofbauer rate ses deux tentatives et Zaroli signe au buzzer une victoire venue d’ailleurs !

CJS GEISPOLSHEIM : 67
SAINT DIE VOSGES BASKET : 65
Quart-temps : 18-12, 17-12 (mi-temps 35-24), 14-19, 18-22.
Arbitres : MM. J. Guironnet et K. Metzger. Environ 50 spectateurs.
Geispolsheim : 24 paniers dont 9 à 3 points (Zaroli 4), 10 LF sur 15, 22 fautes.
T. Schaller, Ait Tabassir 7, Scheeck 5, J. Schaller 6, Zaroli 17, Andlauer 10, Hirtz 7, Grob, Saban 4, Invernizzi 11.
Saint Dié : 24 paniers dont 5 à 3 points (Hofbauer 3), 12 LF sur 24, 19 fautes.
Hofbauer 19, Baibet 8, Césaroni 8, Abdoulaye 4, Tagheu 10, Minte 4, Days 12.
 

LES SM1 REVIENNENT DE LOIN

Belfort annonce la couleur dès le début du match. Dans ce 1er quart, les Belfortains proposent un jeu alerte, s’appuyant sur une belle adresse aux tirs extérieurs et des drives percutants. Ils prennent les commandes du match pour ne plus les quitter avant de longues minutes (16-10, 6e’).
Du côté de Geispolsheim, on cherche à passer par le centre, identifié comme le point faible des locaux, mais ceux-ci se regroupent bien et provoquent un nombre invraisemblable de pertes de balles chez les Bleus (11 dans ce quart). Les locaux en profitent, aidés par un repli alsacien bien trop lent, pour conclure par des paniers (trop) faciles. La confiance est l’apanage des Francs-Comtois alors que les visiteurs semblent comme figés, surpris par le dynamisme de leurs adversaires (25-13, 10e’).
Le quart suivant confirme la motivation des Belfortains, survoltés à l’idée d’accrocher cette victoire à domicile (35-23, 15e’). Geispolsheim essaye, tant bien que mal, de placer son jeu d’attaque, mais l’adresse extérieure fait toujours défaut (1 sur 10 jusque-là), et comme la défense est toujours aussi permissive, les Bleus sont au bord du K.O.
Rien n’arrête les shooteurs belfortains et A. Jourdier (quatre primés en 1ère mi-temps) empilent les tirs derrière l’arc. Les locaux évoluent sur un nuage et l’écart atteint son apogée à la 17e’ (40-24). Heureusement, un minimum de réussite aux lancers-francs permet aux visiteurs de limiter la casse à la mi-temps (44-31).
Dès lors, la reprise prend des allures de course poursuite pour les protégés de Jean-Marie Syda. Une énergique défense tout terrain porte enfin ses fruits, les balles sont maintenant perdues du côté blanc et « Geispo » revient dans le match (46-42, 25e’).
Les Villageois montrent un meilleur visage dans ce 3ème quart mais Belfort s’adapte et stabilise l’écart à six points. Quand Andlauer (six points pour conclure le quart) et les Alsaciens pointent à deux longueurs (54-52), on pense sur le banc visiteur que le plus dur est fait, mais les efforts consentis se payent sur les dernières attaques locales (58-52, 30e’).

Zaroli et Ait Tabassir sonnent la révolte
 
A l’entame du money time , le club belfortain ne craque pas et profite d’abord de quelques ouvertures dans la défense du CJS pour rester en tête (60-57, 33e’). C’est le moment choisi par les pointeurs alsaciens, Zaroli et Ait Tabassir (trois primés chacun dans ce dernier quart), pour sonner la révolte et retrouver de la réussite aux tirs. Les Bleus parviennent d’abord à revenir à égalité (36e’), avant que Saban ne donne un premier avantage dans la foulée (68-70).
La fin de match est chaude, Belfort ne baisse pas les bras et se recroqueville en défense, obligeant « Geispo » à tout miser sur les tirs extérieurs. Zaroli et les siens ont la main chaude (huit primés en seconde mi-temps) et se donnent de l’air à la dernière minute, mais Belfort revient encore au contact (71-73).
C’est alors que Ait Tabassir marque le primé de la délivrance à 22 secondes du terme. Le rêve de créer la surprise s’écroule pour des Belfortains qui n’auront pas démérité. Cette fois le lièvre aura rattrapé la tortue, mais que ce fut dur !

BC BELFORT : 71
CJS GEISPOLSHEIM : 78
Quart-temps: 25-13, 19-18 (mi-temps 44-31), 14-21, 13-26.
Arbitres : MM. L. Kubler et H. Boucekkine. Environ 50 spectateurs.
Belfort : 30 paniers, dont 6 à 3 pts (A. Jourdier 4), 5 LF sur 8, 30 fautes.
Lamy E. 17, Jourdier G. 9, Demangeon 9, Natale 6, Marchant 2, Wolfer 2, Jourdier A. 18, Chikhi 4, Lamy F. 2, N’Dong 2.
Geispolsheim : 22 paniers dont 9 à 3 pts (Ait Tabassir 3, Zaroli 3), 25 LF sur 37, 18 fautes.
T. Schaller 2, Ait Tabassir 11, Scheeck 10, J. Schaller 9, Zaroli 14, Andlauer 13, Hirtz 3, Saban 7, Invernizzi 9.

 

LES SM1 REMPORTENT UN SUCCES laborieux mais precieux

Geispolsheim ambitionnait, samedi, de retrouver le chemin de la victoire face à une équipe de Pontarlier qui n’avait plus rien à voir avec celle laminée au match aller sur le score sans appel de 38 à 65.
 
La rencontre démarre tambour battant et les scoreurs doubiens sont d’attaque. Trinquier fait valoir son talent (12 points dans ce quart) et provoque déjà de nombreuses fautes côté Geispolsheim. En attaque, le CJS mise sur ses forces intérieures, par Saban et Hirtz, mais ne parvient pas à faire la différence. Les locaux n’arrivent pas à stopper leurs adversaires et se laissent déborder en défense. Coach Syda essaye tant bien que mal de secouer ses hommes, mais un petit écart est fait en fin de quart-temps : 15-21.
C’est au tour de Frédéric, dans ce deuxième quart, de faire chauffer le compteur (10 points pour lui) et de conférer sept longueurs d’avance à Pontarlier dès la 11e ’. Le CJS adapte sa défense et se montre plus convaincant dans les duels défensifs. Et cet ajustement va donner un peu d’air aux Villageois qui parviennent à reprendre le match par le bon bout, Ait Tabassir menant les siens en attaque. Des ouvertures s’offrent enfin et Hirtz (10 points dans ce quart) conclut les caviars. “Geispo” prend les commandes et mène (38-36) à la pause.
 
Au retour des vestiaires, les deux équipes se rendent coup pour coup et le match se tend. “Geispo” alterne le jeu intérieur et les tirs extérieurs pour accroître son avance et la porter à +7 à la 27e ’. Mais le score avance doucement et ce faux rythme va permettre aux visiteurs de revenir dans la partie en fin de quart. Les Villageois perdent quelques balles importantes, cafouillent leur jeu et conservent un seul petit point d’avance à la demi-heure : 51-50.
Au début de l’ultime période, les Doubiens prennent les devants au score par Trinquier. “Geispo” ne panique pas et continue sa marche en avant avec la volonté de provoquer des fautes chez l’adversaire. Hirtz, précieux, et Grob dominent définitivement la raquette et glanent de nombreux rebonds. Malgré tout, le CJS ne parvient pas à faire la différence et il faudra attendre les trois dernières minutes pour voir les locaux arracher ce match.  Scheeck et les siens ont les nerfs solides, inscrivant sept de leurs treize points du quart-temps aux lancers-francs, pour s’imposer 64-59.
 
En dépit d’un bel apport du banc (40 points), la manière n’y était pas. Mais qu’importe, seule la victoire est importante et celle-ci permet au CJS de rester au contact au classement. Il va falloir poursuivre sur cette dynamique dès la semaine prochaine à Belfort.

CJS GEISPOLSHEIM : 64
CA PONTARLIER : 59
Quart-temps : 15-21, 23-15 (mi-temps: 38-36), 13-14, 13-9. Arbitres : MM. G. Scheer et J. Lefin. Environ 40 spectateurs.
Geispolsheim : 24 paniers, dont 4 à 3 points (Ait Tabassir 2), 12 LF sur 15, 25 fautes.
T. Schaller 8, Ait Tabassir 11, Scheeck 13, J. Schaller 6, Knittel, Hirtz 19, Grob 2, Saban 5.
Pontarlier : 21 paniers dont 4 à 3 points (Gouaka 2), 13 LF sur 22, 21 fautes.
Frédéric 15, Beaumont 2, Trinquier 21, Nikolaï 3, Gouaka 6, Duval 10, Funerat 2, Zachelin.

 

LES SM1 NE TIENNENT PAS LA DISTANCE

En ce mois de janvier plus que compliqué pour cause d’infirmerie bien remplie, ce déplacement devait permettre au CJS de reprendre sa marche en avant pour rester au contact du milieu de tableau.
Bien que s'étant déplacés à neuf joueurs (avec un réserviste pour deux titulaires absents), les Bleus démarrent la rencontre par le bon bout. Très déterminés à l'idée de prendre leur revanche du match aller (défaite de 1 point) et de ramener des points importants en Alsace, les visiteurs respectent les consignes du coach. Agressif en attaque et concentré en défense, « Geispo » impose son jeu par Zaroli à trois points et J. Schaller aux lancers francs. Les Bleus mènent 5-14 après cinq minutes. Mais Dijon se reprend et grignote progressivement son retard pour revenir au score. Les Alsaciens n’ont pas réussi à accentuer leur avance alors que le jeu semblait à leur avantage dans ce quart (12-14 à la 10ème).
Le 2ème quart démarre fort et les deux équipes se rendent coup pour coup ! Aucune des deux équipes ne prend un avantage et les défenses prennent le pas sur les attaques. C’est le moment que choisit Denderes pour sortir de sa boite et scorer par trois fois derrière l’arc. En face, Andlauer résiste bien dans la raquette mais son équipe ne score que neuf points dans ce quart et les protagonistes se séparent sur un score de parité à la mi-temps : 23-23.
 
Dijon rentre bien dans cette deuxième mi-temps et prend d'emblée cinq points d’avance. L’intenable Martial prend ses aises en attaque et impose sa loi dans la raquette. Il va scorer quatorze points sans que la défense visiteuse ne parvienne à s’adapter. Les attaques se délient enfin et le match se tend. Les Villageois suivent le rythme de leurs hôtes mais n’arrivent pas à prendre les commandes du match (46-41 à la 30ème).
Les Bleus vont alors jeter leurs dernières forces dans la bataille pour revenir dans le match, et réussissent à passer en tête à six minutes de la fin par Scheek sur un tir primé : 50-52. Après un dernier temps-mort, les Dijonnais reviennent sur le terrain avec la ferme intention de verrouiller l'accès au panier. Dès lors, les visiteurs vont rester muets… jusqu’à la fin du match. « Geispo » enchaine les mauvais choix, les maladresses et les pertes de balles. Les Bourguignons finissent le match sur trois paniers primés et un lancer franc alors que les Alsaciens concluent par six pertes de balles et de nombreuses erreurs défensives. Le score est scellé à 60-52 et Geispolsheim revient bredouille de ce déplacement.
 
DA DIJON 21 : 60
CJS GEISPOLSHEIM : 52
Quart-temps : 12-14, 11-9 (mi-temps : 23-23), 23-18, 14-11. Arbitres : M. B. Buston et Mme E. Dubuis.
Dijon : 25 paniers dont 9 à 3 points (Denderes 3, Gavignet 2), 1 lancer franc sur 5, 22 fautes.
De Vliegher 7, Naltet 3, De Carli, Boyer, Gavignet 8, Denderes 9, Depernon 2, Martial 18, Munoz 5, Tessier 8.
Geispolsheim : 19 paniers dont 5 à 3 points, 9 lancers francs sur 14, 14 fautes.
T. Schaller 10, Ait Tabassir, Scheek 7, J. Schaller 13, Zaroli 5, Andlauer 13, Hirtz, Knittel 2, Grob 2.
 

LES SM1 DEPASSES face a PFASTATT

Pour cette rencontre au sommet, Geispolsheim accueillait Pfastatt de pied ferme, après avoir bu la tasse à Rixheim la semaine passée.
 
Après un début balbutiant et quelques balles de contre-attaque offertes à ses hôtes, Geispolsheim passe devant (11-8, 8e ’), sous l’impulsion du jeune Hirtz, volontaire et inspiré. Mais Pfastatt se reprend très vite et met la pression dans la peinture par Porter, qui assure aux lancers-francs quand ce n’est pas sous le panier. Les Villageois se compliquent la tâche et perdent de nombreux ballons (26 au total dans le match). Les visiteurs sont sur les bons rails et terminent le quart par un 13-0 sans appel (11-21).
 
Les Haut-Rhinois continuent sur leur lancée en perforant la défense locale, naïve et empruntée. L’attaque de « Geispo » ne trouve toujours que Hirtz, le seul à tirer son épingle du jeu par quelques bons mouvements dans la raquette adverse. Ait Tabassir tente en vain de répondre à Diehl derrière l’arc, mais ce sont bien les visiteurs qui prennent le large. Les hommes de Jean-Luc Monschau maîtrisent leur basket et l’écart enfle encore (21-41, 18e ’). Geispolsheim n’est pas loin de complétement craquer avant que T. Schaller et les siens ne sauvent quelque peu les meubles avant la mi-temps (27-41).
 
Au retour des vestiaires, Pfastatt est encore le premier en action, Willig et Grebongo s’en donnent à cœur joie (15 points à eux deux dans ce quart). Le club bas-rhinois n’arrive pas à développer son jeu et ne trouve que trop rarement le chemin du panier. La défense de Pfastatt pose des problèmes à des Villageois qui voient du bleu partout. Les tirs sont difficiles et le jeu rapide de Geispolsheim est maîtrisé par une équipe de Pfastatt à son aise. Dans ce 3ème quart, les visiteurs continuent à augmenter inexorablement leur avantage (41-60).
 
Les Haut-Rhinois déroulent toujours leur jeu bien huilé, alors que Geispolsheim alterne les actions brouillonnes avec quelques actions positives pour tenter de stabiliser l'écart (48-68, 33e ’). Mais en fin de match, l’envie n’y est plus et l'équipe du CJS lâche complétement. L'attaque locale est fébrile et la défense régulièrement en retard (11 lancers-francs inscrits par Pfastatt dans ce quart).
 
Les rotations de l’effectif des co-leaders de la poule n’enlèvent rien à leur impression de facilité : la messe est dite et Pfastatt repart avec la victoire. Les hommes de Syda n’échappent donc pas à la sanction qu’avait infligé Pfastatt à ses derniers adversaires : 31,5 points d’écart moyen en cinq matches sur six. Les joueurs de « Geispo » vont devoir relever la tête très vite pour se remettre sur le chemin de la victoire, avec un match à enjeu la semaine prochaine à Dijon.
 
CJS GEISPOLSHEIM : 55
ASSM PFASTATT : 86
Quart-temps: 11-21, 16-20 (mi-temps 27-41), 14-19, 14-26. Arbitres : MM. M. Schuller et J. Madembo. Environ 50 spectateurs.
Geispolsheim : 23 paniers, dont 6 à 3 points (Ait Tabassir 3), 3 LF sur 6, 25 fautes. T. Schaller 12, Ait Tabassir 9, Scheeck 11, Weinling, Andlauer 4, Hirtz 12, Grob 2, Saban 2, Invernizzi 3.
Pfastatt : 30 paniers dont 5 à 3 points (Diehl 3), 21 LF sur 30, 17 fautes. Schlaeder 1, Marjoulet 3, Banholzer 2, Diehl 14, Grebongo 15, Willig 17, Thibedore 10, Spinali 3, Porter 14, Di Marzio 7.

 

RIXHEIM DIcTE SA LOI AUX SM1


Cette rencontre à enjeu s’est soldée par la victoire de Rixheim, qui ne s’est pas laissé surprendre par les Bas-Rhinois de Syda, bien décidés à imposer leur présence physique sous le cercle. Bien que menés dans le premier quart, les Rixheimois prennent le match à leur compte en dominant une équipe à la recherche de son second souffle.
Accrochés dans le troisième acte, les blancs ne perdent pas le nord avant l’entame du dernier virage, dans lequel ils s’imposeront en ne laissant que des miettes à leurs adversaires. Ces derniers perdent leur lucidité et contestent trop souvent les décisions arbitrales.
 
Toujours privés de Szkuzc et Halm, les Rixheimois, sans complexe, avaient démarré tambour battant (10-4, 4e ). Invernizzi sonne la révolte puis Andlauer, imité par Saban, font souffrir la défense rixheimoise, de plus en plus perméable malgré le temps mort express de Garnier.
Cadet limite les frais en fin de quart (13-17) et participe activement à la remontée des blancs, qui égalisent à la 14e sur un lancer franc de Lobe Lobas (20-20). Une nouvelle parité est signée par T. Schaller (22-22), mais après une série de maladresses dans les deux camps, les locaux retrouvent leur collectif offensif et défensif. Ils exploitent notamment les fautes adverses (8 sur 10 aux lancers francs).
 
De retour des vestiaires, les Geispolsheimois se jettent sur toutes les balles. Le trio Andlauer-Saban-T. Schaller remet les Bas-Rhinois dans le bon tempo. L’opportuniste Willman, efficace en périphérie, et Nette permettent aux bleus de grignoter l’écart (47-42). Mais le nouveau sursaut rixheimois freine les velléités bas-rhinoises. Grâce à leur sang-froid et à leur collectif, les locaux font le trou (61-44, 37e ), avant de terminer en roue libre. Ils l’emportent avec brio (73-52).

 
CSSL RIXHEIM : 73
CJS GEISPOLSHEIM : 52
Quart-temps : 13-17, 18-6 (mi-temps : 31-23), 16-17, 26-12.
Arbitres : MM. Huck et Metzger. Environ 100 spectateurs.
Rixheim : 24 paniers dont 3 à 3 points, 18 LF sur 36, 21 fautes. Sako 19, Cadet 14, Lobe-Lobas 7, Nette 12, Sutter 4, Slaski, Drouet 6, Boudaira, Willman 11. Entraîneur : Garnier.
Geispolsheim : 20 paniers dont 2 à 3 points, 10 LF sur 20, 36 fautes. T. Schaller 12, Scheeck 2, J. Schaller, Weinling, Zaroli 3, Andlauer 10, Hirtz 4, Knittel, Saban 5, Invernizzi 12, Ait-Tabassir 4. Entraîneur : Syda.

les sm1 sans pitié

Geispolsheim équilibre son bilan (cinq victoires pour autant de défaites), dans la poule K de Nationale 3 masculine, grâce à son large succès acquis hier aux dépens de Guebwiller (81-58).
Le promu haut-rhinois, de son côté, n’a qu’une idée en tête depuis le début de la saison : assurer son maintien en championnat de France.
La mission ne s’annonce pas aisée pour les hommes de Patrick Decaix, qui devront sans doute batailler jusqu’au bout pour éviter la relégation.

 

les sm1 S'inclinent la tete haute

Après deux succès de rang à l’extérieur, “Geispo” espérait faire un coup en accueillant un des favoris de la poule K : Mirecourt. Pour cela, les hommes de Jean-Marie Syda devaient s’engager pleinement dans la bataille pour n’avoir aucun regret, malgré l’absence de l’artilleur Ait-Tabassir.
 
Le début du match est équilibré et les deux équipes essayent de prendre les commandes du match. À ce jeu-là, Mirecourt et son effectif très complet prennent rapidement le large dès les premiers ratés de Geispolsheim. La réussite des Vosgiens est au rendez-vous dans le premier quart-temps, et elle est maximale (trois paniers à 3 points), alors que la défense de “Geispo” est apathique. Le tableau de marque indique déjà 7-21 (5e ’). Le moindre oubli se paye comptant pour les Villageois et, quand les Vosgiens commencent à lever le pied, le CJS n’arrive pas en profiter et termine péniblement le quart à 14-30.
Dans le deuxième acte, le jeu collectif des locaux est toujours approximatif et se heurte à une défense bien rodée. Le manque d’inspiration des Villageois va être compensé par une combativité sans faille et une défense retrouvée. Andlauer et Invernizzi montrent l’exemple et “Geispo” durcit son jeu pour grignoter l’écart à la mi-temps (29-43).
 
Au retour des vestiaires, le coach bas-rhinois semble avoir trouvé la bonne combinaison et cela se traduit par quelques bons mouvements offensifs avec T. Schaller (trois paniers à longue distance). Mais ces bonnes intentions sont plombées par six pertes de balles qui donnent à Mirecourt autant de paniers faciles. L’écart a de nouveau gonflé et atteint +24 pour les visiteurs durant ce troisième quart-temps. Le score est de 45-62 à l’entame du dernier acte.
“Geispo” jette toutes ses forces dans la bataille pour réduire une nouvelle fois l’écart, mais ne parvient pas à contenir le pivot vosgien Jacques qui prend ses aises aux quatre coins du terrain (13 points dans ce quart). Le meilleur marqueur de son équipe se révèle être un casse-tête pour la défense alsacienne en alternant avec bonheur les tirs à trois points et les mouvements dans la peinture. La volonté des Villageois est pourtant intacte et ils vont finir avec les honneurs puisqu’ils accrochent le dernier quart (22-17).
 
C’est donc logiquement et avec maîtrise que Mirecourt est venu chercher son succès en Alsace (67-79). Geispolsheim peut garder la tête haute et poursuivre sa marche en avant lors des échéances à venir.
 
CJS GEISPOLSHEIM : 67
EB MIRECOURT : 79
Quart-temps : 14-30, 15-13 (mi-temps 29-43), 16-19, 22-17.
Arbitres : MM. M. Schuller et V. Miotto. Environ 70 spectateurs.
Geispolsheim : 22 paniers dont 7 à 3 points (T. Schaller 3), 16 LF sur 22, 17 fautes.
T. Schaller 13, Scheeck 3, J. Schaller 15, Weinling, Zaroli 3, Andlauer 15, Hirtz 4, Grob, Saban, Invernizzi 14.
Mirecourt : 29 paniers dont 9 à 3 points (Jacques 3), 12 LF sur 16, 25 fautes.
Dollinger, Bourgeois 10, Duvoid 6, Tornoczky 13, Kellie 6, M'Bodji 6, Tayayi 4, Bakala 4, Jacques 23, Malanda 7.
 
 

les sm1 REALISent UNE BONNE AFFAIRE

 

Geispolsheim entame la rencontre par un jeu cohérent, les attaques sont maîtrisées et la défense contient les velléités adverses (4-12 à la 4ème). Mais les fautes pleuvent déjà sur les Bleus et Poligny survit grâce aux lancers francs (14-19).
 
Au deuxième quart l’attaque alsacienne est sur un nuage : la grosse réussite (80 % sur l’ensemble des tirs pour 31 points marqués) aurait dû assommer les Polinois. Las, la défense laisse filer quelques rebonds et se retrouve encore piégée par les fautes, permettant ainsi aux Jurassiens de rester au contact. L’histoire de lancers francs continue et profite aux Blancs qui n’en demandaient pas tant : 19 points marqués depuis la ligne de réparation à la mi-temps, qui survient sur le score de 37-50.
 
La reprise voit Poligny enflammer le match par Touré qui signe d’emblée un 3 sur 3 derrière l’arc. L’écart se réduit à quatre points après 5 minutes et le bilan des fautes commence à s’équilibrer. « Geispo » sait qu’au jeu de l’élimination des ressources offensives il aura le dernier mot et cherche à provoquer les 5èmes fautes des fers de lance polinois, Touré et Radojevic, mais les Villageois bredouillent leurs attaques. Cependant Scheeck, toujours incisif, permet à son équipe de ne jamais connaître de passage à vide, et Andlauer redonne un bol d’air sur la fin du quart : 60-66.
 
Chaque équipe veut forcer la décision mais le KO ne tombe pas et l’évolution du score reflète la pression qui commence à monter : 3 à 2 au bout de 5 minutes. On s’achemine vers une fin de match à haute tension, quand les égalisations se succèdent. Méhiaoui se met en évidence dans le camp local alors qu’Invernizzi impose son physique à bon escient du côté visiteur. « Geispo » ne sait plus comment défendre sans se faire sanctionner, mais la menace Touré quitte le terrain et les hommes de Syda sentent que la rencontre peut basculer. Des bons choix dans l’ultime minute, deux rebonds offensifs précieux et c’est au tour de Saban et Schaller d’assurer le gain du match aux lancers francs : 72-79.
 
POLIGNY JBC : 72
CJS GEISPOLSHEIM : 79
Quart-temps : 14-19, 23-31 (mi-temps 37-50), 23-16, 12-13.
Arbitres : MM. P. Grand et M. Mansar. Environ 120 spectateurs.
Poligny : 16 paniers dont 7 à 3 points (Touré 4), 33 LF sur 42, 29 fautes.
Ndzambela 3, Rousseau, Roy, Méhiaoui 17, Noroozi Kia, Mola 6, Benon 4, Favre, Radojevic 17, Touré 25.
Geispolsheim : 28 paniers dont 5 à 3 points (Scheeck 2), 18 LF sur 31, 34 fautes.
T. Schaller 2, Ait Tabassir 5, Scheeck 21, J. Schaller 13, Zaroli 5, Andlauer 6, Hirtz 4, Grob 3, Saban 6, Invernizzi 14.
 
 

UNE VICTOIRE D'EQUIPE

Le déplacement des Villageois s’annonçait très difficile dans une salle de Saint-Apollinaire chauffée à blanc. L’ambiance est au rendez-vous et, dès l’échauffement, les deux équipes sont prêtes à en découdre.
« Geispo » rentre bien dans le match et trouve les solutions en attaque. Pourtant, ce sont les locaux qui prennent le meilleur départ, avec un Alhéritière des grands soirs (13 points dans ce quart, 31 au total) qui se joue régulièrement des défenseurs adverses. Les Alsaciens manquent d’agressivité et restent passifs face à la réussite adverse. Le CJS ne tient pas ses duels et se retrouve en retard sur beaucoup d’actions. Un changement de défense va toutefois permettre aux visiteurs de se retrouver à -7 (28-21).
 
Ait Tabassir en feu
 
Dans le deuxième quart, « Geispo » se reprend en défense et l’agressivité est, cette fois-ci, de mise des deux côtés du terrain. Les bleus agressent constamment leurs adversaires et provoquent de nombreuses fautes. En attaque, Ait Tabassir fait le travail et enquille les paniers à trois points (six au total) pendant que Grob fait la loi dans la raquette. Le score à la mi-temps est de 44-43.
 
Au retour des vestiaires, les visiteurs ne changent pas leurs intentions et agressent les locaux de toutes parts. Le coach de la « Green Team » doit alors composer avec les fautes de ses joueurs et gérer les rotations dans son équipe. À ce jeu-là, les Villageois s’en sortent très bien avec un banc qui apporte 32 points sur le match contre 15 pour « Saint-Apo ». Le chassé-croisé continue durant ce quart (61-60, 30e ’).
La salle essaie tant bien que mal de pousser son équipe, mais c’est Geispolsheim qui prend les commandes au début du quatrième quart. L’intenable Scheeck réussit à faire la différence en accélérant le jeu et en transperçant la défense adverse.
Le retour des cadres locaux ne change rien. Les Bas-Rhinois restent sur leur ligne de conduite, en agressant leurs adversaires. Dans le money-time , les bleus restent concentrés, gèrent leurs possessions et transforment leurs nombreux lancers-francs par Scheeck et Grob. Les visiteurs peuvent exulter : ils s’imposent 76-85.
En ayant affiché un état d’esprit irréprochable, et avec des joueurs ayant, chacun, apporté leur pierre à l’édifice, Geispolsheim remporte une bien belle victoire à l’extérieur.
 
SAINT APOLLINAIRE : 76
CJS GEISPOLSHEIM : 85
Quart-temps : 28-21, 16-22 (mi-temps 44-43), 17-17, 15-25.
Arbitres : MM. S. Dahane et D. Douillet.
Saint Apollinaire : 22 paniers dont 8 à 3 points (Alhéritière 4, Diancourt 3), 24 lancers francs sur 30, 27 fautes.
Bobillot 2, Diancourt 14, Sermantin 4, Alhéritière 31, Puthod, Latif, Evert 10, Zanetti 11, Léger 2, NDepe 2.
Geispolsheim : 31 paniers dont 8 à 3 points (Ait Tabassir 6), 15 lancers francs sur 25, 26 fautes.
T. Schaller 3, Ait Tabassir 20, Scheeck 14, J. Schaller 16, Zaroli 2, Andlauer 3, Hirtz 6, Grob 6, Saban 10, Invernizzi 5.

 

UN DERBY SANS PIMENT


Malgré les absences dans les deux camps, l’affiche du jour était alléchante. Le match démarre sur les chapeaux de roue et les attaques prennent le pas sur les défenses. Les paniers extérieurs pleuvent de toute part avec Ait Tabassir déjà bien en marche côté « Geispo » et Leprêtre (10 pts dans ce quart) qui lui rend la monnaie côté Holtzheim. En dépit de cette belle réussite, le CJS n’arrive pas à s’organiser de l’autre côté du terrain et les visiteurs prennent le match en main et quelques points d’avance (fin du 1er quart : 23-26).
 
Le deuxième quart se poursuit sur les mêmes bases. « Geispo » n’arrive pas à prendre le dessus (seulement deux paniers de marqués dans ce quart) alors que ses intérieurs sont touchés par les fautes. Les locaux essayent de suivre le rythme en marquant quelques lancers-francs mais cela ne suffit pas. Holtzheim s’octroie une bonne marge d’avance juste avant la pause (mi-temps : 33-44).


Des Villageois impuissants
 
Au retour des vestiaires, la Vogesia continue sur sa lancée en attaque tout en défendant correctement. Les intérieurs visiteurs dominent et accumulent les rebonds offensifs. « Geispo » reste muet en attaque et se résigne aux « premières chances » mais l’adresse n’est pas au rendez-vous. Scheeck essaye tant bien que mal de redynamiser les villageois mais ses accélérations sont parfaitement canalisées par les visiteurs. De leur côté, Holtzheim et Klaric empilent les paniers avec réussite et brio, ce qui fait réagir les supporters adverses venus en nombre. Le score est de 42-60 à l’entame du dernier quart.
 
Les Villageois sont impuissants et l’écart grandit jusqu’à +27 en faveur dles visiteurs. Sur un dernier sursaut, les recevants tentent de réduire l’écart par Scheeck et Hirtz mais le mal était déjà fait. Holtzheim conclut le match en roue libre. Godard, venu pour pallier les blessures, fait son match et assomme les derniers espoirs locaux.
Holtzheim tient son derby et se replace dans la course alors que « Geispo » doit se tenir prêt dès la semaine prochaine avec la réception de Guebwiller.
 
CJS GEISPOLSHEIM : 57
VOGESIA HOLTZHEIM : 77
Quart-temps : 23-26, 10-18 (mi-temps 33-44), 8-16, 16-17.
Arbitres : MM. M. Drissi et A. Davidas, environ 150 spectateurs.
Geispolsheim : 20 paniers dont 5 à 3 points (Ait Tabassir 2), 12 lancers francs sur 24, 17 fautes.
Ait Tabassir 14, Scheeck 9, J. Schaller 6, Speich 3, Zaroli, Andlauer 5, Hirtz 8, Grob 4, Saban 5, Invernizzi 3.
Holtzheim : 28 paniers dont 6 à 3 points (Leprêtre 3), 15 lancers francs sur 23, 21 fautes.
Leprêtre 17, Godard 11, Camara 7, Rothley, Lazarus 8, Casagrande 5, Klock 6, Ben Oudhifa 2, Klaric 17, Kancel 4.
 
 

INCONSTANCE COUPABLE


Après une victoire probante face à Belfort, Geispolsheim espérait certainement ne pas rentrer bredouille de ce déplacement à Saint-Dié. Et pourtant, ce sont les Déodatiens qui prennent le match par le bon bout et prennent d’entrée les visiteurs à la gorge.
« Geispo » est inexplicablement absent pendant le premier quart et il faut attendre la 7ème minute de jeu pour voir Andlauer marquer le premier panier de Geispolsheim (15-2). Ce sera aussi le seul de la période ! La réussite n’est pas au rendez vous en ce début de match : les Villageois n’arrivent pas à se mettre en route et finissent le quart avec un écart à priori impossible à combler (20-3).
 
Mais le deuxième volet est l’exact opposé du premier et le CJS va réussir à renverser la vapeur en passant un 27-6 à son hôte !  Un jeu retrouvé côté visiteurs et un relâchement côté Saint-Dié va remettre du suspense dans ce match. Le jeu des Villageois est cohérent – 4 tirs réussis à 3 points, autant de scoring dans la peinture – et s’en trouve encore bonifié par une réussite maximale aux lancers-francs (7 sur 7). La défense répond présent et provoque la maladresse des Déodatiens (12 rebonds défensifs sur tirs manqués). Rien n’est joué à la mi-temps, atteinte sur le score de 26-30.

Au retour des vestiaires les Alsaciens n’arrivent pas à capitaliser le léger avantage et restent dans les starting-blocks. Saint-Dié rentre dans la période avec plus de détermination et le résultat ne se fait pas attendre : 33-33 (25ème). Les visiteurs pédalent dans la choucroute et, à la demi-heure de jeu, tout reste à faire (42-41).
Les deux équipes se tiennent à l’abord de la dernière ligne droite, jusqu’au tournant de la 35ème minute. Les Alsaciens encaissent quatre tirs primés d’affilée, signés de Kurum (trois) et de l’omniprésent Abdoulaye (17 points). Ils ne s’en relèveront pas, malgré la débauche d’énergie et la réussite de Schaller (16 points). Des actions précipitées de la part de « Geispo », et les inévitables lancers-francs qui en découlent, scellent le score en faveur des Vosgiens (64-56).
 
SAINT DIE VOSGES BASKET : 64
CJS GEISPOLSHEIM : 56
Quart-temps : 20-3, 6-27 (mi-temps 26-30), 16-11, 22-15.
Arbitres : MM. Y. Montagne et T. Blumenfeld, environ 150 spectateurs.
Saint-Dié : 25 paniers dont 8 à 3 points (Kurum 3), 6 lancers francs sur 15, 16 fautes.
Kurum 10, Humbert 4, Andrianasolo 7, Césaroni 3, Abdoulaye 17, Tagheu 6, Benguermoud, Minte 6, Days 11.
Geispolsheim : 17 paniers dont 8 à 3 points (Schaller 3), 14 lancers francs sur 17, 20 fautes.
Ait Tabassir 3, Scheeck 8, J. Schaller 16, Speich 6, Zaroli, Andlauer 5, Hirtz 2, Grob, Saban 6, Invernizzi 10.

 

PREMIERE VICTOIRE A DOMICILE

 
Cette première victoire cherchée par les Villageois à domicile conforte le coach Syda dans les capacités de son équipe. Mais, il n’y a pas que des motifs de satisfaction. En face, Belfort est venu à Geispolsheim remonté à bloc. Les Belfortains n’ont rien à perdre et prennent le match par le bon bout. La zone mise en place par les violets empêche « Geispo » d’imposer son jeu à l’intérieur. L’envie est plus grande du côté des visiteurs et le score s’en ressent. Seul Ait Tabassir surnage et maintient son équipe dans le match (3 paniers à 3pts).
Le début du 2ème quart est identique au premier. Les locaux n’arrivent pas à développer leur jeu et tournent autour de la défense Belfortaine sans arriver à la percer. Lamy E. et ses coéquipiers continuent sur leur lancée en glanant plusieurs rebonds sous les yeux des locaux. En fin de quart, les visiteurs fatiguent. Saban et Ait Tabassir semblent alors vouloir sonner la révolte mais « Geispo » n’arrive pas à creuser l’écart et le score à la mi-temps est de 30-29.
 
En début de seconde période, les locaux affichent un autre visage. L’intensité défensive et la pression tout terrain proposée par les villageois leur permettent de prendre un avantage au score. Plusieurs interceptions et des contre-attaques faciles donnent 8 pts d’avance à la fin du 3ème quart.
Lamy (24 pts au final) essaye de relancer la machine au 4ème quart, mais « Geispo » ne tombe pas dans ses travers et garde une petite avance au score. Une bonne rentrée de Hirtz et un collectif retrouvé en fin de match permettent aux hommes de Syda de scorer à l’intérieur et de sceller le résultat à 62-46.
La réussite extérieure des locaux (9 paniers à 3pts) et une prestation défensive intéressante en deuxième période (17pts encaissés) aura eu raison de la défense de zone et du collectif belfortains. Il faudra garder l’image des villageois en deuxième période pour continuer sur cette lancée à Saint-Dié dans deux semaines.


CJS GEISPOLSHEIM : 62
BC BELFORT : 46
Quart-temps : 12-15, 18-14 (mi-temps 30-29), 15-8, 17-9.
Arbitres : MM. L. Kubler et G. Huck, environ 50 spectateurs.
Geispolsheim: 19 paniers dont 9 à 3 points (7 pour Ait Tabassir), 15 lancers francs sur 27, 25 fautes.
Ait Tabassir 21, Scheeck 3, J. Schaller 13, Speich, Zaroli, Andlauer 1, Hirtz 5, Grob, Saban 13, Invernizzi 6.
Belfort : 14 paniers dont 6 à 3 points, 12 lancers francs sur 20, 25 fautes.
E. Lamy 24, Pourchet, Natale 6, Marchant 2, Wolfer 9, Jourdier, Chikhi 1, F. Lamy 4, Monnier.

 

les sm1 SANS contestation

 
la satisfaction d’un coach …
 
« Après le match de Dijon, les joueurs ont pris conscience que l'on venait de laisser échapper de gros points à domicile. Avec beaucoup d'absents à l’entrainement de jeudi (nous n'étions que 8) nous n’avons pas réussi à bosser correctement, et là encore les joueurs se sont sentis frustrés en fin d'entrainement.
 
Mais malgré cela, je pense que nous avons bien travaillé et étudié sérieusement les phases de jeu de notre adversaire … et j’ai pu constater au match de samedi que les joueurs étaient TOUS déterminés pour ramener la victoire pour ne plus revivre le week-end précédent … avec un changement d’état d’esprit : solidarité, détermination, application, abnégation.
 
Personne ne faisait la gueule (j'ai même vu des joueurs sourire !!!), les joueurs s'encourageaient, étaient rigoureux dans l'application des consignes et généreux dans l'effort de chaque côté du terrain. Et à la conclusion : une victoire avec la manière, et à l'extérieur (pour mémoire : le dernier match gagné à l'extérieur c'était le 15 novembre 2014 contre Besançon !!!), en se faisant plaisir de surcroit.
 
Avec cette attitude le groupe a tous les ingrédients pour réussir et peut battre beaucoup d'adversaires en jouant ainsi. A condition de ne pas se reposer sur les acquis, mais de réitérer la même envie et détermination à chaque match...
 
De nature exigeante, je dis souvent haut et fort quand ça ne va pas, mais quand ça va il faut le dire aussi … alors voilà, c'est fait ! Et maintenant j'attends de voir si mon équipe est capable de remettre le couvert dès mardi contre Rixheim, invaincu à ce jour après 3 journées de championnat... »
 
Jean-Marie Syda
 
 
… et la déception d’un coach
 
Anthony Tomba est parti la tête basse du gymnase Charles de Gaulle. Après deux mois passés au club de Pontarlier, l’ancien entraîneur polinois est lassé, usé. La défaite concédée face à Geispolsheim, une autre équipe qui n’avait pas gagné jusque-là, n’a été que la goutte d’eau de trop. « On n’a pas fait d’entraînement à cinq contre cinq tout-terrain depuis un mois. On n’a aucun automatisme, on est perdu quand on défend en zone, perdu quand on attaque… On met 38 points en Nationale 3. C’est une honte ».
 
Contre Geispolsheim, confronté encore à diverses absences et surtout à la blessure (claquage aux ischio-jambiers) de Yohan Frédéric, son leader, le CAP a pris l’eau progressivement. Ce n’était pas encore flagrant à la pause (24-36, 20e ’) même si Ait Tabassir (10 points dans le premier quart-temps, 14 en première mi-temps) avait déjà fait un chantier. La suite, en revanche, fut, offensivement, d’une indigence rare pour le CA Pontarlier, limité à… quatorze points au cours des vingt dernières minutes. L’écart a donc grimpé et grimpé encore à la faveur des Alsaciens pour atteindre les vingt-sept unités au coup de sifflet final (38-65).
DNA du 12.10.15
 
CA PONTARLIER : 38
CJS GEISPOLSHEIM : 65
Arbitres : MM. M. Mansar et K. Bouiss.
Les quarts-temps : 14-20, 10-16 ; mi-temps 24-36 ; 5-17, 9-12.
Pontarlier : 16 paniers dont 3 à trois points (Framery, Nicolaï, Acharki), 3 lancers francs sur 6, 19 fautes personnelles, Funerat éliminé.
Les points: Beaumont (cap.) 2, Framery 3, Nicolaï 12, Funerat 6, Smail 2 puis Acharki 9, Casadei 2, Zachelin 2, Gouaka.
Entraîneur: Anthony Tomba.
Geispolsheim : 25 paniers dont 3 à trois points (Ait Tabassir 2, T. Schaller 1), 12 lancers francs sur 18, 12 fautes personnelles.
Les points: Ait Tabassir 19, J. Schaller 15, Zaroli (cap.), Grob 5, Invernizzi 10 puis Hirtz 11, T. Schaller 5, Scheeck, Speich.
Entraîneur : Jean-Marie Syda.
 
 

les sm1 s'INCLINENT SANS DEMERITER

 
Les "Bleus" de Pfastatt ont entamé leur championnat par une victoire sur le CJS Geispolsheim 80-65 samedi soir à la "poly".
 
«  Privée de Damien Thibedore, notre équipe se montre fébrile dans les premières minutes. Sous l’impulsion de l’ex-Pfastattois Julien Invernizzi, 8 points dans le premier acte, ce sont les Bas-Rhinois qui prennent les commandes de la rencontre. Mario Porter et Xavier Di Marzio lui répondent et les deux formations terminent la première période à égalité, 19-19. Les visiteurs comptent jusqu’à 5 longueurs d’avance après une réussite de Julien Schaller, 20-25 à la 13e. Mais ils commettent de nombreuses fautes et sont rapidement dans la pénalité. Côté pfastattois, Di Marzio est omniprésent en attaque comme en défense. Porter et Diehl sonnent la révolte et permettent enfin aux locaux de passer devant, 32-27 à la 15e. Leur euphorie se poursuit jusqu’à la mi-temps, sifflée sur le score de 41-29.
 
C’est encore Di Marzio qui se montre efficace dès la reprise, 47-29. Les "Bleus" font le trou par Anthony Spinali, qui signe son entrée par un tir réussi, 56-35 à la 28e. Alors qu’on pense la partie pliée, Geispolsheim revient sur les talons de notre équipe en moins de trois minutes après un panier de Jérémie Scheeck, 58-48 à la 31e. Johan Grebongo et l’intenable Di Marzio en remettent une couche, 66-50, mais leurs adversaires ne désarment toujours pas. Thibaut Schaller, à 3 points, leur permet de revenir à 69-60 à la 37e. Un lay-up raté suivi d’un panier primé de Grebongo sonnent le glas de leurs derniers espoirs de hold-up. Les coéquipiers d’Arnaud Schlaeder terminent forts et remportent une victoire logique.
 
" Un premier match est toujours une situation où les joueurs sont crispés " commente Jean-Luc Monschau. " On a raté des actions faciles mais on s’est créé de bonnes situations. Dans l’ensemble, c’était bien construit. Notre adversaire a connu une adresse à trois points au-dessus de sa moyenne habituelle et nous a mis en difficulté. On peut encore progresser, notamment au niveau des balles perdues. Mais on va devoir jouer les deux prochaines rencontres sans Damien Thibedore et Xavier Di Marzio, ce qui rend notre tâche vraiment compliquée.»
 
ASSM PFASTATT : 80
CJS GEISPOLSHEIM : 65
Pfastatt, salle polyvalente. 120 spectateurs. Arbitres : MM. Sery et Deck.
Les quarts-temps : 19-19, 22-10 ; mi-temps 41-29 ; 17-14, 22-22.
Pfastatt : 26 paniers sur 65 tirs dont 5 sur 20 à trois points (Diehl 3), 23 lancers francs sur 31, 40 rebonds (Di Marzio 14) dont 13 offensifs (Grebongo et Di Marzio 5), 18 passes (Schlaeder 7), 19 balles perdues (Marjoulet et Grebongo 5), 16 interceptions (Porter 6) ; 19 fautes personnelles.
Les points: Schlaeder (cap.), Diehl 15, Grebongo 19, Willig 2, Porter 16 puis Marjoulet 4, Spinali 2, Di Marzio 22. Non entrés en jeu : Banholzer, Diebold. Entraîneur: Monschau assisté de Etienne.
Geispolsheim : 24 paniers sur 61 tirs dont 8 sur 16 à trois points (Invernizzi 3), 9 lancers francs sur 13, 33 rebonds (Invernizzi 9) dont 9 offensifs (Andlauer 4), 17 passes (J. Schaller 5), 22 balles perdues (J. Schaller, Andlauer et Invernizzi 4), 7 interceptions (Andlauer 2) ;26 fautes personnelles, J. Schaller éliminé.
Les points: J. Schaller 11, Zaroli (cap.) 7, Andlauer 13, Grob 3, Invernizzi 15 puis Scheeck 5, T. Schaller 8, Hirtz 1, Saban 2. Non entré en jeu : Aït Tabassir. Entraîneur : Syda assisté de Wassu-Fokam.
 

saison 2014/2015